En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 10 heures 32 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 11 heures 14 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 12 heures 46 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 15 heures 40 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 17 heures 27 sec
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 17 heures 23 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 18 heures 1 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 18 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 10 heures 12 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 10 heures 47 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 11 heures 43 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 13 heures 59 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 16 heures 15 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 20 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Force de frappe

Gaël Brustier : "Nuit Debout est un mouvement de réarmement du camp progressiste par rapport au pôle sécuritaire-identitaire de la vie politique"

Publié le 07 mai 2016
Auteur de "#NuitDebout", un ouvrage centré sur ce mouvement social né place de la République à Paris à la toute fin du mois de mars 2016, Gaël Brustier évoque les caractéristiques et les défis à venir de Nuit Debout.
Gaël Brustier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Brustier est chercheur en sciences humaines (sociologie, science politique, histoire).Avec son camarade Jean-Philippe Huelin, il s’emploie à saisir et à décrire les transformations politiques actuelles. Tous deux développent depuis plusieurs années...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Auteur de "#NuitDebout", un ouvrage centré sur ce mouvement social né place de la République à Paris à la toute fin du mois de mars 2016, Gaël Brustier évoque les caractéristiques et les défis à venir de Nuit Debout.

Atlantico : Dans votre ouvrage, vous affirmez que "80 ans après le Front populaire, bientôt 50 ans après mai 68, 35 ans après la victoire de François Mitterrand, la gauche telle qu'elle fut n'existe plus". Selon vous, le mouvement Nuit Debout est-il susceptible de contribuer à réinventer cette gauche qui se meurt ? Le mouvement peut-il transformer l'essai et s'inscrire sur la scène politique ?

Gaël Brustier : Nuit Debout a été organisé dès le 31 mars par des gens qui ont pleinement conscience de l'avalanche de défaites culturelles, idéologiques, politiques et électorales de la gauche sur la dernière période. Cette pleine conscience des choses amène à entreprendre une opération militante bien menée et à susciter ainsi ce mouvement. Nuit Debout est à la fois, par l’acte de sursaut qui est à son origine, l'enfant des défaites de la gauche et d'une volonté plus diffuse de participation au débat public, de remise en cause du mauvais fonctionnement de notre démocratie et d'un système économique productiviste qui n'est plus légitime à leurs yeux.

C'est un mouvement qui part de la contestation d'une loi, et qui aboutit à un mouvement voulant agir sur le sens commun, qui vise à imposer ses questions et ses évidences au cœur du débat public. De ce point de vue, force est de constater qu'ils ont réussi à attirer l'attention de tout le monde pendant 4-5 semaines.

Auparavant, les syndicats pouvaient jouer le rôle d'encadrement, voire d'organisation, des mouvements sociaux. Nuit Debout n'est-il pas une nouvelle illustration du déclin de l'influence des syndicats dans la société française ?

Le taux de syndicalisation est effectivement relativement faible, aux alentours de 7-8%. Cependant, le syndicalisme est en bien meilleure santé que les partis politiques et joue parfois localement un rôle majeur...

Nuit Debout est néanmoins l'un des révélateurs du fait que les conflits et les antagonismes dans la société ne sont pas uniquement liés à la question pourtant fondamentale du monde du travail. Nombre de préoccupations de nos concitoyens ne sont pas réductibles à la classe sociale. Il y a d'autres combats et d'autres aspects de préoccupation qui se retrouvent dans Nuit Debout (environnementalisme, féminisme, etc.) et d’autres qui concernent davantage les solutions imaginées pour inventer de nouvelles solidarités (monnaies locales, revenu de base). Le syndicalisme n'a jamais eu vocation à embrasser ces luttes-là, il défend les salariés.

Certains syndicalistes sont là en tant que syndicalistes et apportent leur expérience à ce mouvement, certes, mais il ne faut pas oublier les autres volets qui ne relèvent pas du combat syndical. Revenu de base, reconnaissance du vote blanc, monnaies locales, économie du partage, récupérateurs… : vous avez à Nuit Debout pléthore de choses comme ça… Puis vous avez ensuite des thèses économiques très sophistiquées qui sont expliquées et débattues place de la République ou ailleurs.

La multiplicité des profils des participants à Nuit Debout (altermondialistes, écologistes, gauche de la gauche…) peut s'avérer favorable à la richesse des débats, mais n'est-elle pas un obstacle à la clarté du message politique du mouvement ?

La difficulté ici, c'est que depuis les mouvements de type Occupy Wall Street s'est développée l'idée que les 99% de la population ne supportent plus les agissements des 1% de "l'oligarchie". C'est grosso modo la vision développée avec Occupy. Le but ici est d'avoir un discours qui unifie les 99%, qui par essence sont très divers et auxquels il faut donner une unité. La grande question, c'est la définition du "nous". C'est un mouvement très riche d'idées, un mouvement de réarmement du camp "progressiste" par rapport au pôle "sécuritaire-identitaire" de la vie politique. Il se heurte à des limites liées à la géographie sociale, mais également au fait qu'il est très difficile d'élaborer un discours unificateur pour toutes ces demandes sociales.

Au-delà du projet de société, l'un des défis à venir pour Nuit Debout n'est-il pas son cadrage et son organisation ? Emmanuel Todd a souligné le fait que ce mouvement refuse toute organisation, mais celle-ci n'est-elle pas nécessaire pour qu'un mouvement se traduise politiquement ?

Nuit Debout, c'est des agoras avec des ateliers, qui fonctionnent sur le principe de l'horizontalité. C'est un mouvement social ou "citoyen", pas un parti politique. A un moment, une réponse politique à ce type de questionnements viendra peut-être, il faudra alors se poser la question de l'articulation de la verticalité et de l'horizontalité et établir une dialectique entre ce qu’on appelait hier "le mouvement d'en haut" et "le mouvement d'en bas". L'horizontal, c'est la société, les liens de sociabilité, le partage, etc. La verticalité, c'est la politique et la question du pouvoir et des institutions. Nous ne sommes pas encore dans le temps politique. Nous sommes encore dans le temps du mouvement social et civique, même si les deux sont liés.

Vous évoquez dans ce livre l'aspect centralisé et parisien de Nuit Debout, dans ce pays à forte tradition jacobine qu'est la France. Si des tentatives d'exportation du mouvement ont pu avoir lieu, Nuit Debout a toutefois du mal à faire tache d'huile, ou au moins à avoir un écho médiatique ailleurs que place de la République. Quels sont les mécanismes qui l'expliquent selon vous ?

Nuit Debout est un mouvement qui est né sociologiquement au cœur de Paris, au cœur de ce que mes collègues Fabien Escalona et Mathieu Vieira appellent des "idéopôles". La difficulté réside dans la fragmentation de la demande sociale et la mutation de la géographie sociale. Il est difficile d'étendre un mouvement à toute la France. Unifier et mobiliser à la fois un intello précaire du 20e arrondissement, un mec qui bosse dans les services et qui vit dans un quartier d'habitat social du 93 ou du 95, un retraité du sud-ouest et une mère de famille commerçante, c'est très compliqué. Il y a cette question de la fragmentation de notre pays et de la mutation de sa géographie sociale, avec ces centres-villes qui concentrent les diplômés – n'oublions pas ici la question du péage urbain – et les zones industrielles et rurales. Les participants à Nuit Debout ont tout de suite eu conscience des limites de leur propre mouvement, c'est ce qui fait son originalité d'ailleurs… et est paradoxalement gage d’avenir pour ses thématiques…

Propos recueillis par Benjamin Jeanjean

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vm
- 08/05/2016 - 14:43
Collectivisme
Supprimons les arrêts maladie à la carte, le Rsa et les indemnités chômages trop généreuses et il y aura moins de manifestants : ils devront tous aller bosser.
Benvoyons
- 08/05/2016 - 10:29
Voila de ma masturbation intellectuelle pour faire vivre 0.1% de
la population Française. Ce sont les quelques restes des Socialistes Marxistes en France. Ceux pour qui le Venezuela est une référence Mondiale du bien vivre en Socialiste. Ils sont ces Socialistes au même niveau ( même rhétorique) que les Socialistes Nationalistes FN Philipot & MLP.. Tout ces Socialistes baignent dans le même marigot idéologique celui de la dictature car ils ne peuvent être grand qu'avec un seul courant de pensée dans un pays. Comme un Erdogane !! D'ailleurs si vous grattez un peu et bien vous pourrez voir qu'ils sont une majorité 95% de gens de la Fonction Publique qui n'a fait qu'appliquer ces concepts fumeux depuis 1981. Ceux qui viennent de se voter les augmentations de salaires (comme dans le programme de FN Philipot) oui oui nous pouvons tout pour vous arrêtez de penser, l’État est là pour subvenir à vos besoins comme au Venezuela!! :)::))
Borgowrio
- 07/05/2016 - 13:07
Pignouferie de presse , apologie de la lacheté
Combien est payé ce type qui a écrit ça, et par qui ? ... Richesse des débats ... Clarté du message politique , que de superlatifs pour des fumeurs de joints , tapageurs qui pissent partout et qui laissent tous les jours leur merde à ramasser par leurs esclaves . Glorieux combattants cagoulés qui terrassent l'ennemi , abris bus , lampadaires , vitrines . Héros qui crachent sur les CRS , car ils savent bien qu'ils ne peuvent pas se défendre