En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

06.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

07.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 43 min 24 sec
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 1 heure 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Covid-19 : les bons réflexes à avoir en cas de symptômes

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 12 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 14 heures 3 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 18 heures 38 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 54 min 16 sec
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 1 heure 16 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Politique
Il ne vous est pas interdit de rire

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

il y a 1 heure 44 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Racisme : la police au banc des accusés ?

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 13 heures 4 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 17 heures 30 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 18 heures 59 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 21 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Hors jeu

François Hollande en mission impossible au Moyen-Orient : rétablir l'influence de la France dans une région où elle ne pèse plus rien depuis 2012

Publié le 22 avril 2016
Depuis samedi 16 avril, François Hollande est en visite au Liban, en Egypte et en Jordanie. La stabilité régionale est au coeur des discussions. Toutefois, du fait de la position idéologique du président de la République sur le dossier syrien, la France ne joue plus le rôle de médiateur au Moyen-Orient.
Jean-Bernard Pinatel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis samedi 16 avril, François Hollande est en visite au Liban, en Egypte et en Jordanie. La stabilité régionale est au coeur des discussions. Toutefois, du fait de la position idéologique du président de la République sur le dossier syrien, la France ne joue plus le rôle de médiateur au Moyen-Orient.

Atlantico : Depuis samedi 16 avril et jusqu'au 19 avril, François Hollande est en visite au Moyen-Orient et se rendra au Liban, en Egypte et en Jordanie. Quel sont les enjeux de ce voyage ? 

Jean-Bernard Pinatel : Le Président de la République se rend au Liban puis au Caire pour terminer son voyage en Jordanie. Nous sommes malheureusement dans une gesticulation présidentielle qui va probablement encore couter de l’argent aux contribuables français.

Au Liban, François Hollande veut marquer son soutien à l’Armée libanaise alors que le fameux contrat "Donas" qui prévoyait de fournir pour 3 milliards de dollars d’armement français au Liban, grâce un financement saoudien, a été annulé par Riyad. Il va aussi visiter un camp de réfugiés syriens pour rencontrer une famille syrienne qui sera accueillie en France. 

Je rappelle que la France va en accueillir 1000 alors qu’au Liban ils sont environ 2 millions de Syriens soit environ un tiers de sa population. Que peut-il faire sinon encore ouvrir les vannes de l’argent public pour que cette visite ne soit pas un fiasco

Car enfin, de par sa politique syrienne de déstabilisation du régime d’Assas, il est  en partie la cause de ces  millions de réfugiés. En 2010, dans 26 pays européens couverts par eurostat ( , seulement 955 réfugiés syriens avaient été accueillis pour des raisons autres qu’économiques alors qu’en 2014 ils étaient 24 961 soit 30 fois plus. C’est donc la politique irresponsable de déstabilisation du régime syrien initialement financée par l’Arabie Saoudite et le Qatar et dans laquelle François Hollande a toujours eu une position en flèche qui est la cause du problème de réfugiés syriens et non, comme on essaie de nous le faire croire, le régime syrien. Tous ceux comme moi qui allaient en Syrie avant les événements voyaient un pays en plein développement où les habitants vivaient en paix, pratiquaient la religion de leur choix et voyaient leur pouvoir d’achat augmenter.

En Egypte, pays avec lequel depuis Bonaparte la France entretient une relation culturelle privilégiée est en prise avec le terrorisme islamique sur sol et dans le pays libyen voisin. Ce voyage permettra certainement un échange d’informations intéressant notamment sur Daech en Libye qui se heurte à une forte résistance des puissantes milices locales. Le chef de l’Etat est accompagné de nombreux chefs d’entreprise et ce sera l’occasion habituelle pour le chef de l’Etat d’essayer de s’approprier le mérite de négociations menées par les industriels et aussi de remercier l’Egypte d’avoir accepté d’acheter, avec l’argent que la France lui a prêté, les Mistrals qu’il a refusé de vendre à la Russie, pliant sous la pression d’Obama.

En Jordanie, le Président y va pour s’habiller en chef des Armées, seule composante de son image qui résiste encore un peu à la critique des français. Il  visitera la base aérienne Prince-Hassan, d'où décollent les avions français pour bombarder le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie.

 

 

La guerre en Syrie mobilisera certainement une grande partie des discussions. Dès le début de la crise en Syrie, la France a pris une position extrêmement ferme à l’égard du régime de Bachar el-Assad et a commis certaines erreurs d'appréciation, considérant notamment que le régime syrien n’avait que quelques semaines ou quelques mois devant lui. Depuis, la position de François Hollande n'a pas évolué. Comment expliquer selon vous, cette intransigeance du président de la République alors même que, quatre ans après le début du conflit, le rapport de force n'est plus le même et le régime d'Assad s'est renforcé ? 

François Hollande est d’une autosatisfaction extravagante et est totalement coupé des réalités de terrain comme l’on noté la plus part des observateurs lors de sa dernière apparition sur France 2 où il a déclaré "la France va mieux" et où il n’a fait aucune autocritique sur sa politique économique. 

Il se comporte de la même façon sur la Syrie où il s’est trompé à de multiples occasions. La première fois en voulant voir dans les évènements en Syrie un "printemps arabe" alors que nos services l’abreuvaient de mises en garde sur l’action en sous-main de l’Arabie Saoudite et du Qatar. En fait c’est plus probablement une concurrence politicienne qui est la raison principale de son erreur stratégique d’analyse sur la nature de la crise. Comme Sarkozy avait réussi à éliminer Kadhafi il ne voulait pas être de reste et il lui fallait éliminer Assad, un autre dictateur.

Il s’est ensuite trompé sur la capacité de résistance du régime Syrien qui était soutenu par au moins 50% de sa population et qui possédait une armée solide. Il n’a pas non plus compris que la Syrie était un enjeu géopolitique autrement plus important que la Libye pour l’Iran et la Russie. 

Jusqu’au7 janvier 2015 date de l’attentat contre Charlie Hebdo, il s’est trompé encore, comme Obama et les saoudiens, sur la capacité des occidentaux à contrôler la rébellion devenue Califat en juin 2014 où il est apparu que Daech avait des objectifs qui ne se limitaient pas au Moyen-Orient. 

Même après les attentats de Paris de novembre 2015, il n’a toujours pas compris que pour battre Daech il faut s’appuyer sur des structures étatiques solides en Syrie et en Irak et que seuls des combats au sol, menés par les armées des pouvoirs locaux appuyés par nous, permettront de reconquérir les villes et les villages occupés par l’Etat Islamique.

La France peut-elle encore faire entendre sa voix sur le dossier syrien ou est-elle définitivement hors jeu ? Pourquoi ?

La réponse est dans votre question. La France est hors-jeu et c’est désormais la Russie qui est au centre du jeu. La preuve : après les attentats de Bruxelles où croyez-vous que s’est rendu le secrétaire d’État américain John Kerry le 24 mars 2016? A Moscou, rencontrer Vladimir Poutine. Même Angela Merkel a discuté directement avec Erdogan du dossier des réfugiés sans y associer François Hollande. Pourquoi ? Parce que lorsqu’on s’est autant trompé on n’est plus crédible et on perd toute légitimité à l’intérieur et à l’extérieur.

Plus largement, qu'en est-il de la perte d'influence diplomatique de la France au Moyen-Orient ? Quelle est la part de responsabilité de François Hollande dans cette évolution ? 

La France avait traditionnellement une position de médiateur au Moyen-Orient que François Hollande a totalement abandonnée en devenant un allié privilégié de l’Arabie Saoudite wahhabite. Quand on n’est pas fort militairement dans un conflit (la majorité de nos moyens sont à juste titre consommés dans le Sahel et le reste de nos effectifs terrestres utilisés dans l’opération sentinelle) et que l’on a choisi un camp on n’a aucune carte en main pour peser diplomatiquement. En politique étrangère François Hollande aura là aussi affaibli la France et mis en danger la sécurité des Français.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
sapiensse
- 18/04/2016 - 06:21
Donc
Donc, 100 millions d'euros pour 1 million de réfugiés cela fait 100 euros par personne. Le coût de la vie étant maintenant à peu près le même un peu partout, avec 100 euros, les réfugiés peuvent manger une dizaine de jours. Et puis après ? Après ?... c'est la même question que l'on se pose en France avec l'assistanat permanent et les soupes populaires, subtilement déléguées aux Restau du Cœur et autres Croix rouge.
padam
- 17/04/2016 - 22:55
A l'attention de Vangog
Le croissant que l'on achète rue du Cirque est effectivement meilleur marché et autrement plus savoureux que celui qui flotte sur Riyad et Doha. Simple retour d'expérience...
padam
- 17/04/2016 - 22:46
Il faut être sorti de l'ENA pour n'avoir à ce point rien compris
Excellente analyse du Général. Rien à ajouter.