En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 14 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 15 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 16 heures 28 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 18 heures 16 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 11 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 11 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 15 heures 7 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 20 heures 55 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 11 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 14 heures
© Reuters
© Reuters
Profession fossoyeur

Wolfgang Schäuble : le ministre des Finances d’Angela Merkel est-il l’homme le plus dangereux d’Europe ?

Publié le 15 avril 2016
En rendant Mario Draghi, Président de la Banque centrale européenne, responsable de la montée en puissance du parti populiste AFD en Allemagne, le ministre des finances d'Angela Merkel continue de s'attaquer à toute tentative de relance en Europe. Wolfgang Schäuble est devenu, au fil des années, le pire ennemi de la croissance au sein de la zone euro.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En rendant Mario Draghi, Président de la Banque centrale européenne, responsable de la montée en puissance du parti populiste AFD en Allemagne, le ministre des finances d'Angela Merkel continue de s'attaquer à toute tentative de relance en Europe. Wolfgang Schäuble est devenu, au fil des années, le pire ennemi de la croissance au sein de la zone euro.

Dans un discours prononcé à Kronberg ce samedi 9 avril, Wolfgang Schäuble a une nouvelle fois dénoncé la politique monétaire menée par la BCE, celle-ci étant considérée comme défavorable à l’Allemagne, tout en indiquant "Mario Draghi peut être fier : la moitié du résultat électoral de l'AfD peut être le fruit de sa politique monétaire". Cette accusation est-elle pertinente ? S’agit-il d’un changement de ton de la part de l’Allemagne vis-à-vis de la BCE ?

La semaine passée, Jerôme Fourquet, de l'IFOP, consacrait une de ses notes au succès du parti AfD en Allemagne. Le constat est clair, ce sont les décisions concernant la politique migratoire d'Angela Merkel qui ont provoqué l'émergence du mouvement. Si originellement, l'AfD est bien le produit d'une contestation anti-euro, le parti a muté vers autre chose. Comme le signale cette note de l'IFOP, 90% de l'électorat AfD adhère à l'idée suivante : "avec la poursuite des arrivées de réfugiés, l’influence de l’islam devient trop importante". Bref, Mario Draghi et sa politique monétaire n'ont pas grand-chose à voir là-dedans. Wolfgang Schäuble tire sur une énorme ficelle en voulant se déresponsabiliser tout en accusant son ennemi actuel, qui est bien Mario Draghi. Mais cela n'a rien à voir avec la crise migratoire et avec l'AfD.

Concernant l'attaque frontale caractérisée contre la politique de la BCE, on peut se rappeler d'une interview de Wolfgang Schäuble donnée à la Tribune en 2011, où le ton adopté vis-à-vis de Jean Claude Trichet était autrement plus doucereux : "Notre conception de l'indépendance de la Banque centrale a pour principe de ne pas lui donner de conseils." En d'autres termes, le temps de rire est fini, Wolfgang Schäuble veut clairement se payer Mario Draghi, il n'y a plus aucun doute. La Bundesbank est vent debout contre le Président de la BCE et le ministre des Finances délivre ici un soutien politique de poids à Jens Weidmann, patron de l'autorité monétaire allemande. Désormais, Mario Draghi va devoir se battre sur le terrain politique, et il va avoir besoin de soutien de la part de dirigeants européens.

Peut-être que le plus grotesque, dans cette déclaration de Schäuble est le refus de voir que la politique de la BCE est calquée sur les intérêts allemands depuis 1999. Et la légère inflexion que connaît l'autorité monétaire européenne, sous l'influence de Mario Draghi, semble insupportable pour le ministre des Finances. Ce qui semble fou, ici, c'est de croire que le fait de poursuivre une politique économique bénéficiant à l'ensemble de la zone euro, et non plus à l'intérêt exclusif de l'Allemagne, peut être à ce point intolérable à cet homme. 

Quelles sont les conséquences de cet acharnement "austéritaire", de la part de Wolfgang Schäuble. L’Europe peut elle le remercier de son engagement pour plus de responsabilité de la part des pouvoirs publics ? Comment critiquer un homme qui a fait ses preuves, au regard des résultats économiques allemands au cours de ces dernières années ?

Les principes de Wolfgang Schäuble s'articulent autour de l'équilibre des dépenses publiques, visant à réduire le niveau de dettes publiques à son maximum, sur la capacité de l'Allemagne à exporter tout ce qu'elle peut, et à une politique de 0 inflation. Et ce, en pensant qu'une politique de "bon père de famille" produira de la croissance par la voie de la "confiance", c’est-à-dire comme par magie. Soit le degré 0 de la réflexion économique. On est ici bien plus proche de la morale ou de la vertu que de la réalité. Evidemment, la priorité doit d'abord être celle de la croissance, qui, elle seule, permettra d'obtenir des résultats sur les autres fronts que sont le chômage, les dépenses publiques et la dette.

Les principes vaudou de Wolfgang Schäuble, appliqués à l'Europe toute entière, ont permis la réalisation d'un résultat aussi grotesque que désespérant ; le PIB de la zone euro, en termes réels, est aujourd'hui au même niveau qu'en 2008. Soit une stagnation économique de 8 années. Ce qui permet d'expliquer un taux de chômage toujours supérieur à 10% et une incapacité des pays membres à retrouver des rythmes de croissance correspondant à leur potentiel économique. Wolfgang Schäuble défend les mêmes recettes que celles utilisées par la France entre 1931 et 1936, avec les mêmes résultats. Une catastrophe. En 2014, à Lindau (Allemagne), une réunion rassemblant 450 économistes, dont 18 prix Nobel s'était transformée en procès contre la politique économique menée en Europe par le couple Merkel-Schäuble. Le Prix Nobel Christopher Sims avait, à cette occasion, déclaré : "L'Allemagne fait davantage partie du problème que de la solution". 

Cette vision moraliste de l'économie vise à transposer des principes microéconomiques simples à un Etat, (un Etat, c'est comme un ménage…bla bla bla), alors qu'un Etat se gère sur les principes de la macroéconomie, et en premier lieu, avec une politique monétaire. Et celle-ci ne se résume pas à regarder passer les trains en ayant pour seul objectif de rayer l'inflation de la carte, mais elle consiste à opérer un mélange optimal entre plein emploi et inflation. De toute évidence, avec un taux de chômage supérieur à 10% et une inflation proche de 0%, la politique monétaire européenne est bien trop restrictive. Ce que Wolfgang Schäuble ne semble pas vouloir admettre. Il ne voit que des retraités qui souffrent de voir baisser les taux d'intérêts, sans se rendre compte que cette tendance à la baisse n'est que le fruit de la révision perpétuelle de la croissance européenne à la baisse, justement parce que la BCE n'en fait pas assez. L'ironie, c'est qu'en ne comprenant rien, Wolfgang Schäuble participe à l'agonie des rentiers, mais en oblitérant tout le reste de la population au passage. Son niveau de dangerosité économique est sans équivalent. Wolfgang Schäuble est un fervent européen, mais il met son propre projet en pièces de par son incompétence économique.

Au cours de la même semaine, et en prévision du prochain G20 finance, Wolfgang Schäuble a déclaré son ambition de voir l’ensemble des pays cesser de pratiquer des politiques monétaires expansionnistes. Une telle résolution est-elle envisageable, aussi bien au niveau politique qu’économique ?

Cette proposition est délirante. Le monde est affecté par une crise de la demande, et Wolfgang Schäuble souhaite que le peu de demande existante soit encore affaiblie. Mais cette ambition permet également de mettre en évidence l'incompréhension du ministre de l'Economie allemand, par rapport au contexte. Wolfgang Schäuble veut en finir avec les taux bas et réclame des taux élevés pour les épargnants. Pourtant, les taux ne sont que le thermomètre du niveau de la demande ; plus les taux longs sont faibles, plus ils indiquent un niveau d'activité morose. Si les taux courts sont relevés, nous assisterons à une inversion de la courbe des taux, voyant les taux courts plus élevés que les taux longs, et le monde plongera alors en déflation. Ce n'est pas en truquant le thermomètre que l'on peut modifier la réalité, et ici, en l'occurrence, une telle décision collective conduirait à la mise en place d'une dépression mondiale. Cette déclaration n'a qu'un intérêt politique, il s'agit de se présenter comme le grand défenseur de l'épargnant allemand, en gros du retraité, c’est-à-dire de la majorité du corps électoral du pays, dont l'âge moyen est proche de 60 ans. Mais économiquement parlant, c'est le degré 0 de la pensée.

En quoi les déclarations de Wolfgang Schäuble sont-elles si étonnantes ? Ne s’agit-il pas plutôt de la poursuite d’une ligne économique parfaitement cohérente ? Quelle est-elle ?

Une certaine cohérence peut effectivement se déceler dans la défense exclusive du patronat allemand, et ce, au dépend de l'intérêt général européen. En cherchant absolument à se battre contre un surplus de demande en Europe, Wolfgang Schäuble participe à l'énorme pression à la baisse qui existe sur les salaires. Or, puisque l'Allemagne est dans une situation de plein emploi, tout plan de relance aurait pour effet de voir naître une pression à la hausse sur les salaires allemands, ce que le patronat local ne veut à aucun prix, pour cause de potentielle perte de compétitivité. Et tout est bon pour l'empêcher : appel à la migration permettant de faire entrer sur le territoire des salariés potentiels à bas coûts, et critique de l'action de Mario Draghi. Mais c'est grâce à cette énorme pression sur les salaires que l'Allemagne parvient à afficher une balance courante positive de l'ordre de 8% de son PIB. Ce qui ne veut rien dire d'autre que le pays produit bien plus qu'il ne consomme, parce que les salariés n'en ont pas les moyens. Or, le plein emploi actuel laisse craindre que cette situation pourrait ne pas durer, pour cause de hausse de salaires, d’où l'offensive actuelle, aussi bien concernant la politique migratoire allemande que les déclarations concernant Mario Draghi. Mais à force de produire une politique européenne calquée sur les intérêts du patronat allemand, le risque de voir l'Europe s'écrouler n'a jamais été aussi élevé. Et cette année 2016, entre le Brexit, la crise migratoire, le souhait de sanctionner l'Espagne et la réapparition du problème grec, le potentiel de craquage n'est pas neutre. Il serait peut-être bon de voir la France se réveiller. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zeliclic
- 13/04/2016 - 14:57
Vous avez tous raison
Suivons Monsieur Schäuble et prenons de l'aspirine pour soigner notre migraine de déficits et peu importe l'hémorragie de croissance.
pierre de robion
- 12/04/2016 - 22:21
Pipeau!
Le Keynésianisme dans un pays autosuffisant passe encore, mais dans un pays qui ne produit plus grand chose comme la France,ce serait l'explosion du déficit commercial et la banqueroute dans une inflation galopante! On en a eu une idée en 1981!
Alors que cette économiste de salle de rédaction garde ses réflexions pour elle et les gogos qui la suivent!
samson
- 12/04/2016 - 18:31
Des nouvelles des abenonics
Pr NG les lecteurs payants d'atlantico apprécieraient un petit article sur la situation au Japon qui n'évolue pas comme vous l'aviez prédit...
Il n'y a pas de honte à reconnaître ses erreurs....sinon une explication détaillée nous ravirait.