En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Mais t'étais où ? Pas là...

Pourquoi François Fillon met les bouchées doubles et accélère sa campagne

Publié le 15 avril 2016
Alors qu'il est désormais 4ème dans les sondages, le député de Paris présente ce matin son programme économique qui, l'espère-t-il, lui permettra de rebondir. Il a aussi renforcé ses équipes et se déploie en province.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'il est désormais 4ème dans les sondages, le député de Paris présente ce matin son programme économique qui, l'espère-t-il, lui permettra de rebondir. Il a aussi renforcé ses équipes et se déploie en province.

Distancé dans les sondages par Bruno Le Maire qui a pris son envolée depuis sa déclaration de candidature, François Fillon fait feu de tout bois pour rattraper son retard. Il est partout, lance et relance sa campagne sans cesse. Ce week-end, il était l'invité des Grand-Rendez-Vous d'Itélé et Europe 1. Une fois de plus, il n'a pas retenu ses coups. "Les Français ne veulent pas qu'on leur impose en 2017 le même match qu'en 2012. C'est une évidence que chacun peut constater en sortant devant chez lui et en interrogeant les Français sur le trottoir". A propos de Nicolas Sarkozy, l'ancien premier ministre avait expliqué dans Le Monde la veille: "J’ai toujours pensé qu'une [candidature de Nicolas Sarkozy NDLR] serait très difficile : il a été président de la République et a perdu en 2012. Nicolas Sarkozy a toujours dit lui-même que les Français étaient régicides et, quand on a coupé la tête du roi, c’est dur de la remettre sur ses épaules…" Il a aussi taclé Bruno Le Maire qu'il qualifie dans Le Monde de "vieux routier de la politique", ajoutant sur Itélé: "le renouveau, c'est un slogan, pas un projet". Il s'en est aussi pris à Alain Juppé : "Plus le temps va passer, plus Alain Juppé va devoir dire ce qu'il pense de manière plus précise. Son programme n'est pas aussi carré que le mien".

Son programme, voilà la force de François Fillon. Le meilleur dit-il souvent, le plus honnête, le plus radical aussi. "Il est le seul à dire stop aux 35 heures et à affirmer qu'il faut relancer l'économie avant de baisser l'impôt sur le revenu", explique une proche. Une rigueur qui, pense-t-il, va finir par séduire les Français. Il en est si persuadé qu'il présentera à nouveau, ce matin, ses propositions économiques. Déjà rendues publiques de manière isolées, elles seront, cette fois, exposées de façon globale. Un prétexte surtout pour rassembler autour de lui, une fois de plus, les journalistes en espérant que les sondages décollent enfin.

Mais pour l'instant rien de rien. Même le buzz autour des propos tenus par le chanteur Renaud et dont l'équipe du candidat se félicite n'ont eu aucune influence. L'auteur de Mistral Gagnant avait, en effet, annoncé qu'il voterait François Fillon avant de faire marche arrière tout en reconnaissant que l'ancien locataire de Matignon était "un parfait honnête homme, un vrai républicain". "Ça a beaucoup touché François car c'est ce qu'il veut être, l'idée qu'il défend", explique une proche. Mais pas un point de gagné dans les sondages.

Afin de forcer le destin, l’ancien Premier ministre a fini par appeler à la rescousse Anne Méaux, la puissante patronne de l’agence de communication Image 7 et Myriam Lévy, qui fut sa conseillère com' à Matignon. L'ancien premier ministre reçoit aussi les anciens de son cabinet. Henri de Castries président de l'Institut Montaigne et patron d'Axa et Michel Didier, président de l'institut de conjoncture COE-Rexecode, sont aussi très présents. Pierre Danon, ancien patron de British Telecom, porte la parole de François Fillon à travers la France et active ses réseaux société civile. Au niveau militant, les équipes de François Fillon affirment qu'elles ont, aujourd'hui, une équipe par département.

Si l'ancien Premier ministre a mis les bouchées-double c'est qu'il a conscience que s'il ne rattrape pas son retard, l'été lui sera fatal. Certes, ses proches tentent de se rassurer en se disant que "les sondages ont peu d'importance car les gens ne connaissant pas les programmes et n'ont pas les primaires en tête". L'entourage de François Fillon relève aussi que si "les intentions de vote concernant leur champion ne sont pas bonnes, en revanche, sa cote de popularité est au top, loin devant celle de Bruno Le Maire. L'ancien Premier ministre est aussi devant Nicolas Sarkozy  (27% d'opinions positives contre 24% pour l'ancien Président en avril selon un sondage TNS Sofres). Et d'estimer qu'à l'approche de l'élection présidentielle les Français, conscients de la gravité de la situation, vont se reporter sur quelqu'un de rassurant qui a déjà gouverné. Rassurant, qui a déjà gouverné? François Fillon n'est pas seul sur ce créneau.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

06.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 13/04/2016 - 17:35
Fillon
peut mettre le turbo, cela ne changera rien !
essentimo
- 13/04/2016 - 17:34
Hollande
aussi avait un programme ! On voit ce qu'il en a fait et avec quels résultats . Avec les meilleures intentions du monde, Fillon aura toujours les syndicats en travers du chemin et en plus, les étudiants auxquels le PS a donné le goût de la victoire !
von straffenberg
- 12/04/2016 - 18:14
@Fran6
L a mauvaise interprétation et la caricature du libéralisme c'est laisser les grosse entreprises s'enrichir sur le dos du citoyen lambda ;J'ai forcé le trait avec le mot esclavage ;Qu'on foute la paix aux entreprises tous les artisans que je connais ont le même langage et ils ont mille fois raisons Ceux qui pourraient donner de l'envergure à leur affaire ne le font pas à cause de la législation et des charges. Je pense que Macron est la pour couper l'herbe sous le pied à Valls , le but a court et moyen terme : capter une partie de l’électorat PS pour "devenir "réformateur .