En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

03.

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

04.

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

05.

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

06.

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

07.

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 8 heures 31 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 10 heures 57 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 14 heures 53 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 16 heures 21 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 17 heures 25 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 10 heures 2 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 16 heures 22 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 17 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
L'île au trésor

Pourquoi la Corse sera un enjeu de l’élection présidentielle

Publié le 28 avril 2016
Alors qu'il reste moins d'un an avant l'élection présidentielle de 2017, la campagne électorale qui s'annonce dans les prochains mois ne pourra faire l'économie d'un débat politique, juridique et sociétal sur la Corse.
Vincent de Bernardi est directeur de la communication et des relations institutionnelles de CCI France. Il a été auparavant directeur du service d'information du Gouvernement (SIG), directeur général du Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Bernardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Bernardi est directeur de la communication et des relations institutionnelles de CCI France. Il a été auparavant directeur du service d'information du Gouvernement (SIG), directeur général du Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'il reste moins d'un an avant l'élection présidentielle de 2017, la campagne électorale qui s'annonce dans les prochains mois ne pourra faire l'économie d'un débat politique, juridique et sociétal sur la Corse.

La Corse a toujours été un sujet difficile à manier, pour ne pas dire explosif, pour les candidats à l’élection présidentielle. L’île fascine autant qu’elle rebute du fait d’une actualité souvent compliquée à décrypter. Mais la spécificité insulaire comme les mythes qu’elle véhicule en font un enjeu de débat obligeant les candidats à la magistrature suprême à prendre position sur l’identité, sur l’exercice de l’Etat de droit, sur l’unité de la République, sur l’égalité ou encore la laïcité… Ces sujets dépassent très largement la seule question corse. Ils touchent au cœur de ce qui fonde la rencontre entre un homme ou une femme et le pays.

Aujourd’hui, tout se passe comme si personne ne voulait véritablement s’emparer du sujet, par peur de faire un faux pas, de déraper, de tomber dans le cliché. Quelques-uns se sont fourvoyés dans l’excès de l’indignation après la victoire des nationalistes et des autonomistes en décembre dernier. Comment des élus de la République peuvent-ils s’exprimer dans une Assemblée fut-elle territoriale, dans une autre langue que le Français ? Les mêmes étaient au rendez-vous pour dénoncer les dérives racistes dans les Jardins de l’Empereur à Ajaccio à la veille de Noël. Peu se sont aventurés à juger les déclarations du Président de l’Assemblée de Corse ou du Président de l’exécutif dans les médias, qualifiant la France de "pays ami" ou "d’Etat de rattachement".

Entre le silence et la prudence, ils ont fait le choix le moins risqué, celui de la prudence, par ignorance. Mais cette stratégie ne pourra pas durer. Car parler de la Corse, c’est parler de la France.

Jusqu’à quand pourra-t-on nier l’identité insulaire, la dissoudre dans un discours intransigeant sur une République qui ne souffre guère ni spécificité, ni particularisme ? Une France forte de sa diversité construira son avenir par une prise en compte plus assumée, plus affirmée des différences. La modernité est là et elle pourrait appeler à la reconnaissance d’une citoyenneté culturelle comme le préconisait il n’y a pas si longtemps le rapport Aïello. Cette citoyenneté s’exprime d’ailleurs déjà très largement dans l’univers numérique, sur les médias sociaux. La question de l’identité n’est pas principalement liée à un territoire. Elle touche à notre volonté de construire un destin commun, à nous rassembler autour d’une vision, d’une ambition et même d’une fierté partagée. Cela vaut pour la Corse comme pour bien d’autres territoires de la République, en métropole et dans les outre-mers.

S’il est un autre sujet épineux, qui place les candidats dans une posture délicate, c’est celui de l’Etat de droit. La Corse est régulièrement montrée du doigt comme étant une zone de non-droit, dans laquelle l’autorité de l’Etat est perpétuellement bafouée. Ceux qui nient l’identité corse n’hésitent pourtant pas à dire que la violence est enracinée dans la culture corse. Vieille stigmatisation qui consiste à décrire une Corse décidément ingérable. Rien d’étonnant dès lors que les Corses se sentent de moins en moins Français quand on les distingue de la sorte. Au-delà de cette caricature, on touche ici à la capacité de l’Etat à assurer l’ordre, à garantir le fonctionnement d’une justice indépendante, à faire respecter ses décisions. Et ce n’est pas en déclarant sans cesse que la Corse est le département le plus criminogène de France que l’on traitera le sujet, ni en dénonçant une quelconque dérive mafieuse. Si tant est que cela soit le cas, ce n’est pas une fatalité. C’est avant tout une question de responsabilité et de volonté politique, voire de courage.

Plus profondément, l’Etat sera respecté en Corse s’il tient sa parole et sa promesse d’impartialité et d’égalité de traitement. La question du regroupement des prisonniers en est une illustration. En 2003, alors ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy s'était engagé à procéder au rapprochement de tous les condamnés corses incarcérés sur le continent sans restriction par rapport à la longueur de la peine. Il a fait bouger les lignes. En 2015, alors Garde des Sceaux, Christiane Taubira avait déclaré vouloir faire personnellement avancer le dossier. Entre ces deux dates, la question reste assez largement posée sans jamais être véritablement réglée. Elle ne pourra pas être éludée après le scrutin présidentiel.

Enfin, il leur faudra aussi traiter d’un sujet qui déchaîne les passions, qui divise alors qu’il devrait pourtant rassembler. Il s’agit de notre héritage et de nos racines chrétiennes. On se souvient du débat enflammé lors du référendum sur le Traité constitutionnel européen.

Ces racines sont visibles partout dans l’île depuis des siècles. Les célébrations de la Madunuccia à Ajaccio et de Saint-Joseph à Bastia, pour ne prendre que ces deux exemples, rappellent l’attachement des Corses à la tradition, à l’histoire, à une culture profondément chrétienne et pour autant parfaitement compatible avec la laïcité. A condition que l’on n’en détourne pas le sens pour en faire un combat contre d’autres religions. Ce sujet-là sera au cœur des enjeux dans quelques mois, pour la Corse en général et pour la France en particulier. Seuls ceux qui dans la classe politique en ont la pleine conscience et auront su comprendre ces enjeux, seront à même d’appréhender "la question corse" dans un climat apaisé et tourné vers l’avenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

03.

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

04.

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

05.

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

06.

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

07.

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 28/04/2016 - 23:57
Bof...
La Corse n'est pas encore un enjeu, car on n'entend que Sarko et Flamby, soit les menteurs et les tricheurs de la grande famille qui corrompt la France et veut préserver le statu qui corse...l'enjeu viendra apres, lorsque les patriotes auront conquis plus du tiers de l'AN et commenceront à imposer la fin de l'assistanat et le début du retroussage de manches...ce sera alors aux Corses de savoir si ils vont avec ou contre la République. Leur réponse sera divisée, et parfois violente (voir les zadistes-fascistes...) mais je ne doute pas d'une large majorité en faveur de la République!
Deudeuche
- 28/04/2016 - 21:59
La France à un problème
Avec son identité et donc ne supporte pas que ses régions en sauvegardent une. La fusion destruction des régions non socialistes correspond à cette haine de la diversité française alors que la diversité étrangère et non européens est considérée comme une "chance".
Vive la Corse vive l'Alsace et vive...la France