En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

05.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

06.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 1 heure 45 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 2 heures 32 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 3 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 5 heures 18 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 7 heures 55 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 8 heures 38 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 10 heures 5 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 10 heures 40 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 11 heures 1 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 2 heures 13 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 2 heures 48 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 4 heures 27 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 5 heures 26 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 7 heures 17 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 10 heures 48 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 1 heure
Et ils pompaient, pompaient

Un gouffre financier ! 30 ans de décentralisation mal maîtrisée

Publié le 14 janvier 2012
Nicolas Sarkozy a annoncé ce mercredi la tenue d'un sommet des collectivités locales sur les déficits dans les semaines à venir. Il a clairement donné le ton en préconisant « une gestion plus rigoureuse des effectifs et des dépenses de la fonction publique territoriale ». Retour sur un dérapage incontrôlé.
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy a annoncé ce mercredi la tenue d'un sommet des collectivités locales sur les déficits dans les semaines à venir. Il a clairement donné le ton en préconisant « une gestion plus rigoureuse des effectifs et des dépenses de la fonction publique territoriale ». Retour sur un dérapage incontrôlé.

Atlantico : En présentant ce mercredi ses vœux aux parlementaires, Nicolas Sarkozy a préconisé  « une gestion plus rigoureuse des effectifs et des dépenses de la fonction publique territoriale » avant de regretter lors de ses voeux aux fonctionnaires à Lille ce jeudi que les collectivités locales aient créé 500 000 postes en 10 ans quand l'Etat s'astreignait à en supprimer 165 000. Pourquoi les collectivités territoriales sont-elles au centre du débat ?

Aurélien Véron : Il y a beaucoup trop de fonctionnaires dans la fonction territoriale. Nous sommes près de 1 800 000 fonctionnaires territoriaux. Cela correspond à une hausse de quasiment 40% en 10 ans. Ces chiffres datent de 2009 et cela ne s’est pas arrangé depuis. Dans toutes les grandes villes, nous avons eu quasiment un doublement des effectifs.

 

Au-delà de l’aspect quantitatif, que dire de l’organisation de la fonction publique territoriale en France ?

Derrière la quantité il y a effectivement la question de l’organisation. Le premier problème qui se pose est, selon moi, ce fameux mille-feuille administratif et politique. Nous avons les municipalités, les agglomérations de commune, les départements, les régions puis enfin l’Etat. Tout ceci avec un partage des compétences complétement fou. Chaque tranche du mille-feuille peut s’attribuer les mêmes compétences que la tranche supérieure et la tranche inférieure. Nous avons une multiplication mécanique des phénomènes bureaucratiques, et cela à chaque étage.

Il faut clairement simplifier toutes ces strates. En unifiant par exemple les départements et les régions pour ne plus avoir qu’une seule tranche. Si l’on veut vraiment des municipalités et des régions autonomes, il faut supprimer la tranche du département. Nous aurions alors simplement trois échelons : les municipalités regroupées entre elles, les régions et bien-sûr l’Etat.

Un deuxième acte qui me parait important est la clause générale de compétence. Je pense qu’aujourd’hui une région peut très bien s’occuper des questions culturelles, sociales ou éducatives. Les régions doivent avoir des clauses exclusives de compétence qui l’empêchent de déborder sur d’autres activités qui ne relèvent pas de sa compétence. Cela limitera leurs dépenses, leur bureaucratie et leur rayon d’action à des compétences très strictes.

Le seul échelon qui a une légitimité à avoir une compétence générale sur tous les secteurs d’activité publique est la municipalité. C’est la proximité qui permet d’avoir la meilleure gestion, la plus proche des citoyens, incarnée par le maire et son équipe municipale.

 

Concrètement, en quoi la proximité permet-elle une meilleure gestion ?

Aujourd’hui quand l’on fait une piscine olympique dans un village de 5000 habitants, elle sera prise en partie par la région, en partie par le département et en partie par la ville. La ville finalement ne paye que le quart, le tiers voire la moitié dans le meilleur des cas. Ce qui incite fortement à la dépense.

Il y a un tel abondement de subventions de l’extérieur que cela incite à la dépense. C’est un peu les soldes en permanence… Le jour où il n’y aura plus de clauses générales de compétence pour les régions et pour les départements, les maires qui voudront investir dans une piscine olympique devront payer 100% de cette piscine. Lorsque l’on paye 100% d’un investissement, on est beaucoup plus sensible, car il faut répercuter directement le coût sur les contribuables locaux.

Je pense que la responsabilisation des villes va réduire considérablement la tentation de dépenser avec l’argent d’autres institutions.


François Sauvadet a reconnu que la règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux arrivait « au bout ». Préconisez-vous comme certains d’aller plus loin avec la règle du deux sur trois ?

Je pense que, dans la méthode, ce n’est pas à l’Etat central de dicter la politique des régions. Je crois que c’est aux régions de se prendre en main. Pour se prendre en main, elles ont besoin de clauses de compétences (et donc de recettes fiscales) bien plus claires.

Aujourd’hui chaque tranche du mille-feuille se sent moins responsable car le système est très opaque. L’Etat reverse une partie de certains impôts aux régions et cela donne lieu à beaucoup trop de négociations : « L’Etat a-t-il reversé trop ou pas assez ? ». Au final, c’est souvent un reversement arbitraire et incompréhensible.

En rendant beaucoup plus stricte les clauses de compétences, la fiscalité locale sera exclusive. Les régions et les villes ne vivront que de leurs impôts respectifs. Il y aura alors mécaniquement, sans que l’Etat ait à intervenir, une réduction de l’action et du nombre de fonctionnaires.

 

Qu’en est-il  du salaire des fonctionnaires territoriaux ?

Encore une fois, je pense que chaque entité locale devrait pouvoir pratiquer sa propre politique salariale. Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

Il existe des grilles. La catégorie A (la plus privilégiée) représente un fonctionnaire sur six. Je trouve cela assez limité. Il faut vraiment sortir de ce carcan de grilles qui sont archaïques et qui ne correspondent pas aux besoins que nous avons.

Il faut laisser les collectivités territoriales gérées les salaires de leurs effectifs en fonction des talents et des résultats. Un management moderne en définitive.

 

Pour revenir sur le terrain politique, la déclaration de Nicolas Sarkozy n’était-elle pas aussi un peu partisane ? Sachant que la gauche gère 20 des 22 régions françaises.

Il y a effectivement un côté électoraliste. Choisir ce thème aujourd’hui, à quelques mois de l’élection, n’est pas anodin. C’est le jeu politique qui veut cela.

Ce que l’on peut reprocher à Nicolas Sarkozy c’est d’attendre les cents derniers jours pour lancer des réformes alors que l’on préconise généralement de faire cela les cents premiers jours. Le calendrier est vraiment étrange. Nicolas Sarkozy nous a habitué à beaucoup de surprises. Encore une innovation stratégique de sa part…

La gestion de la gauche est cependant dramatique. La gauche est au pouvoir dans les régions et dans les grandes villes depuis des années. C’est à eux que l’on doit cette explosion des effectifs, avec des bureaucraties incroyables. A Paris, pour un problème de carrefour, de ramassage des déchets ou de sécurité, il y a peut-être dix services différents et personne n’est responsable. Cela crée une complexité, une opacité et un surcoût pour le contribuable extraordinairement élevé.

 Il ne faut pas se raconter d’histoire, tout cela c’est à la gauche qu’on le doit. Si l’Etat centrale a tout de même fait des efforts de rationnement (même s’ils ont été mal conçus), la gauche dans les régions a fait n’importe quoi pendant dix ans.

 

 

 

 

Vous insistez beaucoup sur l’opacité des régions et des communes. Que préconisez-vous dans ce domaine ?

Les régions et les villes sont déjà notées comme les Etats quand ils émettent une obligation pour emprunter de l’argent sur les marchés. L'agence de notation financière Standard and Poor's a d’ailleurs annoncé qu'elle envisageait d'abaisser la note de la dette de Paris et de la région Ile-de-France en cas de dégradation de la note française…

Peu de gens sont conscients du poids de la dette en Ile-de-France par exemple. Ce sont des données qui sont assez confidentiels. La transparence serait d’afficher en permanence, de manière claire, la dette et la pression fiscale des villes et des régions.

On voit de plus en plus d’officines comme l’Ifrap proposer des analyses comparées de la pression fiscale d’une collectivité territoriale à l’autre. L’idéal serait que les villes et les régions eux-mêmes publient ce type de données.

 

Pour résumer, quel bilan tirez-vous de plus 30 ans de décentralisation (commencée en 1981 par François Mitterrand) ?

L’Etat français a du mal à décentraliser, il y a clairement une réticence. La tendance est à la décentralisation. Aucun pays ne peut vivre dans un Etat centralisé jacobin. Le monde exige une décentralisation des pouvoirs.

Il y a donc un paradoxe entre l’évolution du monde, les exigences des Français et la capacité de l’Etat à perdre ses pouvoirs. Le résultat est que l’on décentralise mal, de manière incohérente. Au lieu de simplifier et de déléguer les pouvoirs, tout s’accumule, devient incompréhensible et très coûteux.

30 ans de délocalisation, mal conçue et mal gérée, explique en partie le gouffre financier dans lequel nous sommes.

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

05.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

06.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
labernerie
- 16/01/2012 - 16:06
gaspis
clientelisme,copinage ,gaspillage,amateurisme, normal que les collectivitees soivent en fallites,je ne vous parle pas du somptuaire,festivals a go go,muse pour les copains,achats culturels,sport pro,edifices, comme a la rochelle bientot en faillite
New
- 16/01/2012 - 14:58
Les (petits) efforts d'économie au niveau de l'Etat sont plus
qu'annulés par l'explosion des dépenses des collectivités locales (22 régions sur 24 à gauche) via des création sans fin de postes non productifs que rien ne justifie. La faillite organisée continue. Il faudrait GELER tous les recrutements dans ces échelons, et réorganiser l'existant. Qui en aura le courage?
vangog
- 15/01/2012 - 20:21
Les Socialistes refont les mêmes erreurs que dans les années 80!
Une augmentation de 40% des fonctionnaires territoriaux en 10 ans est-elle indispensable à l'heure de la dématérialisation des taches administratives et de la nécessaire maitrise des budgets? Non. La raison ne peut donc être que l'électoralisme et l'incapacité à gérer. Les Socialistes feront-ils toujours les mêmes erreurs qui créent les courbes hyperboliques des dettes?