En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 22 min 32 sec
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 42 min 54 sec
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 2 heures 5 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 3 heures 10 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 4 heures 2 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 14 heures 29 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 21 heures 31 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 23 heures 7 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 33 min 23 sec
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 1 heure 22 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 3 heures 17 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 13 heures 45 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 15 heures 12 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 19 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 21 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 23 heures 29 min
© REUTERS/Stephane Mahe
© REUTERS/Stephane Mahe
Ça c'est dit !

Ces facteurs politiquement peu corrects qui déterminent réussite ou échec scolaire des enfants issus de l'immigration

Publié le 29 avril 2016
Plusieurs données émanant d'études internationales révèlent que les enfants nés en France de parents immigrés en provenance des pays musulmans réussissent moins bien, en ce qui concerne les garçons. Les travaux du psychologue danois Nicolai Sennels expliquent pourquoi.
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire. Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs données émanant d'études internationales révèlent que les enfants nés en France de parents immigrés en provenance des pays musulmans réussissent moins bien, en ce qui concerne les garçons. Les travaux du psychologue danois Nicolai Sennels expliquent pourquoi.

La réussite scolaire des enfants de l'immigration et les questions d'intégration sont aujourd'hui sur le devant de la scène, mais sont soumises d'une manière extrêmement violente à une forme de censure par la correction politique, enjoignant de considérer uniquement des questions de pauvreté, d'exclusion géographique ou sociale, ou d'origine des parents. Alors même que les batailles font rage, le croisement de plusieurs types de données permet de séparer la réussite des filles et celle des garçons et de pondérer les items politiquement corrects puisque garçons et filles sont soumis aux même contraintes scolaires, culturelles et géographiques. Les considérations vont bien au-delà des évocations classiques, comme le précise le psychologue danois Nicolai Sennels.

Si on considère les enfants des immigrations âgés de 18 à 35 ans ayant suivi toute leur scolarité en France, on s'aperçoit que les filles sont tout autant bachelières que les jeunes femmes de la population générale blanche. Mais il faut établir des distinctions allant au-delà de cette moyenne flatteuse. Si 65 % des filles de la population majoritaire obtiennent un bac, près de 80 % des filles de Chinois et 70 % des jeunes filles ayant des parents cambodgiens, laotiens ou du vietnamiens décrochent un bacLes filles issues de l'Afrique subsaharienne, notamment d'Afrique francophone, sont dans des scores sensiblement identiques à la population majoritaire. Mais la part des bachelières est bien plus faible parmi celles dont les parents sont venus de Turquie, avec 38 % ou d'Algérie (51 %). Les garçons font en revanche nettement moins bien. 59 % des garçons de la population majoritaire sont bacheliers, mais seuls 48 % des enfants d’immigrés réussissent ce diplôme. Là encore, l'origine importe de manière significative avec 26 % seulement pour ceux dont les parents sont originaires de Turquie, 40 % pour l’Afrique sahélienne ou 41 % pour l’Algérie. Globalement, 55 % des descendants d’immigrés, ou immigrés arrivés avant six ans, sont aujourd’hui bacheliers. Ce qui place les enfants de la deuxième génération, filles et garçons confondus, à sept points des adolescents du groupe majoritaire, pour l’obtention de ce diplôme symbolique, mais avec de très fortes disparités en fonction de l'origine (Source : Le Monde, 8 janvier 2016). 

Sennels pointe le facteur psycho-éducatif

On pourra s'étonner que cette école, que l'on dit, et qui est réellement, très perfectible - si elle est qualifiée de "moyenne" par les différentes enquêtes européennes et mondiales sur l'enseignement dans les pays développés - est tout de même identique pour les enfants issus de toutes les origines migratoires. A peu de choses près, les enfants issus de l'immigration européenne font jeu égal, à la seconde génération avec les natifs de la population majoritaire, à l'exception des Portugais et Espagnols, si on veut être juste, qui font légèrement moins bien. On peut expliquer la réussite des populations asiatiques par l'origine des parents, eux-mêmes scolarisés dans les pays d'origine et donc sensibles à la question scolaire. Mais ces populations bénéficient de vertus éducatives familiales, avec une forte injonction et une grande attente des parents par rapport à la chose scolaire. L'obligation d'adaptation faite par les parents, quoiqu'on en dise, est le moteur de cette réussite des Asiatiques, toujours prompts à s'intégrer dans les sociétés où ils arrivent. Alors même qu'ils ne sont pas mieux logés et mieux lotis socialement que les enfants des autres immigrations. Cette tendance est corroborée par les mêmes enquêtes internationales qui situent aujourd'hui en Asie les écoles les plus efficaces et obtenant les meilleurs résultats.

A contrario, pour les immigrés issus des pays musulmans, les enfants nés en France sont ceux qui réussissent le moins bien, pour ce qui est des garçons du moins. On peut évoquer le défaut de scolarisation des parents turcs ou maghrébins, lesquels sont régulièrement issus de régions agricoles, pauvres, ou n'ayant jamais été scolarisés. Mais dans ce cas, ce paramètre de l'origine devrait s'appliquer aux filles comme aux garçons, ce qui n'est pas complètement le cas. Egalement, sur le territoire français, toutes ces populations se situent peu ou prou dans les mêmes types d'habitats et de classes sociales.

Mais il existe une autre dimension, plus politiquement incorrecte, étudiée par le psychologue danois Nicolai Sennels, dont les travaux, qui font autorité, ont été étudiés dans des facultés, y compris en France, mais ont valu à son auteur quelques critiques acerbes de la part de politiciens dans son propre pays. Il a travaillé plus précisément au contact des prisonniers musulmans dans les prisons danoises, pour étudier des aspects tenant à la nature même de l'éducation traditionnelle musulmane, en particulier, celle qui touche les garçons. Il écrit : "les musulmans [dans leur ensemble] ne comprennent pas notre façon toute occidentale de gérer les conflits par le dialogue. Ils sont élevés dans une culture comportant des figures d’autorités et des conséquences externes à l’individu et très bien définies. La tradition occidentale, qui utilise compromis et introspections comme principaux outils pour gérer les conflits tant intérieurs qu’extérieurs, est considérée comme une faiblesse dans la culture musulmane. Dans une large mesure, ils ne comprennent tout simplement pas cette façon plus douce et plus humaniste de traiter les affaires sociales. Dans le contexte du travail social et de la politique, cela signifie que l’individu a besoin de plus de limitations et de conséquences plus sévères pour être en mesure d’adapter son comportement".

Nous retombons bien là dans la différence de culture et dans l'adoption de codes communs de comportement en matière de gestion de la relation humaine et surtout du conflit. On ne parle pas nécessairement du conflit problématique, mais plus couramment du conflit culturel simple qu'il peut y avoir, par exemple, à être enseigné par une femme. La volonté même, l'engagement, en direction d'une acquisition des codes communs de comportement présidant à l'assimilation devient ainsi un facteur prépondérant, mais celui justement, dont il est interdit de parler.

Sennels ajoute : "Nous constatons que particulièrement la colère est bien plus acceptée dans la culture musulmane. Dans la culture occidentale et dans d’autres cultures non-musulmanes, comme en Asie, l’agressivité ou une brusque explosion de colère sont vues comme comportements que l’on regrette par la suite et dont on aura honte. C’est complètement l’inverse dans la culture musulmane. Si quelqu’un "bafoue votre honneur", il est attendu de vous que vous démontriez votre agressivité, et souvent également, que vous vous vengiez tant verbalement que physiquement. Ainsi, l’agressivité vous donne un statut inférieur dans nos cultures, mais un statut plus élevé dans la culture musulmane".

On retrouve dans le discours de Sennels, cette allusion à la culture asiatique qui traiterait les questions de conflits et d'honneur d'une manière plus proche de celle des Occidentaux, et qui reconnaît également la violence ou la colère comme un élément masculin dégradant commun aux Occidentaux et aux Asiatiques. Les filles sont ainsi épargnées à la fois culturellement et au niveau éducatif, leur colère n'étant pas, même chez les musulmans, assimilée à une "valorisation". Les travaux de ce psychologue danois, qui souligne par ailleurs toute la difficulté à intégrer les populations musulmanes à l'Europe, corroborent très exactement les résultats scolaires français. En conclusion, il n'y aurait pas obligation qu'à l'école de mener un travail au niveau de l'instruction et de sa qualité, mais également à prendre en compte une dimension éducative et d'acculturation susceptible de permettre d'accéder à plus de compatibilité des codes de la relation entre les deux cultures. C'est là que devrait intervenir la volonté politique, de reconnaître, pour tenter de mettre fin à ces aspects, par des mesures propres à lutter contre un communautarisme encourageant la perpétuation des items éducatifs et culturels. Ils se révèlent être à la fois des freins à l'apprentissage scolaire et plus tard, à l'intégration dans le monde du travail.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
1812ivan
- 27/04/2016 - 10:14
différences culturelles : en Europe aussi
Il n'y a pas une culture occidentale mais tout un gradient. Venant du midi de la France puis ayant enseigné dans le Nord puis en Allemagne je peux dire que l'on trouve aussi beaucoup d'écart entre les pays et régions européennes par rapport à la nature de l'autorité, l'agressivité, l'expression verbale, la résolution des conflits.
L'écart maximal est sans doute entre la conception scandinave et celle des pays méditerranéens.
Pour des lycéens allemands, les lycées français sont des prisons où l'on n'a pas de temps (compter bien 10-12 périodes de 45 minutes par semaine en moins) pour faire de la musique, du sport et où l'on a tout le temps des devoirs (en classe, à la maison).
karenotsoa
- 25/04/2016 - 23:32
Autorité
Comme je le dis depuis des années parce que j'ai vécu avec eux et que je les ai encadrés en tant qu'animatrice durant mes études puis reçus en tant que psychologue, les jeunes musulmans ne respectent que ce qu'ils craignent et pour être structurés et pouvoir progresser, il faut qu'ils soient soumis à un cadre très strict, autoritaire, non négociable ou la sanction attendue doit être exécutée. C'est ce qu'ils ne trouvent plus suffisamment à l'école ou dans les tribunaux et ce qu'ils trouvent justement dans l'Islam radical. Une antenne du commissariat dans l'enceinte de chaque collège problématqiue serait bien plus profitable que le bureau du conseiller d'éducation!
ISABLEUE
- 25/04/2016 - 16:49
Acculturation,
je n'ai pas dit sous-développé, mais de culture différente.

Les portes s'ouvrent doucement.... :)))