En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 9 heures 53 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 10 heures 42 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 11 heures 27 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 12 heures 55 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 13 heures 13 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 16 heures 38 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 17 heures 17 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 17 heures 40 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 17 heures 42 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 10 heures 17 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 11 heures 4 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 12 heures 20 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 17 heures 40 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 17 heures 42 min
© Reuters
Panama Papers : de quoi doit-on vraiment avoir peur ?
© Reuters
Panama Papers : de quoi doit-on vraiment avoir peur ?
État des forces en présence

Panama Papers : la finance (offshore) c'est l'ennemie, mais de quoi doit-on vraiment avoir peur au-delà des fantasmes sur un univers opaque ?

Publié le 08 avril 2016
Le scandale des "Panama papers" relance une nouvelle fois les débats sur la finance. Reste à savoir ce qui représente une véritable menace.
Bernard Marois est Docteur en Sciences de Gestion et professeur émérite en finance à HEC ainsi que Président du Club Finance HEC qui réunit plus de 300 professionnels de la finance.Il est  également consultant auprès de grandes banques et d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Marois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Marois est Docteur en Sciences de Gestion et professeur émérite en finance à HEC ainsi que Président du Club Finance HEC qui réunit plus de 300 professionnels de la finance.Il est  également consultant auprès de grandes banques et d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le scandale des "Panama papers" relance une nouvelle fois les débats sur la finance. Reste à savoir ce qui représente une véritable menace.

Atlantico : Alors que depuis la crise de 2008, la finance mondiale connaît une période de forte défiance de la part des populations, notamment au travers de mouvements de types Occupy Wall Street, ou de déclarations telles que "Mon ennemi c'est la finance", le scandale des "Panama Papers" vient ternir à nouveau cette image. Comment faire la part des choses, entre une vision conspirationniste d'une finance qui gouvernerait nos vies, et une prise de conscience du pouvoir réel de la finance mondiale ?

Bernard Marois : C'est une discussion assez idéologique. J'aimerais repartir de faits concrets. De tous temps, il y a eu des principes d'optimisation fiscale. C'est-à-dire placer ses revenues ou ses actifs dans des pays où la fiscalité est moins forte, voire parfois nulle. Ce sont des pays à fiscalité privilégiée. De là découle deux choses. La première :  déclare-t-on ces flux ? C'est une chose importante, car si ce n'est pas le cas, il y a fraude fiscale. Le deuxième point est de savoir si on est résident ou non de ces paradis fiscaux. Si on l'est, on a tout à fait le droit d'avoir des comptes dans ces paradis. Si on est non-résident, ça implique quand même de payer des impôts dans le pays d'origine à partir de déclaration que l'on ferait. 

De là découle plusieurs choses. Des pays, même minuscules, avec des superficies très faibles ont choisi les avantages fiscaux comme élément de leur avantage comparatif. On pense à Panama. Mais on pense aussi aux îles Caïmans, au Liechtenstein, etc. Pour eux, c'est une arme qui leur permet d'accueillir des flux. La question qui se pose est celle d'une harmonisation fiscale au niveau mondial, qui est très difficile à obtenir et pour laquelle les Etats n'ont pas forcément les mêmes objectifs. 

Ensuite, dans la mesure où il y a des flux non déclarés, on entre dans un système de fraude. Du point de vue d'un citoyen moyen, ce sont des actes délictueux, qui ont en plus une forte connotation de tricherie. De plus, comme il s'agit de transactions réalisées par des individus aisés, pour ne pas dire riches, cela paraît scandaleux. Donc il est clair que c'est un sujet qui ne peut déclencher d'un point de vue moral que la réprobation universelle. Mais quand il s'agit de le limiter ou de l'empêcher, alors on retombe sur ce dont je parlais. Il y a des conflits de lois. D'un point de vue juridique, il y a ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas. Dans un système mondial, avec libre circulation des capitaux, n'importe qui peut ouvrir un compte n'importe où. Mais il a l'obligation d'en faire la déclaration, ce qui permet aux autorités de vérifier si les fonds sont licites ou sont tirés d'un blanchiment d'argent. Nous entrons ensuite dans un système de collusion ou le paradis fiscal ferme les yeux, car c'est dans son intérêt. Le pays d'origine se retrouve lui lésé. Dans le cas de la zone euro, l'Irlande avait gardé l'autorisation de garder une fiscalité dérogatoire, avec un impôt sur les sociétés de seulement 12,5%. 

Le problème est que dans une économie mondialisée, le poids de la finance est probablement plus important que dans des économies préindustrielles. Il est ensuite difficile de distinguer les activités qui participent au financement de l'économie réelle et celles qui sont purement spéculatives, car ces deux domaines s'interpénètrent. Par exemple, nous parlons beaucoup des produits dérivés. Au départ, leur objectif était d'offrir une garantie aux entreprises contre les risques de change, les risques de taux d'intérêt ou même les risques climatiques. Mais pour que ce système puisse marcher, il faut une autre contrepartie, qui se met de l'autre côté de la barrière afin de réaliser un gain spéculatif. 


S'agit-t-il d'un combat qui mérite réellement d'être mené ? Les gains à tirer d'une "victoire" contre la finance permettraient ils de résoudre les crises que connaissent nos sociétés ? Dans quelles proportions ?

Je crois que c'est de la démagogie pure et dure. La finance est un outil indispensable pour le développement économique, qui de par sa nature génère des disfonctionnements et des activités spéculatives. Il est difficile de séparer les deux. Ce que nous pouvons faire, c'est augmenter les contre-pouvoirs. Ces derniers peuvent être une meilleure régulation, des consensus entre les Etats pour imposer des contraintes, pour éviter que la spéculation se développe trop et dévore le reste. Mais dire : "Mon ennemi c'est la finance", c'est débile. Ce qu'on peut dire, c'est que les opérations spéculatives sont néfastes. Il est cependant difficile de les retrancher, car tout est inter-relié. Je crois qu'il existe deux solutions pour limiter les effets néfastes de la finance. La première, c'est un peu plus de coopération interétatique. C'est très difficile, car les Etats n'ont pas les mêmes intérêts. Mais ce n'est pas impossible, par exemple cela a été fait avec la Suisse, pour que les Etats autours ne soient pas trop défavorisés et elle n'y perde pas. La seconde voie, c'est d'aller vers une meilleure connaissance des mécanismes, et les "Panama papers" y contribuent, tout comme la révélation des flux. 

Entre une absence de volonté commune de lutter contre la finance, l'existence d'une compétition entre Etats pour attirer le maximum de fonds, les profits des plus grandes sociétés mondiales placées au sein de paradis fiscaux, le trading haute fréquence, le lobbying, ce combat est-il vain ?

Les solutions ne peuvent être que des solutions de négociations interétatiques. Nous l'avons vu avec l'Irlande, qui a gardé ses avantages à l'issus d'une négociation au sein de la zone euro. De même le Luxemburg a fait l'objet de négociations, qui ont permis d'établir que leur législation ne sera pas modifiée. Evidemment, c'est un sujet évolutif. Nous pouvons revenir sur certains accords que nous trouvons excessif. Mais cela ne peut que faire l'objet de négociations entre des partenaires. Je pense que pratiquer l'ostracisme envers ces Etats serait difficile à obtenir. Il y a beaucoup de paradis fiscaux qui sont des Etats, en général minuscules, qui dépendaient de la Grande-Bretagne. C'est elle qui a favorisé ces paradis fiscaux. Les Etats-Unis ont un paradis fiscal chez eux, qui s'appelle le Delaware. Les grands Etats ont contribué à l'émergence des paradis fiscaux. Ce ne sont pas que des décisions qui sont venues de Panama, des îles Caïmans, etc. S'il n'y avait pas eu une certaine acceptation tacite des grands Etats, les paradis fiscaux auraient eu beaucoup plus de mal à apparaître. Nous pouvons toujours faire de grandes jérémiades et nous indigner. Mais c'est démagogique et cela ne résout rien. Le problème est très complexe et très technique. D'autant plus que les opérations peuvent se réaliser maintenant très vite, grâce à internet. 

Comment opérer une distinction entre les combats qui méritent réellement d'attirer l'attention des dirigeants politiques et ceux qui pourraient relever d'un excès de zèle ? Certaines pratiques financières, pouvant paraître douteuses aux yeux de la population, sont-elles finalement nécessaires ?

Si nous voulons être pragmatiques, il faut revenir aux deux angles d'attaque que j'ai défini. Le Panama est un Etat, nous pouvons donc négocier avec lui et peut-être obtenir qu'il restreigne les flux illicites. La deuxième voie, c'est de pouvoir avoir une meilleure information sur ces flux. Cela peut se faire en créant des contre-pouvoirs. Nous avons vu cette association de journaux qui ont obtenu au niveau mondial des révélations. Les lanceurs d'alertes sont utiles. La troisième voie, que je n'ai pas mentionnée, est réglementaire. Plus vous avez dans un Etat des contraintes qui brident l'activité des gens et des entreprises, plus ceux-ci auront tendance à extraire leur valeur ajoutée de ce pays. C'est pour cela qu'avoir une politique fiscale vue par certains comme un "matraquage" incite les acteurs économiques à y échapper. Il faut donc que les Etats aient des politiques fiscales intelligentes, je ne suis pas certain que ça soit le cas en France depuis quelques années.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benino
- 07/04/2016 - 14:51
Îles Caïman, Panama, du quif-quif ?
Tant que l'on y est pourquoi ne pas évoquer me J.J Augier, l'ancien directeur de campagne de F Hollande? Ce monsieur semble bien à l'abri des insinuations de la borne presse...Et pourtant cet homme d'affaire possède au moins 2 sociétés dans ce paradis fiscal des îles Caïman... Qui osera en parler ? Nos médias si prompt à accuser ont ils tant à cacher que cela leur coud le bec ?
Ganesha
- 07/04/2016 - 10:40
Texas, Discussions de cour de récréation
Texas, vous vivez aux USA. En vous promenant dans les rues de Houston, vous n'avez jamais vu d'américain porteur d'un panneau ''je suis un évadé fiscal'' ! Merveilleux ! Mais, vous regardez parfois d'autres programmes télé que les matchs de football américain ? L'évasion fiscale, n'existe pas donc aux USA ? Google n'a pas son siège social en Irlande ? Apple est un fidèle contribuable ? Vous prenez vraiment vos interlocuteurs pour des débiles ! Le cabinet Fonseca est-il le seul en activité au Panama, ou en existe-t-il des dizaines d'autres ? Ce pays est le seul paradis fiscal au monde ? Désolé, mais vos arguments paraissent bien infantiles...
Borgowrio
- 07/04/2016 - 09:07
Contre productif ? Tant pis , c'est moral
Une fois récupérés les milliards de l'évasion fiscale , qu'on se dépêchera de jeter dans le tonneau des Danaides de la dépense publique , quel impact réel pour l'emploi ? J'ai bien peur que les investissements diminuent encore . Après tout, moral ou pas il s'agit de leur argent . Fuir l'enfer fiscal pour le paradis , ne le ferions nous pas tous ?