En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

03.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

06.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

07.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 11 min 8 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 1 heure 14 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Sport
Se queda

LYON/PSG: O/1 : Grâce à Neymar, les Parisiens s'imposent sans trembler et marquent les esprits

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Finance
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Société
Profit

Comment les géants du porno en ligne profitent du "revenge porn" malgré leurs dénégations

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Economie
En même temps

Martin Wolf 1 - Thomas Piketty 0 : ou comment comprendre les dérives du capitalisme financier sans renoncer au libéralisme

il y a 7 heures 21 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 1 heure 25 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Société
Les yeux ouverts

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Social
La chair est faible, l'esprit aussi

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

il y a 6 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment le nouvel Ipod touch réhabilite un support parfois jugé obsolète
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Religion
Repentance

Abus sexuels dans l’Eglise : ce renouveau spirituel qui devrait accompagner l’appel au témoignage

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Politique
Division des droites ?

LR face à la Convention de la droite : deux droites différentes ou deux générations ?

il y a 7 heures 7 min
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 19 heures 24 min
pépite vidéo > International
Epicentre
L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans
il y a 21 heures 43 min
© Reuters
Que faut-il retenir de positif dans les réformes économiques et sociales de la Dame de fer ?
© Reuters
Que faut-il retenir de positif dans les réformes économiques et sociales de la Dame de fer ?
Une méthode dangereuse

Comment Thatcher a sauvé la Grande-Bretagne mais précipité le monde dans la crise actuelle

Publié le 16 janvier 2012
La sortie de "La dame de fer" a créé la polémique cette semaine en Angleterre. Le film revient sur le parcours de Margaret Thatcher a la tête du pays. Sa politique musclée, aujourd'hui critiquée a toutefois permis au Royaume-Uni de connaître une longue période de prospérité de 18 ans, quasiment inconnue depuis l'ère victorienne. Mais le libéralisme qu'elle mena n'a-t-elle pas mené à la crise que nous connaissons aujourd'hui ?
Jacques Leruez est spécialiste de l'étude du régime et de la vie politique britanniques. Directeur de recherche émérite au CNRS, il a été professeur à l'IEP de Paris. Il a notamment écrit "Thatcher la Dame de fer" (André Versaille éditeur, 2012) 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Leruez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Leruez est spécialiste de l'étude du régime et de la vie politique britanniques. Directeur de recherche émérite au CNRS, il a été professeur à l'IEP de Paris. Il a notamment écrit "Thatcher la Dame de fer" (André Versaille éditeur, 2012) 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La sortie de "La dame de fer" a créé la polémique cette semaine en Angleterre. Le film revient sur le parcours de Margaret Thatcher a la tête du pays. Sa politique musclée, aujourd'hui critiquée a toutefois permis au Royaume-Uni de connaître une longue période de prospérité de 18 ans, quasiment inconnue depuis l'ère victorienne. Mais le libéralisme qu'elle mena n'a-t-elle pas mené à la crise que nous connaissons aujourd'hui ?

Atlantico : A l'heure où l'on célèbre Thatcher notamment au cinéma, comment expliquez-vous l'ascendant extraordinaire qu'elle a exercé sur les Britanniques pendant plus de 11 ans de gouvernement et même au-delà ?

Jacques Leruez : Il faut d'abord évoquer la situation de la Grande-Bretagne quand elle est arrivée au pouvoir en mai 1979. Depuis le premier choc pétrolier (1973), le pays connaissait une inflation à deux chiffres (25% en 1975) et la livre, flottante depuis la dévaluation du dollar en 1971, glissait chaque jour davantage au point qu'en 1976, comble du déshonneur pour un peuple aussi fier que les Britanniques, le gouvernement dut faire appel au FMI pour un prêt de 3,9 milliards de dollars, somme très importante à l'époque, moyennant une lettre d'intention qui le contraignit à couper profondément dans les dépenses publiques. Bref, le Royaume-Uni passait alors pour "l'homme malade de l'Europe". De plus, le gouvernement travailliste de James Callaghan, minoritaire à la Chambre des Communes depuis 1976, dirigeait le pays à la petite semaine avec l'appui fragile des petites formations (libéraux et nationalistes). Malgré tout, le Premier ministre restait assez populaire et présentait toujours un visage souriant et optimiste - d'où le surnom de "Sunny Jim" (Jim le Rayonnant) que la presse lui donnait . Aussi pensait-il qu'il pourrait imposer une quatrième année d'une politique des revenus - qui consistait principalement en une limitation stricte (par la loi) des hausses de salaires - appelée "Contrat Social" parce que négociée avec les dirigeants des grands syndicats. Il n'en fut rien ; d'où, d'octobre 1978 à février 1979, une série de grèves partant de la base et plus ou moins anarchiques, affectant d'abord le secteur privé, puis s'étendant au secteur public, face à un gouvernement assez désemparé et finalement capitulant devant le flot des revendications.

Cette période, que les médias ont qualifiée en termes shakespeariens d' "hiver du mécontentement", montrait aux Britanniques qu'un gouvernement travailliste n'était pas plus apte à résister aux syndicats et à leurs troupes que le gouvernement conservateur d'Edward Heath qui avait été déstabilisé et finalement avait sombré, face à deux grandes grèves des mineurs (1972,1974). D'où le ralliement d'une majorité de l'opinion derrière celle qui venait de détrôner Heath à la tête du parti conservateur (1975), que les Soviétiques avaient qualifiée de "dame de fer" dès 1976 et qui annonçait un programme économique vraiment libéral, qui tranchait non seulement avec l'action de Heath mais aussi avec la politique modérément keynésienne des gouvernements conservateurs qui s'étaient succédés de 1951 à 1964. Toujours est-il que cette politique, dont on a pu dire qu'il s'agissait d'une "révolution", a transformé profondément le visage de la Grande-Bretagne, car elle s'est inscrite dans la durée, avec l'assentiment du plus grand nombre. Ne l'oublions pas : Margaret Thatcher a remporté haut la main trois élections générales : 1979, 1983 et 1987 et, grâce à elle, son parti est resté au pouvoir dix-huit ans d'affilée. Autant de records, du moins à l'époque contemporaine.

Que faut-il retenir de positif dans les réformes économiques et sociales de la Dame de fer ?

Dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement Thatcher abolit la politique des revenus de son prédécesseur, qui était de toutes façons en lambeaux après les grèves de l'hiver précédent et personne, y compris Tony Blair et Gordon Brown, malgré un taux d'inflation toujours plus élevé que la moyenne de l'Union Européenne, n'a songé à rétablir ce type de politique. L'arme choisie pour combattre l'inflation fut, selon les enseignements de Milton Friedman, une gestion très stricte de la masse monétaire associée à un taux de change particulièrement élevé. D'où une récession sans précédent depuis 1945. Résultat : des pans entiers de l'industrie manufacturière s'effondrèrent, la production industrielle chuta de plus de 10%. et le nombre des chômeurs fit plus que doubler en quelques années. La situation parut alors si alarmante qu'un commentateur, las d'entendre dire qu'il fallait en passer par là pour redresser le pays, déclarait que la Grande-Bretagne "allait mourir guérie". Plus sérieusement, trois centre trente-quatre économistes (dont le prix Nobel James Meade) signaient une lettre ouverte au gouvernement, reproduite dans toute la presse, réclamant un changement de cap total de la politique économique.

Naturellement, la Dame de fer ne dévia pas du chemin qu'elle s'était tracé. Pourtant, dès 1982, l'économie repartait, lentement d'abord, plus rapidement ensuite, mais cette amélioration n'aurait sans doute pas suffi à permettre l'éclatante victoire électorale de mai 1983, sans l'audacieuse reconquête des Malouines, qui confirmait que le pays était gouverné d'une main ferme. "La Grande-Bretagne est à nouveau grande" pouvait déclarer le Premier ministre. Même s'il fallut attendre 1985 pour que la production manufacturière retrouve son niveau de 1979 et pour que le chômage commence à régresser, on peut dire que la thérapie thatchérienne, malgré sa brutalité, a été efficace à long terme: entre 1982 et 1989, c'est-à-dire en neuf ans, la Grande-Bretagne a enregistré des résultats meilleurs que ses principaux partenaires de l'OCDE mais aussi meilleurs que ceux qu'elle avait connus dans le passé. Ainsi, entre 1985 et 1989, la croissance du PIB dépassa largement 3% par an, et, parallèlement, le chômage déclina spectaculairement, passant de 11,8 % encore en 1986 à 6% au début de 1990.

Mais, ce qui est le plus important, c'est ce qui s'est passé après le départ de Mme Thatcher (fin 1990). Avec des hauts et des bas, et jusqu'à la crise des "sub-primes", le Royaume-Uni a joui, certes avec des retombées sociales inégales, d'une longue période de prospérité de 18 ans, quasiment inconnue depuis l'ère victorienne, au point même que certains observateurs estimaient qu'elle en avait fini avec les cycles stop and go, (alternances brutales entre des phases de croissance inflationniste et des périodes de déflation sources de chômage), qui l'avaient caractérisée depuis 1945. C'est en quoi John Major (1990-1997) et Tony Blair (1997-2007) ont été les bénéficiaires de l'héritage thatchérien.

Justement, pensez-vous que l'ancien Premier ministre porte une responsabilité dans la crise mondiale actuelle ?

Oui, sans aucun doute, car, en parallèle avec l'action du président Reagan, sa politique a contribué à accélérer le processus de "globalisation". Son slogan de "moins de gouvernement" a été dévastateur. Sans les privatisations (la vente de l'argenterie de famille, comme disait l'ancien Premier ministre, Harold Macmillan), qui certes ont apporté au trésor public des recettes ponctuelles mais éphémères, l'Etat britannique serait resté plus fort vis à vis des multinationales et les spéculations de toutes sortes. De plus, dès 1979, les mouvements de capitaux étaient libérés. En juin 1980, disparaissait le "corset", qui obligeait les banques britanniques à déposer une partie de leurs avoirs auprès de la Banque d'Angleterre. Ces décisions ont considérablement accéléré l'internationalisation de l'économie. La Grande-Bretagne, qui était déjà un des pays les plus ouverts aux multinationales étrangères, le fut encore davantage: fusions, concentrations et investissements directs se multiplièrent, notamment les investissements japonais.

La libéralisation des activités financières, déjà bien avancée par les décisions que je viens d'énoncer, a été complétée, en 1986, par le fameux Big Bang qui a dérégulé les activités de la City de Londres. Cette révolution, destinée à introduire la concurrence dans le saint des saints, a finalement permis à Londres de garder son rôle de leader et de plaque tournante en matière d' "industrie de la finance". Il n'empêche que la place de Londres, autrefois célèbre pour sa devise (My word is my bond : ma parole est un engagement ) a vu son éthique dégradée par la concurrence et les méthodes étrangères, et a cessé d'être un club aux règles morales de haut niveau, comme le montrent les nombreux scandales et affaires qui ont éclaté depuis lors.

Si bien que la City est devenue un Etat dans l'Etat - certains même l'accusent d'être un véritable paradis fiscal - dont les activités sont largement déconnectées de l'économie réelle et dont les intérêts divergent souvent de ceux de l'ensemble des Britanniques. Mais elle a pris une telle importance à la fois comme employeur distribuant des rémunérations élevées et comme pourvoyeur de la balance des paiements britannique qu'elle en est devenue presque incontrôlable par les pouvoirs publics. 

Propos recueillis par Antoine de Tournemire

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

03.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

06.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

07.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 17/01/2012 - 19:28
Dessinez sur feuille semi-log taux Lombard, emploi, indice prix
...de 1945 à 2012, et vous verrez une autre réalité apparaître!
Chaque inflation du taux Lombard de prêt sans risque décidé par la banque centrale fait définitivement monter les prix 2 ans après la hausse des frais financiers, puis baisser définitivement le % de travailleurs, 3 ans après la hausse des taux! Thatcher n'y est pour rien, Chicago décide! (Friedman vient de l'école de Chicago)
elcondor
- 17/01/2012 - 10:40
Libéralisation = dettes
@ galt
"De toute façon le socialisme et le keynésianisme nous ont mené dans le mur de la dette"
C'est pourtant depuis le début des années 80 que la dette a explosé passant de 20% à presque 90-100% du PIB dans des pays comme USA, UK, France.....au moment de la libéralisation et déréglementation de la finance
Mérovingien
- 16/01/2012 - 21:48
LA TEMPETE A VENIR
L'économie britannique va être emportée dans le cataclysme financier qui arrive, le PNB va s'ffondre de 40% quand la baisse n'excèdera pas 18% en France et 5% en Allemagne. Deux ans, c'est le délai pour l'implosion des dettes cachées.