En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 6 min 50 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 23 min 16 sec
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 1 heure 26 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 2 heures 40 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 18 heures 2 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 19 heures 27 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 7 min 54 sec
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 49 min 27 sec
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 1 heure 14 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 1 heure 48 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 2 heures 23 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 16 heures 23 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 18 heures 24 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 19 heures 56 min
© Reuters
Emmanuel Macron, qui n'appartient à aucun des appareils officiels, n'a eu aucun mal à libérer sa parole.
© Reuters
Emmanuel Macron, qui n'appartient à aucun des appareils officiels, n'a eu aucun mal à libérer sa parole.
Rampe de lancement

"En Marche !" : Emmanuel Macron c’est parti, ses idées, ses amis et son projet de gouvernement en détail

Publié le 08 avril 2016
En visite à Amiens, sa ville natale, pour un grand meeting de lancement de son club de réflexion, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a dévoilé le lancement d‘un nouveau produit politique : lui-même.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En visite à Amiens, sa ville natale, pour un grand meeting de lancement de son club de réflexion, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a dévoilé le lancement d‘un nouveau produit politique : lui-même.

Tout avait été minutieusement préparé avec les amis, le lancement d'Emmanuel Macron sur le marché du show-biz politique est passé du virtuel à la réalité cette semaine. La fusée Macron n'est pas sur orbite, mais sur la rampe de lancement.

Un voyage à Amiens, sa ville natale, pour un grand meeting de lancement politique de son club de réflexion, une campagne d'adhésion parce qu'il faudra bien rassembler quelques moyens financiers pour faire marcher cette nouvelle machine, et surtout la présentation d'idées qui se veulent nouvelles et qui pourraient trouver leur place dans un programme de gouvernement que l'Express, comme par hasard, publie cette semaine.

Le programme n'est rien d'autre que celui que préparait Jacques Attali.

Jusqu'à maintenant, Jacques Attali se défendait d'avoir travaillé pour lui-même. "Je ne suis pas candidat", avait-il dit et répété… Ce programme aura donc une marque blanche, c'est à dire générique, c'est à dire qu'il peut être récupéré par celui qui se sent l'ambition de le défendre. À droite comme à gauche.

On sait depuis hier que la marque blanche ira comme un gant à Emmanuel Macron qui est, quelque part, un enfant de Jacques Attali puisqu'on se souvient que l'ancien conseiller de François Mitterrand lui avait fait faire, ses premiers pas dans ce monde de crocodiles lors de la fameuse commission Attali au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

En entendant de déclarer une candidature à la présidentielle en 2017 ou plus tard, Emmanuel Macron va tester son offre politique sur le marché régional des législatives prochaines. Le parti socialiste lui a réservé une circonscription en or massif dans la région d'Amiens.

Tout est donc prêt :

- La circonscription qui pourrait permettre de servir, soit de terrain d'attente soit de base de décollage
- Les idées et le programme

On retrouve aujourd'hui tout ce qui se tramait depuis 3 ou 4 mois. Il suffit de retrouver ce qu'écrivait Christelle Bertrand ici même le 20 Janvier 2016.

Les idées et le programme ont certes pris de la densité, mais l'offre politique reste la même dans son concept.
Emmanuel Macron ne s'inscrit pas dans une discipline de parti qui serait respectueuse des valeurs traditionnelles et des ressorts habituels. L'offre politique est le résultat d'une culture hors sol, si on peut dire.

1e point, un diagnostic incontournable. La France est en train de s'asphyxier dans ses habitudes, ses rentes, des corporatismes et finalement un conservatisme de droite comme de gauche qui ne mène nulle part.

2e point, le monde a changé, l'économie s'est mondialisée, les systèmes de production de richesse et de distribution de cette richesse se sont digitalisés et Uberisés.

3e point, la France s'est coupée en deux. D'un côté une France qui avance, de l'autre une France qui se replie sur elle-même.

4e point, l'offre politique ne s'inscrit dans aucune des deux cultures politiques françaises. Elle n'est ni de droite, ni de gauche. Elle ne se reconnaît même pas dans celle de Bayrou. La fracture entre les Modernes et les Anciens passe à l'intérieur des partis traditionnels.

On ne peut donc s'en sortir qu'en passant au-dessus des partis et en rassemblant tous ceux qui, dans la société, ont envie que ça bouge.

C'était le pari de Jacques Attali avec Nicolas Sarkozy qui n'a pas pu, ou pas voulu transgresser les valeurs de sa propre famille qui était peut-être plus conservatrice que lui.

C'est à nouveau le pari que fait Jacques Attali dans son programme pour la France et qu'il publie dans l'Express et en librairie cette semaine.

Un pari qui repose sur trois pieds.

Un pied très international. Il faut, par une compétitivité (hors coûts), affronter les marchés mondiaux. On imagine toutes les réformes que cela suppose dans l'entreprise et dans l'organisation de travail.

Un pied européen. La France ne peut s'en sortir qu'en travaillant à l'intégration européenne, à une structure fédérale. On imagine ce que ça représente comme pédagogie et comme effort dans une France qui aujourd'hui a tendance à rejeter tout ce qui vient de Bruxelles.

Le troisième pied repose sur la capacité de ce pays à creuser la mine de l'innovation et de l'intelligence. Parce que l'essentiel des facteurs de production moderne se trouve dans l'économie de la connaissance et dans l'intelligence humaine.

Ce corpus d'idées et d'ambitions est partagé en France par tous ceux qui bougent et voyagent, qui créent et fabriquent, inventent ou tout simplement par tous ceux qui ont l'intuition qu'on ne changera pas le monde, mais qu'il faudra évidemment s'adapter au changement.

Ce corpus d'idées se nourrit de pragmatisme et de bon sens. Il est évidemment partagé par la plupart des élites mais comme ces élites sont prisonnières très souvent des appareils qui les font vivre, elles hésitent à les défendre.

Emmanuel Macron qui n'appartient à aucun des appareils officiels n'a eu aucun mal à libérer sa parole.

Maintenant, un tel dispositif peut-il rassembler une majorité ? Dans l'état actuel, c'est peu probable.

D'ailleurs Emmanuel Macron connaît ses limites, et ces limites sont celles qui ont été tracées par François Hollande. François Hollande l'a fait ministre de la république c'est-à-dire qu'il lui a donné un rôle au théâtre. Macron est obligé de respecter ce rôle. Il n'a pas d'autres pouvoirs que celui que l'Elysée lui a délégué. 

Pour l'instant, personne n'est dupe. Le vrai rôle qu'il occupe sur la scène politique est celui d'empêcher Manuel Valls de faire de l'ombre à François Hollande. Si tout va mal entre l'Elysée et Matignon, si Manuel Valls a de plus en plus de velléités d'accélérer le processus de décadence du système pour pouvoir en récupérer les débris et les rassembler… Si tout va mal, l'Elysée envoie Emmanuel Macron sur le marché de la gauche libérale pour cannibaliser le segment que se garde Manuel Valls depuis si longtemps.

Donc tant que François Hollande tiendra son cap et affichera sa volonté de se représenter, Emmanuel Macron peut s'agiter dans le bocal, il travaille pour le Président puisqu'il jardine sur la pelouse que Manuel Valls avait préparée pour lui.

Le jeu est assez pervers, parce que plus le Premier ministre va montrer son agacement de travailler avec un Président qui ne fait plus rien, plus il va se durcir, plus François Hollande et ses amis vont sponsoriser Macron.

Plus Valls va vouloir grandir et s'affranchir, plus Macron va être porté par les lames de fond.

Cela dit tout cela ne fait pas une élection présidentielle et surtout si François Hollande ne se représentait pas.

En attendant, la fusée Macron s'est installée sur la rampe de lancement, le moteur est allumé, elle attend simplement la météo pour se mettre sur orbite.

Quel spectacle !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (55)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 09/04/2016 - 08:46
Macron
A fuir , déjà un surnom " ĺ' angelot " , ou ... le diablotin ? AMA a raison un enfumeur de première ! Il faut être myope pour ne pas le voir !
A M A
- 08/04/2016 - 17:12
Macron serait-il le huitième de ces enfumeurs
Après la succession épique de Présidents que la France a connu ne serait que depuis 1958, où le jeu consiste à se faire élire avec sa horde et qu'après "advienne que pourra", on peut se demander ce que valent les discours de Macron, basés sur des réformes de toute évidence nécessaires. Serait-il capable de les faire appliquer, simplement par le miracle d'une cote de popularité? Douteux au plus haut point, même s'il est satellisé par la horde Attalienne. Le sujet fondamental est l'élection du Président au suffrage universel par lequel on place à l'Elysée un "baratineur" qui promet tout ce qui plait aux braves gens. Macron serait-il le huitième de ces enfumeurs?
pierre de robion
- 08/04/2016 - 15:21
@Ganesha
De Gaulle ou la Parousie! Fallait y penser et l'oser! lol!