En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Capture d'écran / BBC
Svenja Beyer, enseignante à "l'école d'intégration" locale, où les enfants de migrants apprennent l'allemand, assure que tout va bien... même si parfois il y a des bagarres entre groupes ethniques.
Unmöglich
Dans cette petite ville allemande, on s'adapte plutôt bien à l'arrivée de 2000 migrants (ou pas...)
Publié le 28 avril 2016
Les officiels et les retraités expliquent que tout va bien, mais il existe néanmoins des problèmes.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les officiels et les retraités expliquent que tout va bien, mais il existe néanmoins des problèmes.

Oberhausen est une petite ville allemande, dans la région de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à l'ouest, la région qui a reçu le plus de migrants. Il y a six mois, les équipes de la BBC sont allées voir comment l'accueil des migrants s'y passait ; six mois après, ils sont revenus. Alors, où en sommes-nous ? 

La plupart des personnes interrogées tiennent à dire que la situation s'améliore. Le responsable local de la Croix-Rouge explique que si, il y a six mois, ses services étaient submergés, aujourd'hui la situation est sous contrôle. Sur les 2 000 migrants accueillis à Oberhausen, la moitié ont déjà été relogés, et l'autre moitié est dans un centre d'accueil. Khaled Kohestani, qui vit dans un deux-pièces avec sa fille et cherche du travail, raconte ses difficultés à s'intégrer. "Dans notre pays, quand on rentre dans le bus, tout le monde est amical et se dit bonjour. Mais ici les gens sont assis en silence et ne veulent pas qu'on leur parle. Au début, nous étions silencieux et nous ne parlions pas, nous nous disions, peut être qu'il est illégal de parler ? Mais maintenant je comprends et c'est un peu plus facile pour moi." 

Vera, 75 ans, habitante de la maison de retraite locale, explique qu'il faut aider les migrants. "Pour moi, c'est important d'aller parler aux étrangers, de leur demander : comment puis-je vous aider ? [...] Si tout le monde fait un peu d'effort, ça va marcher."

Pas une intégration parfaite

Mais derrière les sourires de façade, quelques problèmes pointent. Svenja Beyer, enseignante à "l'école d'intégration" locale, où les enfants de migrants apprennent l'allemand, assure que tout va bien--même si parfois il y a des bagarres entre groupes ethniques, et que certains jeunes garçons musulmans ne veulent pas s'asseoir, ou manger, avec les petites filles chrétiennes. 

Timor Schrimer, directeur de l'AQUApark, la piscine normale, explique que les réfugiés aiment beaucoup la piscine, car ils n'en avaient pas dans leur pays. "Et ils sont aussi très heureux, car les filles ne portent pas beaucoup de vêtements." Un réfugié a déjà agressé sexuellement une femme et a été arrêté. Il a été relâché sans être inculpé. Depuis, la piscine a imprimé des prospectus avec ses règles en arabe.  

A LIRE AUSSI : Bombe à retardement ? L’Europe face au défi de la sociologie disproportionnellement masculine des migrants

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 28/04/2016 - 23:43
Ces fêlés sont en pleine dhimmitude!
Il faut que cette attitude de soumission soi étudiée comme maladie mentale, dans les facs de médecine, afin d'en prévoir les débordements obligatoires et les effets secondaires dévastateurs. Et, comme toujours, les journaleux n'interrogent que les deux à trois pour cent de dhimmis qui jouissent de leur nouvelle soumission, évitant soigneusement d'interroger les 97% qui ne disent rien...ne disent rien, mais n'en pensent pas moins. Attention à la tonte, les collabos, après la guerre de soumission!