En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 1 heure 2 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 3 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 5 heures 54 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 8 heures 9 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 11 heures 47 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 2 heures 43 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 5 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 6 heures 9 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 11 heures 3 sec
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 11 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
La Russie, c’est lui ?

Ce que cherche vraiment Vladimir Poutine avec la création d’une garde nationale exclusivement placée sous ses ordres

Publié le 13 avril 2016
Alors que Vladimir Poutine s'apprête à se doter d'une garde nationale aux effectifs et aux pouvoirs très étendus, la mainmise du président russe sur le pouvoir n'a jamais semblé aussi forte, à quelques mois d'élections législatives très attendues.
Michael Eric Lambert est docteur en Histoire des relations internationales à la Sorbonne - INSEAD (BFC'15Dec) et directeur du Black Sea Institute. Ses travaux portent sur les relations entre l'Union européenne, la Russie, et la Chine en Europe...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Eric Lambert est docteur en Histoire des relations internationales à la Sorbonne - INSEAD (BFC'15Dec) et directeur du Black Sea Institute. Ses travaux portent sur les relations entre l'Union européenne, la Russie, et la Chine en Europe...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Vladimir Poutine s'apprête à se doter d'une garde nationale aux effectifs et aux pouvoirs très étendus, la mainmise du président russe sur le pouvoir n'a jamais semblé aussi forte, à quelques mois d'élections législatives très attendues.

Atlantico : Récemment, Vladimir Poutine a soumis une loi au Parlement russe prévoyant la création d'une garde nationale qui ne répondrait plus aux ordres du gouvernement mais du Président lui-même (via un de ses proches, Viktor Zolotov). Alors que les prochaines élections législatives de septembre pourraient donner lieu à des manifestations d'opposants, quelle signification donner à cette décision ?

Michael Lambert : Le Président russe aime à réformer les structures gouvernementales afin d’accroitre leur performance. Lors de son premier mandat, Vladimir Poutine avait déjà réorganisé le Haut commandement de l’Armée russe en simplifiant les structures administratives, créant ainsi quatre Centres (Ouest, Est, Nord, Sud) pour mieux répondre aux menaces externes.

La création de cette nouvelle “Garde nationale” s’impose dès lors dans l’optique de simplification des Services de renseignement existants en Russie à ce jour. Au moment de son annonce, le Président russe a également mentionné le rattachement de l’Agence de contrôle des drogues ainsi que de l’Agence migratoire au sein du Ministère de l’Intérieur. Cette fusion permettra d’accroitre la collecte de renseignements sur les personnes qui transitent sur le sol de la Fédération. Elle s’impose dans un contexte ou la menace terroriste n’à de cesse de s’accroître, d’autant plus depuis le début du conflit avec l’État Islamique en 2015.

La Garde nationale aura donc pour charge d’assurer la sécurité intérieur en usant de compétences spécifiques, simplifiant ainsi la carte des Services de Renseignement. Elle se fixera comme objectif de lutter contre le terrorisme sur le sol national, un phénomène récurrent en raison de la présence des séparatistes dans le Caucase russe (Dagestan et Tchétchénie). Qui plus est, la Russie est désormais entourée par de plusieurs États de facto (Abkhazie, Ossétie du Sud, Novorossya) ou les armes légères abondent. Le souhait de renforcer la sécurité à l’intérieur du pays prend donc son sens dans le contexte de prolifération des armes légères dans l’espace post-soviétique et au Moyen-Orient. 

Officiellement, cette décision ne concerne donc en rien les prochaines élections. Dans la pratique, il s’avère cependant évident qu’un tel service pourra museler les opposants politiques sans aucune contrainte juridique.

Cette garde nationale aurait ses propres services de renseignement, des pouvoirs d'enquête, le droit de contrôler le port d'arme des particuliers, de tirer sans sommation dans certains cas ou encore de ne pas se présenter lors des arrestations effectuées. De telles prérogatives ne rappellent-elles pas dans une certaine mesure l'époque soviétique ? S'agit il d'une dérive du pouvoir ou faut-il y voir une intention réelle de se doter d'outils à même de lutter contre le terrorisme ?

Dans une certaine mesure, le schéma n’est pas sans rappeler celui des structures Américaines, à l’image du FBI. Un groupe armé au sein de l’État russe n’est pas sans établir une analogie avec les pleins pouvoirs dont disposait le KGB pendant la période soviétique.

Il serait cependant incohérent de parler de “dérive du pouvoir”, tout simplement car les opposants politiques sont déjà sus surveillance du Ministère de l’Intérieur. Le Gouvernement actuelle est lui même déjà répressif en ce qui concerne les libertés individuelles, et les Services de renseignement disposent également des pleins pouvoirs depuis plusieurs années. On pourrait dès lors avancer l’idée selon laquelle on est en face d’un groupe directement rattaché au Président, mais qui utilise les mêmes méthodes que l’actuel FSB. 

Il faudrait donc davantage entrevoir dans cette organisme un moyen de participer au pluralisme des appareils de l’État, ainsi que le souhait de ne pas laisser à une seule agence le privilège de tout contrôler. Un schéma similaire se retrouve en France avec des organismes comme l’IRSEM et l’IHEDN. L’IRSEM est rattaché au Ministère de la Défense, tandis que l’IHEDN est rattaché au Cabinet du Premier Ministre. Cette situation n’a aucun sens sur le plan financier et académique car les deux pourraient fusionner afin d’accroitre leur visibilité et leurs moyens. Mais le MinDef et le Cabinet du Premier Ministre s’y opposent par manque de confiance et en vue de préserver leurs propres intérêts.

On pourrait envisager un schéma similaire en Russie, ou Poutine voudrait disposer de son “groupe privé”, d’un organisme de plus petite taille sous son contrôle direct et plus facile à prendre en charge. 

Dans une perpective historique, les chefs d’États souhaitent souvent avoir une garde personnelle pour assurer leur propre sécurité. Avec des hommes au dessus des lois pour mener des actions illégales sous approbation directe du leader. 

Vladimir Poutine semble rentrer dans ce schéma, et le temps nous dira de quelle manière il utilisera cette structure. Au regard de la situation, la relation à la lutte contre le terrorisme semble cependant secondaire, même si c’est l’argument officiel.

Alors que la personnalisation du pouvoir est particulièrement palpable dans la Russie de Vladimir Poutine, est-il envisageable que ce dernier se maintienne au Kremlin de longues années encore, lui qui en a constitutionnellement le droit jusqu'en 2024 ?

Derrière les apparences de puissance et d’Homme providentiel, le Président russe à pleinement conscience de son âge et qu’il ne sera plus capable d’incarner l’État russe avec la même image d’Homme fort d’ici la prochaine décennie. Il est probable que celui-ci reste au pouvoir pendant encore quelques années, mais cela n’aurait pas véritablement de sens dans le contexte géopolitique actuel dont il dispose.

Le 1er janvier 2015, le Président russe a lancé le projet d’Union eurasiatique, en concurrence directe avec l’Union européenne et la Chine. L’objectif de cette nouvelle union n’est autre que de permettre à la Russie de contrebalancer le soft power de l’Union européenne et d’étendre les frontières géographiques, économiques et culturelles de la Russie en proposant un format similaire à celui de l’Union soviétique. En théorie, l’Union eurasiatique octroie aux participants la possibilité de son concerter. Dans la pratique, seule le Président russe décide de toutes les initiatives.

Il est dès lors fort probable, étant donné le fonctionnement de l’Union eurasiatique, que Vladimir Poutine vise à transformer celle-ci en pays à part entière. Il pourrait ainsi se faire élire comme tout premier Président de l’Union eurasiatique et accroitre son influence directe en dehors de frontières de la Russie. Une telle situation permettrait à Vladimir Poutine de mener des actions militaires de plus grande ampleur et de continuer à déstabiliser la communauté Euro-Atlantique. On peut donc facilement imaginer une transition de Président de la Fédération de Russie à Président de l’Union eurasiatique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 14/04/2016 - 01:58
@Isableue
Depuis leur création en décembre 1944, les CRS ont toujours été une réserve nationale du ministère de l'intérieur, que celui-ci soit d'un gouvernement de la IV° ou de la V° république.
Sous de Gaulle et Pompidou, le parti UNR disposait d'une quasi police parallèle, le Service d'Action Civique, SAC dont les statuts précisent seulement qu'il s'agit d'une « association ayant pour but de défendre et de faire connaître la pensée et l'action du général de Gaulle. »
Le SAC sévit en Algérie comme police barbouzarde dans la lutte anti-OAS.
von straffenberg
- 13/04/2016 - 23:30
Vladimir.....suite
En 2015 Poutine évoquait la faiblesse des occidentaux devant le terrorisme , ainsi que la relative mais réelle vulnérabilité de la fédération de Russie. Il devance donc l'ouest dans son approche pragmatique des risques que nous encourons en cas d'attaque de la démocratie car nos pays ne sont pas préparés a une déstabilisation de masse si les responsabilités sont trop diluées .....c'est le revers de nos valeurs figées dans les droits de l'homme .
zouk
- 13/04/2016 - 09:51
V. Poutine et garde nationale
Tous les pouvoirs surtout dictatoriaux ont toujours rèvé d'une garde prétorienne (Hitler la SS, Staline le KGB, Mao les Gardes Rouges aussi peu organisés nous semblent-ils, Duvalier les Tontons macoute, etc .... qu'en fera-t-il? A Isableue, quelle passion anarchisante vous emporte-t-elle? Les CRS garde prétorienne du Général de Gaulle, voilà ce qu'il fallait inventer!