En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 6 heures 58 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 8 heures 36 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 12 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 13 heures 31 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 14 heures 35 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 15 heures 28 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 16 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 16 heures 56 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 7 heures 30 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 12 heures 3 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 13 heures 10 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 13 heures 46 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 15 heures 15 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 15 heures 42 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 16 heures 57 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Scandale

Finances de la Justice, l’autre scandale : quand la Chancellerie imposerait à ses traducteurs-interprètes de travailler au noir

Publié le 08 avril 2016
Après la cessation virtuelle de paiement du Ministère de la Justice, un autre scandale couve : le travail dissimulé dont se rendrait coupable la place Vendôme. Là-bas, aucune règle fiscale ou sociale n’est respectée. Les victimes ? Les traducteurs –interprètes des tribunaux payés au noir. En prime, on leur demande de régler la TVA. Ce que conteste le Conseil d’Etat. Résultat : de nombreux traducteurs sont ruinés. Et contraints de vendre leur appartement.
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la cessation virtuelle de paiement du Ministère de la Justice, un autre scandale couve : le travail dissimulé dont se rendrait coupable la place Vendôme. Là-bas, aucune règle fiscale ou sociale n’est respectée. Les victimes ? Les traducteurs –interprètes des tribunaux payés au noir. En prime, on leur demande de régler la TVA. Ce que conteste le Conseil d’Etat. Résultat : de nombreux traducteurs sont ruinés. Et contraints de vendre leur appartement.
  • Le Ministère de la Justice ne respecte, selon un rapport signé de quatre hauts fonctionnaires de Bercy, de la Place Vendôme et de la Santé et des Affaires sociales, ni les règles fiscales, ni les règles sociales pour les traducteurs-interprètes. Il pratique le travail dissimulé
  • Les traducteurs–interprètes  ne sont pas assujettis  aux cotisations sociales. Ce qui est illicite. Le risque est grand de voir se développer un contentieux qui pourrait coûter des centaines de milliers d’euros à la Chancellerie
  • En revanche,  on veut les assujettir à la TVA en dépit d’une jurisprudence totalement contraire. Aussi, de grosses batailles ont lieu entre Bercy et les traducteurs  dont certains se voient contraints de vendre leur appartement

 

C’est un sacré scandale qui couve au ministère de la Justice ! Bien sûr c’est la cessation de paiement qui menace la Place Vendôme telle que vient de le révéler le nouveau garde des Sceaux dans Le Journal du Dimanche. Mais il y en a un autre qui risque de faire tout autant de bruit : celui des 1200 interprètes-traducteurs du ressort de la Cour d’appel de Paris qui sont payés au noir depuis des années par la Chancellerie. Ils ne sont en effet assujettis ni aux cotisations de sécurité sociale, ni à l’Urssaf.  Ils ont un statut de collaborateurs occasionnels du service public et ne sont ni salariés ni profession libérale. Ils se trouvent dans une situation d’infra-droit. A telle enseigne qu’un rapport, déjà évoqué dans Le Canard enchaîné, et rédigé conjointement par des hauts fonctionnaires de Bercy, du ministère de la Justice et de la Santé et des Affaires sociales, ayant pour thème « Mission sur les collaborateurs occasionnels du service public » n’hésite pas à écrire noir sur blanc : « A la différence des autres administrations, aucune des règles fiscales et sociales n’a été jusqu’à présent respectée [ au ministère de la Justice] » ( Ce rapport  de 33 pages étudie également le cas des 48 650 collaborateurs occasionnels de l’ensemble du service public, que ce soit les 2 800 médecins du permis de conduire ou des 3 500 commissaires-enquêteurs etc…)

Aujourd’hui, les traducteurs interprètes sont très inquiets. Certains se trouvent même dans une situation matérielle déplorable. Songez qu’ils sont payés avec un lance-pierre pour un travail qui peut durer, jusqu’à 9 -10 heures durant, notamment lors qu’ils écoutent en direct des suspects. Exemples de ces tarifs : le jour, de 7 à 22 heures, du lundi au vendredi, le traducteur perçoit, pour la première heure, 42 euros brut. Les heures suivantes, le tarif passe à30 euros. La nuit, le tarif est augmenté de 7, 50 euros. Pour les  samedis, dimanches et jours fériés, les tarifs horaires sont augmentés de 7,50 euros.

Ce n’est pas tout : certains juges d’instruction leur demandent de traduire, parfois en 15 jours jusqu’à 200 pages de documents figurant dans des procédures…  Glissons sur les délais de paiement du travail de ces traducteurs. L’un d’entre eux attend d’être réglé pour une mission effectuée en… 2014 : le ministère de la justice lui doit plus de 120 000 euros !  Il n’est pas le seul.  Pourtant, des gros efforts ont été entrepris grâce au logiciel Chorus. Il devait accélérer les paiements. Est- ce si sûr ? Un traducteur nous a raconté l’anecdote suivante. Il y a peu, il interroge Chorus connaitre la date du règlement de sa mission…Chorus répond : «  Je n’ai pas compris votre question. Pouvez-vous la reformuler ? » Quand on sait que ces collaborateurs occasionnels du service public, comme on les appelle pudiquement, doivent avancer leurs frais d’hôtel, de restaurant lorsqu’ils partent en mission en province et à l’étranger afin d’assister les magistrats et les officiers de police judiciaire, on ne peut nier la précarisation de cette profession. Parmi ces membres, on  fait de curieuses découvertes : certains d’entre eux, originaires d’Asie du Sud-Est  se trouvent en situation irrégulière. Aussi, ne disposent-ils ni de RIB, ni de compte bancaire. Qu’à cela ne tienne ! Ils se font domicilier chez leur cousin, propriétaire d’une supérette qui lui  détient un compte bancaire. Pour un peu on rirait que le Ministère de la Justice ne respecte pas le droit. Mais il y a beaucoup plus préoccupant : c’est la question de la TVA. Doit- elle être acquittée.  C’est une bataille que livre la profession. En principe, la réponse est non.  Tel est le sens d’un arrêt de la Cour administrative d’appel de Paris du 4 avril 2005 qui a jugé qu’un « requérant, traducteur-interprète ne devait pas être assujetti à la TVA ».  Concernant  cette profession, la Cour de Comptes, dans un rapport récent a fait la même analyse que la juridiction administrative. Pourtant, Bercy  continue de réclamer la TVA.  En raison des retards dans le paiement du travail des traducteurs, on comprend mieux la précarisation d’une profession qui concourt avec efficacité -toutes les langues de la planète sont traduites- au service public  de la justice. Hélas avec des dégâts importants. Comme ces traducteurs contraints  de vendre leur appartement et de contracter des emprunts pour les choses de la vie courante.

Il est donc grand temps de donner un cadre juridique  qui ne verse plus dans le flou. A cet égard, comme celle de la TVA, la question des cotisations sociales est fondamentale. Le ministère de la justice, doit être sur ce point, vigilant. Et le rapport de s’appuyer sur un jugement du Tribunal  des affaires sociales de Paris  du 28 août 2012 : il a condamné l’Agent judiciaire du Trésor à payer les cotisations dues pour les prestations effectuées par une traductrice qui n’avait pas été affiliée par le Ministère de la Justice… Cet avertissement, le Ministère de la justice doit urgemment en tenir compte. En effet, sur un cas similaire, celui des vétérinaires-sanitaires auxquels l’Etat a recouru lors de la crise de la vache folle, le Conseil d’ Etat a jugé que l’Etat était entièrement responsable du défaut d’affiliation. Pourtant, un décret du 30 décembre 2015, signé, entre autres, conjointement du Premier ministre Manuel Valls, de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, du ministre des Finances, Michel Sapin précise  que les personnes participant de façon occasionnelle  à une mission de service public – comme les traducteurs, les interprètes, les délégués du procureur, les médiateurs du procureur doivent être affiliés  au régime général de la sécurité sociale… Or, à ce jour, ce décret semble être laissé lettre morte.

Face à la carence, au laisser aller du ministère de la Justice qui fait fi de la loi, on comprend que les auteurs du rapport aient pu faire ce commentaire :   «  [En fin de compte], on peut s’interroger sur la cohérence et l’image de la justice qui, d’une part, s’accommode de pratiques clairement irrespectueuses de la loi, et d’autre part, sanctionne sans indulgence les manquements à la législation sur le travail. »

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 05/04/2016 - 14:12
@zouk , la prison de Pepignan a été le centre du monde ...
et construite au noir ...grasse à Salvator Dali....
zouk
- 04/04/2016 - 18:31
Administration et travail au noir
Ce n'est probablement pas le cas de la seule jusitice. Et question naïve: qu'arriverait-il dans le cas d'une entreprise? Je ne savais pas que le prison de Perpignan a été construite au noir: comment?
zouk
- 04/04/2016 - 18:22
Administration et travail au noir
Ce n'est probablement pas le cas de la seule jusitice. Et question naïve: qu'arriverait-il dans le cas d'une entreprise?