En direct
Best of
Best Of
En direct
Pas couchés
Alain Finkielkraut vous pouvez aller sans crainte à la Nuit Debout ! Mais il s'agit de celle de Saint-Denis…
Publié le 25 avril 2016
Les veilleurs du 93 se sont installés en bas de leurs immeubles. Silence sur eux. Il n'y a pas là-bas de statue de la République pour attirer les caméras.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les veilleurs du 93 se sont installés en bas de leurs immeubles. Silence sur eux. Il n'y a pas là-bas de statue de la République pour attirer les caméras.

Saint-Denis ça évoque quoi pour vous ? Trois V : vols, viols, violences. Saint-Denis c'est où ? Loin de tout, loin de nous. Quelle est l'industrie la plus prospère dans cette ville du 93 ? Le trafic de drogue. Bienvenue donc à Shit City !

Et on en arrive, hélas, à oublier que des êtres humains qui ne sont ni des voleurs ni des violeurs ni des dealers y vivent. Des petites gens peu fortunées, dignes de respect. Ils sont les premières victimes de la coulée de boue qui engloutit les cités HLM où ils vivent. Le plus souvent ils baissent la tête sous les regards rigolards et narquois des voyous et rasent timidement les murs pour éviter de se faire exploser.

Parfois la révolte prend le dessus sur la peur. En bas de la cité Paul Eluard, juste devant le hall de l'immeuble, ils ont dressé des tables pour faire leur Nuit Debout contre les trafiquants. Pour montrer à ces derniers qu'ils ne veulent pas que leur territoire soit un territoire occupé. Il y a là-bas des hommes, des femmes, des enfants. Oh ils sont évidemment moins nombreux que les petits bourgeois de la place de la République. Mais ils valent tellement plus qu'eux.

Et voilà comment les choses se passent telles que les raconte le site "Saint-Denis Ma Ville". Sur un petit plateau brinquebalant un thermos de café, des jus de fruits et de petits gâteaux doivent permettre de se réconforter pendant la nuit. "Nous n'avons pas l'intention de céder, ils essayent de nous intimider. Nous résisterons jusqu'au bout" dit une femme. En face de cette assemblée en colère, à 20m à peine, une poignée de jeunes hommes âgés de 20 à 30 ans. Sur le sol devant eux des bris de verre et les traces noires des voitures qui ont brulé dans la nuit de mardi à mercredi.

A l'évidence perturbés par l'initiative des habitants les dealers les invectivent en leur intimant l'ordre de déguerpir. L'un d'eux : "de toute façon on habite pas là alors on s'en fout que ça vous plaise pas." Un autre un peu agité : "parce que vous croyez qu'on a l'intention de vivre à Saint-Denis ? De rester là ?". Il est 23h45 les dealers changent de poste. Et la noria des voitures reprend, les files s'allongent. Le trafic continue.

Et que fait la police ? Elle fait ce qu'elle peut donc pas grand-chose. Elle pourrait peut-être arrêter tous ces dealers parfaitement identifiés, localisés ? Vous n'y pensez pas ! Il y aurait une émeute, une bataille rangée, la guerre civile quasiment… De cela les autorités ne veulent pas. Il est, n'est-ce pas, de loin préférable de vivre couché pour être heureux. Et c'est pour ça, contre ça, que des habitants de la Cité Eluard se sont mis debout.

Pas une caméra pour les filmer, pas un micro pour leur donner la parole. Et pour cause : tous les moyens audiovisuels sont en permanence mobilisés place de la République pour la grande kermesse des imbéciles. C'est là-bas que Finkielkraut qui était allé voir s'est fait lyncher. Le philosophe pourrait paisiblement et sans risque se rendre à la Nuit Debout de la cité Eluard. Car, contrairement aux crétins parisiens, les acteurs de cette manifestation savent par expérience et intuition qui il faut haïr.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Joly Maurice
- 26/04/2016 - 16:38
La république des lâches!
Peur d'une émeute, donc on laisse bafouer les lois! Pitoyable de lâcheté! Avec l'argent de la drogue on achète des armes et avec les armes on fait des attentats.
Lapalatine
- 26/04/2016 - 08:38
Dommage ...
Dommage que j'habite si loin d'eux car j'irais les soutenir et leur dire combien ils sont méritants ces "petites gens" abandonnés par tous et si grands par leur courage et leur détermination.Les inutiles qui refont le monde de puis plusieurs semaines Place de la République ne pourraient-ils aller "refaire" un quartier en premier??
vangog
- 26/04/2016 - 01:26
Très triste...
très triste pour ces habitants de ces cités abandonnées par la Justice, par la Police, par la République, par un état veule...ils ne peuvent partir, ou ne veulent partir, et leur fierté, c'est de faire front! Là est la vraie France...