En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Wikimédia
Au bal, au bal masqué...
Com' Oui-Oui : Hé oh la gauche ou... ohé, ohé capitaine abandonné ?
Publié le 26 avril 2016
A un an de la présidentielle, les soutiens de François Hollande ont lancé "Hé oh la gauche". Ce mouvement incarne l'apogée d'une communication étatique syntaxiquement pauvre, grotesque et passant à côté de ses cibles.
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A un an de la présidentielle, les soutiens de François Hollande ont lancé "Hé oh la gauche". Ce mouvement incarne l'apogée d'une communication étatique syntaxiquement pauvre, grotesque et passant à côté de ses cibles.

On nous a assez répété que notre Premier ministre est issu du monde de la communication, mais on commente assez peu le genre de propagande que nous inflige le parti au pouvoir et qui entretient un rapport extrêmement fatigant avec la niaiserie pédagogique. Je vous résume la raison de ce phénomène comme si je venais de l'entendre au café : "ils sont tous plus ou moins professeurs là-dedans". Ils lancent des campagnes gnangnan pour plaire à la fois aux enfants et aux inspecteurs d'académie, ils sont dans l'animation et non dans l'information, dans le signal et non dans la signification. Les relais provinciaux issus du radical-socialisme, les anciens débatteurs post-soixante-huitards, les libertaires, les sectaires, les trotskystes jospiniens, les raisonneurs en jeans viennent pour la plupart du monde de l'enseignement. C'est à eux que nous devons d'avoir dû remplacer autour de 1980 les hommes et les femmes par des mecs et des nanas, les livres par des bouquins, les bambins par des boudchous, les oeuvres d'art par un "travail sur", les initiatives généreuse par des projets citoyens, etc. La liste est ouverte et s'allonge sans cesse.

Dans ce contexte, toute action psychologique destinée à convaincre les foules emprunte naturellement le même canal boueux, celui de la com' jeune à la Jack Lang, certes un ton plus haut, de manière plus professionnelle, mais avec le même esprit niais-ado-boudeur, le recours à la fausse simplicité (une simplicité payée 10 000 euros par mois), et aux artifices les plus grotesques dans l'expression. Sous Jospin on abandonne le côté "elle est chouette cette nana" pour employer les grands moyens, ceux de l'Etat afin d'éditer une brochure de la Sécurité Sociale à 10 millions d'exemplaires qui comporte une faute grossière et qui dit "La sécu c'est bien, en abuser ça craint".

Non, la faute n'est pas là. Elle est dans le paragraphe suivant où figurait la phrase "La Sécu est un système que beaucoup nous envie (sic)". 

Nous avions là un premier symptôme de l'effondrement général. Sous prétexte de faire et de dire les choses simplement, de se démarquer de la France solennelle de Giscard et de Pompidou, les Socialistes auront inventé l'analphabétisme officiel et la démocratie Casimir. Le règne de François Hollande marque l'apogée de ce système immature avant la chute. Rappelons, comme je l'ai fait ici, que ce quinquennat grotesque a commencé par une campagne vidéo où une poignée de décervelés agitait les deux mains en sens inverse en disant "le changement c'est maintenant". Ensuite le style des discours présidentiels a atteint un tel niveau de nullité syntaxique et sémantique que je me flatte d'avoir, en plusieurs occasions, à une époque où les journalistes étaient moins unanimes dans la critique, été celui qui a gravé au burin les records de sottise sur une échelle graduée. Un jour on retrouvera le témoignage de ces moments inoubliables où notre président, rendant hommage à Mandela, saluait en lui un combattant infatigable de l'Apartheid, un jour on exhumera les oraisons funèbres offensantes de platitude après les crashs d'avion, le convoyage au Panthéon d'un type qui "conchiait la France" explicitement, le communiqué aux 14 fautes d'orthographe visé par quatre personnes différentes à l'Elysée. Mais surtout on se souviendra du niveau CE2 que la présidence a infligé à la communication étatique toute entière (qu'on se rappelle l'affligeante brochure de Noël dans le genre Oui-Oui au pays du chômage), et dont le Hé oh la Gauche, qui vient de sortir, est le point d'orgue. Cette formulation à peine digne d'une publicité pour des biscuits apéritif et qui s'adresse à l'opinion avant qu'elle ne bascule a raté son coup. On entend basculer la France de gauche depuis plusieurs semaines dans l'effarement d'en être arrivée là. Ce Hé oh relève de la variété, ni plus ni moins, c'est le contraire d'un appel à la conscience, d'un appel au ressaisissement, le contraire des solennités gaulliennes, et du même coup il contribue à légitimer leur retour. Je ne serais pas étonné par exemple qu'on en fasse bientôt des tonnes autour de l'anneau de Jeanne d'Arc. Entre Hé oh et Haut les coeurs, il y a un abîme, celui de l'histoire de France. 

C'est maintenant qu'on le mesure. C'est maintenant qu'elle repart.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 26/04/2016 - 21:17
Bande de niais
Le gnan-gnan style, sera la marque de ce gouvernement .
JLH
- 26/04/2016 - 17:12
les précieuses ridicules
au catalogue nous avons :
un africain noir : une personne issue de la minorité visible,
Senghor version PS nous dirait : la raison est hellène, l'émotion est issue des minorités visibles (ridicule n'est-ce-pas, mais Senghor n'a jamais été ridicule, trop cultivé pour çà)
(un blanc sur le quai du RER B gare de Nord : une personne issue de la minorité visible (aussi),)
un immigré (d'ailleurs le plus souvent appelé "émigrée, idiot non !) est issus de la diversité,
un instituteur devient professeur des écoles, (eh voilà, la preuve saute à nos yeux : la proportion d’illettrés augment chaque jour), et bien pire Najat veille, çà ne peut que s'aggraver.

Allons, rassurons nous, un con reste un con, le pire étant que plus il est élevé dans la hiérarchie, plus il fait de dégâts.

Pépère François, réfléchit bien à cette dernière affirmation.

Septentrionale
- 26/04/2016 - 12:32
Image tragi-comique de la triste réalité d'un président Bouffon
Un Merlinpinpin qui ne sait pas dire non et une opérette de sinistres colporteurs en guise de ministres.