En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
200 000 IVG par an depuis 40 ans
Eugénie Bastié : “On doit proposer des alternatives concrètes à l’avortement, comme l’ouverture de centres d’aides à la grossesse”
Publié le 09 avril 2016
A l'occasion de la sortie de sou ouvrage "Adieu mademoiselle, la défaite des femmes", Eugénie Bastié revient sur les combats du féminisme contemporain, ses contradictions (réelles) et ses erreurs. Comme celui d'ériger l'avortement comme un progrès social sans défaut ; quand un grand nombre de femmes en souffrent.
Journaliste au Figaro après avoir collaboré au magazine Causeur, Eugénie Bastié, 24 ans, est également rédactrice en chef politique de la revue d’écologie intégrale Limite.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eugénie Bastié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste au Figaro après avoir collaboré au magazine Causeur, Eugénie Bastié, 24 ans, est également rédactrice en chef politique de la revue d’écologie intégrale Limite.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la sortie de sou ouvrage "Adieu mademoiselle, la défaite des femmes", Eugénie Bastié revient sur les combats du féminisme contemporain, ses contradictions (réelles) et ses erreurs. Comme celui d'ériger l'avortement comme un progrès social sans défaut ; quand un grand nombre de femmes en souffrent.

Atlantico : Dans votre livre "Adieu mademoiselle, la défaite des femmes", vous rappelez que la loi Veil de 1974 sur l'IVG était "une concession au réel". Quelle était l'esprit de cette loi, et que voulez-vous dire par là ?

Eugénie Bastié : Je cite Simone Veil, à la tribune de l’Assemblée nationale : " L’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. " Elle ne parle pas une seule fois de " droit " mais de situation d’urgence absolue, face au sort de milliers de femmes qui allaient de toute façon avorter dans des conditions épouvantables. Il est frappant d’entendre les féministes actuelles expliquer que Veil avait dû faire ces concessions à l’époque à cause du patriarcat tout puissant. Elle aurait, selon une réécriture orwelienne de l’histoire, pratiqué une sorte de " taqyia " féministe pour tromper ses adversaires. Ce qu’elle voulait en réalité, c’était le droit à l’avortement, nous disent-elles pour justifier le récent " toilettage " de la loi. Je crois l’inverse. La loi Veil est une loi de santé publique, pas une loi sociétale. Je cite encore Pasolini, qu’on ne peut pas accuser de bigoterie, qui écrivait à la même époque: " Je suis contre l’avortement, mais pour sa légalisation ". Il s’érigeait contre le " triomphalisme " des féministes qui, en faisant de l’avortement un " droit fondamental ", en oubliant le caractère sacré de la vie et le mystère de la filiation, ajoutaient leur pierre à l’entreprise néolibérale de marchandisation du vivant. 

>>> A lire aussi : "Adieu mademoiselle" : pourquoi les périls qui menacent vraiment les femmes d’aujourd’hui sont ignorés (quand ils ne sont pas promus) par un néo-féminisme devenu orwellien

Comment a-t-on glissé de ce sens premier d'une dépénalisation dans certains cas précis impliquant une situation de "détresse" à un "droit fondamental" ? En quoi, concrètement, considérez-vous qu'il s'agit d'une "absolutisation de l'individu" ?

On feint de croire qu’il s’agit d’un acte banal, tout en sachant qu’il s’agit au mieux d’un échec, au pire d’un drame. On tranche entre la vie du fœtus et la vie de la mère, au nom d’un certain pragmatisme qui confine à l’arbitraire. Ce qui est insupportable, c’est de sacraliser et " fondamentaliser " ce compromis. C’est exactement ce qu’a fait la loi Najat Vallaud Belkacem en supprimant le mot " détresse " et le délai de réflexion afin d’ériger en droit une concession. 

Dans quelle mesure la suppression récente du délai de réflexion entre les deux rendez-vous précédant un avortement est-elle selon vous la preuve que "les néoféministes (...) infantilisent la femme, la jugeant comme une éternelle mineure, incapable de faire des choix éclairés, en connaissance de cause, et trop sensibles pour résister à la pression de la société" ?

On supprime le mot " détresse " de la loi, en imaginant qu’en éradiquant le mot on évacuera la souffrance. On supprime le délai de réflexion parce qu’il représenterait une tentative insidieuse de culpabilisation de la femme. Si vous allez acheter un micro-ondes chez Darty vous avez une semaine pour vous rétracter. Mais le choix de donner ou pas la vie devrait faire l’économie d’une réflexion ?  Pour les féministes, les femmes sont d’éternelles mineures, incapable de choisir en connaissance de cause. Elles sont tellement fragiles qu’il s’agirait de les préserver de la propagande pro-vie d’atroces " obscurantistes ". Cela trahit un mépris absolu de la liberté des femmes. 

Si vous ne voulez pas interdire l’avortement, que proposez-vous donc ? 

Toutes les femmes qui ont avorté ne souffrent pas, mais une part substantielle d’entre elles, oui. Les féministes n’en parlent jamais. Elles ne parlent pas de ces femmes qui sont obligées à ce geste par leurs compagnons. Or, si le patriarcat gît quelque part, c’est bien là ! Les féministes ont beau se lamenter sur de prétendus " obstacles " à l’avortement, il y a 200.000 IVG par an en France depuis 40 ans. Ce nombre ne baisse pas malgré la diffusion de la contraception. J’appelle cela un problème. Et je crois que la baisse du nombre d’avortements devrait être un objectif de politique publique. Qu’on ne se méprenne pas : contrairement au Planning familial, je suis authentiquement pro-choix. Les deux options doivent être présentées de façon équilibrée aux femmes. Et on doit proposer des alternatives concrètes à l’avortement, dont l’ouverture de centres d’aides à la grossesse comme  il en existe aux Etats-Unis.

Quel paradoxe voyez-vous dans le fait que "Najat Vallaud-Belkacem consacre en l'avortement un droit et pourchasse en la prostitution un crime", au point de pénaliser les clients de prostituées par une loi finalement votée cette semaine à l'Assemblée ?

Faire de l’IVG un droit fondamental et pénaliser le client de prostituées relève de la même idéologie, celle d’un effacement progressif du " négatif " dans nos sociétés. La prostitution, c’est mal, il faut donc l’interdire. L’avortement, c’est bien, il faut donc le célébrer : une mécanique manichéenne, où le droit est là pour canoniser la tendance, où les zones grises, qui échappaient avant à l’empire du droit et du marché, sont progressivement envahies par l’envie de pénal (Muray) et le besoin frénétique de reconnaissance.

Il a cependant un paradoxe : on ne peut pas dire " mon corps m’appartient " au sujet de l’avortement, et décréter ce slogan caduc au sujet de la prostitution. Cela revient à dire que le vagin des femmes ne leur appartient que pour peu que la vie y apparaisse. Je remarque simplement que pour défendre la GPA, en 2010, Najat Vallaud Belkacem écrivait " Quant a` l’argument de la dignité´, trop souvent galvaudé, il a fini par s’émousser ". C’est ce même argument qu’elle reprend pourtant pour plaider l’abolition de la prostitution. Pas de problème pour louer son utérus, mais haro sur le vagin!  C’est symptomatique du glissement d’un féminisme utérin, fondé sur la maternité à un féminisme clitoridien, axé sur la jouissance et  la hantise du viol. 

Vous évoquez à de nombreuses reprises dans votre livre "le privilège féminin de la maternité". L'inégalité entre les sexes, que conteste inlassablement le féminisme, résiderait-elle donc dans la capacité des femmes à porter un enfant, ou à interrompre une grossesse ?

En attendant l’utérus artificiel que nous mijote la Syllicon Valley, la maternité constitue la preuve la plus saillante et charnelle de l’asymétrie des sexes. " Son malheur, c’est d’avoir été biologiquement vouée à répéter la Vie ", écrit Simone de Beauvoir dans le Deuxième sexe. Je crois au contraire que c’est sa chance. Sa faiblesse et sa force. La maternité est une potentialité, pas un devoir bien sûr. Reste que c’est pour le moment l’apanage de la femme, et qu’on ne peut pas penser la liberté et les choix de celle-ci en évacuant cette question. 

Quelle liberté reste-t-il alors aux hommes dans le choix d'avoir un enfant ou non ?

Certes, le pouvoir de la procréation est tout entier entre les mains de la femme, c’est elle qui décide quand elle veut avoir un enfant et avec qui, mais cette liberté se paye d’une immense servitude à la technique. C’est elle qui avale chaque jour des hormones, qui modifie son corps, qui loue son ventre et détruit la chair de sa chair, ce n’est pas l’homme. Aujourd’hui, on nous annonce que la " pilule de demain " sera la congélation des ovocytes. Le slogan " un enfant si je veux, quand je veux " sera enfin réalisé. La femme pourra suspendre son horloge biologique pour réussir sa carrière, puisque le credo de l’époque veut que la réussite d’un être humain se mesure à son compte en banque plutôt qu’à sa descendance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Des planètes rocheuses comme la Terre survivraient à la mort de leur étoile ; Une sonde interstellaire pour explorer Proxima b testée
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mareck
- 13/05/2016 - 08:33
@Ganesha
Jésus n'a évidemment pas dit ''je suis contre l'usage des aiguilles à tricoter'' mais:
"ce que vous avez fait au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que vous l'avez fait"
ce qui donne à réfléchir sur le respect que nous devons aux autres, et avant tout aux plus faibles d'entre nous!
Ganesha
- 10/04/2016 - 17:50
Paternité heureuse
Je serais intéressé par votre opinion sur la paternité heureuse du couple JP. Coffe- Christophe.
Ganesha
- 10/04/2016 - 17:46
Deudeuche
Deudeuche, je n'ai, bien sûr, aucun espoir de convaincre et encore moins de ''convertir'' qui que ce soit ! Je prends simplement du plaisir à mettre les gens qui veulent croire en un Dieu créateur, omniprésent, omniscient et omnipuissant dans les absurdités où les conduisent cette croyance. Ce qui m'étonne, c'est que vous vous présentez comme ''protestant'', et ceux-ci ont, en général, une position nettement plus compréhensive sur cette question. Dans les évangiles, Jésus n'a jamais dit : ''je suis contre l'usage des aiguilles à tricoter''. Le maréchal Pétain a fait guillotiner une ''faiseuse d'anges'' et Donald Trump risque de ne pas devenir président des USA suite à sa déclaration ''Il faut punir les femmes'' !