En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Flickr/Gnarls Monkey
Valérie Pécresse a décidé de supprimer le Pass contraception instauré en Île-de-France depuis 2011.
Polémique féministe
Suppression du Pass contraception par Valérie Pécresse en Île-de-France : comment le désintérêt des jeunes pour le dispositif démontre la nécessité d’une autre approche
Publié le 16 avril 2016
Valérie Pécresse a décidé de supprimer le Pass contraception instauré en Île-de-France depuis 2011. Cette décision a créé une vive polémique avec Najat Vallaud-Belkacem, ainsi qu'avec des féministes. Il semblerait pourtant qu'il s'agisse d'une mesure sans grand effet, les pass n'étant plus utilisés par les lycéennes.
Thérès Hargot est une philosophe et sexologue qui intervient dans les milieux scolaires depuis une dizaine d'année. Elle a publié en 2016 aux éditions Albin Michel "Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque)".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thérèse Hargot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thérès Hargot est une philosophe et sexologue qui intervient dans les milieux scolaires depuis une dizaine d'année. Elle a publié en 2016 aux éditions Albin Michel "Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque)".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Pécresse a décidé de supprimer le Pass contraception instauré en Île-de-France depuis 2011. Cette décision a créé une vive polémique avec Najat Vallaud-Belkacem, ainsi qu'avec des féministes. Il semblerait pourtant qu'il s'agisse d'une mesure sans grand effet, les pass n'étant plus utilisés par les lycéennes.

Atlantico : Valérie Pécresse a décidé de supprimer le Pass contraception en Île-de-France, estimant qu'il était "un échec". Que pensez-vous de cette décision ?

Thérèse Hargot : Je pense que c'est une bonne chose, car ce n'est pas en banalisant l'accès à la contraception qu'on réussira à réduire le nombre de grossesse non désirées, mais c'est en responsabilisant les jeunes filles et les jeunes garçons. Le pass contraception permettait un accès gratuit et libre à la contraception et la facilitait ainsi. 

Il faut responsabiliser d'autant plus que la contraception hormonale n'est pas un produit anodin, mais c'est un produit pharmaceutique prescrit par le médecin. Cela demande donc comme tout médicament de faire preuve d'une certaine vigilance et d'avoir un certain suivi. Il y a eu une prise de conscience que ce geste n'était pas anodin à la suite de drames cardio-vasculaires liés à la prise de contraceptif hormonal. A partir du moment où nous prenons conscience que ce n'est pas un produit comme un autre, nous devons faire attention à ce qu'il y ait un bon suivi médical. C'est-à-dire que les médecins doivent connaître les antécédents médicaux des jeunes filles. 

La question de l'âge est également importante. Ce pass contraception était à destination des mineures, ce qui est paradoxal, puisqu'à l'école la moindre prescription médicale demande l'autorisation des parents. Or, la pilule contraceptive et la pilule du lendemain sont délivrées gratuitement sans autorisation des parents, ni suivi de la jeune fille. Nous faisons preuve de peu de vigilance pour des raisons idéologiques. La maîtrise de la fécondité me semble important, même essentielle, mais le moyen demande une très grande responsabilité. Ce que je pense, c'est que nous devrions investir cet argent dans l'éducation, afin de vraiment former les garçons et les filles – j'insiste sur le fait que les deux soient formés – sur ces questions d'éducation sexuelle, affective et relationnelle. Le discours ne doit pas être hygiéniste, mais doit inviter à comprendre la portée de ses actes. Nous gagnerons ainsi en efficacité. Une fille qui prend le temps de discuter avec ses parents et son médecin et de réfléchir va savoir mieux utiliser la pilule.  

Valérie Pécresse a-t-elle raison de souligner que le coût budgété (20 000 euros) était trop élevé par rapport au faible taux d'utilisation du Pass contraception, sachant que seuls 2 000 pass ont été distribués au total dans la région ?

Il faudrait prendre le temps de réfléchir pourquoi si peu de jeunes filles ont utilisé ce pass. Cela signifie que cette proposition ne rencontrait pas une certaine demande. Est-ce que le besoin des jeunes filles est d'avoir accès à la contraception avec un accès totalement libre ? Ou est-ce qu'elles aspirent à autre chose ? Je pense que c'est une mauvaise réponse à un vrai besoin des jeunes aujourd'hui. Il ne faudrait pas passer à côté de cette question de santé publique et d'éducation, pour des enjeux économiques. Il faut garder cet argent, mais pour l'investir autrement. Le Pass' contraception était un mauvais moyen de répondre à un vrai besoin. Aujourd'hui nous avons besoin de moyens afin de faire de la prévention et de l'éducation à la santé et à la sexualité. La plupart des gens n'ont pas ces cours d'éducation sexuelle, qui se résument au mieux à "utiliser la pilule et le préservatif". 

Là où je pense que Valérie Pécresse a tort, c'est quand elle sacrifie ces budgets-là, qui devraient être réutilisés dans l'éducation.

Cette suppression a provoqué l'indignation de Najat Vallaud-Belkacem, de l'association Osez le féminisme et de la coordinatrice nationale du planning familial Veronica Noseda. Leurs attaques contre Valérie Pécresse ne sont-elles pas plus idéologiques que pragmatiques, alors que  la région Île-de-France prévoit 300 000 euros en 2016 pour la campagne "prévention contraception IVG grossesses précoces" dans les lycées ?

Ce sont des féministes qui ont pour emblème de leur combat la pilule contraceptive. Donc dès que nous allons toucher à la pilule contraceptive, il y aura une levée de bouclier. Mais ce féminisme-là est complètement aveugle et ne voit pas que la pilule contraceptive n'est pas toujours au service des femmes. Elle peut également poser un problème de santé. Et sur cette question, elles sont complètement muettes, car pour elles, historiquement c'est ce qui a conduit à la libération sexuelle des femmes. Elles doivent ouvrir leurs yeux et voir que la pilule hormonale est dépassée et qu'il faut trouver d'autres manières de maîtriser la fécondité. Nous sommes dans une nouvelle génération où il y a une défiance par rapport au médicament, qui est plus écologique et qui entend revenir à des moyens plus naturels. Cette génération n'est plus prête non plus à sacrifier sa santé sur l'autel de l'efficacité technique et scientifique. Je pense au fait que la contraception hormonale a des effets sur la libido des femmes et leur cycle menstruel. Les jeunes femmes sont moins disposées comme leurs grand-mères à sacrifier cette disposition du corps à l'acte sexuel au profit de l'efficacité. Ce combat est d'arrière-garde, même si la lutte pour maîtriser la fécondité sexuelle reste. Le moyen n'est pas le bon. 

Il y a un lien entre la contraception hormonale et l'avortement, qui s'élève à 230 000 par an. Ce nombre-là reste stable alors que nous sommes censés avoir des moyens de contraceptions très efficaces. Parmi les femmes qui ont eu recours à l'avortement, trois sur quatre utilisaient un moyen de contraception. Nous devons nous demander pourquoi ces femmes ont eu autant de mal à utiliser leur moyen de contraception fiable à pratiquement 100%. Voilà pourquoi je propose de changer de stratégie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
06.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
07.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
04.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Aldel
- 16/04/2016 - 20:44
Intéressant, mais après ?
Article intéressant qui souligne les visions idéologiques de ceux qui sont éloignés des réalités du terrain. D'autant plus que les idéologues de gauche ont trouvé ici une occasion rêvée pour crier haro sur Valérie Pécresse et la droite et les faire passer pour des réactionnaires. Mais il n'en reste pas moins que je reste sur ma faim. J'eusse aimé que Mme Hargot présentât quelques pistes de solutions concrètes pour traiter ce problème majeur du nombre d'IVG, solutions que Mme Pécresse pourrait mettre en oeuvre et ainsi mieux justifier sa décision qui, sans cela, n'apparait que comme une décision purement budgétaire, là où l'action politique peut trouver toutes ses lettres de noblesse. Dommage.
Lafayette 68
- 16/04/2016 - 20:37
Débat entre femmes
Valérie Pécresse , Thérèse Argot etc... contre les féministes et NVB etc...sur ce pass , une autre fois , voile ou pas voile avec E Badinter face aux femmes de gauche,Hidalgo élue à la mairie de Paris et Pécresse élue Présidente de l'IDF : les femmes sont au coeur de l'action et s'affrontent c'est bien.
Bon affrontement.
Anguerrand
- 16/04/2016 - 20:25
Les filles ne sauraient pas qu'en ayant des rapports
elles risquent d'avoir un môme. Surtout si c'est le 5 ème fois. Par ailleurs le système n'avait que peu d'efficacité. La gauche en fait un événement mondial, Pecresse etant de droite et affirme qu'elle tentera un autre système. Les journalistes feraient mieux de transmettre le nombre de musulmans tenu secret depuis toujours 5% officiel soit 3,5 millions, et que par ailleurs devant Bourdin, Kenner ministre des sports à fait la " gaffe" en divulguant un secret " défense " que la France avait 13 millions de musulmans plus bien sûr les les sans papiers.