En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

01.

Les Espagnols se défoncent aux champignons hallucinogènes

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 33 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 2 heures 28 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 3 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 4 heures 32 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 6 heures 3 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 6 heures 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 18 heures 15 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 57 min 52 sec
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 3 heures 9 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 3 heures 50 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 5 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 6 heures 3 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 18 heures 33 min
Tu quoque mi fili

"Pas l'obligé de Hollande" : Emmanuel Macron sort la dague, mais qui sera le mort à l’arrivée ?

Publié le 22 avril 2016
Dans une interview pour la presse régionale, le ministre de l'Economie a de nouveau pris ses distances avec François Hollande. "Lorsqu'un président nomme quelqu'un ministre, il le fait parce qu'il pense que c'est bon pour son pays, pas pour en faire son obligé", a-t-il expliqué.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview pour la presse régionale, le ministre de l'Economie a de nouveau pris ses distances avec François Hollande. "Lorsqu'un président nomme quelqu'un ministre, il le fait parce qu'il pense que c'est bon pour son pays, pas pour en faire son obligé", a-t-il expliqué.

A ma droite des «  Hollandais «  exaspérés par le ministre de l’Economie. A ma gauche des ministres pas forcément membres du premier cercle  présidentiel qui s’étranglent devant le comportement de leur «  camarade »  franc tireur. Et cela depuis qu’Emmanuel Macron a pris son envol en lançant son propre mouvement en vue de son émancipation politique. Au milieu, Manuel Valls qui joue les redresseurs de torts fidèle au Président de la République et,  plus tout à fait au dessus de la mêlée ,François Hollande ,pas vraiment fâché qu’un ministre moderne sorte du carcan partisan afin que le débat s’installe à gauche, mais préoccupé par  la tournure que prend  ce débat puisqu’en l’espace de quelques semaines Emmanuel Macron est devenu «  le meilleur candidat pour représenter la Gauche «  lors de la prochaine présidentielle. Alors, sa formule  résumée en « loyal  sur le plan personnel au Président de la République, mais pas son obligé »,-même si ce elle n’est pas tout à fait exacte, n’est pas bien  passée  du tout .Ni auprès des premiers cités parmi lesquels le Ministre de la Défense qui appelle à jouer collectif ou encore auprès de Stéphane Le Fol, porte parole du gouvernement ex, et futur directeur de campagne. Ce pourrait  même être l’élément déclencheur du petit électrochoc qui  déclenchera  une « clarification », expression consacrée pour évoquer une explication des gravures voire une rupture  lorsqu’un conflit politique éclate. « Loyal, mais pas obligé » ,c’est  en résumé la définition  par Emmanuel  Macron de sa relation avec  François Hollande ,dans l’interview qu’il accorde aux journaux  du groupe Ebra.

Et puisque cette relation entre le président et son ministre est devenue un sujet de questionnement , on peut considérer que « pas obligé » c’est la réponse au «  Il sait ce qu’il me doit «  de François Hollande sur France 2 l’autre semaine qui réagissait lui-même à  la séquence «  people » d’Emmanuel Macron dans Paris-Match .La  parution,  le jour de l’émission , de ce long  reportage sur la vie privée du ministre et sa famille a provoqué de sérieux remous . François Hollande qui espérait amorcer une remontée dans les sondages grâce à cette émission, a été déstabilisé par l’opération de communication du ministre de l’Economie. Ce dernier a alors plaidé la maladresse de sa femme. Aujourd’hui, après avoir  essuyé un recadrage présidentiel, Macron regrette que la formule «  pas obligé », ait été sortie de son contexte. S’abritant derrière son inexpérience politique ,il joue les novices alors qu’il connait bien les règles du jeu et sait pertinemment que pour marquer les  esprits au-delà de la sphère politico médiatique, il faut savoir frapper fort , voire cogner .Quand Emmanuel Macron  s’en prend aux trente cinq heures , au statut de la fonction publique, ou qu’il critique l’impôt sur la fortune le Ministre de l’Economie fait les délices du patronat .Et cela ne déplait pas tant que cela à François Hollande qui sait que son éventuelle réélection via le centre , agrémenté d’une synthèse autour des différentes sensibilités représentées au gouvernement . En cherchant à  briser des totems de gauche, Emmanuel Macron tend à supplanter Manuel Valls dans le registre de la modernité et il fragilise  encore plus le socle présidentiel. La méthode n’est pas nouvelle. Valéry Giscard d’Estaing il y a longtemps, Nicolas Sarkozy plus récemment, ont  forgé leur personnage en se démarquant  du chef : le premier, du Général de Gaulle, le second, de Jacques Chirac, et ce, parfois avec brutalité. C’était le prix à payer selon eux pour «  secouer le cocotier » de leurs époques respectives. Ils étaient identifiés comme des animaux politiques prometteurs. C’est aujourd’hui le cas d’Emmanuel Macron.

Eternellement catalogué dans la catégorie « ancien banquier, il  « n’était pas attendu dans ce registre. En lançant son mouvement «  En Marche » , il a pris une nouvelle dimension qui tend à virer à l’emballement. Car Emmanuel Macron ne s’attaque pas seulement aux totems de gauche, il est en campagne pour une recomposition politique ; le «  ni droite ni gauche » a ses faveurs , et celles d’une partie de l’électorat qui se détourne de François Hollande et est en quête d’autre chose que les  querelles partisanes .Mais dans l’esprit de François Hollande et de celui de ses amis, Emmanuel Macron doit mettre son rayonnement au service du chef de l’Etat et non œuvrer (- ouvertement !) pour son avenir présidentiel . Jusqu’à présent, le Ministre de l’Economie qui voit loin et bénéficie d’appuis solides (-mais ces derniers sont-ils vraiment représentatifs des «  Français « ?), n’a pas franchi la ligne jaune ; il la frôle , joue les naïfs et s’excuse , mais cherche en même temps à savoir jusqu’où il peut ne pas aller trop loin .Et la question qui se pose pour François Hollande est de savoir s’il pourrait se passer d’un Ministre qui incarne plus que tous les autres la jeunesse et la modernité, le pragmatisme et la compétence , autrement dit un atout pour lui . A l’heure actuelle la réponse est clairement « non ». Mais dès lors que cet atout se transformerait en handicap parce que concurrent potentiel, la donne changerait du tout au tout .En d’autres circonstances, - dans le cas d’Arnaud Montebourg notamment, François Hollande n’a pas hésité à trancher. Emmanuel Macron serait il en mesure de e présenter à la présidentielle sans être passée par aucune case initiatique du suffrage universel auparavant ? Ses soutiens le croient, ses adversaires sont persuadés du contraire. Et c’est autour de cette question que se joue dorénavant l’avenir du Ministre de l’Economie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Oyentin
- 23/04/2016 - 08:27
Bof
On n'est plus à une macronnerie de plus ou de moins.
cloette
- 22/04/2016 - 19:09
Macron
On le voit mal lutter efficacement contre le terrorisme , Valls est meilleur sur ce point ! Il a dit par ailleurs que c'est la faute de la socièté si les banlieues donnent des djihadistes , discours de gauche , mais aussi discours pro immigration , mondialiste alors qu'on patauge dans cette option , option préférée de la " haute finance" , on le voit mal aussi lutter contre le chômage de masse .
Pourquoi-pas31
- 22/04/2016 - 14:17
Ce dont on peut être surs,

c'est que Macron n'a pas de vision stratégique pour la France. Il n'aurait pas laissé partir l'activité turbine et énergie d'Alsthom et de bien d'autres sociétés. Il y a quelques mois, on a laissé passer l'acquisition d'un groupe de construction naval, vendu pour une bouchée de pain (80 millions) alors que les nôtres sont à pleine charge et refusent des commandes. Ce groupe a déjà rempli son carnet de commandes en quelques mois. Sa stratégie financière n'est pas coordonnée avec une stratégie industrielle et économique, là où sont les emplois.