En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 12 heures 46 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 13 heures 17 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 14 heures 10 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 14 heures 55 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 19 heures 9 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 20 heures 56 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 20 heures 59 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 13 heures 3 sec
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 13 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 14 heures 37 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 15 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 20 heures 56 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 20 heures 59 min
© wikipédia
Manuel Valls sera-t-il le maillon fort du Président Hollande ?
© wikipédia
Manuel Valls sera-t-il le maillon fort du Président Hollande ?
Maillon fort ou maillon faible ?

Dépassé par Macron, menacé par Montebourg : comment Manuel Valls s’est retrouvé dans la posture du soutien "obligé" à François Hollande

Publié le 13 mai 2016
Alors que début mars, le Premier ministre menaçait de quitter le gouvernement, il entend désormais défendre le bilan de François Hollande. Coincé entre Emmanuel Macron et Arnaud Montebourg, il n'a pas d'autre choix que de jouer les soutiens fidèles, mais il n'a sans doute pas dit son dernier mot.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que début mars, le Premier ministre menaçait de quitter le gouvernement, il entend désormais défendre le bilan de François Hollande. Coincé entre Emmanuel Macron et Arnaud Montebourg, il n'a pas d'autre choix que de jouer les soutiens fidèles, mais il n'a sans doute pas dit son dernier mot.

C'est le printemps et les initiatives fleurissent. De "Hé ho la gauche" à la BAP, malheureux acronyme de la Belle Alliance Populaire de Jean-Christophe Cambadélis, en passant par le dernier-né "Du progrès en plus", mouvement lancé par le président du groupe PS à l'Assemblée Bruno Le Roux, un an avant la présidentielle de 2017, les soutiens à une candidature de François Hollande éclosent de toute part. Et le Premier ministre n'entend pas être en reste. Dans l'avion qui l'emmenait jeudi 28 en Nouvelle Calédonie, Manuel Valls annonçait aux journalistes présents : "Je vais faire d’ici à juillet entre quatre et six réunions publiques en régions, avec des ministres, des élus. Il faut nous battre, être moins dans la comparaison avec la droite et plus dans la défense de ce que l’on fait. Défendre le bilan, je l’ai fait, je l’ai toujours fait, et je vais le refaire". Drôle de changement de ton.

Il y a quelques semaines encore, l'entourage de Manuel Valls n'avait pas de mots assez durs pour expliquer l'impasse devant laquelle se trouvait François Hollande. Dans l'impossibilité, selon certains, de se représenter à la présidentielle, dans l'incapacité, selon d'autres, de l'emporter. "Il est tombé tellement bas dans les sondages… Lorsqu'il parle à la télé, on ne comprend rien", osait un proche du locataire de Matignon. D'autres soulignaient la fragilité du président de la République lors des attentats de Novembre et le rôle déterminant joué, à ses côtés, par Manuel Valls. Début mars, la tension montait d'un cran lorsque, en pleine discussion sur le projet de Loi El Khomri, le Premier ministre, lors d'une réunion organisée au ministère des relations avec le Parlement, faisait une allusion explicite à son possible départ de Matignon puis attaquait le Président qui, selon lui, "doit porter davantage les réformes qu'il lance". Manuel Valls était-il à deux doigts de quitter ses fonctions afin de préparer 2017 ? Certains le croient. Les proches de Hollande, eux, ont préféré se préparer au pire.

En janvier, ils menaçaient : "s'il continue, on va soutenir une candidature Macron. Au jeu du plus jeune et plus novateur, il va trouver son maître". Ce fut chose faite, à moins que l'arme ne se soit dégoupillée seule. Le résultat est le même. Voilà Manuel Valls concurrencé sur sa droite par un ministre de l'Economie plus populaire que lui. Ne manquait plus qu'Arnaud Montebourg pour le challenger à gauche. Pour rivaliser avec sa fibre républicaine et ses accents gaulliens. Celui-ci s'est, en effet, dit ce week-end "prêt à prendre ses responsabilités".

Face à ses deux rivaux, Manuel Valls n'a donc plus qu'une stratégie possible, être le soutien zélé du président de la République, le faiseur de roi. Celui grâce à qui François Hollande sera réélu. A la guerre des égos, lancée par Macron et Montebourg, il oppose le sens de l'Etat et la défense des intérêts de sa famille politique. Le rôle est beau, mais risqué. Car si François Hollande n'est pas réélu, Manuel Valls sera lui aussi comptable de son échec et se trouvera hors-jeu, fillonisé en quelque sorte. Impossible, pour lui, d'expliquer que François Hollande a mal fait le job après avoir fait campagne pour lui avec force et enthousiasme. Si François Hollande l'emporte, quel rôle pour son fidèle soutien qui aura été usé jusqu'à la corde ? Et quelle chance pour lui d'emporter des élections en 2022 après 10 ans de hollandisme ? Bref, Manuel Valls n'est face qu'à de mauvaises solutions.

C'est sans doute pourquoi ses proches, tout en faisant mine de soutenir un François Hollande qui, selon eux, se serait rallié aux thèses de leur leader en assumant "une trajectoire basée sur une méthode réformiste, récusant l'horizon du grand soir", nuancent leurs propos comme on prend rendez-vous, d'un : "on verra où il en est dans quelques mois". Comme si Manuel Valls n'avait toujours pas abandonné l'idée d'y aller lui-même, pariant sur l'essoufflement de ses rivaux et de François Hollande. Un pari qui n'est pas si fou.

Car Emmanuel Macron comme Arnaud Montebourg, dépourvus de réseau militant, vont avoir du mal à faire campagne et, avant cela, à récolter les 500 signatures nécessaires à toute candidature à la présidentielle, d'autant que l'exercice a été compliqué par une réforme promulguée le 26 avril qui exige que les parrainages soient rendus publics. Difficile désormais pour un député, par exemple, qui souhaiterait être réinvesti par son parti, de soutenir une candidature externe. Manuel Valls peut donc laisser, sans trop d'inquiétude, ses deux rivaux prendre de l'avance et jouer les Brutus, selon le mot de Jean-Christophe Cambadélis, en attendant son heure. "On verra dans quelques mois", disent ses proches ? Sans doute rêvent-il que François Hollande, n'ayant réussi à redresser ni la courbe des sondages ni celle du chômage, finisse par jeter l'éponge et passe le flambeau à son fidèle Valls. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 10/05/2016 - 11:05
M. Valls....
Vaines élucubrations
Yves3531
- 10/05/2016 - 09:24
Le bal des maudits...
en attendant la métamorphose des cloportes ...