En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

02.

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 5 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 8 heures 45 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 9 heures 47 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 14 heures 33 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 15 heures 35 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 18 heures 5 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 18 heures 47 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 5 heures 50 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 9 heures 11 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 11 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 13 heures 20 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 19 heures 30 min
© Reuters
En dépit d'un niveau des dépenses publiques estimé à 55,8% du PIB pour 2015, l'état des services publics français ne cesse de se détériorer, notamment l'armée, la gendarmerie, la police, les médecins dans les hôpitaux...
© Reuters
En dépit d'un niveau des dépenses publiques estimé à 55,8% du PIB pour 2015, l'état des services publics français ne cesse de se détériorer, notamment l'armée, la gendarmerie, la police, les médecins dans les hôpitaux...
Mais où va l'argent ?

Derrière les finances catastrophiques de la Justice, le scandale d’une France incapable de garantir la dignité de ses services publics alors qu’elle est la vice-championne du monde des prélèvements obligatoires

Publié le 08 avril 2016
36 millions d'euros de factures impayées, 170 millions d'euros de dette : le ministère de la Justice est dans un état catastrophique, comme l'a révélé ce dimanche dans le "JDD" Jean-Jacques Urvoas. Un délabrement qui touche l'ensemble des services publics, et parmi les plus importants, alors que le niveau des dépenses publiques se situe, pour 2015, à 55,8% du PIB.
Jean-Luc Boeuf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
36 millions d'euros de factures impayées, 170 millions d'euros de dette : le ministère de la Justice est dans un état catastrophique, comme l'a révélé ce dimanche dans le "JDD" Jean-Jacques Urvoas. Un délabrement qui touche l'ensemble des services publics, et parmi les plus importants, alors que le niveau des dépenses publiques se situe, pour 2015, à 55,8% du PIB.

Atlantico : En affirmant ce matin dans le JDD que le ministère de la Justice "n'a plus les moyens de payer ses factures", Jean-Jacques Urvoas relance la question du délabrement des services publics. Comment expliquer ce phénomène de paupérisation de ces services, et notamment parmi les plus importants (on peut penser également à l'armée, la gendarmerie, la police, les médecins dans les hôpitaux, etc.), alors que le niveau des dépenses publiques représente 55,8% (2015) ? 

Jean-Luc Boeuf : Il est nécessaire au préalable de préciser que l'étonnement de l'actuel garde des Sceaux est ... étonnant. Il ne faut pas oublier qu'il occupait au préalable le poste de président de la Commission des lois de l'Assemblée nationale. Le président de la Commission des lois est, en principe, au coeur de la production legislative. Si le président de la Commission des lois s'étonne de découvrir l'état des finances publiques, il y a de quoi s'interroger sur le fonctionnement des institutions. C'est-à-dire que, concrètement , le président de la Commission des lois voit normalement passer au préalable le projet de loi de finances de l'État, puis, en cours d'année, son exécution et, après que l'exercice est clôturé, le résultat. Ensuite, le mois d'avril est préalablement la période de début de préparation de l'exercice budgétaire suivant. Dans ces conditions, la prise de parole d'un membre du gouvernement peut être assimilée à une défense et une illustration de son périmètre, face à d'autres ministres qui vont bénéficier d'engagements présidentiels forts, comme à la Défense. Enfin, les élections législatives auront lieu à la fin du printemps 2017, dans la foulée des elections présidentielles. Au regard des indications données par les instituts de sondage, quant à l'impopularité du gouvernement, une telle prise de parole pourrait viser à faire accroitre à l'étonnement du néophyte ministériel.

Quelle est la part de responsabilité du gouvernement de François Hollande dans ce phénomène de paupérisation des services publics ?

Un gouvernement dispose avant tout, avec sa majorité parlementaire, d'un outil impalpable mais absolument nécessaire qu'est celui de la confiance. 
La pauperisation des services publics s'accentue. La difficulté est le decalage flagrant entre la prodution legislative et ce que constate sur le terrain 
entrepreneurs et acteurs de toutes sortes.
Est-ce être populiste que de dire que les lois sont de plus en plus longues, de moins en moins comprehensibles et de plus en plus difficilement applicables ? Le rôle du Parlement doit s adapter. Sur le terrain, le quarteron - c'est-a-dire cet ensemble constitué de l'electeur, de l'usager, du contribuable et du citoyen - demande des mesures pragmatiques. Rénover l'action publique passe par une production législative plus rigoureuse et compréhensible sur le terrain. La révolte du monde agricole est en partie liée à ce désengagement massif de l'Etat dans les territoires alors que, dans le même temps, se multiplient les "comités " et les "annonces" suivies d'un inévitable "plan"...
Il est nécessaire enfin de réhabiliter l'impôt pour tous et d'arrêter de faire croire a la gratuité des services publics, de l'Etat, des collectivités et du service hospitalier.

Le gouvernement se vante depuis quelques jours du chiffre du déficit, estimé à 3,5% du PIB pour 2015. Or, cette baisse a été rendue possible par la réduction de l'investissement public, et notamment la réduction des dotations aux collectivités locales. Ces dernières ont alors fait le choix de réduire les dépenses d'investissement au profit des dépenses salariales. Pour quelles raisons ? Dans quelle mesure cette décision aggrave-t-elle la paupérisation des services publics  ? Quelle part de responsabilité pour les collectivités dans ce phénomène ? 

Premièrement, il convient d'indiquer qu'il est quelque peu surréaliste de se vanter de presenter un déficit plus faible que prévu ! La situation des finances publiques françaises est préoccupante. L'accumulation successive des déficits, année après année, provoque ce que les économistes appellent un effet "boule de neige". Deuxièmement, la France est le seul Etat de l'OCDE à n'avoir jamais présenté le moindre excédent budgétaire depuis... 1979. Le probleme est donc ancien. Mais il revêt une détérioration forte depuis 2008. Avec les consequences de la crise entamée en 2008, le quinquennat 2007-2012 a été marqué par une forte aggravation des déficits. Troisièmement, les collectivités locales nécessitent une explication particulière. Cumulés , leurs budgets représentent environ 240 milliards d'euros par an. L'État les alimente pour près de la moitié de leurs recettes. Et depuis plusieurs années, il leur est demandé de participer au redressement des comptes publics. Ce qui est une bonne chose. Dans ces conditions, les pouvoirs publics ont décidé de baisser leurs dotations, de plus de 11 milliards de 2014 à 2017. Les collectivités ont du s'adapter et baisser leurs interventions (subventions...) Mais elles ont dû également baisser leurs investissements afin de retrouver des marges de manoeuvre pour les prochaines années. Pourquoi ? A cause de la rigidité de certaines dépenses  telles que la rémunération des agents, les intérêts d'emprunts, les dépenses de prestations obligatoires...

L'exemple précité et le niveau des dépenses publiques pour 2015 (55,8%) montrent bien qu'en dépit d'une baisse de l'investissement public, l'argent public est toujours disponible (NB: 44,6% de prélèvements obligatoires en 2015) mais utilisé pour des dépenses improductives. Qui est responsable de cette redirection néfaste de l'argent public ? 

L'interrogation principale doit porter sur la notion même de prélèvements obligatoires. En effet, pour redistribuer - le rôle central des pouvoirs publics - il faut d'abord produire. Or, la richesse totale produite par la France par habitant est inférieure en 2016 à ce qu'elle était en 2008. Face à cela, l'objectif central des pouvoirs publics est de baisser la dépense totale. Ce à quoi la France est confrontée est donc très simple : il s agit de la nécessité d 'assainir les comptes publics, en baissant ses dépenses. Car les amortisseurs sociaux ont un coût et le risque - ultime -  est celui du défaut de paiement de l'État. Naturellement  dès que cette idée est soulevée, des ricanements l'accompagnent au prétexte que "ce n'est pas possible" en raison de la taille dudit  État. C'est ce que croyaient les investisseurs en 2008 avec le monde bancaire pour Lehmann Brothers. "Too big to fail" disaient-ils. Et pourtant....

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Winter
- 05/04/2016 - 22:55
C'est le seul problème en fait
Les institutions de la république sont devenues des services publics. Les citoyens sont devenus des clients et la démagogie est maîtresse des lieux. Les ministères sont totalement désorganisés par des idéologues fous, qui n'en ont rien à faire de l'argent des français. Deux exemples emblématiques: la justice et l'EN. Deux ministères qui ont de ambitions folles, des dépenses extravagantes et des résultats extrêmement préoccupants pour l'avenir de notre pays.
zouk
- 05/04/2016 - 08:45
Impôt pour tous
C'est le seul moyen efficace de faire ressentir à tout un chacun son devoir de citoyen. Concentrer l'impôt sur moins de la moitié des ménages est un très sûr moyen de développer l'envie , parfois haineuse (n'est-ce pas Monsieur le pantin incapable qui siège à l'Elysée) des ménages exemptés: haro sur les riches! Ils doivent l'être puisqu'ils paient l'impôt.
zouk
- 05/04/2016 - 08:38
DIGNITE DE NOS SERVICES PUBLICS
Pouvez vous citer un seul domainde dans lequel notre Etat (et/ou son Gouvernement) soit seulement respectable? Justice en une ces jours-ci, sécurité, Armées, éducation.....? Ou engagements envers nos partenaires européens?