En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex

02.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

03.

Et Apple mit en lumière l’impasse absolue dans laquelle se trouve l’UE…

04.

Il est de bon ton de coucher - et surtout de se marier - à gauche...

05.

Pénurie et Punition : et la France se mit en tête de supprimer les forfaits internet illimités

06.

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

07.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

05.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
light > Religion
Solution pour les fidèles
Coronavirus : le sanctuaire de Lourdes organise un "e-pèlerinage mondial"
il y a 28 min 44 sec
pépite vidéo > Politique
"600 jours pour rebâtir la France"
Retrouvez l'analyse de Jean-Sébastien Ferjou sur le discours de politique générale de Jean Castex
il y a 4 heures 16 min
pépites > Justice
Enquête
Mort de Cédric Chouviat : trois policiers ont été mis en examen pour homicide involontaire
il y a 5 heures 36 min
pépite vidéo > Santé
Limiter les contaminations
Coronavirus : Olivier Véran considère que la situation en Mayenne est "problématique"
il y a 7 heures 6 min
décryptage > France
Restaurer l'autorité de l'Etat

Insécurité : les Premiers ministres changent, Macron et son manque de détermination restent

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Défense
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

Victoires militaires versus défaites politiques ?

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Europe
Cour de justice européenne

Et Apple mit en lumière l’impasse absolue dans laquelle se trouve l’UE…

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Politique
Discours de politique générale

Jean Castex, l'anti-Edouard Philippe...

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Economie
Crise économique

Jean Castex remet l’État sur tous les fronts, mais esquive l’efficacité des milliards investis

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Politique
Nouveau visage du macronisme

Jean Castex : un bon discours d’intention, mais combien de divisions ?

il y a 11 heures 27 min
pépites > Justice
Gestion de la crise
Covid-19 : les premières auditions devraient être menées en septembre dans le cadre de l'enquête contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn
il y a 2 heures 31 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Blanquer écarté de l'Intérieur à cause de son attachement à la laïcité ; Dupond-Moretti séduit autant qu'il affole les hebdos, Bachelot enchante Match mais retarde ses mémoires ; Macron congelé jusqu'en 2022 ; La CGT employeur voyou
il y a 4 heures 47 min
pépites > Santé
Barrière contre le virus
Covid-19 : Jean Castex annonce que le port du masque sera obligatoire dans les lieux publics clos "dès la semaine prochaine"
il y a 6 heures 49 min
décryptage > High-tech
Conseil national du numérique

Pénurie et Punition : et la France se mit en tête de supprimer les forfaits internet illimités

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Culture
Culture

"Je me retournerai souvent" de Michel Lambert : le peintre des replis de l’âme à l'écriture cristalline

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Société
Sélection naturelle

Il est de bon ton de coucher - et surtout de se marier - à gauche...

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Politique
Nouveau Premier ministre

Le style Castex : interprète ou auteur-compositeur ?

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Sport
Révolution

Utilisez l'IA à la gym pour vous maintenir en forme dès cet été

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean Castex se présente surtout comme la voiture-balai du précédent gouvernement chargée de dégager la route pour les deux ans qui viennent

il y a 10 heures 47 min
pépites > Politique
Majorité plus faible qu'Edouard Philippe
L'Assemblée nationale accorde sa confiance au gouvernement de Jean Castex
il y a 23 heures 7 min
Editorial

Pourquoi la France se laisse emporter par le toboggan des dépenses nouvelles

Publié le 22 avril 2016
Valérie Rabault, rapporteur du budget à l'Assemblée nationale, a déjà évalué à quatre milliards les dépenses nouvelles auxquelles il faudra faire face dès cette année, tandis que Gilles Carrez, président de la Commission des Finances estime que l'on est déjà sur une facture supplémentaire proche de six milliards.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Rabault, rapporteur du budget à l'Assemblée nationale, a déjà évalué à quatre milliards les dépenses nouvelles auxquelles il faudra faire face dès cette année, tandis que Gilles Carrez, président de la Commission des Finances estime que l'on est déjà sur une facture supplémentaire proche de six milliards.

La frénésie des dépenses publiques gagne le gouvernement au fur et à mesure qu'approche la fin du quinquennat de François Hollande. Sous prétexte que le déficit a été légèrement inférieur aux prévisions à 3,5%du produit intérieur brut l'an dernier, alors que l'on reste encore loin de la barre des trois pour cent qui reste l'objectif en Europe, les pouvoirs publics se sont remis à charger la barque des engagements financiers. Valérie Rabault, rapporteur du budget à l'Assemblée nationale, a déjà évalué à quatre milliards les dépenses nouvelles auxquelles il faudra faire face dès cette année, tandis que Gilles Carrez, président de la Commission des Finances estime que l'on est déjà sur une facture supplémentaire proche de six milliards. Dernière en date, la prime d'activité mise en place connait un succès fulgurant : deux millions trois cent mille foyers en bénéficient déjà alors qu'on avait fixé la barre à deux millions au départ. Le plan de soutien à l'emploi, la diminution des charges des agriculteurs ne sont qu'une partie de l'arsenal qui est en train de se déployer. Ces mesures font peu à peu boule de neige pour obérer encore davantage le budget de 2017, où vont apparaitre d'autres diminutions de charges en faveur des entreprises. Parallèlement, les rentrées fiscales ont tendance à plafonner faute d'inflation et aussi parce qu'on observe une diminution de la part des contribuables qui acquittent les contributions les plus élevées, en  raison de la poursuite des mouvements de départ de l'hexagone, sur lesquels le ministère des finances demeure très discret, et qui explique aussi le plafonnement du rendement de l'ISF.

Comme toujours, le gouvernement va recourir aux expédients, pour éviter que le toboggan des dépenses publiques prenne trop d'ampleur. Avec le recours à la célèbre politique du rabot, qui consiste à bloquer des crédits, à repousser le démarrage de certains programmes. Une politique à la petite semaine parce que les vrais problèmes qui conditionnent l'avenir du pays ne sont pas posés. En vertu d'une tradition universaliste issue de l'histoire, la France refuse de prendre en compte l'état du monde et de voir les réalités en face. La querelle récente autour de l'impôt de solidarité sur la fortune, en fournit la meilleure illustration, car le débat est aussitôt déplacé sur le plan politique, voire idéologique, en refusant de voir les dégâts que ce prélèvement procure dans le domaine économique avec une fuite régulière de capitaux qui affaiblit le pays en frappant son potentiel industriel. Avec le sentiment issu des racines catholiques du pays que gagner de l'argent est condamnable, alors que c'est l'un des ressorts essentiels qui anime la plupart des pays, y compris ceux qui sont en développement. Il en résulte qu'on favorise en France la rente, la détention de l'immobilier, les objets d'art ou l'or, au détriment de l'investissement. D'où un blocage qui empêche les réformes et nous fait prendre du retard, par un refus d'adapter nos structures à l'évolution du paysage économique. La fiscalité du capital incite les créateurs à déserter l'Hexagone et à s'installer à l'étranger, tandis que ce qu'on appelle l'attractivité française consiste pour nos partenaires à nous déposséder de nos plus beaux fleurons, ce qui va réduire notre place sur l'échiquier mondial. L'opinion publique en est de plus en plus consciente, mais les préoccupations de la société civile ne parviennent pas pour l'instant à pénétrer la sphère politique et les leaders de l'opposition parlementaire continuent de rester dans leurs vieux schémas sans parvenir à surmonter les blocages et à proposer les vrais remèdes qui permettraient à notre pays d'épouser son siècle. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 23/04/2016 - 09:12
Chômage de masse
Certains pensent que c'est un mal nécessaire , il s'agit des idéologues de la nouvelle économie qui va détruire la moitié des emplois , cette économie que nous promet l'ubérisation le numérique la robotisation les nanotechnologies etc , d'où le revenu universel qui sera proposé en remplacement ( qui sera minimum évidemment )
lepaysan
- 23/04/2016 - 07:56
Idéologique et seulement idéologique
Le rêve des fonctionnaires enarques, BoBo parisiens qui nous gouvernent est d'éradiquer le secteur privé au profit du collectivisme.
Le privé n'est qu'un mal nécéssaire et l'idéologie qui nous gouverne pense que le chômage de masse est le prix à payer pour son idéologie et pour conserver ses privilèges
Excellent article
elvin
- 22/04/2016 - 23:45
qui a dit ...
la politique, ça consiste à acheter les votes des électeurs avec l'argent des contribuables