En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 38 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 8 heures 3 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 9 heures 17 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 54 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 52 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 37 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 14 heures 8 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 32 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 15 heures 7 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 28 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 28 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 32 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 53 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 25 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 15 heures 7 min
Very bad trip

Perte du triple A français : un mauvais coup des Anglo-saxons contre l’euro ?

Publié le 14 janvier 2012
L’agence Standard & Poor’s a dégradé vendredi la notation triple A de la France. La présidente du MEDEF Laurence Parisot dénonçait en août dernier "une orchestration outre-Atlantique des difficultés de l'Europe". Réalité ou fiction ?
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’agence Standard & Poor’s a dégradé vendredi la notation triple A de la France. La présidente du MEDEF Laurence Parisot dénonçait en août dernier "une orchestration outre-Atlantique des difficultés de l'Europe". Réalité ou fiction ?

Atlantico : L’agence de notation Standard & Poor’s a dégradé ce vendredi la note du triple A français. Alors que Fitch Ratings, supposé plus "europhile", ne l’a pas encore fait. Croyez-vous à un complot des Anglo-saxons contre la monnaie unique ?

Jean-Marc Daniel : Le mot "complot" est un bien grand mot. La tonalité générale est quand même qu’un certain nombre d’institutions aux États-Unis et en Angleterre sont farouchement hostiles à l’euro.

Pour les États-Unis, si l’euro émerge en tant que monnaie concurrente du dollar, ce serait la fin des privilèges exorbitants des Américains, soit la capacité à vivre au-dessus de leurs moyens. En effet, les États-Unis ont aujourd’hui la capacité de solder leur déficit de balance des paiements courants par l’émission de leur propre monnaie. Historiquement, ils se sont déjà débarrassés de la livre sterling et de l’or, ce n’est pas pour laisser émerger une monnaie forte comme l’euro...

 

En termes de compétitivité, un euro plus faible ne servirait toutefois pas les intérêts des Américains ?

Je crois effectivement qu’il y a dans les pays anglo-saxons des gens qui ont des intérêts très divers. Cependant, la constante dans la démarche américaine ne peut consister à vouloir détruire l’euro, sachant qu'il y a quand même des opérateurs économiques qui font un usage régulier de la monnaie unique, et qui eux sont plus inquiets de son évolution.

Un certain nombre d’opérateurs économiques américains, notamment dans le secteur industriel, s'offensent de cette baisse du taux de change avec l'euro. Le résultat étant clairement à leur détriment, puisqu'il profite avant tout à la compétitivité de l’industrie européenne.

L’idée poursuivie est en réalité la suivante : "Quand on a commencé une bataille, il faut la mener jusqu’au bout. Soit vous arrivez vraiment à détruire l’euro et vous mettez le « paquet », soit vous renoncez".

L’attitude des Britanniques est également ambivalente. Les intervenants du Financial Times, notamment l’éditorialiste Martin Wolf, sont prêts à raconter n’importe quoi par pure haine de l’Europe. Ils tirent à boulets rouges sur l’euro, avec des arguments relevant de l'absurde. Je pense que le cas britannique, il est plus question d’idéologie que d’économie.

Comment expliquer les différences de timing et de notation entre les grandes agences de notation ?

Les agences de notation sont autant « idiot utile » que « maître du complot ». Un certain mécanisme de l’économie spectacle s’est mis en place, dans lequel elles jouent évidemment un rôle central. Et l’enjeu principal réside dans la conservation de ce statut.

Si Standard & Poor’s a "déclassé" la France, c'est uniquement parce que Moody's s'était donné jusqu’au 18 janvier pour examiner le cas français. Il s'agit en quelque sorte de court-circuiter l’effet d’annonce de Moody’s. Pour cette dernière, le problème qui se pose est plus communicationnel que macro-économique. Et c'est donc en toute logique que les communicants de Moody's vont prendre la main quant à la marche à suivre.

Quant à Fitch Ratings, ils ont déclaré ne pas vouloir se mêler de cela... Et pourtant, Fitch Ratings n’est pas l’agence de notation que l’on nous décrit : européenne ou europhile. Marc Ladreit de Lacharrière en est effectivement l’un deux des principaux actionnaires, mais toute la structure est anglo-saxonne. Autant dire que ce n'est pas le propriétaire français qui dicte la conduite à adopter.

 

La situation économique et financière actuelle pourrait-elle se retourner contre les agences de notation ?

Je pense que les agences de notation sont en train de perdre le contrôle de la situation. Certes elles ont acquis, par un mécanisme de gestion de la communication et de la calomnie, un rôle central dans notre économie, mais elles sont en train de s'embourber dans une fuite en avant qui consiste à s’acharner sur l’Europe.

Pareille démarche pourrait se retourner contre elles. Jusque-là, les textes relatifs à la règlementation bancaire et financière font leur force, puisque seuls les actifs notés triple A sont considérés comme sûrs. Autant dire que ce sont elles qui définissent ce qui est un actif sûr, et ce qui ne l'est pas. Ce qui pourrait se produire, c'est une contestation de leur légitimité. D'autant plus qu'elles ont déjà manqué la faillite de la banque américaine Lehman Brothers en 2008. 

Les agences de notation sont donc bloquées dans une logique de fuite en avant, qui pourrait provoquer une réaction épidermique conduisant à leur perte.

 

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Benvoyons
- 16/01/2012 - 13:31
Finalement aujourd'hui nous avons la réponse
Ficht ok pour le 3A
Moody's OK pour le 3A

Spoor's NON pour le 3A donc Spoor's intègre comme quoi le gauche passe dans les prochaines élections et pas les autres.
Vincennes
- 15/01/2012 - 17:51
Laurence PARISOT n'est pas la seule à avoir des doutes...
... à commencer par le Commissaire Européen aux affaires économiques OLLUI ZEHN qui ne comprend pas la décision de cette Agence de notation qui est, comme par enchantement : anglo saxone!!de même que Michel BARNIER, Commissaire Européen chargé de réguler les marchés financiers..les 2 pensant que "le moment n'avait, certainement pas, été choisi au hasard" et, toujours les mêmes médias qui zappent
titine
- 15/01/2012 - 14:42
Non, ce n'est pas de la fiction...
Les anglais ont toujours été depuis Yalta les putains de l'Europe. Fitch rating n'a pas participé à la dégradation...