En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 9 heures 49 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 10 heures 37 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 11 heures 23 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 12 heures 50 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 13 heures 9 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 16 heures 33 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 17 heures 12 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 17 heures 35 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 17 heures 37 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 10 heures 13 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 11 heures 23 sec
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 12 heures 15 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 17 heures 35 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 17 heures 38 min
Alerte

D'après François Pérol, l'homme qui avait géré la crise financière de 2008-2009 pour Nicolas Sarkozy, les banques prennent des risques encore beaucoup plus graves aujourd'hui

Publié le 12 avril 2016
Il est le premier banquier français à dire que les banques vivent dangereusement.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il est le premier banquier français à dire que les banques vivent dangereusement.

Comme Wolfgang Schaüble, le ministre allemand de l'Economie qui a fustigé ce week-end la politique des taux d'intérêt négatifs, François Pérol, le patron actuel du groupe "Banques Populaires et Caisse d’Epargne", considère que les banques auront du mal à assumer la mutation technologique dans un contexte où elles n’ont plus de marge.

En 2008, François Pérol était à l’Elysée un homme de l’ombre, et c’est dans l'ombre qu’il a géré avec Xavier Musca la crise financière qui nous est arrivée en direct des Etats-Unis sous le nom de subprime et qui a failli balancer la planète toute entière dans le chaos.

Les opinions publiques ont la mémoire courte mais Nicolas Sarkozy à ce moment là, était président du G20 et de l'Europe ; il a donc convaincu tous les chefs d’états de faire très rapidement un effort colossal pour débloquer le marché interbancaire. Ça n’était pas évident à organiser. 

Les dégâts ont été terribles et beaucoup de pays en paient encore les factures, mais le système mondial n’a pas explosé

La planète toute entière a reconnu que la réaction de Nicolas Sarkozy avait été déterminante.

Sait-on que les hommes qui étaient à la manœuvre auprès de lui, étaient Xavier Musca et François Pérol, en ligne directe avec la direction du Trésor et la Banque centrale européenne. 

François Pérol a depuis rejoint la tête du groupe des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne. Il a rarement raconté ce qui s’était passé à ce moment-là dans la coulisse. Il a simplement dit à plusieurs reprises que les manœuvres furent chaudes. Il ne l’a jamais raconté parce que le président de la République ne l’a jamais voulu. Pour lui, c’était trop anxiogène. Le résultat est que l'opinion ne l’a jamais crédité de cette capacité à sortir le système d’un crash-test grandeur nature. 

Lors d'un séminaire en Italie, la semaine dernière, François Pérol s’est laissé aller à quelques confidences et notamment celle-ci : "la situation de 2008 était compliquée et difficile, mais je considère que la conjoncture dans le secteur de la banque aujourd’hui est encore plus compliquée". 

Diagnostic étonnant quand tous les instituts de conjoncture annoncent une amélioration sur le front de l'économie internationale, mais diagnostic parfaitement recevable tant les risques paraissent évidents. 

La situation de tous le secteur mondial est fragile par la conjonction de deux phénomènes qu’on a sans doute sous-estimé. 

Le premier est la nécessité d’assumer les transformations liées au digital et par conséquent la nécessite d’organiser la mutation qui s’impose. La banque est en voie d’ubérisation. La banque doit organiser un rapport direct avec son client. La banque doit prouver qu‘elle est indispensable à son client qui pourrait très bien passer demain directement par son operateur téléphonique ou les concessionnaires auto pour ses crédits … sachant que toutes les opérations peuvent se faire en ligne. 

Le deuxième phénomène c’est que les taux négatifs (qui sont quelque part nécessaires pour supporter les endettements publics liés à la crise précédente), sont en train de laminer les marges bancaires et sans marges, la banque ne peut plus investir et renouveler son organisation.

Dès lors ce phénomène touche directement les banques italiennes, qui sont très malades et qui ont toutes d’immenses chantiers de restructuration à ouvrir, mais au-delà, ce phénomène affectera la totalité du secteur. 

Le secteur n’est pas menacé d'‘une mort subite mais condamne soit à une mort lente soit à une overdose de taux négatifs. 

C’est la première fois qu’un professionnel tire la sonnette d’alarme sur les taux négatifs. Ceci dit, dans tous les secteurs de l'économie on reconnaît à demi-mot qu’on ne sait pas gérer à long terme avec des taux négatifs. 

Curieusement, au même moment, le ministre allemand de l’économie, Wolfgang Schaüble a violemment attaqué la politique des taux négatifs pratiquée par la BCE. 

Il l’a fait au nom des industriels allemands pour lesquels les taux négatifs n'incitent pas à la prise de risque puisque le risque n'est pas rémunéré, mais il l’a fait surtout au nom des petits épargnants allemands. L'ensemble des épargnants allemands ont des comptes d’épargne ou des plans retraite qui ne sont plus rémunérés. Du coup, la révolte gronde en Allemagne, beaucoup plus contre les taux négatifs que contre les migrants de Mme Merkel. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Yves3531
- 12/04/2016 - 19:13
D'accord avec vous autres...
ce type est un indécrottable c.. pervers. Je zappe aussi.
Ganesha
- 12/04/2016 - 09:55
Secours Islamique
Anguerrand, je suis aujourd'hui dans un jour de bonté et de compassion, je vais donc vous répondre… relisez-moi calmement : je dis ''quelques'' banques ! Et en sauvegardant les avoirs des ''petits porteurs''. Tels que vous ? L'important, ce n'était pas de sauvegarder les intérêts de l'oligarchie, mais d'établir un système viable. Huit ans plus tard, le ''Monde de la Finance'' continue à ''Marcher sur la Tête'', avec désormais des bonds et soubresauts tellement impressionnants qu'il va inévitablement se faire exploser le crâne ! Vous persistez à me demander mon CV, ce qui est très imprudent sur internet. Vous lisez mes commentaires sur ce site et il m'arrive de donner des indications, mais vous les oubliez aussitôt ! Vous revenez avec la même question la semaine suivante. Sachez que ma vie a été passionnante. Et vous ? Il n'y a pas de Restos du Cœur à Marrakech, mais il doit bien y avoir une antenne du Secours Islamique ?



zouk
- 12/04/2016 - 09:49
Taux negatifs
Alarmant, comment en sortir? Contracter tous les crédits en ligne ne parait pas très réaliste, en tous cas dangereux. Négligeons TOUS ganesha, décidément trop con! Je l'ai fait depuis plusieurs mois et mon humeur s'en est sensiblement améliorée.