En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Allociné
Le danger des clichés
Comment des chercheurs ont découvert grâce à une émission de télé-réalité que se mettre au régime est la pire des solutions pour traiter l’obésité
Publié le 04 mai 2016
Des chercheurs ont suivi durant six ans l'évolution des personnes ayant participé à la saison 8 de l'émission de télé-réalité américaine "The Biggest Loser". Résultat : les 16 candidats obèses ont tous retrouvé leur poids d'origine, certains pesant même désormais plus qu'avant leur expérience télévisuelle. L'obésité est en effet une maladie chronique qui nécessite un suivi médical tout au long de sa vie.
Patrick Serog est médecin nutritionniste. Il est membre de la Société française de nutrition et membre du Conseil d’administration de la Fondation Nestlé.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Serog
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Serog est médecin nutritionniste. Il est membre de la Société française de nutrition et membre du Conseil d’administration de la Fondation Nestlé.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des chercheurs ont suivi durant six ans l'évolution des personnes ayant participé à la saison 8 de l'émission de télé-réalité américaine "The Biggest Loser". Résultat : les 16 candidats obèses ont tous retrouvé leur poids d'origine, certains pesant même désormais plus qu'avant leur expérience télévisuelle. L'obésité est en effet une maladie chronique qui nécessite un suivi médical tout au long de sa vie.

Atlantico : Dans la saison 8 de l'émission de télé-réalité américaine "The Biggest Loser", le but des candidats en surcharge pondérale était de concourir pour gagner 250 000 dollars en perdant le pourcentage le plus élevé de leur poids corporel par rapport au début de l'émission. La compétition est-elle un facteur sain pour stimuler une perte de poids ?

Patrick Serog : Oui, la compétition est un stimulateur important pour arriver à perdre du poids et gagner de l'argent.

Entre les séances physiques extrêmes quotidiennes et la restriction calorique, certains candidats ont perdu jusqu'à 30 kilos en une semaine. Un régime aussi drastique et aussi rapide est-il dangereux pour la santé ?

Oui, un régime aussi drastique peut être dangereux pour la santé, et ce pour plusieurs raisons.

A partir du moment où vous perdez beaucoup de gras, vous libérez énormément d'acides gras dans votre corps, en particulier dans vos artères et dans le sang. Selon les conditions physiques de chacun, il peut y avoir des incidents qui vont intervenir ; cela peut être une augmentation du risque cardio-vasculaire ou cérébro-vasculaire.

Un autre inconvénient lors d'une perte de poids trop rapide est que la peau se détend et va tomber, car si elle a une certaine élasticité, elle ne peut pas revenir facilement à son état antérieur quand elle a été trop distendue.

Dans les années qui ont suivi, les 16 candidats de cette saison ont tous retrouvé leur poids d'origine, pesant même parfois plus lourd qu'avant. En analysant les résultats de cette émission 6 ans après, des chercheurs ont trouvé de nouvelles pistes pour expliquer l'obésité. Ils ont notamment montré à quel point le corps se défendait contre la perte de poids, au point qu'il est quasiment impossible pour le candidat de rester au poids qu'il a perdu. Pouvez-vous expliquer plus en détail cette analyse ?

Pour pouvoir maintenir un poids après amaigrissement, il faut qu'il y ait eu une descente de poids qui ne soit pas trop rapide et surtout que l'on puisse arriver à manger de manière équilibrée en fonction de ses besoins.

Dans cette émission de téléréalité, les candidats ont maigri beaucoup trop vite, et surtout n'ont pas été suivis après lors de ce qu'on appelle "la phase de stabilisation" du nouveau poids, qui est la plus difficile. Certaines personnes doivent en effet lors de cette étape admettre que leur métabolisme ne pourra jamais leur permettre de rester très minces, et qu'elles ne pourront pas tenir sur la durée un régime qui est largement en-deçà de ce que leur corps a naturellement besoin.

En d'autres termes, il faut accepter que l'on ne soit pas tous égaux devant la nature. Ils existent de multiples métabolismes, qui font qu'une personne peut naturellement rester filiforme toute sa vie sans faire attention à ce qu'elle mange, et qu'une autre va naturellement rester une force de la nature devant faire attention à ce qu'elle mange toute sa vie. On ne peut pas se battre contre son métabolisme ; si vous vous nourrissez trop en-dessous de vos besoins nutritionnels, il luttera pour que vous mangiez plus et repreniez du poids.

Comment expliquer que certains des candidats de l'émission de télé-réalité aient même repris plus de kilos que leur poids d'origine ?

Il existe un poids de régulation dans la vie, c'est-à-dire que le poids qui est enregistré par le cerveau est le dernier correspondant à une prise de poids.

Par exemple, une personne peut subir une prise de poids de 60 à 70 kilos, puis rester à ce poids durant une longue période. Si jamais cette personne devient obèse à un moment de sa vie, et qu'elle perd cinquante kilos suite à un régime sans suivi d'une phase de stabilisation derrière, elle va reprendre du poids à partir du poids de stabilisation (70 kilos), et donc se retrouver encore plus grosse qu'au point de départ de son régime.

L'espoir est que cette étude finira par conduire à de nouvelles thérapies qui traitent l'obésité comme une maladie chronique, qui nécessite de garder le poids sous contrôle pour la vie avec l'aide de professionnels soignants. Pensez-vous que ce diagnostic est juste ?

Oui, l'obésité est une maladie chronique, dont on souffre toute sa vie, et pour laquelle il faut un contrôle médical, plus ou moins soutenu en fonction des phases de la vie.

Beaucoup d'événements peuvent refaire basculer une personne qui avait retrouvé un poids normal dans l'obésité ; cela peut être un simple déménagement, une peine de cœur, le décès de quelqu'un de proche, le stress au travail, etc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
05.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
06.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 04/05/2016 - 12:43
Masturbation
Nous sommes nombreux à avoir une pensée émue pour ce pauvre garçon qui, pour éviter le risque de suicide, va subir une vidéo-surveillance 24h-24, et va donc devoir se branler sous l’œil goguenard de ses gardiens...