En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

Sarkozy remanie aussi le ton

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 14 min 40 sec
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 1 heure 2 sec
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 3 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 4 heures 32 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 7 heures 10 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 39 min 38 sec
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 1 heure 30 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 4 heures 7 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 6 heures 14 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 12 heures 23 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 12 heures 48 min
© Carlo Allegri / Reuters
© Carlo Allegri / Reuters
Bons amis

Paul Manafort, l’homme de l’ombre de Trump qui a aussi travaillé pour plusieurs dictateurs comme Poutine

Publié le 11 avril 2016
Après des années de lobbying intense en faveur du dictateur des Philippines ou du président ukrainien, l'homme va diriger les équipes de campagne de Donald Trump pour que le magnat des affaires remporte la convention républicaine.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après des années de lobbying intense en faveur du dictateur des Philippines ou du président ukrainien, l'homme va diriger les équipes de campagne de Donald Trump pour que le magnat des affaires remporte la convention républicaine.

Au cours d'une carrière de 40 ans comme lobbyiste et consultant politique, Paul Manafort et ses entreprises ont conseillé, sans aucun ordre particulier, un groupe d'affaires lié à Ferdinand Marcos, le dictateur des Philippines, Viktor Ianoukovitch, le président ukrainien aujourd'hui évincé et allié de Vladimir Poutine, ainsi que Lynden Pindling, l'ancien Premier ministre des Bahamas qui a été accusé d'avoir des liens avec des trafiquants de drogue... Maintenant, il travaille pour Donald Trump.

Professionnaliser les équipes

Jeudi 7 avril 2016, Trump a annoncé que Manafort jouerait un rôle de plus en plus influent dans sa campagne alors qu'il se dirige vers une convention républicaine éventuellement contestée à Cleveland. Dans un communiqué, le magnat des affaires a annoncé que "M. Manafort supervisera, gérera, et sera responsable de toutes les activités qui se rapportent au processus de l'élection des délégués de M. Trump et de la convention de Cleveland". Amis, lobbyistes et d'anciens ennemis disent tous que Trump a choisi le bon homme au bon moment pour professionnaliser ses équipes et obtenir l'investiture républicaine et les 1 237 délégués nécessaires. En cas d'échec Trump devra s'embarquer dans une longue course qui pourrait le conduire à un second tour de scrutin.

Un combat à mains nues

Manafort possède tous les atouts, comme le révèle un portrait de Catherine Ho du Washington Post. En 1976, il a farouchement protégé les délégués de Gerald Ford à la dernière convention contestée, dans ce que Bay Buchanan, trésorier national pour la campagne de Ronald Reagan, appelait "un combat à mains nues". Paul Manafort n'a perdu aucun des délégues de Ford. Depuis, Manafort a été impliqué dans plus d'une convention d’investiture à l'élection présidentielle. Mais cela ne signifie pas que Manafort est devenu une figure de l'establishment washingtonien. Ses amis disent qu'il n'a jamais vraiment vécu longtemps dans la région. Il réside le plus souvent dans la Trump Tower à Manhattan, où il possède un appartement. Lui et Trump se sont rencontrés au fil des ans dans le hall et les ascenseurs. Manafort passe son temps entre la Floride, New York et Alexandria, en Virginie. Il parcours le monde, pendant des semaines ou des mois, pour conseiller des gouvernements étrangers. Cependant, même s'il n'est pas un pur produit de Washington, personne ne le sous-estime. Au contraire, ils le considèrent comme un redoutable adversaire. "Il va avoir une influence majeure sur Trump", a déclaré Scott Reed, stratège politique pour la Chambre de commerce des Etats-Unis et ami de longue date de Manafort. "Ils sont proches en âge, trois années les séparent, de sorte que Trump ne s'adresse pas à lui comme à un gamin. Il apporte un niveau de professionnalisme à un moment crucial, là où chaque délégué compte", dit-il.

Donner un coup de fouet à la campagne

Reed était le directeur de la campagne présidentielle de Bob Dole, en 1996, et a engagé Manafort pour diriger la convention de San Diego. Les deux hommes ont également déjà travaillé de concert pour la campagne Reagan-Bush en 1984. Si quelqu'un est capable de donner un coup de fouet à la campagne de Trump, en apportant de la discipline et son sens de l'organisation, c'est Manafort. Il a été chaudement recommandé par Roger Stone, l'associé de longue date deTrump, qui a officiellement quitté la campagne cet été, mais qui reste influent.

Sécuriser et protéger la nomination de Donald Trump

Manafort est le co-fondateur de deux entreprises de lobbying et de conseil, Black, Manafort, Stone and Kelly (BMS&K) et plus tard, Davis Manafort. Même dans l'industrie du lobbying, où l'achat et la vente d'influence peuvent brouiller les lignes éthiques, ces deux entreprises ont brillé par la qualité de leur clients et la finesse des tactiques proposées. BMS&K, créée en 1980, semble être le lien qui relie Manafort et Trump, il y a des décennies. L'entreprise a fait pression, au niveau fédéral et sur les Etats de New York et de la Floride pour défendre les hôtels Trump sur des questions liées au jeu et aux taxes.

Paul Manafort a décrit son nouveau job, dans un communiqué, "comme une série d'étapes complexes qui nécessitent une stratégie globale". Et d'ajouter : "Dans le cadre de l'équipe de campagne, mon travail consiste à sécuriser et à protéger la nomination de M. Trump. C'est ce que nous allons faire, a-t-il promis. M. Trump a créé une campagne qui restera dans l'Histoire, elle a enthousiasmé le peuple américain et il est sur le point de remporter une victoire incroyable".

Curieusement, la majeure partie de la carrière de Manafort s'est déroulée au sein de l'establishment... Establishment fustigé régulièrement par Trump.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

Sarkozy remanie aussi le ton

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 11/04/2016 - 20:01
Donald TRUMP
Ce n'est pas un clown comme nous aimerions le croire en France, mais un homme d'affaire retors rompu au bluff et sa nouvelle association avec Manafort pourrait bien en faire le vainqueur de l'élection présidentielle. Ce serait fort menaçant pour le reste du monde:ignorance des rapports de politique internationale, isolationnisme, idées simplistes..... et grave question: où choisira--il son entourage?