En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 6 heures 51 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 9 heures 9 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 10 heures 4 sec
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 12 heures 37 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 14 heures 44 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 16 heures 34 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 19 heures 27 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 8 heures 44 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 9 heures 29 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 12 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 13 heures 2 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 15 heures 40 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 20 heures 22 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Un viol, puis la prostitution et la drogue : comment se défaire de la honte et survivre

Publié le 16 avril 2016
Avec Maya Lebas
Maya Lebas est allée à la rencontre d'hommes et de femmes ayant surmonté des épreuves qui auraient pu les briser. Ces résilients racontent l'instant décisif où tout a basculé, la perte de repères, les amis qui s'éloignent, la vie qui perd son sens. Mais ils disent aussi la lente ascension après la chute, les mains tendues, les lueurs d'espoir et les prises de consciences. Et puis le moment où ils ont réussi à se relever, à se réinventer. Extrait de "Nos vies a l'épreuve : Ils ont fait de leurs blessures une force" de Maya Lebas, aux éditions De La Martinière 1/2
Maya Lebas a été journaliste au Figaro et a ensuite collaboré à La Tribune, L Express... Elle se passionne pour les destins hors normes, les gens qui sortent du cadre, les sujets de santé et de société.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maya Lebas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maya Lebas a été journaliste au Figaro et a ensuite collaboré à La Tribune, L Express... Elle se passionne pour les destins hors normes, les gens qui sortent du cadre, les sujets de santé et de société.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maya Lebas est allée à la rencontre d'hommes et de femmes ayant surmonté des épreuves qui auraient pu les briser. Ces résilients racontent l'instant décisif où tout a basculé, la perte de repères, les amis qui s'éloignent, la vie qui perd son sens. Mais ils disent aussi la lente ascension après la chute, les mains tendues, les lueurs d'espoir et les prises de consciences. Et puis le moment où ils ont réussi à se relever, à se réinventer. Extrait de "Nos vies a l'épreuve : Ils ont fait de leurs blessures une force" de Maya Lebas, aux éditions De La Martinière 1/2
Avec Maya Lebas

Laurence me donne rendez-vous en face de la gare Montparnasse, entre deux trains, quelques jours après les attentats du 13 novembre 2015. Elle est anxieuse, redoute de rater son prochain départ pour Chambéry où elle est invitée par SOS femmes violences à témoigner de son enfance. Elle a peur de raviver ses vieilles blessures. À Paris, le climat est tendu et elle absorbe tout. Cette première rencontre est brève. Elle se prolongera au téléphone. Je découvrirai alors une belle personne, sensible et délicate. Écorchée vive et forte en même temps. Déterminée, battante et attachante. Une femme revenue de tout, qui a su saisir les mains tendues et les clins d’oeil du destin.

J’ai eu une enfance très difficile, un « infanticide psychologique », selon les spécialistes. Pour rester en vie, j’ai payé le prix fort. Ma mère est tombée enceinte par accident, à vingt ans, d’un éphémère amour de jeunesse qui l’a quittée à ma naissance en 1967. Devenue « fille-mère », elle m’a toujours considérée comme la cause de son désespoir. Avec moi, elle oscillait entre les cris et l’indifférence, et me jetait régulièrement à la figure des petites phrases assassines et dévalorisantes. Quand j’ai eu quelques mois, elle a fait la connaissance de Léon, notre voisin, et s’est installée avec lui. Le secret a été bien gardé, car je n’ai appris qu’à seize ans qu’il n’était pas mon père. Dans leur appartement, je dormais dans la salle de bains minuscule où tout le monde entrait sans frapper et procédait, sans pudeur, à sa toilette intime. Comme si je n’existais pas. Mon beau-père abusait de moi. J’étais sans repères. Dans l’insécurité permanente. Personne ne m’a pas appris à me protéger.

J’avais terriblement honte de moi. Les autres enfants le sentaient et me maltraitaient. Pour eux aussi, j’étais le mouton noir. Je me cachais derrière les rideaux du préau, toujours seule, mal dans ma peau. Avec la nourriture pour refuge, j’attirais les sarcasmes des garçons qui me traitaient de grosse. Je me suis révoltée à l’adolescence. Ne supportant plus les engueulades à la maison, les insultes, les attouchements, l’humiliation, j’ai fait plusieurs fugues. La dernière, à seize ans, ne m’a pas réussi. Je suis tombée sur les rabatteurs d’un réseau de proxénètes, des garçons qui avaient l’air très sympathiques. Leur manège était bien rodé et je n’ai rien vu venir. Assoiffée d’affection, paumée et livrée à moi-même, j’étais la proie idéale. Je m’en souviens comme si c’était hier. Ils m’ont invitée dans une superbe brasserie des Champs-Élysées pour me présenter Philippe, Norbert et Danielle, trois proxénètes qui m’ont attirée dans leur sillage en me faisant miroiter tout ce que je désirais : « Tu as bien fait de fuir tes parents. Nous allons t’aider, t’héberger. Avec nous, plus rien ne pourra t’arriver. » Philippe était beau, souriant et protecteur en apparence. J’ai succombé à son charme. La mère maquerelle, Danielle, m’a prise sous son aile. Elle me payait tout, me couvrait de cadeaux, m’emmenait partout. Elle me valorisait et me complimentait. J’avais trouvé la mère qui m’avait tant manqué…

J’ai vite perdu mes illusions quand un soir d’hiver elle m’a mise sur le trottoir, rue Saint-Denis, où elle possédait plusieurs studios. Son entreprise était très rentable : toutes les huit heures, les prostituées se relayaient en duo. L’une faisait le trottoir, l’autre les passes, et Danielle recevait six loyers pour le prix d’un. Là, j’ai touché le fond et noyé mon désarroi dans la drogue et l’alcool. Heureusement, je ne me suis jamais piquée et j’ai aussi échappé au sida. Mais à dix-sept ans, j’étais devenue une loque, je vivais avec la boule au ventre. Je me cachais derrière les poubelles pour éviter les flics, de peur de finir en prison. J’étais mineure, mais ma mère n’avait pas jugé utile de signaler ma disparition à la police. Cet enfer a duré un an.

Un jour, une maraude de bénévoles du Mouvement du nid, une association de lutte contre la prostitution, est passée. Je les ai suppliés de partir car j’étais surveillée en permanence. Ils ont eu le temps de me donner une petite carte de visite que j’ai gardée au fond d’une poche. Mon proxénète, soi-disant « amoureux transi », m’avait laissée tomber ; la maquerelle que j’avais prise pour une mère de substitution, aussi. Après m’avoir attirée dans ses griffes, elle continuait évidemment à me prendre mon argent, mais elle s’était totalement désintéressée de ma personne. Tout le monde m’avait abandonnée. Sur mon bout de trottoir, je crevais de solitude et de manque d’amour.

Pour me protéger, je me suis acheté un doberman, Trega, une femelle car la simple vue d’un sexe masculin me faisait horreur. Cette chienne m’a sauvée. Petite, j’avais tendrement aimé Belle, le berger allemand de mes grands-parents qui habitaient en Normandie. Passer des vacances chez eux ressemblait à mon idée du paradis. Ils étaient chaleureux, débordants d’affection. Ils jouaient avec moi et me sécurisaient. La vie avec eux était cadrée, avec des règles et des horaires, des repas de famille à heures fixes. Surtout, je retrouvais Belle, cette chienne aimante et protectrice que j’emmenais partout avec moi. Comme Trega. Mais cette fois, la rue avait un goût amer, une odeur de soufre. Celle de la misère et de la désolation. Lorsque je finissais mes nuits, je prenais ma énième douche et dormais un peu, avant de glisser Trega dans mon manteau pour sortir. Enfin un être à qui parler, à câliner et dorloter. Enfin un peu de tendresse. Le jour où mon proxénète a menacé de me la prendre, j’ai aussitôt réagi. Mourir, je m’en moquais. Mais elle, je l’adorais : il ne devait rien lui arriver.

Extrait de "Nos vies a l'épreuve : Ils ont fait de leurs blessures une force" de Maya Lebas, publié aux éditions De La Martinière, en avril 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 16/04/2016 - 13:16
Et il y en a
Qui vont dire que les femmes sont libres et propriétaires de leur corps et qu'elles peuvent en faire ce qu'elles veulent .