En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 1 heure 38 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 3 heures 41 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 6 heures 12 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 21 heures 49 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 5 heures 49 sec
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 5 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 6 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 6 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 22 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
L'arbre et la forêt

Le "social-libéralisme" cache mal l'autoritarisme social de la gauche

Publié le 18 avril 2016
Pendant des semaines, le projet de loi sur le travail a été présenté comme un comble de modernité et de libéralisme. Au final, le Premier ministre annonce la taxation des contrats à durée déterminée… On nous promettait de "nouvelles libertés", on reçoit de nouveaux coups de bâtons.
Jean-Thomas Lesueur
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Titulaire d'un DEA d'histoire moderne (Paris IV Sorbonne), où il a travaillé sur l'émergence de la diplomatie en Europe occidentale à l'époque moderne, Jean-Thomas Lesueur est délégué général de l'Institut Thomas More. 
Voir la bio
Institut Thomas More
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fondé en 2004, l'Institut Thomas More est un think tank d'opinion, européen et indépendant basé à Bruxelles et Paris. Il diffuse auprès des décideurs politiques et économiques et des médias internationaux des notes, des rapports, des recommandations et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant des semaines, le projet de loi sur le travail a été présenté comme un comble de modernité et de libéralisme. Au final, le Premier ministre annonce la taxation des contrats à durée déterminée… On nous promettait de "nouvelles libertés", on reçoit de nouveaux coups de bâtons.

Cette nouvelle péripétie de la vie politique française doit servir de leçon et d’exemple : un écran de fumée ne fait pas une politique et tous ceux – centristes, une partie de la droite et du patronat – qui ont cru à la conversion de l’exécutif à des solutions libérales pour assouplir enfin le marché du travail en sont pour leurs frais. La mise sur orbite médiatique de la figure d’Emmanuel Macron, pur produit de la haute fonction publique au bilan indigent à la tête de son ministère, relève de la même illusion : elle occupe les médias et les sondeurs sans qu’elle ne signifie grand-chose dans la conduite des affaires du pays.

On se demande d’ailleurs comment une telle bulle peut si aisément se former, comment un tout petit monde peut, avec un tel allant, se préoccuper d’un phénomène si manifestement factice, si visiblement fabriqué et si ostensiblement éloigné de ce qui préoccupe les Français. Le "sociallibéralisme" d’un Emmanuel Macron est-il beaucoup plus qu’une formule pour plateaux télé et conférence de presse ? Il ne pèse en tout cas d’aucun poids dans l’action publique du gouvernement ni – c’est au moins un mérite, si on y tient… – dans le bilan calamiteux des quatre années passées. Sans contenu, sans résultats, sans attaches : de la politique à l’état gazeux. Des mots, des tweets et des poses. On comprend, dès lors, que la nouvelle icône soit plus à l’aise à Davos que sur les marchés ou dans les zones pavillonnaires de la "France périphérique" – où se jouera pourtant l’élection présidentielle de 2017 – ou face aux 630 000 chômeurs de plus qui sont le vrai bilan de ce quinquennat.

Le "social-libéralisme" d’un Emmanuel Macron est sans contenu, sans résultats, sans attaches : de la politique à l’état gazeux. Des mots, des tweets et des poses.

Il ne suffit, en outre et surtout, pas à masquer la réalité de la politique conduite qui, elle, est empreinte, une fois les vapeurs du story telling dissipées, d’un conservatisme et d’un autoritarisme bien propres à la gauche. Méfiante devant la liberté, animée d’un égalitarisme sourcilleux, hésitant peu à jeter de l’huile sur le feu social, convaincue des bienfaits de l’État quand elle le dirige, la gauche française ne sait pas faire autrement : elle réglemente, taxe, oblige, encadre – en plus de faire la morale puisqu’elle est le camp du Bien. N’y revenons pas : la façon dont le Premier ministre s’efforce de mettre fin à la grogne de quelques milliers de "jeunes" qui ânonnent des slogans fabriqués pour eux par des syndicats et des mouvements venus de son camp (20 minutes, 9 avril 2015) sur le dos des entreprises, en les taxant encore et toujours, est de ce point de vue exemplaire. Mais les exemples abondent.

Le "social-libéralisme" d’un Emmanuel Macron est sans contenu, sans résultats, sans attaches : de la politique à l’état gazeux. Des mots, des tweets et des poses. Il n’est qu’à voir Najat Vallaud-Belkacem affirmant début avril que le ministère de l’Éducation nationale envisageait de modifier le système d’ouverture des établissements scolaires hors contrat pour passer d’un régime de déclaration à un régime d’autorisation préalable, au motif de la lutte contre le risque de radicalisation de la jeunesse, remettant ainsi en cause le principe de la liberté d’ouverture d’un établissement d’enseignement (ce qui conduit à restreindre la liberté de l’enseignement, pourtant garantie par la Constitution) et oubliant que l’État peut déjà, dans le cadre légal existant, s’assurer qu’une école privée indépendante ne dissimule pas une autre activité.

La gauche au pouvoir reste un pouvoir de gauche, dirigiste et facilement dogmatique. Pendant ce temps, les colères montent, les inquiétudes s’accroissent, le pays se fragmente.

On rappellera aussi avec quelle constance doctrinaire l’exécutif aura conduit son action en matière de politique familiale. Si l’affaire du "mariage pour tous" constitue assurément le sommet d’une politique qui a brusqué le corps social, il ne faut pas oublier les coups de matraques fiscaux que les familles ont eu à subir tout au long du quinquennat (quotient familial, mise sous condition de ressources des allocations familiales, etc.). Alors qu’on nous avait promis un quinquennat apaisé et réconciliateur, c’est bien une "tentation de contrôle intégral de la société" (la formule est de Mathieu Bock-Coté, dans Le multiculturalisme comme religion politique, Le Cerf, 2016) qu’on voit à l’œuvre en redéfinissant à marche forcée les normes sociales et culturelles.

Autre exemple : les réformes territoriales conduites pendant ce quinquennat sans aucune concertation et dans une logique de recentralisation et de limitation des libertés locales. Passons sur la carte des treize grandes régions, décidée en catimini, au mépris de leurs habitants, de leur histoire et souvent de leur dynamique de développement spécifique. On retrouve cette approche administrativo-jacobine du Big is beautiful dans les dispositions de la loi NOTRe d’août 2015 qui établit notamment le seuil minimum de population pour la constitution des intercommunalités à 15 000 habitants (7 500 dans certains cas) et l’élection au suffrage universel direct des conseillers communautaires – au risque de porter un coup sévère aux communes, notamment en zone rurales, qui sont pourtant le dernier lieu de confiance politique en France (cf. François Dumont, "Territoires : des lois irréfléchies et inappropriées", La Revue parlementaire, novembre 2015).

La gauche au pouvoir reste un pouvoir de gauche, dirigiste et facilement dogmatique. Pendant ce temps, les colères montent, les inquiétudes s’accroissent, le pays se fragmente. Bref, la gauche au pouvoir reste un pouvoir de gauche, dirigiste et facilement dogmatique. Pendant ce temps, les colères montent, les inquiétudes s’accroissent, le pays se fragmente. Et il est plus que douteux que le produit de synthèse d’un "social-libéralisme" sans prise avec le réel de la France et des Français soit le moins d monde capable de le remettre en marche…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 18/04/2016 - 16:11
Autoritarisme du PS
L'idéologue SAIT: ne discutez pas, c'est pour votre bien