En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 4 min 16 sec
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 2 heures 32 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 3 heures 6 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 19 heures 56 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 28 min 17 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 1 heure 43 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 2 heures 6 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 2 heures 41 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 3 heures 6 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 19 heures 24 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 20 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
Or noir

Réunion de Doha sur le pétrole : déjà 315 milliards de dollars évaporés pour les pays producteurs

Publié le 17 avril 2016
Les pays exportateurs ont perdu des centaines de milliards de dollars – jusqu'à 20% de leurs réserves financières – à cause de l'effondrement des prix du pétrole, et accusent des déficits budgétaires qui les conduisent à des mesures d'austérité
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les pays exportateurs ont perdu des centaines de milliards de dollars – jusqu'à 20% de leurs réserves financières – à cause de l'effondrement des prix du pétrole, et accusent des déficits budgétaires qui les conduisent à des mesures d'austérité

Rendez-vous crucial à Doha. Pour la première fois depuis quinze ans, un sommet prévu ce dimanche 17 avril pourrait déboucher sur un accord visant à stabiliser la production d’une coalition allant au-delà de l’OPEP. "Face à la vertigineuse chute des prix du brut, tombés fin janvier à leur plus bas niveau depuis douze ans, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a appelé d’autres Etats à la rescousse", relève Le Monde. C'est exceptionnel.

Cette union sacrée a un but : faire remonter les prix. Mais plusieurs experts doutent qu'un éventuel accord ait un impact significatif sur un marché pétrolier. De même, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a prévenu qu'un accord à Doha aurait un "impact limité" sur l'offre.

La situation est pourtant urgente pour les pays exportateurs. Alors qu'en juillet 2008, le prix du baril frisait les 150 dollars et qu'on prédisait des bonds à 250, 300 dollars – voire au-delà ! – les cours se sont effondrés depuis l'été 2014, à moins de 30 dollars le baril aujourd'hui. Le ministre saoudien parle même de l'éventualité d'un baril à 20 dollars !

"La chute d'environ 60% des cours du brut depuis juin 2014 a été causée par une surabondance de l'offre, consécutive à une forte augmentation de la production de pétrole non conventionnel, dont le pétrole de schiste américain, et le refus par l'Opep en novembre 2014 de réduire sa production", rappelle L'Expansion.

Or, la fin de l'abondance des pétrodollars a un impact important sur les pays qui avaient basé leur économie sur cette manne. "Le point mort de tous ces pays se situe en effet à un seuil de 80 à 120 dollars le baril comparé aux 28 dollars actuels. Les Bourses du Golfe persique ont payé un lourd tribut. Les Etats puisent dans leurs fonds souverains qui font office d'amortisseur comme en Norvège. Ils vendent leurs actifs les plus liquides (actions et obligations d'Etat)", détaille le quotidien Les Echos.

L'agence Bloomberg a de son côté calculé que les 18 nations qui se retrouveront à Doha ce dimanche, et qui représentent la moitié de la production mondiale de pétrole, ont dépensé 315 milliards de dollars de leurs réserves monétaires depuis novembre 2014 pour compenser la chute des cours. C'est un cinquième de leur total, s'alarme Bloomberg. Sur les trois derniers mois de 2015, la facture était de 54 milliards de dollars, la plus haute depuis le début de la crise.

L'Arabie saoudite représente la moitié de ces dépenses, avec un total de 138 milliards de dollars – près d'un quart de ses réserves de change. Viennent ensuite la Russie, l'Algérie, la Libye et le Nigéria.

La situation est pire dans d'autres pays. Ainsi, comme l'expliquait Thierry Coville en mars 2015 à Atlantico, "si l'Arabie saoudite peut injecter ainsi 36 milliards de dollars pour soutenir son économie, c'est parce qu'ils les avaient mis en réserve ! En Iran, par exemple, le fond créé en 2000 a été dépensé par l'ancien président Ahmadinejad pour des projets sans rapport, et quand la période des sanctions s'est abattue sur le pays, l'Iran n'avait plus rien".

Pour autant, l'avenir risque d'être compliqué pour ce pays à 90% dépendant du pétrole. "La dépendance pétrolière est très forte et s'auto-entretient. Le seul exemple qui existe, c'est l'Indonésie qui a réussi à diversifier son économie quand il apparaissait évident que ses réserves pétrolières diminuaient", nous expliquait Thierry Coville.

Mardi, l'agence d'évaluation financière Fitch a d'ailleurs dégradé d'un cran la note de la dette de l'Arabie saoudite de «AA» à «AA-», notamment en raison des conséquences de la chute des prix du pétrole sur sa situation budgétaire. Pour faire face à ces énormes déficits, le gouvernement saoudien a augmenté de 80% les prix des ventes pétrolières en décembre et réduit les subventions à l'électricité et à l'eau.

L'Algérie aussi a fait face à une dégringolade de ses réserves de change. Elles ont baissé de 27,9 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année 2015, tombant à 151 milliards de dollars à fin 2015, selon des chiffres communiqués le 22 novembre par le ministre des Finances Abderrahmane Benkhalfa. Les réserves devraient descendre à 121 milliards de dollars en 2016.

En Russie, Vladimir Poutine, qui a construit sa popularité grâce à la hausse du niveau de vie alimentée par la manne pétrolière et un baril au-delà de 100 dollars, commence à faire face à la grogne des citoyens, qui voient leur niveau de vie baisser suite à la mise en œuvre de politiques d'austérité.

Pour autant, cette situation a aussi de bons côtés. "Environ 6 milliards d’individus sur terre voient leur pouvoir d’achat progresser avec la baisse des prix de l’énergie, alors que seulement 1 milliard environ bénéficie naturellement des rentes pétrolières", indique aux Echos Jean-Marie Mercadal, directeur général délégué d'Ofi Asset Management.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires