En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 10 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 11 heures 17 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 31 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 15 heures 50 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 16 heures 10 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 34 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 16 heures 47 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 7 heures
Oups

Effet secondaire de la légalisation des drogues aux Pays-Bas : le pays est devenu n°1 en Europe, mais dans une discipline peu glorieuse...

Publié le 27 avril 2016
Pourquoi les Pays-Bas, plutôt qu’un autre pays, connaissent-ils une telle guerre ? Parce que les effets bénéfiques de la campagne de santé publique ont masqué le reste des problèmes.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pourquoi les Pays-Bas, plutôt qu’un autre pays, connaissent-ils une telle guerre ? Parce que les effets bénéfiques de la campagne de santé publique ont masqué le reste des problèmes.

20% des meurtres commis ces trois dernières années, aux Pays-Bas, sont le fait des rivalités entre gangs de la drogue. Le 10 mars dernier, les passants ont découvert la tête décapitée d’un homme de 23 ans, exhibée à l’entrée d’un bar mal famé d’Amsterdam. Dans un pays où le taux d’homicides est un des plus bas au monde, cette atrocité a fait les gros titres de tous les journaux.

A l’origine de la guerre des gangs : la disparition d’un chargement de cocaïne dans le port d’Anvers. Depuis, c’est l’escalade de la violence alors même que les Pays-Bas sont réputés pour leur politique progressiste en matière de stupéfiants.

L’incident remet le doigt sur le débat de la guerre contre la drogue, validée par les traités internationaux, à l’heure où l’Assemblée générale des Nations Unies se réunit à New York pendant trois jours pour repenser la question. Le premier des traités internationaux fête les 104 ans de sa signature : la Convention internationale sur l’opium, qui organise un cadre draconien ; elle servira de pierre angulaire à trois autres traités, qui conditionnent largement la politique internationale en matière de drogue.

La dernière Assemblée générale sur les stupéfiants s’était tenue en 1998, où elle avait entériné à nouveau la lutte anti-drogue. Mais depuis, les différentes expériences menées dans les pays européens (en Hollande par exemple, mais aussi au Portugal, qui a légalisé la consommation de cannabis en 2000) ont conduit l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à soutenir un projet de réforme : dépénalisation de la consommation, et mesures de réduction des "dégâts collatéraux" (parmi lesquels la propagation d’infections sexuellement transmissibles par le recours à des ustensiles contaminés, la fourniture auprès de dealers peu scrupuleux de la qualité de leurs produits, la non-prise en charge médicale, etc.).

Problème : l’approche hollandaise, si elle donne de très bons résultats dans la réduction de ces dégâts collatéraux, a largement contribué à éclipser, dans l’opinion publique, l’ampleur des crimes liés à la drogue aux Pays-Bas.

Le compromis néerlandais, un exemple pour l’OMS en matière de santé publique

Aux Pays-Bas, les drogues se trouvent plus ou moins dans un vide juridique. Toutes celles dites communes sont officiellement interdites, mais les sanctions - en cas de possession - sont très faibles, voire inexistantes.

Prenons l’exemple des coffee shops d’Amsterdam. Ils vendent du cannabis aux locaux et aux touristes, en dépit de l’illégalité de sa production, de sa vente et de sa possession. Mais à partir du moment où la marijuana a atterri derrière le comptoir, la loi n’est plus appliquée, dans un esprit de tolérance des drogues douces. Bien sûr, il y une condition sine qua non : les magasins n’en conservent qu’une quantité raisonnable, et ne vendent pas plus de cinq grammes par client. Ce compromis permet donc aux Hollandais de respecter l’essence des traités internationaux.

Seulement, des observateurs remettent en doute l’efficacité du compromis

Le système hollandais fonctionne donc à deux niveaux : on peut vendre du cannabis relativement ouvertement, mais il est interdit de cultiver la plante. Cependant, Jan Brouwer, professeur de droit à l’Université de Groningue, explique à VICE que cela constitue une vraie poule aux œufs d’or pour l’économie souterraine. Ainsi, tout en étant opposé à l’interdiction totale des drogues, il affirme que la réduction des dégâts collatéraux est insuffisante pour justifier un tel système.

"Cela fait 40 ans que nous essayons ce fonctionnement à deux niveaux", raconte-t-il. Son objectif primordial, à lui et à ceux qui sont de son avis, c’est de couper l’herbe sous le pied des syndicats du crime. Alors, "soit nous suivons la voie américaine, auquel cas nous multiplions les descentes et ce sera clair pour tout le monde ; soit nous faisons le pas supplémentaire vers la libéralisation".

Ni la population ni le gouvernement ne semblent viscéralement attachés à la libéralisation totale

Pour le reporter de VICE, la réputation hollandaise de tolérance pour la drogue apparaît non pas comme un amour immodéré de la drogue, mais plutôt comme la conséquence de la densité de population. Autrement dit, « occupez-vous de vos affaires" serait plus caractéristique de la culture néerlandaise que "vivre libre et mourir". Le Premier ministre, Mark Rutte, avait émis une remarque proche dans une interview en 2014 : "Les gens doivent pouvoir faire de leur corps ce qu’ils entendent, à condition qu’on les ait informés de ce que cette merde leur provoque", avait-il dit, avant de balayer d’un revers de main l’exemple de l’Etat américain du Colorado. Ce dernier, en effet, a initié une réforme d’envergure en 2015, par laquelle l'Etat taxe toutes les étapes de production du cannabis, et distribue des licences aux magasins qui peuvent alors vendre légalement de petites quantités aux clients majeurs.

En effet, aux Pays-Bas, la culture de la drogue n’est pas très différente du reste du monde : malgré le vernis de tolérance qui fait la réputation d’Amsterdam, la majorité des Hollandais considèrent la marijuana comme une facétie de lycéens, voire un piège à touristes. 24 % de la population adulte reconnaît avoir déjà fumé du cannabis – ce qui est relativement beaucoup – mais moins de 10 % s’y est adonnée dans l’année – ce qui est relativement peu.

Il est vrai que les politiques publiques en matière de santé ont été couronnées de succès

De manière générale, la qualité de vie des consommateurs a été améliorée depuis 40 ans. La couverture santé universelle prend en charge le traitement de l’addiction. La prescription médicale est étroitement surveillée, a fortiori quand les médecins soupçonnent leurs patients d’en abuser. Les héroïnomanes ont accès à des doses gratuites dans des salles de shoot. Floor Van Bakkum, chef d’un centre pour personnes dépendantes à la drogue – subventionné par la sécurité sociale – raconte à VICE que son service a réussi à endiguer la progression de l’héroïnomanie, et que ses patients ont été tirés hors de la criminalité.

De plus, l’âge moyen des consommateurs de drogue y a dépassé les 45 ans, et continue d’augmenter. Et malgré la pérennité des overdoses, les Pays-Bas sont parmi les moins touchés d’Europe, avec un ratio de 9,1 décès par million d’adultes. A titre comparatif, aux Etats-Unis, le ratio est de 83 décès pour les drogues illégales, et de 123 pour les drogues médicales.

Ainsi, tout ce qui a trait à la consommation est considéré comme un problème de santé publique. En revanche, dès qu’on touche à la production et au commerce, on rentre dans une perspective pénale. Et c’est là où les difficultés persistent.

Les réseaux de crime organisés fleurissent aux Pays-Bas

En 2015, 2,5 millions de fumeurs de cannabis, 260 000 consommateurs de MDMA et 170 000 de cocaïne déclaraient avoir obtenu leurs produits de source illégale. Le hachich, entre autres, est importé d’Afrique du Nord, mais la marijuana est produite localement. La cocaïne, d’après un rapport de police publié en 2012, débarque aux ports de Rotterdam et d’Anvers avant d’être diffusée dans toute l’Europe. Quant à la MDMA, comme d’autres drogues synthétiques, elle est le fer de lance de l’industrie néerlandaise, première au monde : "la production se fait généralement dans des entrepôts, des bureaux, des hangars de parcs industriels, ou même en pleine campagne" poursuit le rapport de police.

Au début du mois d’avril, les autorités annonçaient avoir mis la main sur un important réseau de drogue : le journal NRC Handelsblad décrit le laboratoire comme étant si grand qu’il pouvait produire "70 kilos de MDMA plusieurs fois par semaine".

Le marché de la drogue fait parfois partie du quotidien, ce qui le rend difficile à combattre

En effet, étant donné la rentabilité du marché de la drogue, la production de stupéfiants est souvent intégrée aux économies locales, engendrant corruption et blanchiment d’argent. La guerre contre la drogue menée par le gouvernement lui coûte plus d’un milliard de dollars ; transposé aux Etats-Unis, cela reviendrait à 19 milliards, soit le budget annuel de la NASA. Sauf qu’à la différence de leurs collègues américains, les policiers néerlandais sont trop peu équipés, et trop peu nombreux.

Nicole Maalsté, sociologue indépendante, étudie les individus qui composent ces réseaux. "D’abord, raconte-t-elle, on a les criminels classiques, qui ne sont motivés que par l’appât du gain. Ensuite, on a les pionniers, qui aiment véritablement le pavot et n’ont jamais cru faire quelque chose de mal ; puis viennent les fermiers, qui essaient de s’en sortir en pleine économie de récession ; et enfin, les travailleurs "par accident", que la vie ou les mauvaises fréquentations ont poussé dans la culture des plants".

La répression des réseaux de la drogue est également responsable des maux suivants

Dans les dernières années, les descentes policières ont surtout contribué à effrayer les enthousiastes du pavot, qui laissent la place aux criminels avides qui se professionnalisent dans la lutte contre la police. Ces derniers, en recherche permanente de marges supplémentaires, n’hésitent pas à réduire la qualité de leur production : c’est ainsi que les doses de cocaïne sont toujours coupées avec autre chose, de même que les comprimés d’ecstasy, ce qui accroît le risque d’accidents.

Le poids des traités internationaux fait également pencher la balance vers la régulation stricte, et contre le compromis

La Convention unique sur les stupéfiants, signée en 1961, stipule que les Etats-membres ont une "obligation générale" de "limiter la production, la manufacture, l’export, l’import, la distribution, le commerce, la consommation et la possession de toutes les drogues à des fins uniquement médicales ou scientifiques".

Par conséquent, le système actuel viole les traités. Mais les Pays-Bas ne sont pas les seuls dans ce cas-là : aux Etats-Unis, en plus du Colorado, deux autres Etats et Washington D.C. ont légalisé l’usage récréatif de la marijuana. A l’époque, le gouvernement américain avait soutenu que son approche, c’est-à-dire la conservation de l’interdiction à l’échelon fédéral conjugué à une marge de manœuvre laissée aux Etats, respectait l’esprit des traités. De nombreux gouvernements, dont la Russie, l’Iran et la Chine, s’étaient montré pour le moins sceptiques, et affirment que la seule interprétation valable des traités va dans le sens d’une interdiction totale de toutes les substances illicites.

Le système à deux niveaux, en vigueur aux Pays-Bas, a donné de très bons résultats dans la réduction des dégâts collatéraux, permettant d’éviter les excès que la guerre contre la drogue cause aux Etats-Unis. Malgré tout, le compromis – qui revient à pourchasser les producteurs en fermant les yeux sur les consommateurs – viole non seulement les traités, mais il ne permet pas de lutter efficacement contre les réseaux de la drogue, violents et richissimes. Et ses bons chiffres en matière de santé publique compliquent la compréhension par le public des problèmes restants, ce qui rend suicidaire politiquement la défense d’une plus grande régulation. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 10/05/2016 - 23:18
@Ganesha...suite
hallucinatoires. Le cannabis est également responsable de troubles anxieux, de dépression avec des risques suicidaires, d'un déclin des performances scolaires et même d'une diminution irréversible du Quotient Intellectuel. Parmi les autres effets délétères du cannabis pour la santé, l'Académie cite son pouvoir cancérigène, son impact sur la fertilité et le cœur. Elle rappelle que, dans les pays ayant légalisé son usage, le nombre de personnes dépendantes s'est accru, avec une augmentation parallèle du risque de passage aux drogues dures. Les produits sur le marché sont également plus variés et concentrés en tétrahydrocannabinol."

Donc avant de parler et de raconter quelque chose sur un sujet...il vaut mieux le connaitre... Sans rancune.
JG
- 10/05/2016 - 23:16
@Ganesha et @vangog
Merci à Vangog...je suis effectivement médecin et je sais de quoi je parle.
La communication de l'académie nationale de Pharmacie sur le sujet pour Ganesha de manière à mettre les points sur les i :
"Dans un récent communiqué de presse, l'Académie nationale de Pharmacie se prononce à nouveau contre la légalisation du cannabis en France, estimant que « ses conséquences seraient catastrophiques en termes de santé publique ». Et l'institution ne manque pas d'arguments pour appuyer cette position. Premièrement, le cannabis est responsable d'un nombre croissant d'accidents sur les routes françaises. En cause, son impact sur les fonctions cognitives et motrices : baisse de la vigilance et des réflexes, modifications de la perception du temps et des distances, rétrécissement du champ visuel, etc. En deuxième lieu, la dépénalisation du cannabis serait un mauvais signal envoyé à la jeunesse, allant dans le sens d'une banalisation. Or, une consommation régulière de cette drogue avant 20 ans peut altérer gravement la maturation cérébrale par une modification des connexions entre les neurones. Elle s'accompagne d'un risque accru d'apparition de la schizophrénie, de troubles délirants et....
Ganesha
- 29/04/2016 - 00:18
Vérité
On dit :''il n'y a que la vérité qui blesse'', ou du moins, qui dérange... les fantasmes, les rumeurs et les faux arguments !