En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 3 heures 26 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 4 heures 25 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 9 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 10 heures 34 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 11 heures 56 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 13 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 14 heures 10 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 14 heures 40 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 15 heures 17 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 38 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 7 heures 41 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 9 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 10 heures 55 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 12 heures 53 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 13 heures 17 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 13 heures 49 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 14 heures 20 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 15 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Pas de salades

Le régime végétarien, une bonne chose pour la planète ? Tout dépend où vous vivez...

Publié le 12 avril 2016
Manger de la verdure, c'est la préserver, pensent les végétariens. Pourtant, la question n'est pas aussi simpliste. Si la viande peut avoir un effet dévastateur sur l'environnement, tout prouve que les fruits de la terre peuvent agir de la même façon, eux aussi, en libérant des gaz à effet de serre.
Eleanor Hobley
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Martin Wiesmeier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manger de la verdure, c'est la préserver, pensent les végétariens. Pourtant, la question n'est pas aussi simpliste. Si la viande peut avoir un effet dévastateur sur l'environnement, tout prouve que les fruits de la terre peuvent agir de la même façon, eux aussi, en libérant des gaz à effet de serre.

On affirme souvent qu’un régime végétarien est meilleur pour l’environnement, les élevages d’ovins et de bovins produisant du méthane en grande quantité, un gaz à effet de serre (GES) bien plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2).

Les pâturages nécessaires à ces élevages sont d’autre part beaucoup plus vastes que les champs cultivés, à production de nourriture équivalente ; on défriche ainsi davantage de terres pour la viande que pour les cultures, ce qui libère beaucoup de carbone.

Arrêtons-nous un instant : comme c’est le cas pour de nombreux cycles environnementaux, et tout particulièrement ceux où l’homme interfère, il ne s’agit là que d’une pièce du puzzle. S’il est vrai que les ruminants émettent du méthane en grande quantité, représentant la plus grande part des émissions agricoles de GES, il est tout aussi vrai qu’il ne s’agit pas là des seules émissions liées aux activités agricoles.

Les terres cultivées ont en effet davantage recours aux engrais chimiques que les pâturages, ce qui signifie que plus vous consommez de végétaux et céréales, plus votre empreinte carbone s’alourdit en oxyde nitreux – un autre gaz à effet de serre de poids lié à l’usage d’engrais industriel.

Cela signifie donc qu’adopter un régime alimentaire bon pour le climat ne revient pas seulement à faire une croix sur le steak ou les côtelettes d’agneau. Il apparaît essentiel de considérer les différents types de sol et les usages agricoles des zones où votre nourriture est produite. En Europe, par exemple, l’élevage intensif joue nettement en défaveur du régime carné.

Émissions et qualité des sols

Les émissions d’oxyde nitreux proviennent du renouvellement de composés azotés présents dans le sol, qui à leur tour proviennent de la matière organique (fumier, matière organique du sol) et des engrais synthétiques (azote inorganique principalement). Considérant cela, on pourra dire que l’impact le plus fort en matière d’émissions de gaz à effet de serre proviendra de la consommation de bétail élevé en étables et nourri de céréales (comme le bœuf avec le maïs). Il y a ici une double menace climatique : les cultures provoquent des émissions d’oxyde nitreux et le bétail des émissions de méthane.

L’autre gaz à effet de serre à considérer est, on s’en doute, le dioxyde de carbone (CO2). Des sols en bonne santé contiennent de la matière organique en grande quantité, ce qui permet de lutter contre l’érosion, d’accroître la capacité de stockage d’eau (et ainsi d’améliorer la résilience en cas de sécheresse) et enfin de faire office de lieu de stockage pour les nutriments (permettant de réduire le recours aux engrais).

Quand la terre est défrichée dans un but agricole, la quantité de matière organique présente dans le sol s’en trouve dramatiquement réduite. Considérant que le carbone contribue à hauteur de 50 à 55 % à la matière organique des sols, ce défrichage n’altère pas seulement la qualité des sols, il contribue également à libérer ce carbone qui se transforme alors en CO2 pour rejoindre l’atmosphère.

La matière organique des sols peut être restaurée grâce aux plantes qui capturent le CO2 à mesure qu’elles poussent. Quand elles meurent, leur biomasse se trouve en partie incorporée dans le sol sous forme de matière organique.

L’agriculture, favorable aux sols ?

 

Le bassin de carbone organique des sols constitue une réserve vaste et dynamique. Il y a ainsi deux fois plus de carbone dans les sols que dans l’atmosphère. Faire des plantations pour capturer davantage de carbone paraît donc une bonne idée. Malheureusement, les sols cultivés contiennent jusqu’à 70 % de matière organique de moins que les sols non cultivés.

À l’inverse, les sols utilisés pour les pâturages contiennent bien davantage de matières organiques que les sols cultivés, en fait presque autant que les sols naturels. Ceci est certainement dû au fait que beaucoup de pâturages le sont de façon permanente : les plantes y poussent de manière continue et accroissent les réservoirs de carbone (et ce même après que les animaux aient brouté l’herbe).

Mais cette distinction ne trouve pas sa place dans les chiffres officiels du GIEC, qui comptabilisent uniquement les émissions hors CO2 de l’agriculture, assumant que ces dernières sont inexistantes (les émissions de CO2 relatives à la libération du carbone contenu dans les sols apparaissant dans la catégorie « Usage forestier et autres utilisations de la terre »).

Ce qui signifie que les émissions de GES relatives aux cultures d’une part et le stockage du carbone dans les pâturages d’autre part pourraient bien avoir été sous-estimées. Cette situation a été mise à jour par nos travaux, montrant que la perte de carbone des sols cultivés était bien plus importante que ce que l’on pensait.

Des estimations antérieures indiquent que seule la partie supérieure du sol (les 30 premiers centimètres en général) était concernée, mais nous avons montré, en Australie du moins, qu’il n’en est rien : les sols cultivés sont appauvris en carbone bien au-delà de cette première couche. Nous avons également découvert qu’à des niveaux plus profonds, les pâturages et les sols naturels possédaient une quantité de carbone équivalente.

Mais ce n’est pas tout : le fumier du bétail enrichit également les sols en carbone, les rendant plus riches et compensant ainsi une part des émissions de GES imputable aux animaux. Mais l’utilisation décroissante du fumier dans les cultures européennes s’accompagne d’une réduction du stockage de carbone dans les sols.

Du côté du consommateur

Que retirer de tout cela ? L’agriculture a une action profonde sur la qualité des sols. Si nous voulons les préserver tout en réduisant nos émissions de GES, il ne suffira pas de devenir végétarien.

Les pâturages peuvent être bénéfiques aux sols, et ce même si les émissions de méthane du bétail sont nocives pour l’atmosphère. Parvenir dans ce domaine à l’équilibre est diablement complexe. Cela du fait que les émissions relatives aux activités agricoles sont liées à des facteurs locaux – comme le climat et le type de sol – et des pratiques – comme l’usage d’engrais.

La meilleure des approches consisterait sans doute à privilégier les produits locaux (pour réduire la part des transports) qui ne proviennent pas de l’agriculture intensive. Si vous mangez de la viande, choisissez plutôt celle provenant de bétails élevés en pâturages, nourris à l’herbe et non enfermés dans des étables et alimentés par des produits céréaliers. Apprenez à connaître comment votre nourriture est produite et tentez de privilégier les options les plus durables, pour la viande et le reste. Autant d’actions quotidiennes qui peuvent aider à préserver les sols.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 12/04/2016 - 10:44
Les PORCS;
quand la viande est BIO, entendais je ce matin , on ne leur arrache pas les dents et on ne leur coupe pas la queue......... je ne fais pas partie des humains barbares.
J'essaie de manger des légumes DE SAISON et pas des cerises à Noel !! LE BON SENS;