En direct
Best of
Best Of
En direct
info atlantico
© Reuters
Jean-Jacques Urvoas suivra-t-il la pente des nominations ultra-politiques à la Taubira ou fera-t-il abstraction de l’étiquette syndicale dans ses choix ?
Qui sera l'élu ?
Prochains mouvements dans la haute magistrature : le nouveau garde des Sceaux suivra-t-il la pente des nominations ultra-politiques à la Taubira ?
Publié le 05 avril 2016
Quelques nominations importantes dans la haute magistrature devraient prochainement intervenir. Parmi celles-ci, le poste-clé de directeur des Affaires criminelles et des Grâces actuellement détenu par un proche de François Hollande. Jean-Jacques Urvoas va-t-il promouvoir un technicien ou un politique ? Autre question : le nouveau directeur de l’Ecole nationale de la magistrature sera-t-il membre du Syndicat de la magistrature ?
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelques nominations importantes dans la haute magistrature devraient prochainement intervenir. Parmi celles-ci, le poste-clé de directeur des Affaires criminelles et des Grâces actuellement détenu par un proche de François Hollande. Jean-Jacques Urvoas va-t-il promouvoir un technicien ou un politique ? Autre question : le nouveau directeur de l’Ecole nationale de la magistrature sera-t-il membre du Syndicat de la magistrature ?

Jean-Jacques Urvoas, à l’occasion des nominations prochaines dans la haute magistrature, va-t-il poursuivre le chemin emprunté par sa prédécesseur Christiane Taubira qui avait promu des membres du Syndicat de la magistrature ou au contraire fera-t-il abstraction de l’étiquette syndicale dans ses choix ? La réponse devrait venir très vite pour la nomination du prochain directeur de l’Ecole nationale de la magistrature.  Son titulaire actuel, Xavier Ronsin, promu en 2012, alors qu’il était procureur de Nantes - où il eut à connaitre le quintuple meurtre de la famille de Ligonnès et l’assassinat de Laetitia Perrais - devrait en effet rejoindre la Cour d’appel de Rennes comme premier président où il succèdera à Philippe Jeannin qui part en retraite. Ronsin connait cette ville de Rennes, puisqu’il y a été en poste comme avocat général.  Unanimement apprécié par ses pairs, le nouveau premier président de Rennes a beaucoup insisté durant son mandat pour inculquer la culture du doute aux jeunes auditeurs de justice qui avaient souvent en tête la triste affaire d’Outreau. Qui va donc lui succéder ? Aujourd’hui, ce sont les deux directeurs adjoints, membres du Syndicat de la magistrature, qui tiendraient la corde.  

Le nouveau garde des Sceaux est-il prêt à donner son feu vert pour l’une de ces hypothèses ? La réponse devrait arriver très vite.  Une autre nomination fait l’objet de toutes les attentions : celle du directeur des Affaires criminelles et des Grâces (DACG) dont le titulaire, Robert Gelli, que l’on dit proche de François Hollande, devrait partir.  Direction, en principe : la prestigieuse cour d’appel de Versailles où il devrait être promu procureur général.  Peu après l’arrivée de Hollande à l’Elysée en mai 2012, Robert Gelli, faut-il le rappeler, au purgatoire à Nîmes depuis dix ans, avait été promu procureur de la République à Nanterre en lieu et place de Philippe Courroye, contraint de partir pour cause de sarkozysme. Aujourd'hui, la DACG, si elle ne semble plus être la tour de contrôle qui impulse la politique pénale du gouvernement, reste néanmoins un formidable poste d’observation et surtout une mine pour son directeur qui sait, à peu près en temps réel, l’état des dossiers politico-financiers instruits ou en passe de l’être sur l'ensemble du territoire national.  En cette période où les affaires prospèrent, c’est toujours très utile. Urvoas, qui n’a pas la réputation d’être sectaire, souvent apprécié par une partie de la droite quand il présidait la commission des Lois à l’Assemblée nationale, aurait peut-être intérêt à nommer à la tête de la DACG un technicien plutôt qu’un politique.

Deux autres importants directeurs d’administration centrale, proches de Christiane Taubira, nommés par elle, devraient également partir sous d’autres cieux : Isabelle Gorce, ancienne présidente du tribunal de grande instance de Troyes, qui devrait quitter la Pénitentiaire tandis que Catherine Sultan, directrice de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, la PJJ, qui fut des années durant, juge des enfants appréciée à Créteil, devrait quitter ses fonctions.  Là aussi reste à savoir si leurs deux successeurs, choisis par Jean-Jacques Urvoas, se situeront ou non dans la ligne de l’ancienne garde des Sceaux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
05.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
06.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
07.
Antisémitisme : et Macron sortit le joker de l'extrême-droite !
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
abracadarixelle
- 06/04/2016 - 10:33
Indépendance de la Justice...
oui mille fois oui mais en corolaire : responsabilité de son action sur les justiciables , responsabilité des remises en liberté entre autres .
Jean-Benoist
- 05/04/2016 - 09:58
Si ce nouveau ministre
n'est pas sectaire, qu'il le prouve et ouvre le procès du mur des cons, nomme le juge Courroye, technicien de qualité à un poste.
Chiche!
langue de pivert
- 05/04/2016 - 08:15
Vous avez dit indépendance de la justice ?
Pas indépendante au socialisme en tout cas ! On entend plus parler de Françoise Martres grande architecte du mur des cons et toujours pas jugée à ce jour ! Les ministres changent le socialisme reste !