En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 7 heures 52 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 10 heures 54 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 11 heures 45 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 15 heures 2 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 15 heures 55 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 17 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 18 heures 23 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 18 heures 56 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 8 heures 17 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 11 heures 19 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 14 heures 47 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 16 heures 46 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 17 heures 22 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 18 heures 19 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 19 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Show must go on

Toutes les raisons pour lesquelles Hillary Clinton n’a pas encore gagné sa place à la Maison-Blanche

Publié le 06 mai 2016
Les primaires touchent à leur fin, et sauf surprise, on devrait voir un duel Trump-Clinton. Si tout le monde voit le magnat échouer, il semblerait que la partie soit plus compliquée que prévu pour l'ex-Première dame.
Anne Deysine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne Deysine est juriste (Paris II) et américaniste. Spécialiste des questions politiques et juridiques aux Etats-Unis, elle est professeur à l'université Paris-Ouest Nanterre. Enseignant aussi à l'étranger, elle intervient régulièrement sur les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les primaires touchent à leur fin, et sauf surprise, on devrait voir un duel Trump-Clinton. Si tout le monde voit le magnat échouer, il semblerait que la partie soit plus compliquée que prévu pour l'ex-Première dame.

La participation électorale est toujours un facteur important et son taux très élevé en 2008 parmi les Africains-Américains, les Hispaniques et les jeunes a permis au candidat Obama de l'emporter avec un record de 19,5 millions d’électeurs allant voter. Cette année du côté démocrate, Bernie Sanders l'emporte lorsque la participation est élevée et il le sait. Avant la primaire de l'Indiana, il l’a répété dans toutes ses réunions électorales. Et il l'a effectivement emporté sur son adversaire démocrate Hillary Clinton par 52 % des voix contre 48 %, ce qui, avec le système de répartition à la proportionnelle, ne lui apporte pas beaucoup plus de délégués que son adversaire ; et ne change donc pas le fait que Hillary Clinton peut se considérer comme la candidate présumée. Du côté républicain, la participation électorale lors des primaires a été la plus élevée jamais recensée. Alors qu'il reste encore quelques primaires et en particulier la Californie le 7 juin, on recense déjà 17, 3 millions d’électeurs, soit beaucoup plus qu’en 2008 (11 M) et 2012 (9,8M).  Aujourd’hui, le vote populaire (+11% dans le vote populaire) et les chiffres de délégués parlent. Clinton a 2217 délégués et son adversaire seulement 1443. Du côté républicain, Trump en a 1053 et il n'y a plus d'adversaire puisque les règles régissant  à l’heure actuelle la convention républicaine exigent qu’un candidat pour figurer au deuxième ou troisième tour de scrutin, ait remporté huit Etats, ce qui n'était pas le cas du survivant Kasich, qui n’a remporté qu’un seul Etat, l’Ohio et qui a aussi suspendu sa campagne. Il est donc plus que probable, sauf mise en accusation de la première, que l'élection générale sera entre Hillary Clinton et Donald Trump.

Comme d'habitude, l'élection se jouera dans un certain nombre d'Etats pivots  qui vont au dernier moment basculer d'un côté ou de l'autre en fonction du vote des indépendants et de la participation électorale.  En principe, la démographie favorise les démocrates pour la présidentielle. Mais il est possible que la liste des Etats pivots, et donc le suspense, soient plus longs qu'habituellement, car la ligne de partage entre Trump et Clinton est loin d’être aussi claire qu’entre Obama et Romney par exemple. En effet, et c'est ce qui était reproché à Trump par son adversaire Cruz, les positions de celui-ci, quand il a des positions, ne seraient pas assez conservatrices et dans certains domaines peuvent sembler assez proches de celles des démocrates : ainsi l’hostilité aux accords de libre-échange. En politique étrangère, Hillary est un "faucon" sans doute plus proche d’un McCain que d’un Obama.

Les deux candidats visent les cols bleus, la classe moyenne peu éduquée ainsi que cela apparaît dans les sondages et à la sortie des urnes.  Outre ceux-ci, ce sont les autres catégories d'électeurs qui feront la différence. Dans quelle proportion les Africains Américains et les Hispaniques qui avaient voté pour Obama respectivement à 95% et 67% iront-ils voter? Quid des jeunes qui sont derrière Bernie Sanders ? Pour qui se prononceront-t-ils ? On peut penser que les femmes, les Africains Américains et les Hispaniques, qui ont été la cible des attaques du candidat républicain, ne se précipiteront pas pour voter pour lui : mais ce n'est pas aussi simple que cela. Des sondages montrent qu’une large section des Hispaniques s'intéresse plus à la création d'emplois qu'à la politique de l'immigration. Tout le monde a encore en tête les attaques sexistes contre la journaliste de Fox News et les nombreuses déclarations sexistes du candidat républicain. Pourtant en face du magnat, la candidate démocrate est loin de faire l'unanimité parmi les femmes et en particulier chez les jeunes femmes. Les sondages montrent que seules les femmes âgées de plus 50 ans votent pour elle en nombre. De surcroît, la campagne des primaires a montré que Trump semble à l'abri des conséquences de ses déclarations au point d'être surnommé "le candidat téflon". Du côté des Africains Américains, il y a la longue histoire d'amour entre eux et les Clinton ; Bill avait été surnommé le premier président noir en raison de cette proximité. Mais prendront-ils la peine d'aller voter pour Hillary Clinton dans les mêmes proportions qu’en 2008? Rien n'est moins sur.

Amener les électeurs aux urnes le 8 novembre est donc le défi auquel les deux candidats sont confrontés. Trump va-t-il utiliser l'attaque contre son adversaire démocrate pour mobiliser les électeurs ? Si oui, il ne manque pas d'armes et arguments car Hillary est une candidate qui ne suscite pas l'enthousiasme même parmi les démocrates et en particulier les jeunes. Et surtout elle est toujours sous le coup du risque d'une mise en accusation pour l'affaire de son serveur de courriers électroniques qui aurait mis en danger la sécurité des Etats-Unis. Et les républicains n’ont pas renoncé, malgré 13 heures d'audition au Congrès, à rechercher sa responsabilité dans l'attaque qui coûta la vie à l'ambassadeur Stevens à Benghazi. Il reste le rôle de l'argent et des grandes banques. Dans la seconde partie de la campagne pour les primaires, Bernie n'a plus retenu ses coups et a attaqué régulièrement et systématiquement la candidate pour ses discours à Wall Street (payés plus de 600 000 $) et pour les 150 millions de dollars collectées par elle et son époux à l'occasion de discours prononcés souvent en secret dans des enceintes étrangères et américaines. Cela étant, le candidat républicain est un homme d'affaires qui a versé des contributions électorales à droite comme à gauche (car c'est ainsi que fonctionne le système) et qui a fait faillite quatre fois acculant ses employés au chômage. Au plan financier la candidat démocrate dispose  de davantage d'argent mais Trump a jusqu’ici bénéficié d’une couverture médiatique gratuite alimentée par ses excès. La campagne Clinton et le super Pac qui la soutient auront ils recours aux publicités négatives ? Cela n’a réussi ni à Marco Rubio ni à Ted Cruz. Non seulement Trump semble être le seul à avoir le droit de recourir impunément aux insultes mais il est difficile à déstabiliser.

Et s’il y a avalanche de publicités négatives dans les Etats pivots, celles-ci ne risquent t-elles pas  d’être contre-productives, amenant les électeurs à rester chez eux ? C’est toujours le danger mais le risque est encore plus grand en 2016 car les deux candidats ont des chiffres record d’opinions négatives, y compris dans leur propre camp, entre 62 et 70% pour Trump selon les instituts de sondages et autour de 55% pour Clinton et plus de 60% pour les deux chez les indépendants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 07/05/2016 - 03:00
Trump
Predictable, c'est un businessman. Quasiment assure d'etre president. Hillary presidente? Fuck me to tears!
Deudeuche
- 06/05/2016 - 23:33
Clinton est comme McCain en 2008
Le candidat que l'on rejette car il représente l'héritage du prédécesseur. Trump comme Obama en 2008 est le candidat de rupture.
gerint
- 06/05/2016 - 12:29
Clinton est un personnage flétri
Ses affaires plus que douteuses d'affairiste, détruisant l'image de probité, son ambition surdimensionnée la poussant à toutes sortes de manipulations, sa mise en cause par la justice, tout cela la rend désagréable et non fiable. Cela favorise Trump, même si au fond on ne connait pas grand chose de lui.