En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

04.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

05.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

07.

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

ça vient d'être publié
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 1 heure 9 min
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 2 heures 38 min
pépites > Politique
Confiance
Edouard Philippe considère que la "bonne foi" de Jean-Paul Delevoye est "totale"
il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > Sport
Valeurs du sport bafouées
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a été huée et menacée par des supporters lors d'un match du Red Star
il y a 8 heures 6 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La genèse de Huaweï : comment le génie et les idées de Ren Zhengfei ont révolutionné les télécoms et l'industrie en Chine

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

Lutte et prévention contre le terrorisme : l'impérieuse nécessité d'adopter une vision globale afin d'éviter l'impression du pansement sur une jambe de bois

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Santé
Avancées médicales

Un nouveau traitement capable de prévenir la moitié des cancers du sein produit des effets même longtemps après avoir été pris

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Politique
Répartie

Retraites : on peut être de droite et préférer la répartition

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Politique
Déclaration d’intérêt

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Politique
Triomphe électoral

Libéral, conservateur, insensible à la "raison des élites" : la recette Johnson pratiquée par la droite française… à son exact inverse

il y a 13 heures 52 min
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 1 heure 41 min
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 5 heures 29 min
light > France
Mauvaise camaraderie ?
Miss France 2020 : les ultimes heures de la compétition avant le sacre auraient été marquées par des tensions entre les candidates
il y a 6 heures 43 min
pépites > Social
Prévisions
Grève SNCF : Edouard Philippe exige un "plan de transport" pour les fêtes
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

Comment Daech est né sur les décombres de l'Etat irakien

il y a 9 heures 55 min
rendez-vous > Politique
Zone Franche
Mélenchon et les élections britanniques : le grand rabbin, le Crif et le Likoud ont-ils fait chuter la gauche ?
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Education
Négociations

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Europe
Le retour de l'ennemi héréditaire

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Economie
Vraie mère de toutes les réformes

Cette réforme monétaire sans laquelle aucune réforme d’ampleur ne pourra vraiment être réussie en France

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Europe
Atlantico Business

Brexit : en Grande-Bretagne, tout va donc changer pour que rien ne bouge

il y a 14 heures 10 min
© Pixabay
Les salariés qui auront atteint le taux plein à 62, 63, 64, 65 ou 66 ans en 2019 seront les premiers à subir une baisse de leur retraite pendant trois ans s’ils ne décalent pas d’une année.
© Pixabay
Les salariés qui auront atteint le taux plein à 62, 63, 64, 65 ou 66 ans en 2019 seront les premiers à subir une baisse de leur retraite pendant trois ans s’ils ne décalent pas d’une année.
Et après-demain ?

Pourquoi la recherche d’un accord à courte vue sur les assurances vieillesses complémentaires pourra coûter jusqu’à 18% aux futurs retraités

Publié le 06 avril 2016
Le Conseil d’orientation des retraites (COR) a calculé que les retraites diminueront de 18% en se basant sur les mesures de l’accord d’octobre 2015 sur les retraites complémentaires Agirc-Arrco. Une chute largement due à la vision court-termiste des gouvernements successifs.
Vincent Touzé est économiste senior au département des études de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Touzé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Touzé est économiste senior au département des études de l'OFCE (Observatoire Français des Conjonctures Economiques).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil d’orientation des retraites (COR) a calculé que les retraites diminueront de 18% en se basant sur les mesures de l’accord d’octobre 2015 sur les retraites complémentaires Agirc-Arrco. Une chute largement due à la vision court-termiste des gouvernements successifs.

Atlantico : Selon une simulation réalisée par le COR (Conseil d’orientation des retraites), les retraites complémentaires pourraient être affectées à hauteur de 18% par l’accord de principe trouvé en octobre dernier par les partenaires sociaux. Qu’en est-il réellement ? Quelles sont les personnes concernées par cette baisse ?

Vincent Touzé : Le 30 octobre 2015, un accord national AGIRC-ARRCO-AGFF relatif aux retraites complémentaires des salariés du secteur privé a été conclu grace à la signature de syndicats de salariés (CFDT, CFEC et CFTC) et du patronat (MEDEF, CGPME et UPA).

Outre la création d’un « régime unifié de retraite complémentaire » le 1er janvier 2019, cet accord vise à restaurer une solvabilité des régimes de retraite complémentaire. Il comprend principalement : 

- Des mesures à effet immédiat et progressif pendant 3 ans (période 2016-2018) : 

  • Désindexation partielle des pensions de 1 point par rapport à l’inflation avec une interdiction de toute baisse nominale (cette règle ne s’applique pas si l'inflation est inférieure à 1%, ce qui n’est pas le cas en 2016).
  • Hausse du prix d'achat du point : en 2015, 100€ de cotisation donnait droit à 6,56€ de retraite. En 2016, le droit à retraite ne représente plus que 6,39€, soit une baisse de 2,5%. L’objectif visé est de réduire ce rendement à 6€, soit une baisse de 8,5%.
  • Décalage de 7 mois de la date de revalorisation.

 

- Des mesures à effet différé (à partir du 1er janvier 2019) : 

  • Application d’un coefficient de solidarité pour les nouvelles retraites versées à taux plein pour le régime de base : la retraite complémentaire sera amputée de 10% pendant 3 ans. Cette mesure impactera : les actifs nés à partir de 1957 et âgés de 62 ans pour 41,5 années de cotisation ainsi que les salariés qui n'auront le taux plein qu'à 63, 64, 65 ou 66 ans, c-à-d des salariés nés à partir 1953, souvent des femmes et/ou des personnes ayant subi des périodes de chômage non indemnisées. Les salariés qui accepteront de travailler une année supplémentaire n’auront pas de décote.
  • Application de coefficients majorants : un salarié qui accepte de rester en poste après l'obtention de son taux plein bénéficiera respectivement d'un bonus de 10, 20 ou 30% pendant un an s'il prolonge de 2, 3 ou 4 ans.
  • Hausse de deux points du taux d'appel des cotisations : il passera de 125 à 127%, assimilable à une hausse permanente de 1,6% du prix d’achat d’un point de retraite.
  • Hausse du taux de cotisation salariés AGIRC afin d’aligner la répartition sur celle de l’ARRCO (40% salariés / 60% employeurs) contre 38% / 62% actuellement.
  • Fusion des tranches : alignement du taux de la tranche 2 des non cadres sur la tranche B des cadres.

Sans accord, les régimes de retraite complémentaire auraient épuisés leur fond de réserve entre 2023 et 2029 selon différents scénarios de croissance et de chômage.

D’après une étude publiée par AGIRC-ARRCO en février 2016, les impacts financiers seraient les suivants :

Par ailleurs, il faut noter qu’un taux d’inflation supérieur à 1% ne sera pas au rendez-vous en 2016. Si la faible inflation voire la déflation est durable, l’impact financier de la désindexation partielle ne sera donc pas au rendez-vous avant longtemps.

L’impact générationnel de cet accord peut sembler injuste car il impacte peu les individus déjà retraités et uniquement via le mécanisme de désindexation partielle qui est inopérant en période de faible inflation.

Les salariés qui auront atteint le taux plein à 62, 63, 64, 65 ou 66 ans en 2019 seront les premiers à subir une baisse de leur retraite pendant trois ans s’ils ne décalent pas d’une année. A long terme, les générations (celles nées dans les années 1990 et après), qui cumuleront tous les effets (baisse du nombre de points, décote de 10% et hausse du taux d’appel de 2 points) subiront implicitement une baisse élevée de leur pension. L’étude publiée par le Figaro le 5 avril annonce une baisse de l’ordre de 17 à 18%. En considérant que la part de la pension complémentaire représente entre 25 et 30% de la retraite totale, cela implique une baisse comprise entre 4,25 et 5,4% pendant 3 ans si liquidation des droits à l’âge du taux plein. Il y aura donc une très forte incitation pour les jeunes et futures générations à travailler après l’âge du taux plein. Ce dernier sera en général atteint à 67 ans en raison d’une entrée tardive sur le marché du travail.

Les salariés cadres seront les plus touchés par la réforme, car pour ces derniers, la part de la retraite complémentaire dans la pension totale est plus élevée que chez les salariés non-cadres.

On notera également que les pensions de retraite de la fonction publique ne sont pas concernées par cette baisse, l’Etat assurant de facto l’équilibre en s’adaptant à la hausse du nombre de retraités et des pensions  versées. Au contraire, la hausse annoncée du point fonction publique augmentera mécaniquement le montant des futures pensions. 

Cet accord devrait permettre d’économiser 1,7 milliards d’euros en 2017 et jusqu’à 8,6 milliards d’euros en 2030 si tout se passe comme prévu. 

On remarque que l’équilibre financier n’est rétabli ni à court terme (2017) ni à moyen terme (2030) puisque le régime unifié présente toujours un solde primaire négatif (5 milliards d’euros de déficit en 2017 et 4,1 en 2030). L’accord permet juste d’épuiser le fonds de réserve plus tard. Ces mesures ne seront pas suffisantes à long terme, ce qui signifie que le niveau de pension des futurs retraités pourrait encore baissée.

Comment justifier cette situation ? La baisse des retraites complémentaires était-elle la seule solution possible à la pérennité du système ?

Le principal levier activé pour restaurer la solvabilité est celui de la baisse programmée des pensions et non celui de la hausse des cotisations, outil déjà fortement utilisé dans le passé.

Augmenter le taux de cotisation implique une baisse du pouvoir d’achat des salariés et une hausse du coût du travail. Une hausse des cotisations n’est pas souhaitable en cette période de chômage durable et de faiblesse du pouvoir d’achat des ménages consécutive à la hausse de la fiscalité. 

Un autre levier aurait pu être une réduction programmée des pensions de retraites déjà liquidées. Une telle mesure aurait eu le mérite de partager plus équitablement entre les générations le fardeau de l’équilibre financier de la retraite complémentaire.

Pourtant, dans une note publiée en 2015, L’INSEE indiquait « la part des dépenses de retraites dans le produit intérieur brut (PIB) devrait baisser de manière marquée entre 2013 et 2060 (– 2,6 points). La France se trouverait ainsi dans une position relativement favorable par rapport à ses partenaires européens pour faire face au vieillissement de sa population. » Dès lors comment justifier les incessantes demandes de réformes françaises sur ce point ? Quelles sont, encore aujourd’hui,  les failles du système de retraite français ?

(http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ia21)

La prospective en matière d’évaluation du solde financier des systèmes de retraite est un art. Le résultat est très sensible aux hypothèses de croissance de la productivité et donc des salaires, de la démographie qui rythme la dynamique du nombre d’actifs (taux de fécondité) et de retraités (taux de mortalité) ainsi que du taux de chômage qui determine le nombre de cotisants effectifs. 

En France, les projections du Conseil d’orientation des retraites font références. Elles sont souvent considérées comme optimistes car elles sont basées sur des hypothèses de croissance élevées (entre 1 et 2% pour le scénario central) et de chômage faible à long terme (entre 4,5 et 7%)

Cette étude de l’INSEE annonce une baisse du poids relatif des dépenses de retraite à partir de 2025. Avec une fécondité plus forte et une hausse plus faible de l’espérance de vie, les hypothèses démographiques sont plus optimistes que celles du COR.

En matière de bonne gouvernance des systèmes de retraite, il faut éviter les hypothèses trop optimistes, car leur manque de réalisme conduit souvent à retarder l’adoption de véritables mesures susceptibles de garantir la solvabilité à long terme. 

Dans les années 1990, la Suède a entrepris une réforme véritablement durable de son système de retraite de base qui verse des pensions contributives. Pour les nouveaux retraités, la règle de calcul de la pension intègre notamment les gains en espérance de vie. Si l’espérance de vie augmente, le niveau de pension est diminué pour un niveau de contribution donné (épargne notionnelle) et un âge donné. En 2001, une règle d’ajustement automatique du niveau général des pensions a été adoptée pour garantir l’équilibre financier. Un ratio de solvabilité estime ainsi l’éventuel sous-financement du système. Si c’est le cas, une baisse uniforme s’applique à l’ensemble des pensions. Depuis l’adoption de ce ratio de solvabilité, il y a eu trois baisses nominales des pensions : 1,7% en 2010, 4,5% en 2011 et 1,6% en 2014.

Un système de retraite est d’autant plus équitable qu’il s’ajuste, en suivant une règle comprise par tous, en fonction des évolutions économiques et démographiques (constatées et prévisibles). En France, on a l’impression que les paramètres du système de retraite sont calibrés de façon à garantir l’équilibre que si tout se passe bien (par exemple, scénario  optimiste du COR). 

L’accord du 30 octobre 2015 illustre qu’une mauvaise anticipation de la situation économique et démographique future peut conduire à des ajustements brutaux et inéquitables d’un point de vue générationnel.

Pour en finir avec les réformes régulières et aux conséquences imprévisibles, deux pistes sont à étudier :

  • Améliorer l’éducation économique et financière des citoyens afin qu’ils puissent mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à l’équilibre financier des systèmes de retraite (voir par exemple, les travaux du professeur d’économie et de l’ancienne ministre italienne des affaires sociales, Elsa Fornero, 2014, : http://www.revue-banque.fr/medias/content/users/christine/1420637656261.pdf);
  • Adopter des mécanismes d’ajustement automatique qui permettent de modifier régulièrement selon des règles prédéfinies les paramètres du système de retraite (voir par exemple, l’étude de F. Gannon, F. Legros et V. Touzé, 2014 :  http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/dtravail/WP2014-24.pdf). Les ajustements automatiques garantissent la solvabilité dans le temps et évitent la perpétuelle procrastination qui conduit souvent à adopter des mesures non durables et dans l’urgence. La recherche de solvabilité permet de satisfaire une plus grande justice entre les générations. Les ajustements automatiques donnent des règles.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

04.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

05.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

06.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

07.

Macron a bien des malheurs : encore un lépreux à la tête d'un pays européen !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 06/04/2016 - 14:02
Uné énormité et deux enseignements
Enormité que d'évoquer les retraites des générations nés en 1990 et après ... cela fera belle lurette que les retraites base + complémentaire du modèle post guerre auront volé en éclat !!!! Enseignement = les deux derniers paragraphes.