En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

07.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 5 heures 16 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 7 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 8 heures 3 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 8 heures 19 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 8 heures 50 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 9 heures 8 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 10 heures 38 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 3 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 9 heures 3 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 10 heures 57 min
© Flickr / lavacavegetariana
© Flickr / lavacavegetariana
Effet domino

Pourquoi les pays scandinaves (et d’autres) pourraient emboîter le pas à la Grande-Bretagne en cas de Brexit

Publié le 29 avril 2016
D'après un sondage réalisé en Suède, en cas de sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, une majorité de Suédois souhaiteraient que leur pays emprunte la même voie. Un Brexit induirait un renforcement du noyau dur européen fédéral autour de la France et l’Allemagne, ce dont la Suède ne veut pas.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après un sondage réalisé en Suède, en cas de sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, une majorité de Suédois souhaiteraient que leur pays emprunte la même voie. Un Brexit induirait un renforcement du noyau dur européen fédéral autour de la France et l’Allemagne, ce dont la Suède ne veut pas.

Atlantico : Un sondage réalisé en Suède par TNS Sifo montre que si les Suédois sont majoritairement favorables à la présence de leur pays au sein de l'Union européenne (44%, contre 32% qui y sont défavroables), l'hypothèse d'une sortie de la Grande-Bretagne inverse le rapport de force : 36% des Suédois ont répondu qu'ils souhaiteraient, en cas de Brexit, que leur pays sorte également de l'Union, contre 32% seulement en faveur du maintien. Dans ces conditions, si la Grande-Bretagne opte pour un Brexit, peut-on craindre que la Suède emprunte le même chemin ? Pourquoi ? 

Christophe Bouillaud : Oui, c’est une crainte - ou un espoir pour certains - qu’on peut effectivement avoir. C’est moins le Brexit en soi qui changerait les choses, que la réaction presque obligée que devraient avoir les autres Européens face à ce choix inédit d’un Etat qui quitterait l’Union. Il faudrait que les autres pays relancent le projet européen, ou qu’ils commencent à acter son échec. Donc, probablement, puisqu’acter l’échec n’est d’évidence pas une option, le départ du Royaume-Uni laisserait le champ libre à une redéfinition "fédérale" de l’Union européenne par les autres grands Etats de l’Ouest européen : la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, tous membres par ailleurs de la zone euro. Or, cette évolution vers une plus grande centralisation du pouvoir à Bruxelles, par ailleurs réclamée par l’existence même de l’euro, ne correspond pas du tout à ce que peuvent accepter une grande partie des Suédois. L’électorat suédois a refusé par référendum en 2003 l’entrée de la Suède dans la zone euro, alors que, légalement, ce pays devrait, s’il le peut économiquement, appartenir à la zone euro, puisque lors de son adhésion, la Suède n’a pas négocié d’opt-out sur ce point. Face à un renforcement de l’Union européenne autour de la zone euro, l’électorat suédois aura donc du mal à suivre, même si probablement les grands partis traditionnels suédois seraient prêts à suivre le mouvement. La tentation de la sortie sera donc grande, surtout si les Européens du "centre" ne proposent pas une articulation raisonnable entre eux-mêmes et les autres pays de l’Union. Il est certain que, sans le Royaume-Uni dans le jeu européen, les autres pays qui ne veulent pas de l’euro, dont la Suède, pèsent moins dans ce jeu.

Un Brexit créerait-il un clivage entre deux Europes constituées de pays attachés à des systèmes politiques différents ? Quelles sont les lignes de fracture entre ces deux groupes et de quels pays seraient-ils constitués ?

Le Brexit ne créerait aucun clivage. Il ne ferait qu’officialiser encore plus la réalité d’un clivage perceptible depuis des années, qui existera aussi sans le Brexit. Il y a des pays, essentiellement dans le Nord-Ouest de l’Europe, qui sont extrêmement fiers de leur système politique, et qui considèrent que l’Europe ne fait pas mieux qu’eux en la matière. Ce sont eux qui ont inventé le thème du "déficit démocratique" de l’Europe. C’est le fameux thème de la "souveraineté de Westminster" tant mis en avant par les eurosceptiques britanniques.

Inversement, il y a des pays, essentiellement au Sud et à l’Est du continent, où les citoyens ne sont pas très fiers, voire pas fiers du tout, de leur système politique et de leur personnel politique national, et où ils pensent en conséquence que, toutes choses égales par ailleurs, l’Europe représente un mieux. Les Grecs, par exemple, ont longtemps été dans ce cas-là. Cela correspond aussi par exemple aux sentiments des Bulgares ou des Roumains. Les électorats des pays d’ancienne dictature, de droite ou de gauche, les électorats des pays où la corruption ou l’ineptie de la classe politique est de notoriété publique, n’ont pas la confiance en leur propre démocratie nationale de ceux de pays qui ne furent jamais des dictatures depuis deux ou trois siècles parfois. Ni les Britanniques, ni les Suédois, n’ont été occupés ni soumis à la dictature de quiconque depuis deux bons siècles. Ils ont donc quelques exigences avant d’abandonner leurs libertés démocratiques pour celles offertes, en principe, par l’Union européenne.

Quels sont les autres pays qui pourraient suivre l'exemple britannique ? Pourraient-ils choisir de former une structure distincte de l'Union européenne ?

En fait, en cas de Brexit, tous les pays qui ne souhaitent pas rejoindre la zone euro renforcée vont poser leurs exigences. La Suède demandera au moins l’officialisation de son opt-out de fait pour la zone euro. Les pays de l’ancienne Europe de l’Est, qui ne sont pas dans la zone euro, devront choisir s’ils y entrent ou non. Par ailleurs, même si le Brexit n’a pas lieu, ce qui me paraît l’hypothèse la plus probable à ce stade au vu des sondages disponibles, le statut spécial que cela va conférer au Royaume-Uni aura des conséquences sur les autres pays. En effet, selon l’accord signé avec David Cameron pour maintenir le Royaume-Uni dans l’Union, la prochaine modification des traités européens devra mettre en place les éléments demandés par ce dernier. Il me paraît évident qu’à cette occasion, tous les Etats se sentant gênés par quelques prérogatives européennes vont demander quelque chose : pourquoi les Britanniques auraient leurs exemptions et pas les autres ? De ce fait, on devrait aboutir à une Union européenne divisé en un "centre" et autant de cas particuliers : la zone euro devenue une fédération, et toute une série de situations particulières d’Etats membres de l’Union européenne au sens large.

Je ne crois pas, par contre, à la création d’une structure distincte de l’Union européenne. En effet, l’élément essentiel, fondateur, de l’Union européenne, c’est le "marché commun". Or, l’Union européenne gère déjà un "marché commun" plus large qu’elle, à travers les institutions de l’ "Espace économique européen" (EEE), les accords bilatéraux avec la Suisse, ou les accords d’union douanière avec la Turquie par exemple. Cette organisation du libre-échange commercial au sein du continent européen autour de Bruxelles peut donc être modulable, tant qu’évidemment des institutions bruxelloises existent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Benoist
- 25/04/2016 - 13:27
On agite la sortie de la Grèce
puis Brexit, suède pour apeurer le citoyen européen..Même Obama s'y met pour imposer son libre échange.
Alors quand allons-nous réagir et dire l'europe que nous exigeons, celle qui affiche ses valeurs, refuse tout compromis avec la Turquie, l'islam politique et les lobbies qui corrompent les députés européens??
Le gorille
- 25/04/2016 - 12:35
Frexit
Pas la peine de mettre FRAN... pareil pour la Suède et les autres pays : deux lettres suffisent : FR-EXIT. Bon maintenant comment convaincre ? Ça c'est autre chose ! Et curieusement on y est presque : on marche déjà comme une Organisation des Etats Européens, et pas "fusionnée" : le mot qu'il faut absolument refuser. En corollaire, virer le Président et nommer un Secrétaire...
vangog
- 25/04/2016 - 12:12
Brexit, Suedxit, puis...Franxit!
Lorsque Marine Le Pen aura rendu son pouvoir au peuple, cette construction malsaine des socio-démagogues Mitterrand-Delors-Lamy-Giscard s'effondrera comme une bâtisse inachevée, mal construite sur un sol meuble. Les responsables de ce massacre europeiste ne sont pas les peuples européens, mais les politiciens ecolo-socio-démocrates ( sic) qui ont généré cette créature monstrueuse...