En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

02.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

06.

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

07.

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Faut-il défendre le "droit au blasphème" ou la liberté d'expression ?

06.

Les deux risques majeurs du coronavirus : une crise économique mondiale et un séisme géopolitique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Non, la France n'est pas la Thuringe : voilà pourquoi la droite ne PEUT pas s'allier à l'extrême droite !

06.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 4 heures 42 min
light > Sport
Biathlon
Emilien Jacaquelin champion du Monde de poursuite
il y a 5 heures 26 min
pépites > Faits divers
Déboires d'arrière cuisine
Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco
il y a 6 heures 14 min
pépites > Justice
Conséquences
Affaire Griveaux : Piotr Pavlenski et sa compagne en garde à vue
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Economie
Vidéo Betbeze

Bourse, le coronavirus est derrière nous

il y a 8 heures 39 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le général de Gaulle a su que la France devait être une République couronnée par les urnes pour pérenniser la grandeur de la Nation

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Le choix cornélien de la Manif pour Tous et de la France de Johnny Hallyday : suivre la révolte des classes populaires ou rejoindre l’alliance des bourgeoisies

il y a 9 heures 35 min
décryptage > International
Back to 1962

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

il y a 10 heures 54 min
décryptage > High-tech
Danger sur nos données

Le piratage informatique chinois nous menace, les marchands de données personnelles aussi

il y a 11 heures 32 min
pépites > Politique
Municipales
Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris
il y a 5 heures 17 min
pépite vidéo > Sport
Système D
Confiné à cause du coronavirus, il court un marathon... dans son salon
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Politique
Il a besoin d’une boussole...

Macron se plaît à déplorer « l'affaiblissement de l’Occident ». Mais connaît-il seulement le sens de ces mots?

il y a 7 heures 9 min
décryptage > International
Poker

Les Etats-Unis et "l'art" incertain de la dissuasion nucléaire

il y a 8 heures 23 min
rendez-vous > Culture
Atlantico Lettres
Soif de père
il y a 9 heures 15 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Comment le mauvais traitement médiatique de l’information scientifique pollue le débat sur le glyphosate et menace l’avenir de l’agriculture

il y a 9 heures 29 min
décryptage > France
Entretien avec ...

Gabrielle Cluzel : "Les bourgeois, ce sont les autres"

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Culture
Culture

Pessimisme de l’intelligence : Aamin Maalouf, du naufrage du Proche-Orient à celui des civilisation

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Economie
Virus éco

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Politique
Nostalgie

Y-a-t-il encore des hommes et femmes politiques armés pour la violence des temps ?

il y a 11 heures 47 min
© Reuters
François Hollande et Manuel Valls entretiennent une relation particulière.
© Reuters
François Hollande et Manuel Valls entretiennent une relation particulière.
Les lois de l’attraction désastre

Deux ans à Matignon : ni guerre ni paix, l’étonnante relation entre Manuel Valls et François Hollande

Publié le 07 avril 2016
Le Président et son Premier ministre jouent un drôle de jeu depuis quelques temps. Ils semblent liés et se soutenir à bien des égards, mais ne manquent pas non plus de souligner leurs différends par médias interposés. Ou comment faire valoir sa personnalité et ses propres objectifs quand on est dans le même bateau.
Frédéric Métézeau est journaliste depuis 15 ans. Il a été journaliste pour France Bleu Nord, basé à Lille, et a présenté les informations sur France Inter avant devenir chef du service politique sur France Culture. Depuis août 2015, il est chef du...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Métézeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Métézeau est journaliste depuis 15 ans. Il a été journaliste pour France Bleu Nord, basé à Lille, et a présenté les informations sur France Inter avant devenir chef du service politique sur France Culture. Depuis août 2015, il est chef du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président et son Premier ministre jouent un drôle de jeu depuis quelques temps. Ils semblent liés et se soutenir à bien des égards, mais ne manquent pas non plus de souligner leurs différends par médias interposés. Ou comment faire valoir sa personnalité et ses propres objectifs quand on est dans le même bateau.

Atlantico : Manuel Valls semble maintenir une entente paradoxale avec François Hollande. D'un côté, il ne cesse de renouveler l'expression de sa loyauté au Président, notamment lorsqu'il déclare dans le JDD que "François Hollande est la voix de l'intérêt général" et affirme qu'il n'existe pas d'alternative à sa candidature à gauche. D'un autre côté, il se montre bien plus offensif que le chef de l'Etat sur les questions de l'islam et de la laïcité. Comment expliquer ce paradoxe, et que révèle-t-il du rapport entre les deux têtes de l'exécutif ?

Frédéric Métézeau : Il y effectivement deux têtes au sein de l'exécutif, mais gardons à l'esprit que l'une domine l'autre. A partir du moment où il y a un Président et un Premier ministre, ce dernier s'émancipe dans un cadre donné. Il n'ira jamais jusqu'à la rupture, pas non plus jusqu'à l'opposition frontale qui y mènerait. Je pense que chacun a sa sensibilité et, à deux, ils jouent sur deux registres à gauche. D'une part, on a un François Hollande d'un naturel, d'un caractère (et même d'un physique) plus rond, plus rassembleur, ce qui est aussi sa fonction. De l'autre côté, Manuel Valls est en première ligne, et doit faire face à diverses difficultés quotidiennes. Il me semble donc que l'un comme l'autre sont dans leurs rôles. En outre, il demeure impossible de demander à Manuel Valls de coller à François Hollande en matière de sensibilité ; d'être ton sur ton, dans la mesure où il a été son opposant lors du premier tour de la primaire à gauche.

Je ne suis pas persuadé qu'il y ait beaucoup plus de différences entre Manuel Valls et François Hollande que cela ne pouvait être le cas entre Pierre Mauroy et François Mitterrand… C'est également le cas de Michel Rocard et l'ancien Président socialiste. Il y a, à mon sens, de nombreux exemples : ils appartiennent tous deux, effectivement, à la même famille de pensée. Pour autant, ils sont chacun dans leur registre, non sans espérer – en réalité – ratisser le plus large possible.

Dans une interview accordée au quotidien allemand Bild mercredi 6 avril, François Hollande déclarait : "Ce n'est pas en enlevant la nationalité qu'on lutte contre le terrorisme." De la même façon, en 2014, il faisait une déclaration contre son Premier ministre : "On peut réussir sa vie sans être Président." Quel calcul fait François Hollande, dans cette lutte apparente avec Manuel Valls ?

Je pense qu'il est important de séparer ces deux déclarations. En 2014, François Hollande a fait cette déclaration alors qu'il remettait l'Ordre National du Mérite à Manuel Valls. Il évoque alors Georges Clemenceau, l'un des grands modèles républicains et de gauche du Premier ministre. Or, il s'avère effectivement que Georges Clemenceau n'a jamais été Président de la République… Il y a quelque chose de très simple à y voir : quand François Hollande cherche à faire passer des messages, quand il souhaite faire les choses fermement, il les fait passer à travers une dague. Le message, en l'occurrence, était sans équivoque. Il s'agissait de rappeler qui, d'entre eux deux, était le "patron". François Hollande a voulu rappeler à Manuel Valls qui était le Président de la République. A cette époque, le Premier ministre était plus haut dans les sondages, apportait un souffle de nouveauté au quinquennat… et François Hollande a tout de suite remis les choses à la place qu'il estimait qu'elles devaient avoir. Cela étant, n'oublions pas qu'il s'agit là de quelque chose d'assez classique. François Mitterrand avait fait de même, par exemple, tant sous l'ère de la cohabitation que sous celle de Michel Rocard. Le Président présidait déjà.

Sur la déchéance de nationalité, il me semble essentiel d'apporter plus de nuances. D'abord, souvenons-nous que François Hollande n'a jamais prétendu de cette mesure qu'elle permettrait de lutter contre le terrorisme… Il y voyait plutôt une manière de punir, de façon définitive et forte, les gens reconnus coupables de terroristes. Il s'agissait d'un marqueur. L'autre point de nuance qu'il convient d'apporter, à mes yeux, c'est qu'il m'est difficile de dire qui de François Hollande ou Manuel Valls a nourri cette idée en premier. Par conséquent, il est compliqué de dire qu'il s'agit à coup sûr d'une déclaration allant à l'encontre du Premier ministre, qui s'est lui-même interrogé sur le sujet de la déchéance de nationalité.

A quel point le destin de ces deux hommes est-il lié ? Manuel Valls a-t-il perdu toute possibilité de se défausser des mauvais résultats du quinquennat ? Inversement, François Hollande est-il parvenu à "carboniser " son Premier ministre, comme cela a si souvent été fait sous la Ve république ? 

Manuel Valls vit en ce moment ce que l'on appelle "l'enfer de Matignon". C'est un enfer "sondagier" où la cote de popularité baisse, baisse et baisse encore. Il est, certes, encore plus haut que le Président de la République, mais celui-ci le tire vers le bas. En outre, le destin d'un Premier ministre est nécessairement lié à celui de son Président, s'il ne s'en émancipe pas, en dehors des Premiers ministres de cohabitation. Or, un Premier ministre ne peut pas tout à fait s'émanciper de son Président : même Michel Rocard qui était très différent de François Mitterrand, et que François Mitterrand a malmené, n'a pas pu se décrocher complètement. Jacques Chirac, avec sa démission en 1976, est le seul à avoir su s'arracher à Valéry Giscard d'Estaing, mais institutionnellement les deux postes sont liés. D'où cette nécessité de se différencier sur le plan médiatique et dans leurs prises de paroles. C'est pour cela que Manuel Valls emploie sans cesse des propos que François Hollande n'emploierait pas (sur l'apartheid social, sur le salafisme, etc). C'est le seul moyen dont il dispose pour faire entendre une petite musique susceptible de lui servir à l'avenir. Ainsi il pourra dire qu'il a "toujours dit que", etc. Manuel Valls veut s'épargner les difficultés que rencontre François Fillon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

02.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

06.

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

07.

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Faut-il défendre le "droit au blasphème" ou la liberté d'expression ?

06.

Les deux risques majeurs du coronavirus : une crise économique mondiale et un séisme géopolitique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Non, la France n'est pas la Thuringe : voilà pourquoi la droite ne PEUT pas s'allier à l'extrême droite !

06.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 07/04/2016 - 19:25
mauvaise manip......
suite......avec 13% pour le premier et 20% pour le second, il n'y a que les médias "aux ordres" pour continuer à vouloir nous les VENDRE malgré les résultats ........ne semblant pas avoir bien compris ce qui se passe !!!
Vincennes
- 07/04/2016 - 19:21
NORMAL......
ils sont "CRAMES" tous les deux