En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

04.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

07.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 47 min 49 sec
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Politique
Milliardaires contre milliardaires

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Société
Entretien

Chantal Delsol : "L’Occident est passé de l’humanisme à l’humanitaire"

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

il y a 4 heures 32 min
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 18 heures 16 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 19 heures 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 1 jour 55 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 56 min 56 sec
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Politique
La révolution sera cruelle ou ne sera pas

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Santé
Usine du monde

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

il y a 4 heures 5 min
décryptage > France
Nouvelle réforme

Vraie-fausse suppression de l’ENA : le coup d’épée dans l’eau

il y a 4 heures 49 min
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 18 heures 39 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 19 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 21 heures 56 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 1 jour 23 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Révélations

Quand Abdelhamid Abaaoud fuyait, il a fait appel à deux femmes musulmanes : l'une l'a aidé, l'autre l'a dénoncé

Publié le 11 avril 2016
Si Abaaoud avait minutieusement planifié les attentats du 13 novembre, il n'avait pas prévu grand-chose pour sa suite. Dans la chasse à l'homme qui a suivi et qui a mené à sa mort, deux femmes ont joué un rôle crucial.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si Abaaoud avait minutieusement planifié les attentats du 13 novembre, il n'avait pas prévu grand-chose pour sa suite. Dans la chasse à l'homme qui a suivi et qui a mené à sa mort, deux femmes ont joué un rôle crucial.

Souvenons-nous. Abdelhamid Abaaoud est un des chefs d'orchestre des attentats de Paris du 13 novembre. Selon les autorités, il aurait lui-même tiré sur des innocents en terrasse avant d'aller examiner les restes du massacre au Bataclan. Objet d'une chasse à l'homme effrénée, il meurt à Saint-Denis au cours d'une longue fusillade avec les services de police.

Personne ne sait comment la police a retrouvé Abaaoud. Cette histoire, maintenant révélée par le Washington Post, a comme figures-clé deux femmes. Deux musulmanes. L'une qui a aidé Abaaoud - et l'autre qui l'a dénoncé, permettant aux forces de police de le retrouver.

Une histoire qui symbolise peut-être l'écarquillement de la communauté musulmane, dont certains membres se trouvent entraînés dans l'islamisme, alors même que d'autres s'y opposent.

"Il est important que le monde sache que je suis aussi musulmane", a déclaré la femme en question au Washington Post, demandant l'anonymat afin de se protéger. "Pour moi, c'est important que les gens sachent que ce qu'Abaaoud et les autres on fait n'est pas l'enseignement de l'islam." C'est une des raisons pour lesquelles elle a contacté le Washington Post, qui a également vu plusieurs documents d'enquête des services de sécurité français pour compléter son portrait des événéments. 

Le parcours de deux femmes

L'autre femme est Hasna Aitboulahcen, une jeune femme déséquilibrée, visiblement amoureuse d'Abaaoud, qui avait eu une vie troublée. La première femme avait été comme une mère de substitution pour Aitboulahcen.

Aitboulahcen avait passé son enfance chez des parents de substitution, fuyant une mère abusive et un père absent. Dans sa jeunesse, elle a, à de nombreuses reprises, abusé de l'alcool et de la drogue, avec des tentatives intermittentes de remettre sa vie d'équerre par une observance stricte de l'islam.

"Elle a vécu chez moi par intermittence, entre 2011 et 2014", explique la première femme. "Elle partait une, deux semaines, puis revenait pour un mois, et ainsi de suite. Elle prenait beaucoup de drogues, surtout de la cocaïne, et buvait trop." Mais "elle nous faisait toujours rire." Quand elle revenait, elle s'attelait aux tâches ménagères, exprimait une reconnaissance forte et sincère pour sa famille d'accueil et leur racontait des histoires.

A partir de 2014, la vie d'Aitboulahcen a radicalement changé. Sa pratique de l'islam est devenue plus sérieuse. Elle s'est mise à porter le niqab, et à chatter sur WhatsApp avec des gens en Syrie, probablement Abaaoud. Elle parlait de lui comme une femme amoureuse peut le faire, et a évoqué à plusieurs reprises un projet de mariage avec lui, même s'il n'est pas clair qu'il s'agissait d'un vrai projet ou d'un fantasme.

Une chasse à l'homme

Le moment crucial est venu deux jours après les attentats de Paris, à 21h30, au bord d'une route. Les deux femmes s'approchent d'un fourré. Un tiers qui les observe les guide par téléphone. "Avance. Stop. Il vous voit. Il arrive."

"Il", c'est Abaaoud.

Comme son collègue Salah Abdeslam, Abaaoud, qui avait si minutieusement organisé tout le processus pour les attentats de Paris, semblait n'avoir rien prévu pour la suite, peut-être parce qu'il pensait mourir ce soir-là. On sait maintenant qu'après les attentats les deux hommes ont cherché à joindre leurs familles pour trouver de l'aide, ont cherché des planques sans vraiment de stratégie. Le dimanche soir, un inconnu avait appelé Aitboulahcen. "Je ne vais pas tout t'expliquer. Tu as vu la télé." Abaaoud a besoin d'un endroit pour se cacher un jour ou deux, explique la voix. Aitboulahcen, folle de joie, s'exclame : "Dis-moi ce que j'ai à faire."

Lorsqu'Abaaoud sort du fourré où il se cache au bord de la route, Aitboulahcen lui saute au cou. "Hamid ! Tu es vivant !" La première femme frissonne d'effroi, ne dit rien. Abaaoud donne 5 000 euros à Aitboulahcen, et des instructions : elle doit lui trouver des vêtements et un logement.

Pour la première femme, la peur cède lentement à la colère, et elle somme Abaaoud d'admettre sa culpabilité dans les attentats, et de s'expliquer. Celui-ci le fait sans problème, expliquant que l'islam impose de dire la vérité. Les femmes ont une voiture, où attend le mari de la première femme. Abaaoud fait 150 mètres avec eux avant de changer abruptement d'avis et d'exiger de sortir.

Quelques secondes après, le portable sonne. "Tu peux dire au petit couple que s'ils parlent mes frères vont s'occuper d'eux." Lorsqu'Aitboulahcen rigole en transmettant la menace, le mari de la première femme lui donne une gifle.

En rentrant, le couple essaye de faire boire Aitboulahcen pour la convaincre d'appeler la police, mais elle ne veut pas. Tout le monde a trop peur pour appeler la police - pourtant, le lendemain matin, lorsqu'elle sort brièvement, la femme appelle la police. Elle passera toute la soirée avec des enquêteurs de la Sous-direction anti-terroriste de la police. Lorsqu'elle rentre, elle dit à Aitboulahcen qu'elle est allée au restaurant et au cinéma.

Pendant les 24 heures suivantes, la chasse à l'homme semble s'interrompre. Mais en sous-main les services de sécurité français se mobilisent. Ils suivent le téléphone d'Aitboulahcen et savent qu'elle s'organise pour aider Abaaoud. Le mardi soir, elle dit au revoir à sa famille d'accueil pour la dernière fois. Sa mère adoptive lui demande de laisser une adresse, et, dans une mesure de confiance ou d'inconscience, Aitboulahcen lui donne.

C'est l'adresse où aura lieu la fusillade de Saint-Denis qui aura été suivie sur les écrans du monde entier, et où Abaaoud et Aitboulahcen trouveront la mort. Si les premiers rapports avaient déclaré qu'Aitboulahcen s'était fait sauter avec une ceinture d'explosifs, il apparut ensuite que ce n'était pas elle. Le rapport médico-légal établira qu'elle est morte d'une "asphyxie mécanique due à une compression de la poitrine" - écrasée et étouffée par des gravats après l'explosion.

Aujourd'hui, la première femme se sent coupable pour la mort d'Aitboulahcen. Et elle craint pour sa vie, malgré une protection policière. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

04.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

07.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 13/04/2016 - 19:47
"Affaire révélée par le Washington-post"!...
Nos journaleux sont tellement imbibés de journalisme d'opinion et de propagande, qu'ils ne savent plus se déplacer pour réaliser des investigations...ce sont les journalistes américains qui enquêtent en France et en UE, un comble!
Ganesha
- 12/04/2016 - 06:26
Repérage
Incontestablement, la police belge a connu quelques bons de succès… Un gros échec aussi : 35 morts et des centaines de blessés (grands brûlés, amputés) dans les attentats de l'aéroport. Une question intéressante est effectivement la source qui permet de repérer la cible que l'on veut arrêter. S'ils sont localisés par des dénonciations de la population musulmane, c'est bon signe : cela prouverait ''qu'ils ne sont pas tous contre nous !''. Je me demande aussi si la police belge ne dispose pas de logiciels de reconnaissance faciale qui permettent de retrouver automatiquement les personnes recherchées parmi les enregistrements des innombrables cameras vidéo de tout le pays. Ils ont repéré ''l'homme au chapeau'' se promenant dans Bruxelles. Il faudrait des centaines d'humains, avec de bons yeux, pour effectuer cette recherche : seule une machine peut le faire.

vangog
- 12/04/2016 - 00:05
Écarquillement, ou écartèlement?
Moi je préfère l'écartèlement des islamistes, en place de grève, par quatre chevaux sur-taxés au lexomil, pour que ça aille moins vite...