En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 29 min 11 sec
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 52 min 11 sec
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 1 heure 8 min
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 12 heures 22 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 15 heures 24 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 16 heures 15 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 17 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 19 heures 32 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 20 heures 26 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 21 heures 42 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 45 min 59 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 12 heures 47 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 15 heures 49 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 19 heures 17 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 21 heures 16 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 21 heures 52 min
Alerte

D'après François Pérol, l'homme qui avait géré la crise financière de 2008-2009 pour Nicolas Sarkozy, les banques prennent des risques encore beaucoup plus graves aujourd'hui

Publié le 12 avril 2016
Il est le premier banquier français à dire que les banques vivent dangereusement.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il est le premier banquier français à dire que les banques vivent dangereusement.

Comme Wolfgang Schaüble, le ministre allemand de l'Economie qui a fustigé ce week-end la politique des taux d'intérêt négatifs, François Pérol, le patron actuel du groupe "Banques Populaires et Caisse d’Epargne", considère que les banques auront du mal à assumer la mutation technologique dans un contexte où elles n’ont plus de marge.

En 2008, François Pérol était à l’Elysée un homme de l’ombre, et c’est dans l'ombre qu’il a géré avec Xavier Musca la crise financière qui nous est arrivée en direct des Etats-Unis sous le nom de subprime et qui a failli balancer la planète toute entière dans le chaos.

Les opinions publiques ont la mémoire courte mais Nicolas Sarkozy à ce moment là, était président du G20 et de l'Europe ; il a donc convaincu tous les chefs d’états de faire très rapidement un effort colossal pour débloquer le marché interbancaire. Ça n’était pas évident à organiser. 

Les dégâts ont été terribles et beaucoup de pays en paient encore les factures, mais le système mondial n’a pas explosé

La planète toute entière a reconnu que la réaction de Nicolas Sarkozy avait été déterminante.

Sait-on que les hommes qui étaient à la manœuvre auprès de lui, étaient Xavier Musca et François Pérol, en ligne directe avec la direction du Trésor et la Banque centrale européenne. 

François Pérol a depuis rejoint la tête du groupe des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne. Il a rarement raconté ce qui s’était passé à ce moment-là dans la coulisse. Il a simplement dit à plusieurs reprises que les manœuvres furent chaudes. Il ne l’a jamais raconté parce que le président de la République ne l’a jamais voulu. Pour lui, c’était trop anxiogène. Le résultat est que l'opinion ne l’a jamais crédité de cette capacité à sortir le système d’un crash-test grandeur nature. 

Lors d'un séminaire en Italie, la semaine dernière, François Pérol s’est laissé aller à quelques confidences et notamment celle-ci : "la situation de 2008 était compliquée et difficile, mais je considère que la conjoncture dans le secteur de la banque aujourd’hui est encore plus compliquée". 

Diagnostic étonnant quand tous les instituts de conjoncture annoncent une amélioration sur le front de l'économie internationale, mais diagnostic parfaitement recevable tant les risques paraissent évidents. 

La situation de tous le secteur mondial est fragile par la conjonction de deux phénomènes qu’on a sans doute sous-estimé. 

Le premier est la nécessité d’assumer les transformations liées au digital et par conséquent la nécessite d’organiser la mutation qui s’impose. La banque est en voie d’ubérisation. La banque doit organiser un rapport direct avec son client. La banque doit prouver qu‘elle est indispensable à son client qui pourrait très bien passer demain directement par son operateur téléphonique ou les concessionnaires auto pour ses crédits … sachant que toutes les opérations peuvent se faire en ligne. 

Le deuxième phénomène c’est que les taux négatifs (qui sont quelque part nécessaires pour supporter les endettements publics liés à la crise précédente), sont en train de laminer les marges bancaires et sans marges, la banque ne peut plus investir et renouveler son organisation.

Dès lors ce phénomène touche directement les banques italiennes, qui sont très malades et qui ont toutes d’immenses chantiers de restructuration à ouvrir, mais au-delà, ce phénomène affectera la totalité du secteur. 

Le secteur n’est pas menacé d'‘une mort subite mais condamne soit à une mort lente soit à une overdose de taux négatifs. 

C’est la première fois qu’un professionnel tire la sonnette d’alarme sur les taux négatifs. Ceci dit, dans tous les secteurs de l'économie on reconnaît à demi-mot qu’on ne sait pas gérer à long terme avec des taux négatifs. 

Curieusement, au même moment, le ministre allemand de l’économie, Wolfgang Schaüble a violemment attaqué la politique des taux négatifs pratiquée par la BCE. 

Il l’a fait au nom des industriels allemands pour lesquels les taux négatifs n'incitent pas à la prise de risque puisque le risque n'est pas rémunéré, mais il l’a fait surtout au nom des petits épargnants allemands. L'ensemble des épargnants allemands ont des comptes d’épargne ou des plans retraite qui ne sont plus rémunérés. Du coup, la révolte gronde en Allemagne, beaucoup plus contre les taux négatifs que contre les migrants de Mme Merkel. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ici Londres
- 12/04/2016 - 19:13
D'accord avec vous autres...
ce type est un indécrottable c.. pervers. Je zappe aussi.
Ganesha
- 12/04/2016 - 09:55
Secours Islamique
Anguerrand, je suis aujourd'hui dans un jour de bonté et de compassion, je vais donc vous répondre… relisez-moi calmement : je dis ''quelques'' banques ! Et en sauvegardant les avoirs des ''petits porteurs''. Tels que vous ? L'important, ce n'était pas de sauvegarder les intérêts de l'oligarchie, mais d'établir un système viable. Huit ans plus tard, le ''Monde de la Finance'' continue à ''Marcher sur la Tête'', avec désormais des bonds et soubresauts tellement impressionnants qu'il va inévitablement se faire exploser le crâne ! Vous persistez à me demander mon CV, ce qui est très imprudent sur internet. Vous lisez mes commentaires sur ce site et il m'arrive de donner des indications, mais vous les oubliez aussitôt ! Vous revenez avec la même question la semaine suivante. Sachez que ma vie a été passionnante. Et vous ? Il n'y a pas de Restos du Cœur à Marrakech, mais il doit bien y avoir une antenne du Secours Islamique ?



zouk
- 12/04/2016 - 09:49
Taux negatifs
Alarmant, comment en sortir? Contracter tous les crédits en ligne ne parait pas très réaliste, en tous cas dangereux. Négligeons TOUS ganesha, décidément trop con! Je l'ai fait depuis plusieurs mois et mon humeur s'en est sensiblement améliorée.