En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La naissance du vaccin, entre utopie et rejets" de Yves-Marie Bercé : avant Pasteur, la vaccination préventive n'était pas un long chemin tranquille !

il y a 32 min 37 sec
pépites > High-tech
Portrait flatteur
Les administrateurs de Wikipédia traquent les contenus promotionnels publiés par des agences de communication
il y a 1 heure 22 min
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 2 heures 51 min
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 5 heures 18 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 5 heures 45 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 6 heures 41 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

il y a 8 heures 39 min
pépites > Politique
Elections municipales
Gérard Collomb retire sa candidature pour la présidence de la métropole de Lyon dans le cadre d’une alliance avec le candidat LR François-Noël Buffet
il y a 48 min 2 sec
pépites > International
Emprise
Le Parlement chinois a adopté la mesure controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong
il y a 2 heures 10 min
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 3 heures 17 min
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 4 heures 38 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 5 heures 31 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 6 heures 8 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Politique
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Société
Boom du complotisme

Après l’économie en 2008, la science prend une claque dans l’opinion en 2020 : quel avenir pour la connaissance ?

il y a 8 heures 48 min
Mauvais génies

Susan Moubarak et Leïla Ben Ali, pires que leurs dictateurs de maris ?

Publié le 14 janvier 2012
La femme de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'a pas vu venir la révolution égyptienne, et elle avait pris les rênes du pouvoir depuis plusieurs années tandis que Leila, la femme du président Ben Ali, pillait la Tunisie.
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La femme de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'a pas vu venir la révolution égyptienne, et elle avait pris les rênes du pouvoir depuis plusieurs années tandis que Leila, la femme du président Ben Ali, pillait la Tunisie.

Suzanne Moubarak (70 ans), l'ancienne Première dame d'Égypte, quand elle contrôlait le pays, profitait de la misère et vivait dans le luxe. Et n'a pas vu venir la révolution qui va renverser son mari (83 ans) après 30 ans au pouvoir, selon Newsweek.

Alors que des bâtiments brûlaient au Caire, dans les premiers jours d'émeutes en janvier 2011, Suzanne Moubarak parlait au téléphone avec son amie Farkhonda Hassan, responsable du National Council for Women, une des organisations charitables de Suzanne qui lui disait que tout était "très, très calme". La révolution a pris par surprise l'épouse de Moubarak.

La presse occidentale a toujours traité Suzanne Moubarak avec une certaine ambivalence, son action humanitaire cachait son rôle dans le business de la dictature familiale. En 1988, par exemple, le New York Times lui consacrait un article positif à l'occasion d'un déplacement officiel de trois jours aux États-Unis. Le quotidien américain la présentait d'abord comme une ardente militante du planning familial, une femme posée qui veut concilier les valeurs traditionnelles avec la modernisation de la société égyptienne. Le journal new yorkais ajoute que madame Moubarak, née d'une mère anglaise, a rencontré son mari à l'âge de 16 ans, quand il était officier dans l'armée égyptienne. Et souligne qu'elle a fondé et dirige une association qui implante des bibliothèques pour enfants dans les zones défavorisées.

Une vision simpliste, car Suzanne n'était pas associée au pouvoir, elle était le pouvoir. Au cours des cinq dernières années de son règne, Moubarak est devenu un pharaon fantôme, c'est sa femme qui dirigeait le pays.

Newsweek cite un fonctionnaire américain : "plus Moubarak a vieilli, plus l'influence exercée par sa femme a augmenté, et pas de manière positive. Les Etats-Unis ont eu plusieurs entretiens avec M. Moubarak pour l'encourager à pratiquer une transition démocratique. Mais il était clair que la personne la plus opposée à cette démocratisation n'était pas Moubarak lui-même, mais sa femme Suzanne."

Alors que son mari joue sa vie face à la justice, et que ses deux fils sont en prison, Suzanne, après avoir été brièvement détenue et interrogée pour enrichissement illégal a été libérée, au grand dam de ceux qui l'accusent d'être aussi coupable que son mari, comme le note le Wall street Journal du 18 mai 2011. On lui a seulement confisqué 3,4 millions $ et une villa du Caire alors que le patrimoine des Moubarak se compterait en milliards. "Elle n'a rien d'une défenseur des droits de l'homme ou d'une féministe. Elle toujours agi pour se faire valoir" dit Amal Abdel Hady de la New Woman Foundation.

L'exemple d'Ibrahim, qui fut professeur de Suzanne montre l'évolution du régime. En 2000, dans un débat télévisé, Ibrahim estime que l'un des deux fils Moubarak pourrait succéder à son père. Le lendemain un journal qui titrait sur son propos est sasi, et Ibrahim est arrêté. Il sera torturé et passera trois ans en prison.

Etrangement Suzanne n'est ni inculpée, ni en procès, elle habite une villa en dehors du Caire, et touche la pension de son mari (15 000 dollars/mois alors que l'employé moyen égyptien touche 100 $/mois). Et signale le Los Angeles Times, elle prépare un livre "Read Me a Book: The Story of Egypt's First Lady and Her Grandson" sur son petit-fils Mohammed Moubarak, mort à l'âge de 12 ans le 18 mai 2009, après avoir été transporté à Paris pour y être soigné.

Leïla Ben Ali, piller et amasser 

Le parcours de Leïla Ben Ali épouse du président tunisien depuis 1982, est différent. Contrairement à Suzanne Moubarak, elle n'a pas fait d'études. Pendant dix-huit ans, Leïla Ben Ali a pillé et amassé. Elle a instrumentalisé le pays à son service, et les Tunisiens ont fini par la détester peut-être plus encore que son mari souligne l'hebdomdaire Les Inrocks en donnant la paole à Nicolas Beau, auteur du livre La Régente de Carthage.

"C'est elle qui a organisé la fuite de la famille. Quelques jours avant le départ de son mari, elle a pris la direction de Dubaï, où elle dispose d'appuis de longue date. C'est là qu'elle a placé une grande partie de la fortune familiale. Il y a de l'argent en Argentine, c'est avéré, mais la plus grosse partie est bel et bien à Dubaï. De bonnes sources, cette fortune est estimée à 400 millions de dollars", explique Nicolas Beau.

Il ajoute : "Leïla Ben Ali a grandi dans une famille de onze enfants d'un quartier pauvre de Tunis, elle a été coiffeuse, puis secrétaire, elle n'a pas fait d'études (son seul diplôme régulièrement obtenu est un CAP de coiffure). Elle a tout fait pour prendre sa revanche sur cette bourgeoisie".

L'entassement jusqu'à l'absurde semblait être la règle chez madame Ben Ali si l'on en croit un rapport diffusé en novembre 2011: "Un millier de paires de chaussures de luxe, 1 500 pièces de bijoux mais aussi des stocks d'équipements sanitaires ont été retrouvés dans les caves du palais du président déchu Zine Al Abidine Ben Ali et de son épouse Leïla Trabelsi", tandis que Le Figaro évoquait le patrimoine immobilier du clan Ben Ali en France.

Le discours officiel donnait une autre vision, un peu plus éloignée de la réalité : "attachée à sa culture authentiquement tunisienne d'entraide et de partage, Mme Leila Ben Ali, épouse du président Zine El Abidine Ben Ali et présidente de l'Organisation de la Femme Arabe, a inscrit dans toutes ses actions caritatives les valeurs d'humanisme, de solidarité et de soutien aux catégories vulnérables."

En Egypte, comme en Tunisie, les femmes de président semblent avoir été pires que leurs maris vieillissants, qui les ont laissées faire à tort et à travers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

06.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

07.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 15/01/2012 - 10:21
Quand les peuples sont assez naïfs pour croire à Mahomet...
...ils finissent toujours sous la coupe d'un nouveau dictateur, pire que l'ancien! Ils désirent vivre comme Mahomet vivait il y a 14 siècles...
Aie
- 15/01/2012 - 06:32
ah c'était beau
la sociale-démocratie de l'internationale socialiste sous ces dictatures. Dire qu'il y a des pigeons pour croire que Hollande sauvera la France.
yoda
- 14/01/2012 - 18:50
une seule question à se poser....
resteriez vous avez votre conjoint si il était dictateur (homme ou femme) tueur à ses heures, profitant des richesses d'un pays plutôt que d'en faire profiter le peuple ? oui ? non ?

il n'y a pas besoin d’être femme pour cela.... mais le pouvoir attire aussi ces dames