En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 31 min 7 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 6 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 11 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 15 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 46 min 37 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 17 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 18 heures 55 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 32 min
© Reuters
Un rescapé des attentats du Bataclan.
© Reuters
Un rescapé des attentats du Bataclan.
Bonnes feuilles

EMDR : cette thérapie que gagneraient à suivre tous ceux qui ont été traumatisés par les attentats terroristes

Publié le 10 avril 2016
Conçu en 1987 aux États-Unis par Francine Shapiro pour guérir les traumatismes psychiques, l'EMDR permet également de soigner efficacement d'autres problématiques névrotiques, comme les phobies, les angoisses, les états dépressifs... L'efficacité de cette méthode, importée en France en 1994, a pu être vérifiée aussitôt en cabinet et en milieu hospitalier. Extrait de "EMDR-Une révolution thérapeutique", de Jacques Roques, publié aux éditions Desclée de Brouwer (2/2).
Jacques Roques
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Psychanalyste et psychothérapeute, Jacques Roques inclut dans sa pratique plusieurs disciplines (hypnose, psychodrame, systémique...). Il découvre l'EMDR en 1994, varchar(50) de sa formation, co-fondateur d’EMDR France (avec David Servan-Schreiber...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Conçu en 1987 aux États-Unis par Francine Shapiro pour guérir les traumatismes psychiques, l'EMDR permet également de soigner efficacement d'autres problématiques névrotiques, comme les phobies, les angoisses, les états dépressifs... L'efficacité de cette méthode, importée en France en 1994, a pu être vérifiée aussitôt en cabinet et en milieu hospitalier. Extrait de "EMDR-Une révolution thérapeutique", de Jacques Roques, publié aux éditions Desclée de Brouwer (2/2).

L’introduction de l’EMDR dans le champ des psychothérapies est sans aucun doute l’événement le plus déconcertant – et peut-être le plus significatif – depuis l’avènement de la psychanalyse il y a cent ans.

Déconcertant parce qu’il est presque impossible, pour un thérapeute formé de façon classique, d’accepter l’idée que faire bouger les yeux à un patient qui évoque les scènes les plus douloureuses d’un viol qu’il a vécu – ou de la mort de son fils – puisse soulager sa douleur de quelque manière que ce soit. L’idée elle-même semble saugrenue, voire contraire à l’éthique professionnelle de quelqu’un dont le devoir est de soigner, par les moyens les plus appropriés et reconnus. Et pourtant, il existe désormais pas moins de seize études contrôlées démontrant l’efficacité de l’EMDR dans le traitement des états de stress post-traumatique, y compris les deuils traumatiques. Sur la base de quatre méta-analyses (études d’études), de nombreux organismes officiels qui publient des recommandations sur les traitements validés scientifiquement encouragent désormais l’utilisation de l’EMDR pour ces pathologies. Cela inclut l’INSERM en France, mais aussi des commissions du ministère de la Santé au Royaume-Uni, en Israël, en Irlande du Nord, en Hollande ou aux États-Unis 1. [Il faut ajouter aujourd’hui à la liste présentée par David Servan-Schreiber la Haute Autorité de la Santé 2 et l’OMS.]

Déconcertant aussi, parce que les phénomènes cliniques que décrivent les thérapeutes qui pratiquent l’EMDR sont à la fois extrêmement familiers et parfaitement incongrus. On parle de travail de deuil accompli, de résolution des souvenirs traumatiques, d’intégration d’aspects positifs du moi. Tout cela est familier à quiconque a pratiqué la psychothérapie. Mais en EMDR, ces phénomènes s’observent non seulement au fil des semaines ou des mois, mais souvent à l’intérieur même d’une seule séance (de quatre-vingt dix minutes, il est vrai).

Déconcertant enfin parce que, malgré l’abondance de preuves en ce qui concerne l’efficacité du traitement EMDR, ses mécanismes d’action restent mal compris. De multiples hypothèses continuent d’être évoquées, allant de la stimulation des mécanismes de réorganisation de la mémoire et des souvenirs épisodiques qui accompagnent le sommeil des rêves (le sommeil paradoxal), à la stimulation d’une réponse dite " d’orientation " ou d’un état d’expérience consciente dédoublée comparable à celui de la méditation.

Mais c’est aussi parce que l’EMDR nous déconcerte que cette nouvelle thérapie nous oblige à reconsidérer tout ce que nous pensions savoir sur les processus de guérison en psychothérapie, et qu’elle nous ouvre un champ nouveau et vaste sur la compréhension du cerveau, de la douleur psychique, et surtout du potentiel de guérison qui existe en chacun de nous. C’est en cela que le développement de l’EMDR est si significatif pour le champ des psychothérapies.

D’abord, la rapidité des phénomènes souvent (mais pas toujours) observés pendant les séances d’EMDR nous impose de commencer à imaginer de nouveaux mécanismes neurophysiologiques à la base de la résolution des traumatismes psychiques. Les études qui font le lien entre cette psychothérapie et la transformation de la physiologie se multiplient désormais, comme jamais cela n’a été le cas pour aucune autre forme de thérapie, que ce soit la psychanalyse, l’hypnose, ou même la thérapie cognitive et comportementale.

Significative ensuite, parce que le thérapeute EMDR accompagne son patient à travers des liens associatifs qui se manifestent dans tout le réseau de sa mémoire, et qu’on observe ainsi la structure de la mémoire comme on en a rarement l’occasion dans un contexte clinique. Bien entendu, Pierre Janet, Sigmund Freud et Carl Jung avaient déjà fait des observations remarquables sur les phénomènes d’association mnésique en rapport avec la pathologie des patients (Jung avait même développé un des premiers tests de la psychologie cognitive qui consistait à mesurer le temps de réponse des patients à qui on demandait d’associer un mot à un autre). Mais, pour la majorité d’entre nous, ces observations restaient " académiques " et nous devions nous satisfaire d’observer, de temps à autre, dans notre cabinet, une " association libre " aussi significative que celles que nous avions lues dans les descriptions des grands maîtres. En EMDR, ces associations sont un des aspects les plus importants du traitement, et elles se manifestent à chaque instant. Elles sont si évidentes que nombreux sont les thérapeutes débutants qui ont l’impression de ressentir ce qu’a dû ressentir Freud lorsqu’il faisait l’expérience de sa méthode avec ses premiers patients.

Enfin, l’EMDR met résolument l’accent sur les mécanismes naturels d’auto-guérison qui font de toute évidence partie du psychisme et qu’on a longtemps sous-estimés, y compris en psychothérapie. Personne ne doute de l’existence de tels mécanismes lorsqu’il s’agit du corps : une coupure au doigt guérit d’elle-même, et si bien qu’au bout de quelques jours toute trace de la blessure initiale a disparu. Si elle est profonde, ou si elle s’infecte, l’intervention d’un chirurgien ou l’utilisation d’antibiotiques sera évidemment nécessaire, mais même cette intervention extérieure ne fera qu’accompagner la capacité naturelle du corps à retrouver son équilibre, ce que Claude Bernard appelait l’" homéostasie ". Dans le domaine psychique, la même chose est vraie. Une blessure banale – un accident de voiture sans gravité, une altercation avec un collègue de bureau – se " cicatrise " d’elle-même. Lorsque la blessure est plus profonde, ou qu’elle a déstabilisé la structure même du moi, elle nécessite souvent une intervention extérieure pour guérir. Mais cette assistance devrait savoir tirer au mieux parti de ces mêmes mécanismes d’auto-guérison émotionnels. Et c’est là toute l’élégance et la force de l’EMDR.

Extrait de EMDR-Une révolution thérapeutique, de Jacques Roques, publié aux éditions Desclée de Brouwer, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires