En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 11 heures 24 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 16 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 16 heures 52 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 17 heures 7 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 17 heures 54 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 19 heures 7 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 1 jour 3 heures
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 1 jour 7 heures
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 12 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 16 heures 48 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 16 heures 58 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 19 heures 35 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
© Reuters
Lutte fratricide

CGT : deux ans après l’affaire Thierry Lepaon, ce qu’on sait des vraies raisons de son éviction (et des méthodes du syndicat)

Publié le 19 avril 2016
Du 18 au 22 avril, la CGT organise un congrès à Marseille dont l'objectif est de déterminer son avenir proche, à échéance de trois ans. Ce 51e congrès sera marqué par les soubresauts de la crise Lepaon qui remonte à 2014. L'occasion de revenir sur une petite histoire de meurtre entre amis.
Nicolas Perruchot est membre de l'UMP, ancien député et maire de Blois (2001-2008).Il a dirigé une commission d'enquête parlementaire sur le financement des syndicats. Son rapport, pour la première fois dans l'histoire de la Ve république, n...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
  ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Perruchot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Perruchot est membre de l'UMP, ancien député et maire de Blois (2001-2008).Il a dirigé une commission d'enquête parlementaire sur le financement des syndicats. Son rapport, pour la première fois dans l'histoire de la Ve république, n...
Voir la bio
Dominique Andolfatto
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
  ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Du 18 au 22 avril, la CGT organise un congrès à Marseille dont l'objectif est de déterminer son avenir proche, à échéance de trois ans. Ce 51e congrès sera marqué par les soubresauts de la crise Lepaon qui remonte à 2014. L'occasion de revenir sur une petite histoire de meurtre entre amis.

Atlantico : La CGT tient un congrès du 18 au 22 avril pour préparer les trois ans à venir. Il y a deux ans, elle était secouée par le scandale Lepaon et la démission de son secrétaire général. Avec le recul, que sait-on de cette affaire aujourd'hui ? Que s'est-il passé ? 

Dominique Andolfatto : La presse a eu communication – et révélé à l’opinion – des factures des travaux réalisés dans l’appartement acquis par la confédération CGT pour loger son secrétaire général. A l’époque donc Thierry Lepaon. Il est vrai que ce dernier, au contraire de ses prédécesseurs n’était pas parisien mais normand. Et il ne possédait donc pas de logement en région parisienne. Manifestement la presse a eu communication de ces factures par une personne travaillant à la direction de la CGT, voire dans l’entourage de Thierry Lepaon et cette personne n’était vraisemblablement pas animée de bonnes intentions – c’est peu dire – à l’égard de celui qui était alors secrétaire général de la CGT. Ce document a fait les choux gras de la presse qui a dénoncé assez vite des dépenses somptuaires. Il est vrai qu’elles étaient élevées (quelques dizaines de milliers d’euros) sans être non plus astronomiques. Cela va pourrir la vie de Thierry Lepaon alors même que seront révélés ensuite son niveau de salaire (environ 4 000 euros) puis le montant d’autres travaux, entrepris cette fois dans son bureau à Montreuil, au siège de la CGT. Cette rémunération, supérieure à celle d’un smicard (mais peut-on là encore la juger extraordinaire s’agissant du responsable d’une des deux principales organisations syndicales françaises), puis ces travaux entrepris dans le bureau, vont alimenter un second scandale.

Mais le coup de grâce viendra d’une troisième révélation, sans doute la plus problématique pour Thierry Lepaon. On apprendra que le secrétaire général de la CGT, longtemps responsable syndical en Normandie, a touché des indemnités de licenciements lorsqu'il a quitté son poste en Normandie pour prendre sa nouvelle fonction à la tête de la CGT. Autrement dit, il dirigeait jusque-là une filiale de la CGT avant d’en prendre la tête et il est effectivement anormal – au moins sur le plan moral – qu’il ait touché des indemnités de licenciement en passant d’un poste à l’autre… car il n’a pas quitté entre-temps la CGT mais la servait toujours. L’enchaînement de ces révélations sera la cause de sa perte. Sa probité sera mise en cause.

Nicolas Perruchot : Comme souvent avec cette organisation on ne sait pas grand chose sur la manière dont l’affaire Lepaon a été orchestrée. Que ce soit les travaux dans son appartement de fonction ou ceux de son bureau, ces révélations n’ont pas d’origine connue. Mais elles ont abouti à la démission de Thierry Lepaon et ont révélé au grand jour une crise interne qui couvait depuis la sortie ratée de Bernard Thibault.

>>> A lire aussi : Congrès de la CGT : ce que doivent vraiment les travailleurs français (et nos élites) à l’organisation la plus emblématique de l’action syndicale française

Dans quelle mesure l'éviction de Thierry Lepaon était-elle politique ? Dispose-t-on d'éléments permettant d'imaginer ce qui se jouait derrière son éviction ? A-t-il été poussé dehors par des rivaux qui ne le jugeaient pas assez à gauche ?

Dominique Andolfatto : Il ne fait pas de doute que ce sont des proches de Thierry Lepaon qui ont révélé tour à tour les travaux de son appartement, le montant de son salaire, les travauxde son bureau puis les indemnités de licenciements qu’il avait perçus tout en continuant à travailler pour une même entreprise en quelque sorte : la CGT. Il est évident que ces dénonciateurs n’étaient pas animés de bonnes intentions à l’égard de T. Lepaon. Sans doute, ce dernier a-t-il pu d’abord susciter des jalousies au sein de l’appareil de la CGT. Pourquoi quelqu’un qui n’était pas issu du sérail de la CGT, de son appareil central, accédait subitement à la tête de la CGT ? Sa désignation a éliminé en effet d’autres prétendants au poste, dans les starting blocks bien avant que l’on ait imaginé que celui-ci pourrait échoir à un certain Thierry Lepaon issu d’une lointaine Normandie (vue de Montreuil). Mais il est probable également que l’intéressé a assez vite déçu en interne. Il n’avait pas tous les codes pour s’exprimer au nom de la CGT. Il n’était probablement pas assez dans une stratégie de lutte de classe ayant beaucoup fréquenté le monde patronal, en tant qu’ancien responsable syndical de Moulinex. Il avait donc souvent été amené à négocier avec le patronat ou avec des responsables politiques. Il en avait acquis une certaine compréhension des revendications ou attitudes patronales. Cela ne pouvait que déplaire à une CGT - u à certains de ses cadres - qui depuis quelques années connaissent une nouvelle phase de radicalisation.

Nicolas Perruchot : Pour bien comprendre l’affaire de l’éviction de Thierry Lepaon, il faut remonter à la fin du mandat de Bernard Thibault. Thierry Lepaon a été élu par défaut en mars 2013 pour lui succéder. Ce dernier, faute d’avoir su organiser sa succession, a totalement raté sa sortie. Thibault a tenté d’imposer Nadine Prigent à la tête de la centrale de Montreuil, quand les cadres dirigeants préféraient la candidature d’Eric Aubin. L’arrivée de Lepaon s’est déroulée dans un climat de forte tension interne. Cette crise de succession était aussi la première depuis la « rupture » de la CGT avec le Parti Communiste dans les années 1990. Cette tension en interne est le fruit d’un affrontement plus ancien au sein de la centrale de Montreuil entre les tenants d’une centralisation de la CGT autour de sa direction confédérale et les défenseurs du fédéralisme. Or depuis plusieurs années, ces deux visions s’affrontent avec en toile de fond la question de la répartition des cotisations. Aubin était le candidat des fédérations et a fait campagne contre le centralisme incarné par le duo Thibault/Prigent. En prenant la tête de la CGT par défaut, Lepaon a mis les pieds dans une organisation fortement divisée sur son rôle politique, et sur la répartition des moyens entre chaque niveau de l’organisation.

Concrètement, quels sont les mécanismes d'une telle éviction ? Que dire des façons de faire de la CGT, mais aussi des autres organisations syndicales, en termes d'influence et de pouvoir internes ? 

Dominique Andolfatto : Thierry Lepaon soumis à la pression de ses camarades mais aussi des médias et d’une partie de l’opinion n’a eu finalement que le choix de présenter sa démission. Dans un livre de témoignage publié il y a quelques mois, il déclare avoir été tenté également par le suicide.

Il a cherché toutefois à éviter cette démission en trouvant un compromis avec celui qui allait lui succéder, Philippe Martinez, qui dirigeait jusqu'alors la fédération de la métallurgie de la CGT. On ne connaît pas exactement l’arrangement qui a été négocié mais il semble bien que Ph. Martinez ne l’ait pas respecté, estimant que Lepaon ne pouvait que partir.

Toute cette « affaire » révèle aussi que la direction d’une confédération syndicale ne constitue pas un long fleuve tranquille.

On peut y voir enfin le manque de transparence des dirigeants, syndicaux comme politiques. Dès lors, sauf à être irréprochable dans toutes les dimensions de sa vie publique et personnelle, un scandale peut assez facilement se développer. Sans compter que la presse et les médias sont friands de tels scandales. De fait l’affaire Lepaon a mis les projecteurs sur la CGT pendant plusieurs mois et évidemment nuit à l’image de la centrale syndicale, voire plus largement à celle du syndicalisme.

Nicolas Perruchot : Depuis la chute du mur de Berlin, puis l’effondrement électoral du Parti Communiste, les dirigeants de la CGT cherchent un moyen pour maintenir leur pouvoir et la propagation de leurs idées. La répartition des cotisations de la Confédération vers les unions et les fédérations devait permettre de conserver un pouvoir d’influence sur le terrain. C’est sur ce terrain que la crise a couvé et que l’affaire Lepaon a éclaté. L’ombre de Bernard Thibault semble planer derrière l’éviction de Thierry Lepaon, souvent décrit comme un leader peu charismatique et incapable de s’imposer au sein de la Confédération.  Mais réduire son éviction à une forme de complaisance avec le patronat serait trop réducteur et trop simpliste.

Outre les motifs politiques et la volonté de s'émanciper de François Hollande, Thierry Lepaon avait-il la carrure pour revêtir le costume de secrétaire général de la CGT ? Quelle est sa part de responsabilité personnelle dans son éviction ?

Dominique Andolfatto : Il a pu sembler atypique par rapport à d’autres permanents de la CGT, et notamment par rapport aux hommes ou femmes d’appareils de la confédération (les permanents de Montreuil). Il n’était sans doute pas rompu au langage de ces derniers (on pourrait dire parfois à leur langue de bois). Il n’était pas forcément dans une logique de lutte de classe. Il a été confronté aussi à des problèmes de santé. Il semble que lui ait reproché enfin de ne pas s’investir suffisamment dans certains dossiers. Bon difficile d’en savoir plus sauf à avoir été dans l’entourage immédiat de l’ex-secrétaire général.

Si l’on s’en tient au scandale financier à l’origine de sa démission c’est manifestement le fait qu’il ait touché des indemnités de licenciement pour passer d’une fonction dans la CGT à une autre fonction au sein de la même structure  qui est le plus moralement condamnable. Cela tend à révéler un milieu de professionnels du syndicalisme qui s’accommode de petits arrangements pour augmenter ses revenus. On est évidemment aux antipodes du syndicaliste qui passe traditionnellement pour quelqu'un de désintéressé sur le plan financier et consacre toute son énergie à la défense des intérêts des travailleurs. L’affaire Lepaon révèle cruellement que les syndicalistes ne collent pas nécessairement à ce qui semble finalement une image d'Epinal. Cela dit, comme déjà évoqué, des raisons plus politiques expliquent aussi l’éviction de T. Lepaon.

Nicolas Perruchot : Le costume était probablement trop grand pour lui. Mais il est surtout arrivé au pire moment ou presque à la tête de la CGT. Il aura sans soute sous-estimé la dimension très importante de ces conflits internes et sur-estimé ses capacités à faire oublier rapidement la fin de règne assez confuse de Bernard Thibault. En se plaçant sur le terrain politique, mais en étant incapable de définir une nouvelle ligne, Thierry Lepaon n’a pas été capable de projeter la CGT vers un syndicalisme moderne et plus transparent. Et comme au bon vieux temps des procès politiques, après avoir été lâché et lynché par les siens, il sera « blanchi » par une obscure commission d’enquête interne !!!

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 19/04/2016 - 20:48
MERCI A MONSIEUR PERRUCHOT
Il ne faut pas manquer cette occasion de saluer Monsieur PERRUCHOT pour son courage et sa compétence dans la rédaction du rapport d'enquête parlementaires sur le financement des syndicats. Le fait que pour la première fois, un tel rapport ait été (sans succès d'ailleurs parce qu'un hebdomadaire l'a publié) directement envoyé au pilon avec interdiction de publication doit être pris à coup sûr comme un hommage que le vice totalitaire rend à la vertu individuelle, avec on s'en doute tout le dépit de ce petit monde de voir étalées au grand jour ses turpitudes, dans lesquelles l'Etat n'est pas exempt de complicité. Un bel exemple de courage personnel face à une des plus sombres heures de l'histoire parlementaire française! Surtout que les conclusions sévères de ce rapport commencent à inspirer certaines des mesures récentes, même si l'opacité, pour ne pas dire plus, des financements syndicaux, n'est en rien levée, bien qu'ils vivent très souvent et très largement de deniers publics.
attila
- 19/04/2016 - 16:29
la CGT ?
au rebus !!!!
vangog
- 19/04/2016 - 15:44
Le Paon ressemblait à un mafieux sicilien...
Martinez ressemble à un bandit mexicain...