En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

05.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

06.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépites > Société
Engagement
Extension de la PMA : Agnès Buzyn ne partage pas les réserves émises par l'Académie de médecine
il y a 39 min 26 sec
pépites > Justice
Cour de justice de la République
Affaire Karachi : Edouard Balladur et François Léotard sous la menace d’un procès
il y a 2 heures 16 min
décryptage > France
Entretien

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

il y a 3 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Convictions
"ONPC" : François-Xavier Bellamy interpellé sur sa position sur la PMA et l'avortement
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Le chemin intérieur des prêtres face à la crise des vocations

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

L'opacité de l'utilisation des deniers publics : un véritable fléau français

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Société
Etat nounou, Papa Macron

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Economie
Etat des lieux

A la suite de politiques de Quantitative Easing, l'ensemble des banques centrales du monde se trouvent dans un corner

il y a 7 heures 17 min
pépite vidéo > Culture
Emotion
Le coq de Notre-Dame de Paris est exposé pour les Journées du patrimoine
il y a 19 heures 14 min
pépite vidéo > Social
Infiltration
Les images de la Marche pour le climat perturbée par les black blocs
il y a 20 heures 19 min
décryptage > Politique
Effet de mode ?

Vraie fausse valeur : de Meghan Markle à Jean-Luc Mélenchon, anatomie de l'insoumission contemporaine

il y a 1 heure 51 min
light > Insolite
"Pleure pas nostalgie"
Didier Barbelivien relate le souvenir du jour où lui et Nicolas Sarkozy ont failli mourir en avion
il y a 2 heures 52 min
pépites > Politique
Vision politique
Valérie Pécresse plaide pour un "choc d'autorité" sur la question de l'immigration
il y a 3 heures 47 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ovni : l’U.S. Navy dévoile des vidéos de "phénomènes aériens non identifiés" ; Un fossile rare datant de 10 millions d’années éclaire l’évolution de l’Homme
il y a 6 heures 21 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Education
Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Social
Manifestation

Acte 45 des Gilets jaunes : ni retour en force ni convergence des luttes

il y a 7 heures 34 min
pépites > Social
Maintien de l'ordre
Incidents en marge de la Marche pour le climat : la préfecture estime avoir "maîtrisé" la situation
il y a 19 heures 50 min
pépites > High-tech
Révolution
Google affirme avoir atteint la "suprématie quantique"
il y a 22 heures 13 min
© Reuters
© Reuters
L'arbre et la forêt

Le "social-libéralisme" cache mal l'autoritarisme social de la gauche

Publié le 18 avril 2016
Pendant des semaines, le projet de loi sur le travail a été présenté comme un comble de modernité et de libéralisme. Au final, le Premier ministre annonce la taxation des contrats à durée déterminée… On nous promettait de "nouvelles libertés", on reçoit de nouveaux coups de bâtons.
Titulaire d'un DEA d'histoire moderne (Paris IV Sorbonne), où il a travaillé sur l'émergence de la diplomatie en Europe occidentale à l'époque moderne, Jean-Thomas Lesueur est délégué général de l'Institut Thomas More. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fondé en 2004, l'Institut Thomas More est un think tank d'opinion, européen et indépendant basé à Bruxelles et Paris. Il diffuse auprès des décideurs politiques et économiques et des médias internationaux des notes, des rapports, des recommandations et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Thomas Lesueur
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Titulaire d'un DEA d'histoire moderne (Paris IV Sorbonne), où il a travaillé sur l'émergence de la diplomatie en Europe occidentale à l'époque moderne, Jean-Thomas Lesueur est délégué général de l'Institut Thomas More. 
Voir la bio
Institut Thomas More
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fondé en 2004, l'Institut Thomas More est un think tank d'opinion, européen et indépendant basé à Bruxelles et Paris. Il diffuse auprès des décideurs politiques et économiques et des médias internationaux des notes, des rapports, des recommandations et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant des semaines, le projet de loi sur le travail a été présenté comme un comble de modernité et de libéralisme. Au final, le Premier ministre annonce la taxation des contrats à durée déterminée… On nous promettait de "nouvelles libertés", on reçoit de nouveaux coups de bâtons.

Cette nouvelle péripétie de la vie politique française doit servir de leçon et d’exemple : un écran de fumée ne fait pas une politique et tous ceux – centristes, une partie de la droite et du patronat – qui ont cru à la conversion de l’exécutif à des solutions libérales pour assouplir enfin le marché du travail en sont pour leurs frais. La mise sur orbite médiatique de la figure d’Emmanuel Macron, pur produit de la haute fonction publique au bilan indigent à la tête de son ministère, relève de la même illusion : elle occupe les médias et les sondeurs sans qu’elle ne signifie grand-chose dans la conduite des affaires du pays.

On se demande d’ailleurs comment une telle bulle peut si aisément se former, comment un tout petit monde peut, avec un tel allant, se préoccuper d’un phénomène si manifestement factice, si visiblement fabriqué et si ostensiblement éloigné de ce qui préoccupe les Français. Le "sociallibéralisme" d’un Emmanuel Macron est-il beaucoup plus qu’une formule pour plateaux télé et conférence de presse ? Il ne pèse en tout cas d’aucun poids dans l’action publique du gouvernement ni – c’est au moins un mérite, si on y tient… – dans le bilan calamiteux des quatre années passées. Sans contenu, sans résultats, sans attaches : de la politique à l’état gazeux. Des mots, des tweets et des poses. On comprend, dès lors, que la nouvelle icône soit plus à l’aise à Davos que sur les marchés ou dans les zones pavillonnaires de la "France périphérique" – où se jouera pourtant l’élection présidentielle de 2017 – ou face aux 630 000 chômeurs de plus qui sont le vrai bilan de ce quinquennat.

Le "social-libéralisme" d’un Emmanuel Macron est sans contenu, sans résultats, sans attaches : de la politique à l’état gazeux. Des mots, des tweets et des poses.

Il ne suffit, en outre et surtout, pas à masquer la réalité de la politique conduite qui, elle, est empreinte, une fois les vapeurs du story telling dissipées, d’un conservatisme et d’un autoritarisme bien propres à la gauche. Méfiante devant la liberté, animée d’un égalitarisme sourcilleux, hésitant peu à jeter de l’huile sur le feu social, convaincue des bienfaits de l’État quand elle le dirige, la gauche française ne sait pas faire autrement : elle réglemente, taxe, oblige, encadre – en plus de faire la morale puisqu’elle est le camp du Bien. N’y revenons pas : la façon dont le Premier ministre s’efforce de mettre fin à la grogne de quelques milliers de "jeunes" qui ânonnent des slogans fabriqués pour eux par des syndicats et des mouvements venus de son camp (20 minutes, 9 avril 2015) sur le dos des entreprises, en les taxant encore et toujours, est de ce point de vue exemplaire. Mais les exemples abondent.

Le "social-libéralisme" d’un Emmanuel Macron est sans contenu, sans résultats, sans attaches : de la politique à l’état gazeux. Des mots, des tweets et des poses. Il n’est qu’à voir Najat Vallaud-Belkacem affirmant début avril que le ministère de l’Éducation nationale envisageait de modifier le système d’ouverture des établissements scolaires hors contrat pour passer d’un régime de déclaration à un régime d’autorisation préalable, au motif de la lutte contre le risque de radicalisation de la jeunesse, remettant ainsi en cause le principe de la liberté d’ouverture d’un établissement d’enseignement (ce qui conduit à restreindre la liberté de l’enseignement, pourtant garantie par la Constitution) et oubliant que l’État peut déjà, dans le cadre légal existant, s’assurer qu’une école privée indépendante ne dissimule pas une autre activité.

La gauche au pouvoir reste un pouvoir de gauche, dirigiste et facilement dogmatique. Pendant ce temps, les colères montent, les inquiétudes s’accroissent, le pays se fragmente.

On rappellera aussi avec quelle constance doctrinaire l’exécutif aura conduit son action en matière de politique familiale. Si l’affaire du "mariage pour tous" constitue assurément le sommet d’une politique qui a brusqué le corps social, il ne faut pas oublier les coups de matraques fiscaux que les familles ont eu à subir tout au long du quinquennat (quotient familial, mise sous condition de ressources des allocations familiales, etc.). Alors qu’on nous avait promis un quinquennat apaisé et réconciliateur, c’est bien une "tentation de contrôle intégral de la société" (la formule est de Mathieu Bock-Coté, dans Le multiculturalisme comme religion politique, Le Cerf, 2016) qu’on voit à l’œuvre en redéfinissant à marche forcée les normes sociales et culturelles.

Autre exemple : les réformes territoriales conduites pendant ce quinquennat sans aucune concertation et dans une logique de recentralisation et de limitation des libertés locales. Passons sur la carte des treize grandes régions, décidée en catimini, au mépris de leurs habitants, de leur histoire et souvent de leur dynamique de développement spécifique. On retrouve cette approche administrativo-jacobine du Big is beautiful dans les dispositions de la loi NOTRe d’août 2015 qui établit notamment le seuil minimum de population pour la constitution des intercommunalités à 15 000 habitants (7 500 dans certains cas) et l’élection au suffrage universel direct des conseillers communautaires – au risque de porter un coup sévère aux communes, notamment en zone rurales, qui sont pourtant le dernier lieu de confiance politique en France (cf. François Dumont, "Territoires : des lois irréfléchies et inappropriées", La Revue parlementaire, novembre 2015).

La gauche au pouvoir reste un pouvoir de gauche, dirigiste et facilement dogmatique. Pendant ce temps, les colères montent, les inquiétudes s’accroissent, le pays se fragmente. Bref, la gauche au pouvoir reste un pouvoir de gauche, dirigiste et facilement dogmatique. Pendant ce temps, les colères montent, les inquiétudes s’accroissent, le pays se fragmente. Et il est plus que douteux que le produit de synthèse d’un "social-libéralisme" sans prise avec le réel de la France et des Français soit le moins d monde capable de le remettre en marche…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

05.

Elle est réservée aux "femmes, meufs, gouines, personnes trans, intersexes, non binaires"

06.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

07.

Comment la méritocratie a transformé nos vies en une (pénible) compétition sans fin

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

06.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 18/04/2016 - 16:11
Autoritarisme du PS
L'idéologue SAIT: ne discutez pas, c'est pour votre bien