En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 10 heures 38 min
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 14 heures 38 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 15 heures 40 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 16 heures 50 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 18 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 20 heures 38 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 11 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 14 heures 20 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 14 heures 53 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 18 heures 22 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 19 heures 51 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 21 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
L'île au trésor

Pourquoi la Corse sera un enjeu de l’élection présidentielle

Publié le 28 avril 2016
Alors qu'il reste moins d'un an avant l'élection présidentielle de 2017, la campagne électorale qui s'annonce dans les prochains mois ne pourra faire l'économie d'un débat politique, juridique et sociétal sur la Corse.
Vincent de Bernardi est directeur de la communication et des relations institutionnelles de CCI France. Il a été auparavant directeur du service d'information du Gouvernement (SIG), directeur général du Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Bernardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Bernardi est directeur de la communication et des relations institutionnelles de CCI France. Il a été auparavant directeur du service d'information du Gouvernement (SIG), directeur général du Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'il reste moins d'un an avant l'élection présidentielle de 2017, la campagne électorale qui s'annonce dans les prochains mois ne pourra faire l'économie d'un débat politique, juridique et sociétal sur la Corse.

La Corse a toujours été un sujet difficile à manier, pour ne pas dire explosif, pour les candidats à l’élection présidentielle. L’île fascine autant qu’elle rebute du fait d’une actualité souvent compliquée à décrypter. Mais la spécificité insulaire comme les mythes qu’elle véhicule en font un enjeu de débat obligeant les candidats à la magistrature suprême à prendre position sur l’identité, sur l’exercice de l’Etat de droit, sur l’unité de la République, sur l’égalité ou encore la laïcité… Ces sujets dépassent très largement la seule question corse. Ils touchent au cœur de ce qui fonde la rencontre entre un homme ou une femme et le pays.

Aujourd’hui, tout se passe comme si personne ne voulait véritablement s’emparer du sujet, par peur de faire un faux pas, de déraper, de tomber dans le cliché. Quelques-uns se sont fourvoyés dans l’excès de l’indignation après la victoire des nationalistes et des autonomistes en décembre dernier. Comment des élus de la République peuvent-ils s’exprimer dans une Assemblée fut-elle territoriale, dans une autre langue que le Français ? Les mêmes étaient au rendez-vous pour dénoncer les dérives racistes dans les Jardins de l’Empereur à Ajaccio à la veille de Noël. Peu se sont aventurés à juger les déclarations du Président de l’Assemblée de Corse ou du Président de l’exécutif dans les médias, qualifiant la France de "pays ami" ou "d’Etat de rattachement".

Entre le silence et la prudence, ils ont fait le choix le moins risqué, celui de la prudence, par ignorance. Mais cette stratégie ne pourra pas durer. Car parler de la Corse, c’est parler de la France.

Jusqu’à quand pourra-t-on nier l’identité insulaire, la dissoudre dans un discours intransigeant sur une République qui ne souffre guère ni spécificité, ni particularisme ? Une France forte de sa diversité construira son avenir par une prise en compte plus assumée, plus affirmée des différences. La modernité est là et elle pourrait appeler à la reconnaissance d’une citoyenneté culturelle comme le préconisait il n’y a pas si longtemps le rapport Aïello. Cette citoyenneté s’exprime d’ailleurs déjà très largement dans l’univers numérique, sur les médias sociaux. La question de l’identité n’est pas principalement liée à un territoire. Elle touche à notre volonté de construire un destin commun, à nous rassembler autour d’une vision, d’une ambition et même d’une fierté partagée. Cela vaut pour la Corse comme pour bien d’autres territoires de la République, en métropole et dans les outre-mers.

S’il est un autre sujet épineux, qui place les candidats dans une posture délicate, c’est celui de l’Etat de droit. La Corse est régulièrement montrée du doigt comme étant une zone de non-droit, dans laquelle l’autorité de l’Etat est perpétuellement bafouée. Ceux qui nient l’identité corse n’hésitent pourtant pas à dire que la violence est enracinée dans la culture corse. Vieille stigmatisation qui consiste à décrire une Corse décidément ingérable. Rien d’étonnant dès lors que les Corses se sentent de moins en moins Français quand on les distingue de la sorte. Au-delà de cette caricature, on touche ici à la capacité de l’Etat à assurer l’ordre, à garantir le fonctionnement d’une justice indépendante, à faire respecter ses décisions. Et ce n’est pas en déclarant sans cesse que la Corse est le département le plus criminogène de France que l’on traitera le sujet, ni en dénonçant une quelconque dérive mafieuse. Si tant est que cela soit le cas, ce n’est pas une fatalité. C’est avant tout une question de responsabilité et de volonté politique, voire de courage.

Plus profondément, l’Etat sera respecté en Corse s’il tient sa parole et sa promesse d’impartialité et d’égalité de traitement. La question du regroupement des prisonniers en est une illustration. En 2003, alors ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy s'était engagé à procéder au rapprochement de tous les condamnés corses incarcérés sur le continent sans restriction par rapport à la longueur de la peine. Il a fait bouger les lignes. En 2015, alors Garde des Sceaux, Christiane Taubira avait déclaré vouloir faire personnellement avancer le dossier. Entre ces deux dates, la question reste assez largement posée sans jamais être véritablement réglée. Elle ne pourra pas être éludée après le scrutin présidentiel.

Enfin, il leur faudra aussi traiter d’un sujet qui déchaîne les passions, qui divise alors qu’il devrait pourtant rassembler. Il s’agit de notre héritage et de nos racines chrétiennes. On se souvient du débat enflammé lors du référendum sur le Traité constitutionnel européen.

Ces racines sont visibles partout dans l’île depuis des siècles. Les célébrations de la Madunuccia à Ajaccio et de Saint-Joseph à Bastia, pour ne prendre que ces deux exemples, rappellent l’attachement des Corses à la tradition, à l’histoire, à une culture profondément chrétienne et pour autant parfaitement compatible avec la laïcité. A condition que l’on n’en détourne pas le sens pour en faire un combat contre d’autres religions. Ce sujet-là sera au cœur des enjeux dans quelques mois, pour la Corse en général et pour la France en particulier. Seuls ceux qui dans la classe politique en ont la pleine conscience et auront su comprendre ces enjeux, seront à même d’appréhender "la question corse" dans un climat apaisé et tourné vers l’avenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 28/04/2016 - 23:57
Bof...
La Corse n'est pas encore un enjeu, car on n'entend que Sarko et Flamby, soit les menteurs et les tricheurs de la grande famille qui corrompt la France et veut préserver le statu qui corse...l'enjeu viendra apres, lorsque les patriotes auront conquis plus du tiers de l'AN et commenceront à imposer la fin de l'assistanat et le début du retroussage de manches...ce sera alors aux Corses de savoir si ils vont avec ou contre la République. Leur réponse sera divisée, et parfois violente (voir les zadistes-fascistes...) mais je ne doute pas d'une large majorité en faveur de la République!
Deudeuche
- 28/04/2016 - 21:59
La France à un problème
Avec son identité et donc ne supporte pas que ses régions en sauvegardent une. La fusion destruction des régions non socialistes correspond à cette haine de la diversité française alors que la diversité étrangère et non européens est considérée comme une "chance".
Vive la Corse vive l'Alsace et vive...la France