En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 18 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 43 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 56 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 33 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 32 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 48 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 12 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 47 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 8 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 8 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 33 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 47 min
Or noir c'est noir

Pourquoi le prix de l'essence atteint des records (et pourquoi il devrait encore augmenter)

Publié le 14 février 2012
Les prix de l'essence ont atteint un niveau historique en France vendredi dernier. Le prix moyen du litre de super sans plomb 95 a atteint 1,5563 euro. Un record qui devrait vite en appeler d'autres si l'on tient compte de la production et du marché actuel du pétrole.
Thomas Chaize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Chaize est analyste indépendant, conférencier, formateur et rédacteur d’une lettre financière spécialisée sur les matières premières.Il a publié plus de 255 articles, rapports et interviews depuis 2003 sur le pétrole, le charbon, l’or, l’argent… 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les prix de l'essence ont atteint un niveau historique en France vendredi dernier. Le prix moyen du litre de super sans plomb 95 a atteint 1,5563 euro. Un record qui devrait vite en appeler d'autres si l'on tient compte de la production et du marché actuel du pétrole.

Le nouveau record du prix de l’essence de ce vendredi, à 1,55 euro le litre de sans-plomb 95, est le résultat de la vigueur du prix du baril de pétrole et de la faiblesse de l’euro. Le précèdent record, date de juillet 2008, alors que le prix du baril de pétrole WTI était à 147 dollars, il n’aura tenu que 3 ans. L’année 2011 et le début de l’année 2012 ne se singularisent pas grâce à des records de prix, mais par des niveaux de prix moyens élevés. En 2011, le prix moyen du baril de pétrole, était similaire à l’année 2008, soit 110$ pour le baril de brent de mer du Nord (97,6$ en 2008) et 94.8$ pour le baril WTI du Texas (99$ en 2008). Malheureusement pour les automobilistes hexagonaux c’est le baril de brent, plus cher aujourd’hui, qui est principalement livré en Europe et qui détermine le prix de l’essence dans les stations-service françaises.

Cette situation est aujourd’hui aggravée par un euro faible. En juillet 2008 l’euro était à un niveau très élevé. Un euro s’échangeait alors contre 1,6 dollar, aujourd’hui il s’échange contre 1,27 dollar, soit une baisse de 20% de l’euro par rapport au dollar. L’effet de change n’est pas à l’origine de la hausse du pétrole, mais il en amplifie les effets pour les consommateurs français et européens. 

Une diminution de la consommation qui ne fait pas baisser les prix

La hausse des prix du pétrole entraîne mécaniquement une baisse de sa consommation, voire un ralentissement économique : moins de trajets, du covoiturage, des voitures plus petites avec une consommation réduite, etc. Mais aujourd’hui, on peut raisonnablement penser que, d’une certaine façon, l’économie a développé une forme de résilience à des niveaux de prix élevés en corrigeant les anomalies les plus flagrantes. Par exemple, quand un particulier change de voiture pour un modèle qui consomme moins, il développe une forme de résilience à l’essence chère. La consommation devrait donc commencer à fléchir à un niveau légèrement supérieur à 2008, c'est-à-dire dans une zone de prix un peu supérieure au prix actuel.

Habituellement cette baisse de consommation déclenche à son tour une baisse des prix qui a pour origine l’affaiblissement de la demande.  Mais dans une économie mondialisée, la baisse de consommation en Europe (-5% de 2002 à 2010) et en Amérique du Nord (-1%) est compensée par la croissance de la demande en pétrole des pays en voie de développement qui connaissent une forte croissance. Sur la même période la Chine a vu sa consommation de pétrole augmenter de 72%, l’Inde de 39%, l’Asie de 23%, l’Afrique de 29.5%, le moyen orient de 45.5% et l’Amérique du Sud et centrale de 23.5%. Ces dernières années le léger déclin de la consommation nord-américaine et européenne a été plus que compensé par la croissance pays en voie de développement.

Les guerres et les crises ne sont pas l'origine de l'augmentation du prix du pétrole

La question que se pose chaque Français aujourd’hui est : cela va-t-il durer ? La réponse est oui, car l’origine de la hausse de juillet 2008 et du record actuel du prix de l’essence a des origines structurelles qui pèseront dans les prochaines années. Face à une demande mondiale en pleine croissance l’offre mondiale de pétrole n’augmente pas suffisamment vite faute de nouvelles ressources pétrolières suffisantes (moins de ressources disponibles et insuffisances des investissements). Nous sommes passés d’une situation de sur production chronique des années 1980-90 à une situation de très forte tension entre offre et demande depuis 10 ans.L’origine de cette hausse du prix du baril de pétrole ne doit pas être recherchée dans les événements conjoncturels (guerres d’Irak, Libye, tensions avec l’Iran, etc.), mais dans un déséquilibre durable entre offre et demande. Ces événements géopolitiques ont, bien sûr, des conséquences dans la variation des prix à court terme. Mais les prix n’ont pas été multipliés par 7 depuis le creux de 1998 à cause d’eux. Le prix du pétrole augmente, car la production est insuffisante (pic de production), les guerres et les crises ne font qu’aggraver cette situation, mais n’en sont pas l’origine. 

Pour résumer nous passons d’un monde où la production de pétrole était plus abondante que la demande à une situation où la demande est globalement et durablement supérieure à l’offre. Cette période de transition est ce que Andrew Grove (cofondateur d’Intel et professeur de stratégie à Stanford), appelle le point d’inflexion stratégique, c'est-à-dire une période de transition où l’on doit s’adapter aux changements, où ce qui était vrai hier ne le sera pas forcement demain. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lepongiste
- 19/01/2012 - 08:10
C'est curieux Thomas Chaize ne parle pas de la spéculation
des banques Anglo Saxonnes et Suisses spécialisées dans le pétrole !!
Sur le marché spot pour le pétrole physique et par l'intermédiaire de la bourse sur le pétrole papier....avec les achats et ventes à découvert !!
Lepongiste
- 19/01/2012 - 08:05
Si nous votons bien croyez vous que le prix de l'essence
va baisser en France ?
J'en doute...c'est une manne pour tous les gouvernants !
Obsédé Textuel
- 18/01/2012 - 15:08
Voilà une belle escroquerie !
Aux USA il y a quelques semaines j'ai payé l'essence 2 fois à 2.5 fois moins cher qu'en France où 80% du prix est constitué de taxes.

Indexer le prix à la pompe sur le cours du brut c'est du vol car on achète par lots négociés 1 à 2 ans à l'avance, plus 6 mois environ le temps du transport raffinage, distribution ...etc.
Tout est bon pour nous arnaquer.
Virons ces satrapes..... Votons bien.