En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 42 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 6 heures 19 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 13 heures 59 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 15 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 6 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 8 heures 4 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 58 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 13 heures 41 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 56 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 14 heures 11 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 15 heures 3 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 15 heures 7 min
© Pixabay
© Pixabay
Tozéro et inégalités

Taux immobiliers à leur plus bas historique : faites-vous partie de ceux qui vont en bénéficier ou de ceux que ça va enfoncer ?

Publié le 08 avril 2016
Au mois de mars, les taux immobiliers sont passés sous la barre symbolique des 2%. Des taux d'emprunt bas et une inflation proche de zéro sont les signes d'une situation de crise. Les conditions d’accès au crédit n'étant pas liées aux taux mais à la conjoncture économique, cette baisse profitera à ceux qui possèdent déjà un bien et défavorisera ceux qui n'en ont pas.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au mois de mars, les taux immobiliers sont passés sous la barre symbolique des 2%. Des taux d'emprunt bas et une inflation proche de zéro sont les signes d'une situation de crise. Les conditions d’accès au crédit n'étant pas liées aux taux mais à la conjoncture économique, cette baisse profitera à ceux qui possèdent déjà un bien et défavorisera ceux qui n'en ont pas.

Atlantico : Les taux immobiliers sont passés sous la barre des 2% au mois de mars et la baisse devrait se  poursuivre en avril. Ils atteignent un niveau record jamais vu depuis l’après-guerre. Qui seront les bénéficiaires de cette baisse des taux ? A l'inverse, qui sont les perdants ?

Philippe Crevel : La BCE a décidé de mettre à zéro son principal taux directeur. La Suisse emprunte à taux d’intérêt négatifs jusqu’à 20 ans, la France jusqu’à 7 ans. Dans ces conditions, il est assez logique qu’au mois de mars, le taux moyen des prêts immobiliers selon Empruntis à 10 ans se soit abaissé à 1,65 %. Selon les derniers chiffres de l’observatoire Crédit Logement/CSA, les taux s’établissaient à 1,97 % en moyenne (hors coût des assurances et garanties, toutes durées de prêts confondues) contre 2,09 % en février et 2,15 % en janvier. Du jamais vu ! Certes, pour avoir une vision plus précise, il faut prendre en compte l’inflation qui est nulle ou quasi-nulle depuis 18 mois. Cette absence d’inflation empêche l’érosion du capital à rembourser comme cela était le cas dans les années 80. Ce que l’on gagne du côté des taux, on le perd au niveau du remboursement du capital.

Aujourd’hui, la baisse des taux est une aubaine pour ceux qui ont contracté un emprunt immobilier ces dernières années et qui peuvent le renégocier. Entre 30 et 40 % des prêts aujourd’hui en matière immobilière sont en fait des prêts issus de ces renégociations. Passer d’un taux de 4 à 2 % génère de belles économies… Cette aubaine ne concerne pas tous les détenteurs de prêts immobiliers. Pour que cela soit intéressant, il faut être dans les premières années de remboursement. En effet, en début de prêts, la banque encaisse les intérêts. Il faut en outre un écart de 0,7 à 1 point entre les nouveaux et les anciens taux afin que cela vaille réellement la peine.

Parmi les gagnants de ces taux historiquement bas figurent les personnes souhaitant acheter un logement, une maison et ayant un apport personnel important. Sur un marché immobilier qui était étalé ces dernières années, celui qui a la possibilité à boucler facilement son dossier de financement arrive en position de force. Avec des clients de moins de 50 ans, ayant de bonnes références financières et déjà propriétaires, les banques sortent le tapi rouge.

Ceux qui profitent de ces taux hors du commun sont ceux qui ont emprunté il y a six ou sept ans et qui doivent essentiellement rembourser leur capital. Ils ont payé le prix fort leurs emprunts. Il y a également les primo-accédants. En effet, il ne faut pas oublier que dans les grandes agglomérations dynamiques, les prix de l’immobilier se sont envolés ces quinze dernières années. Depuis 2012, le marché s’est calmé mais la baisse des prix a été très modérée. Il est beaucoup plus difficile à des jeunes actifs d’accéder à la propriété. La part du budget des ménages consacrée au logement a fortement augmenté. Elle dépasse désormais 22 % et peut atteindre pour les moins de 30 ans plus de 30 %.

Les conditions d’accès au crédit ne sont pas liées aux taux d’emprunt. En quoi cette baisse des taux accentuera-t-elle les inégalités entre ceux qui remplissent les conditions d’accès au crédit et ceux qui en sont exclus ?  

Les banques, avec la crise financière, ont durci les conditions d’accès aux crédits pour éviter toute dégradation de leurs ratios de liquidités qui sont plus surveillés que dans le passé. Or, aujourd’hui, nul n’ignore que les jeunes actifs sont confrontés à des difficultés d’insertion professionnelle. Jusqu’à 30 ans, le passage par les CDD, l’intérim et le temps partiel est malheureusement devenu la règle. Sans stabilité professionnelle, sans revenus réguliers, il est très difficile de pouvoir négocier dans de bonnes conditions  un emprunt surtout quand il n’y a pas, en plus, d’apport personnel. Les familles monoparentales, les célibataires et les seniors sont considérés à risque et peuvent ne pas pouvoir profiter de ces taux bas. Evidemment, à cette liste, il faut ajouter les millions de personnes qui sont sans emploi.

Cette anomalie financière est elle amenée à perdurer dans le temps ? En considérant que notre pays constate une baisse continue des taux depuis plusieurs décennies, celle-ci ayant permis d'alimenter les prix immobiliers à la hausse, peut-on considérer que ce moteur de la hausse des prix de l'immobilier est aujourd’hui épuisé ?

Ces taux bas sont le signe que quelque chose ne tourne pas rond dans l’économie. Les banques centrales ont décidé d’amener leurs taux d’intérêt pour essayer de ranimer l’inflation et ainsi contrecarrer les menaces déflationnistes.

Du fait des déclarations de Mario Draghi, les taux devraient rester bas au moins jusqu’en 2017. Plus cette phase anormale durera, plus il sera compliqué d’en sortir comme le prouve la situation américaine. Malgré plusieurs années de croissance, malgré le retour du plein emploi, la FED n’a relevé que de 0,25 point son taux directeur et encore dans la douleur. Toute remontée brutale des taux casserait la croissance, provoquerait un choc obligataire qui mettrait sous tension les établissements financiers et pourrait entraîner une chute du prix de l’immobilier comme entre 1993 et 1997. De ce fait, il est fort à parier sauf crise de grande ampleur que la remontée des taux sera progressive. De ce fait, les prix de l’immobilier sont, au regard de la situation économique, stagnation des revenus, perspective de croissance, élevés et devraient le rester en ce qui concerne les biens se situant dans les grandes agglomérations dynamiques. La pierre constitue toujours une valeur refuge. Il y a néanmoins un paradoxe en la matière. En effet, tant pour des raisons économiques que réglementaires (loi Allur), les loyers sont orientés à la baisse mais les prix d’achat ne baissent pas à due concurrence. Ce paradoxe s’explique en autre par le fait que les autres classes d’actifs offrent également peu de rendement. Le taux des obligations est quasi nul et cela jusqu’à 10 ans. Les actions qui constituent le placement le plus rentable sur longue période sont considérées toujours par un grand nombre d’épargnants comme trop risquées. De ce fait, il reste la pierre. Il faut certainement regretter que le logement accapare une part très importante de nos richesses car cela se fait au détriment de la consommation et de financement des entreprises.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Djib
- 08/04/2016 - 15:17
La principale raison des taux bas
c'est la création monétaire effrénée pratiquée par les USA et ensuite par l'Europe. Quand le marché est inondée de liquidités et que l'économie productive est frileuse pour investir il faut bien qu'elles trouvent à un moment un emploi. Comme l'offre de liquidités est forte, elle est peu rémunérée, voire à des taux négatifs.