En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 10 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 13 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 14 heures 35 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 16 heures 23 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 18 heures 23 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 20 heures 28 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 14 heures 40 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 17 heures 13 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 20 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Un viol, puis la prostitution et la drogue : comment se défaire de la honte et survivre

Publié le 16 avril 2016
Avec Maya Lebas
Maya Lebas est allée à la rencontre d'hommes et de femmes ayant surmonté des épreuves qui auraient pu les briser. Ces résilients racontent l'instant décisif où tout a basculé, la perte de repères, les amis qui s'éloignent, la vie qui perd son sens. Mais ils disent aussi la lente ascension après la chute, les mains tendues, les lueurs d'espoir et les prises de consciences. Et puis le moment où ils ont réussi à se relever, à se réinventer. Extrait de "Nos vies a l'épreuve : Ils ont fait de leurs blessures une force" de Maya Lebas, aux éditions De La Martinière 1/2
Maya Lebas a été journaliste au Figaro et a ensuite collaboré à La Tribune, L Express... Elle se passionne pour les destins hors normes, les gens qui sortent du cadre, les sujets de santé et de société.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maya Lebas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maya Lebas a été journaliste au Figaro et a ensuite collaboré à La Tribune, L Express... Elle se passionne pour les destins hors normes, les gens qui sortent du cadre, les sujets de santé et de société.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maya Lebas est allée à la rencontre d'hommes et de femmes ayant surmonté des épreuves qui auraient pu les briser. Ces résilients racontent l'instant décisif où tout a basculé, la perte de repères, les amis qui s'éloignent, la vie qui perd son sens. Mais ils disent aussi la lente ascension après la chute, les mains tendues, les lueurs d'espoir et les prises de consciences. Et puis le moment où ils ont réussi à se relever, à se réinventer. Extrait de "Nos vies a l'épreuve : Ils ont fait de leurs blessures une force" de Maya Lebas, aux éditions De La Martinière 1/2
Avec Maya Lebas

Laurence me donne rendez-vous en face de la gare Montparnasse, entre deux trains, quelques jours après les attentats du 13 novembre 2015. Elle est anxieuse, redoute de rater son prochain départ pour Chambéry où elle est invitée par SOS femmes violences à témoigner de son enfance. Elle a peur de raviver ses vieilles blessures. À Paris, le climat est tendu et elle absorbe tout. Cette première rencontre est brève. Elle se prolongera au téléphone. Je découvrirai alors une belle personne, sensible et délicate. Écorchée vive et forte en même temps. Déterminée, battante et attachante. Une femme revenue de tout, qui a su saisir les mains tendues et les clins d’oeil du destin.

J’ai eu une enfance très difficile, un « infanticide psychologique », selon les spécialistes. Pour rester en vie, j’ai payé le prix fort. Ma mère est tombée enceinte par accident, à vingt ans, d’un éphémère amour de jeunesse qui l’a quittée à ma naissance en 1967. Devenue « fille-mère », elle m’a toujours considérée comme la cause de son désespoir. Avec moi, elle oscillait entre les cris et l’indifférence, et me jetait régulièrement à la figure des petites phrases assassines et dévalorisantes. Quand j’ai eu quelques mois, elle a fait la connaissance de Léon, notre voisin, et s’est installée avec lui. Le secret a été bien gardé, car je n’ai appris qu’à seize ans qu’il n’était pas mon père. Dans leur appartement, je dormais dans la salle de bains minuscule où tout le monde entrait sans frapper et procédait, sans pudeur, à sa toilette intime. Comme si je n’existais pas. Mon beau-père abusait de moi. J’étais sans repères. Dans l’insécurité permanente. Personne ne m’a pas appris à me protéger.

J’avais terriblement honte de moi. Les autres enfants le sentaient et me maltraitaient. Pour eux aussi, j’étais le mouton noir. Je me cachais derrière les rideaux du préau, toujours seule, mal dans ma peau. Avec la nourriture pour refuge, j’attirais les sarcasmes des garçons qui me traitaient de grosse. Je me suis révoltée à l’adolescence. Ne supportant plus les engueulades à la maison, les insultes, les attouchements, l’humiliation, j’ai fait plusieurs fugues. La dernière, à seize ans, ne m’a pas réussi. Je suis tombée sur les rabatteurs d’un réseau de proxénètes, des garçons qui avaient l’air très sympathiques. Leur manège était bien rodé et je n’ai rien vu venir. Assoiffée d’affection, paumée et livrée à moi-même, j’étais la proie idéale. Je m’en souviens comme si c’était hier. Ils m’ont invitée dans une superbe brasserie des Champs-Élysées pour me présenter Philippe, Norbert et Danielle, trois proxénètes qui m’ont attirée dans leur sillage en me faisant miroiter tout ce que je désirais : « Tu as bien fait de fuir tes parents. Nous allons t’aider, t’héberger. Avec nous, plus rien ne pourra t’arriver. » Philippe était beau, souriant et protecteur en apparence. J’ai succombé à son charme. La mère maquerelle, Danielle, m’a prise sous son aile. Elle me payait tout, me couvrait de cadeaux, m’emmenait partout. Elle me valorisait et me complimentait. J’avais trouvé la mère qui m’avait tant manqué…

J’ai vite perdu mes illusions quand un soir d’hiver elle m’a mise sur le trottoir, rue Saint-Denis, où elle possédait plusieurs studios. Son entreprise était très rentable : toutes les huit heures, les prostituées se relayaient en duo. L’une faisait le trottoir, l’autre les passes, et Danielle recevait six loyers pour le prix d’un. Là, j’ai touché le fond et noyé mon désarroi dans la drogue et l’alcool. Heureusement, je ne me suis jamais piquée et j’ai aussi échappé au sida. Mais à dix-sept ans, j’étais devenue une loque, je vivais avec la boule au ventre. Je me cachais derrière les poubelles pour éviter les flics, de peur de finir en prison. J’étais mineure, mais ma mère n’avait pas jugé utile de signaler ma disparition à la police. Cet enfer a duré un an.

Un jour, une maraude de bénévoles du Mouvement du nid, une association de lutte contre la prostitution, est passée. Je les ai suppliés de partir car j’étais surveillée en permanence. Ils ont eu le temps de me donner une petite carte de visite que j’ai gardée au fond d’une poche. Mon proxénète, soi-disant « amoureux transi », m’avait laissée tomber ; la maquerelle que j’avais prise pour une mère de substitution, aussi. Après m’avoir attirée dans ses griffes, elle continuait évidemment à me prendre mon argent, mais elle s’était totalement désintéressée de ma personne. Tout le monde m’avait abandonnée. Sur mon bout de trottoir, je crevais de solitude et de manque d’amour.

Pour me protéger, je me suis acheté un doberman, Trega, une femelle car la simple vue d’un sexe masculin me faisait horreur. Cette chienne m’a sauvée. Petite, j’avais tendrement aimé Belle, le berger allemand de mes grands-parents qui habitaient en Normandie. Passer des vacances chez eux ressemblait à mon idée du paradis. Ils étaient chaleureux, débordants d’affection. Ils jouaient avec moi et me sécurisaient. La vie avec eux était cadrée, avec des règles et des horaires, des repas de famille à heures fixes. Surtout, je retrouvais Belle, cette chienne aimante et protectrice que j’emmenais partout avec moi. Comme Trega. Mais cette fois, la rue avait un goût amer, une odeur de soufre. Celle de la misère et de la désolation. Lorsque je finissais mes nuits, je prenais ma énième douche et dormais un peu, avant de glisser Trega dans mon manteau pour sortir. Enfin un être à qui parler, à câliner et dorloter. Enfin un peu de tendresse. Le jour où mon proxénète a menacé de me la prendre, j’ai aussitôt réagi. Mourir, je m’en moquais. Mais elle, je l’adorais : il ne devait rien lui arriver.

Extrait de "Nos vies a l'épreuve : Ils ont fait de leurs blessures une force" de Maya Lebas, publié aux éditions De La Martinière, en avril 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 16/04/2016 - 22:17
Liberté
Une histoire dramatique, digne d'un roman de Zola ! Il n'est reste pas moins que cette jeune-femme avait toute liberté de se faire engager comme serveuse chez Mac Do. Désolé, en lisant et relisant son histoire, elle ne dit pas qu'elle a été forcée à se prostituer.
cloette
- 16/04/2016 - 13:16
Et il y en a
Qui vont dire que les femmes sont libres et propriétaires de leur corps et qu'elles peuvent en faire ce qu'elles veulent .