En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 7 heures 13 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 7 heures 46 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 8 heures 49 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 10 heures 31 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 13 heures 40 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 14 heures 29 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 7 heures 28 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 8 heures 13 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 37 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 13 heures 33 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 13 heures 52 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 14 heures 10 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Force de frappe

Gaël Brustier : "Nuit Debout est un mouvement de réarmement du camp progressiste par rapport au pôle sécuritaire-identitaire de la vie politique"

Publié le 07 mai 2016
Auteur de "#NuitDebout", un ouvrage centré sur ce mouvement social né place de la République à Paris à la toute fin du mois de mars 2016, Gaël Brustier évoque les caractéristiques et les défis à venir de Nuit Debout.
Gaël Brustier est chercheur en sciences humaines (sociologie, science politique, histoire).Avec son camarade Jean-Philippe Huelin, il s’emploie à saisir et à décrire les transformations politiques actuelles. Tous deux développent depuis plusieurs années...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Brustier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Brustier est chercheur en sciences humaines (sociologie, science politique, histoire).Avec son camarade Jean-Philippe Huelin, il s’emploie à saisir et à décrire les transformations politiques actuelles. Tous deux développent depuis plusieurs années...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Auteur de "#NuitDebout", un ouvrage centré sur ce mouvement social né place de la République à Paris à la toute fin du mois de mars 2016, Gaël Brustier évoque les caractéristiques et les défis à venir de Nuit Debout.

Atlantico : Dans votre ouvrage, vous affirmez que "80 ans après le Front populaire, bientôt 50 ans après mai 68, 35 ans après la victoire de François Mitterrand, la gauche telle qu'elle fut n'existe plus". Selon vous, le mouvement Nuit Debout est-il susceptible de contribuer à réinventer cette gauche qui se meurt ? Le mouvement peut-il transformer l'essai et s'inscrire sur la scène politique ?

Gaël Brustier : Nuit Debout a été organisé dès le 31 mars par des gens qui ont pleinement conscience de l'avalanche de défaites culturelles, idéologiques, politiques et électorales de la gauche sur la dernière période. Cette pleine conscience des choses amène à entreprendre une opération militante bien menée et à susciter ainsi ce mouvement. Nuit Debout est à la fois, par l’acte de sursaut qui est à son origine, l'enfant des défaites de la gauche et d'une volonté plus diffuse de participation au débat public, de remise en cause du mauvais fonctionnement de notre démocratie et d'un système économique productiviste qui n'est plus légitime à leurs yeux.

C'est un mouvement qui part de la contestation d'une loi, et qui aboutit à un mouvement voulant agir sur le sens commun, qui vise à imposer ses questions et ses évidences au cœur du débat public. De ce point de vue, force est de constater qu'ils ont réussi à attirer l'attention de tout le monde pendant 4-5 semaines.

Auparavant, les syndicats pouvaient jouer le rôle d'encadrement, voire d'organisation, des mouvements sociaux. Nuit Debout n'est-il pas une nouvelle illustration du déclin de l'influence des syndicats dans la société française ?

Le taux de syndicalisation est effectivement relativement faible, aux alentours de 7-8%. Cependant, le syndicalisme est en bien meilleure santé que les partis politiques et joue parfois localement un rôle majeur...

Nuit Debout est néanmoins l'un des révélateurs du fait que les conflits et les antagonismes dans la société ne sont pas uniquement liés à la question pourtant fondamentale du monde du travail. Nombre de préoccupations de nos concitoyens ne sont pas réductibles à la classe sociale. Il y a d'autres combats et d'autres aspects de préoccupation qui se retrouvent dans Nuit Debout (environnementalisme, féminisme, etc.) et d’autres qui concernent davantage les solutions imaginées pour inventer de nouvelles solidarités (monnaies locales, revenu de base). Le syndicalisme n'a jamais eu vocation à embrasser ces luttes-là, il défend les salariés.

Certains syndicalistes sont là en tant que syndicalistes et apportent leur expérience à ce mouvement, certes, mais il ne faut pas oublier les autres volets qui ne relèvent pas du combat syndical. Revenu de base, reconnaissance du vote blanc, monnaies locales, économie du partage, récupérateurs… : vous avez à Nuit Debout pléthore de choses comme ça… Puis vous avez ensuite des thèses économiques très sophistiquées qui sont expliquées et débattues place de la République ou ailleurs.

La multiplicité des profils des participants à Nuit Debout (altermondialistes, écologistes, gauche de la gauche…) peut s'avérer favorable à la richesse des débats, mais n'est-elle pas un obstacle à la clarté du message politique du mouvement ?

La difficulté ici, c'est que depuis les mouvements de type Occupy Wall Street s'est développée l'idée que les 99% de la population ne supportent plus les agissements des 1% de "l'oligarchie". C'est grosso modo la vision développée avec Occupy. Le but ici est d'avoir un discours qui unifie les 99%, qui par essence sont très divers et auxquels il faut donner une unité. La grande question, c'est la définition du "nous". C'est un mouvement très riche d'idées, un mouvement de réarmement du camp "progressiste" par rapport au pôle "sécuritaire-identitaire" de la vie politique. Il se heurte à des limites liées à la géographie sociale, mais également au fait qu'il est très difficile d'élaborer un discours unificateur pour toutes ces demandes sociales.

Au-delà du projet de société, l'un des défis à venir pour Nuit Debout n'est-il pas son cadrage et son organisation ? Emmanuel Todd a souligné le fait que ce mouvement refuse toute organisation, mais celle-ci n'est-elle pas nécessaire pour qu'un mouvement se traduise politiquement ?

Nuit Debout, c'est des agoras avec des ateliers, qui fonctionnent sur le principe de l'horizontalité. C'est un mouvement social ou "citoyen", pas un parti politique. A un moment, une réponse politique à ce type de questionnements viendra peut-être, il faudra alors se poser la question de l'articulation de la verticalité et de l'horizontalité et établir une dialectique entre ce qu’on appelait hier "le mouvement d'en haut" et "le mouvement d'en bas". L'horizontal, c'est la société, les liens de sociabilité, le partage, etc. La verticalité, c'est la politique et la question du pouvoir et des institutions. Nous ne sommes pas encore dans le temps politique. Nous sommes encore dans le temps du mouvement social et civique, même si les deux sont liés.

Vous évoquez dans ce livre l'aspect centralisé et parisien de Nuit Debout, dans ce pays à forte tradition jacobine qu'est la France. Si des tentatives d'exportation du mouvement ont pu avoir lieu, Nuit Debout a toutefois du mal à faire tache d'huile, ou au moins à avoir un écho médiatique ailleurs que place de la République. Quels sont les mécanismes qui l'expliquent selon vous ?

Nuit Debout est un mouvement qui est né sociologiquement au cœur de Paris, au cœur de ce que mes collègues Fabien Escalona et Mathieu Vieira appellent des "idéopôles". La difficulté réside dans la fragmentation de la demande sociale et la mutation de la géographie sociale. Il est difficile d'étendre un mouvement à toute la France. Unifier et mobiliser à la fois un intello précaire du 20e arrondissement, un mec qui bosse dans les services et qui vit dans un quartier d'habitat social du 93 ou du 95, un retraité du sud-ouest et une mère de famille commerçante, c'est très compliqué. Il y a cette question de la fragmentation de notre pays et de la mutation de sa géographie sociale, avec ces centres-villes qui concentrent les diplômés – n'oublions pas ici la question du péage urbain – et les zones industrielles et rurales. Les participants à Nuit Debout ont tout de suite eu conscience des limites de leur propre mouvement, c'est ce qui fait son originalité d'ailleurs… et est paradoxalement gage d’avenir pour ses thématiques…

Propos recueillis par Benjamin Jeanjean

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vm
- 08/05/2016 - 14:43
Collectivisme
Supprimons les arrêts maladie à la carte, le Rsa et les indemnités chômages trop généreuses et il y aura moins de manifestants : ils devront tous aller bosser.
Benvoyons
- 08/05/2016 - 10:29
Voila de ma masturbation intellectuelle pour faire vivre 0.1% de
la population Française. Ce sont les quelques restes des Socialistes Marxistes en France. Ceux pour qui le Venezuela est une référence Mondiale du bien vivre en Socialiste. Ils sont ces Socialistes au même niveau ( même rhétorique) que les Socialistes Nationalistes FN Philipot & MLP.. Tout ces Socialistes baignent dans le même marigot idéologique celui de la dictature car ils ne peuvent être grand qu'avec un seul courant de pensée dans un pays. Comme un Erdogane !! D'ailleurs si vous grattez un peu et bien vous pourrez voir qu'ils sont une majorité 95% de gens de la Fonction Publique qui n'a fait qu'appliquer ces concepts fumeux depuis 1981. Ceux qui viennent de se voter les augmentations de salaires (comme dans le programme de FN Philipot) oui oui nous pouvons tout pour vous arrêtez de penser, l’État est là pour subvenir à vos besoins comme au Venezuela!! :)::))
Borgowrio
- 07/05/2016 - 13:07
Pignouferie de presse , apologie de la lacheté
Combien est payé ce type qui a écrit ça, et par qui ? ... Richesse des débats ... Clarté du message politique , que de superlatifs pour des fumeurs de joints , tapageurs qui pissent partout et qui laissent tous les jours leur merde à ramasser par leurs esclaves . Glorieux combattants cagoulés qui terrassent l'ennemi , abris bus , lampadaires , vitrines . Héros qui crachent sur les CRS , car ils savent bien qu'ils ne peuvent pas se défendre