En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 13 min 32 sec
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 38 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 1 heure 9 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 1 heure 40 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 2 heures 47 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 4 heures 4 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 24 min 18 sec
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 50 min 33 sec
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 1 heure 30 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 2 heures 1 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 2 heures 37 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 4 heures 26 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 17 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 18 heures 17 min
© Reuters
© Reuters
Doutes

Premiers retours de migrants dans le cadre de l'accord UE-Turquie : est-ce que ça marche ?

Publié le 04 avril 2016
Le principe du "un pour un" de l'accord sur les migrants conclu le 18 mars entre la Turquie et l'UE permettra aux réfugiés syriens actuellement en Grèce d'être renvoyés vers la Turquie dès ce lundi. Déjà très critiqué tant politiquement que juridiquement, cet accord n'a rien d'idéal et son application est plus qu'incertaine.
Yves Montenay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Montenay est centralien, docteur en démographie politique (pays arabes), ancien chef d'entreprise et ancien directeur d'une école de management, actuellement président de l’Institut Culture, Economie et Géopolitique. Il s'intéresse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le principe du "un pour un" de l'accord sur les migrants conclu le 18 mars entre la Turquie et l'UE permettra aux réfugiés syriens actuellement en Grèce d'être renvoyés vers la Turquie dès ce lundi. Déjà très critiqué tant politiquement que juridiquement, cet accord n'a rien d'idéal et son application est plus qu'incertaine.

Atlantico : L'accord sur les migrants conclu le 18 mars entre l’Union européenne et la Turquie prévoit que les personnes arrivées illégalement sur les îles grecques de la mer Egée soient renvoyées vers la Turquie : pour chaque individu renvoyé, un autre réfugié syrien en Turquie dont la situation répond aux critères de vulnérabilité des Nations Unies sera redirigé vers l’UE. Les premiers retours sont prévus ce lundi 4 avril. Ce principe du "un pour un" est-il applicable concrètement  ? Quels pourraient être les éventuels obstacles à ce fonctionnement ? Que dire de la fiabilité de la Turquie ? Malgré les garanties données par la partie turque, n’y-a-t-il pas matière à douter de la volonté de la Turquie de respecter les termes de l’accord ?

Yves Montenay : Commençons par un parallèle historique pour éclairer le contexte de ces questions. Nous sommes en 1938, Hitler règne sur l'Allemagne ; bien qu'élu démocratiquement, il a mis en place une dictature violente et hostile envers la Pologne et Tchécoslovaquie que la France et la Grande-Bretagne se sont engagés à défendre. Or ces deux pays sont hantés par les souvenirs des tueries de la Première Guerre mondiale et n'ont qu’une crainte : que ça recommence. Ils préfèrent trahir leurs engagements, traiter avec Hitler et céder à ses demandes contre une promesse de paix. Les Français et les Anglais accueillent l'accord avec enthousiasme et ne font pas vraiment attention à cette trahison de leurs principes : "  la paix à tout prix ".

Mais Hitler ne tiendra pas ses promesses, occupera l'ensemble de la Tchécoslovaquie, puis envahira la Pologne avec l'appui de l'URSS. Une fois la Pologne " digérée " il envahira la Belgique et les Pays-Bas, pourtant neutres, pour bousculer les armées anglaises et françaises. Ce sera le début d'un nouveau massacre européen. Comme l'avait prédit Churchill : " Vous avez accepté le déshonneur pour éviter la guerre, vous aurez le déshonneur et la guerre ".

Bien-sûr, la situation d'aujourd'hui n'est pas la même, mais des points communs sautent aux yeux : l'Europe est obsédée par la question de l'immigration, surtout depuis qu'aux migrants économiques se sont ajoutés les réfugiés que les traités que nous avons signés nous obligent juridiquement à accueillir. La perspective de cet accueil semble épouvantable aux Européens, qui, pour ne pas respecter leurs engagements, ont accepté les promesses du président turc de les aider à contrôler ces entrées. Ils sont prêts à payer 6 milliards de dollars à la Turquie et ont accepté de fermer les yeux sur les dérives de son président, de lui promettre de rouvrir les négociations sur son entrée dans l'Union européenne, et d'assouplir ou de supprimer les visas d'entrée des Turcs en Europe.

Autre point commun : comme Hitler et bien d'autres dictateurs, le président Erdogan a été démocratiquement élu, en ralliant les forces ultranationalistes et xénophobes en " récompense " de l'écrasement militaire de sa minorité kurde, tant dans son pays que par l'État islamique en Syrie. Une fois élu, il a rempli les prisons de journalistes et de magistrats, et supprimé les médias d'opposition. La démocratie turque en 2016 est dans un état analogue à celui de la démocratie allemande en 1934. L'armée turque a envahi sans déclaration de guerre un pays de l'Union européenne (la partie Nord de Chypre) dont elle a chassé la population grecque. Et le président turc vient de demander au gouvernement allemand, l'un des plus démocratiques du monde, de faire taire une chanson se moquant de lui, c'est-à-dire qu'il demande à un État étranger avec lequel il vient de signer un accord de violer sa propre Constitution pour lui faire plaisir. S'il se sent en position de force, il ne respectera pas non plus un accord signé.

On voit que les principaux obstacles à une application concrète de cet accord tiennent à la nature du régime turc, qui ne fera que ce qui lui plaira.

 

Cet accord conclu entre l’UE et la Turquie est d'ores et déjà controversé tant politiquement que juridiquement. Quelles sont les principales critiques formulées à son encontre ?

La première critique est géopolitique : la gravité de cette question des réfugiés justifie-t-elle vraiment un renoncement de nos exigences envers la Turquie qui devait donner des preuves de démocratie avant de s'arrimer à l'Europe et un reniement de nos engagements internationaux en matière de réfugiés ? Il s'agit d'un million de personnes, peut-être 2 ou 3 millions à terme, qui ont le défaut d'être musulmans ... sur 500 millions d'habitants de l'Union européenne, dont 20 millions de musulmans. C'est important certes, mais moins vital que ne l'était la crainte d'une nouvelle guerre mondiale en 1938.

La deuxième critique est juridique : qui a la capacité de signer un tel " arrangement " international ? Madame Merkel, qui a négocié avec la Turquie, peut-elle engager chaque pays dans le cadre du " un pour un " ? Les événements récents semblent prouver que non ! La Turquie est-elle un pays " sûr ", c'est-à-dire ne refoulant pas les réfugiés et les traitant selon les lois internationales ? C'est juridiquement et humainement fondamental. Vu ce qui précède, on n'en sait rien et en cas de dérapage, on n'y pourra rien.

Il y a également une incohérence morale de la part de ceux qui insistent sur les racines chrétiennes de l'Europe : pour limiter le nombre de musulmans y entrant, ils sont prêts à sacrifier leurs propres principes que le pape vient de rappeler, et à laisser pourrir femmes et enfants dans la neige. Il aurait été plus cohérent qu'ils fassent, par exemple, appel à des familles pour se porter volontaires àadopter une famille de réfugiés. Cela aurait considérablement diminué la charge des Etats, le nombre des inévitables camps ou ghettos, et surtout grandement facilité la compréhension des valeurs et mœurs européennes par les réfugiés, donc leur intégration. Des témoignages montrent que cela se fait déjà ici ou là, et pas seulement par des chrétiens.

Tout cela n'empêche bien-sûr pas une grande rigueur dans les conditions de séjour, avec perte du permis en cas de non-respect. D'ailleurs, l'expérience montre que les vrais réfugiés sont en général des gens sans histoire. Tant Cologne que les attentats semblent avoir été le fait d'autres personnes.

Enfin une autre faiblesse de l'accord viendra des réfugiés eux-mêmes : ils chercheront une nouvelle route ne passant pas par la Turquie. Cela a déjà commencé à partir de la Tunisie. Ou alors, en plus des passeurs, ils paieront les garde-côtes turcs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 04/04/2016 - 17:01
Article de bisounours, truffé d'erreurs et d'approximations...
Ce n'est pas la France, mais le front populaire qui a permis l'ascension du socialiste Hitler, à la fois par Proximité idéologique et par naïveté, et c'est bien le socialiste Daladier, accompagné par Chamberlain, qui a signé les accords de Munich, scellant ainsi la mort de la Tchécoslovaquie, et autorisant Hitler à accomplir ce qui était connu, puis qu'écrit dans Mein Kampf. Le scénario de l'invasion musulmane, aussi, est connu par tous les européens lucides, et Marine Le Pen a, maintes fois, mise en garde l'union sur des migrants économiques majoritaires, accompagnant une infime minorité de réfugiés, qui feraient mieux d'aller dans un des 22 pays musulmans, plutôt que venir en UE...et voila pourquoi l'accord conclu entre Merkel et Erdogan ne fonctionnera pas, car il oblige des migrants économiques à "revenir en arrière", ce qui n'est pas le sens que leur ont promis les associations caritativo-gauchistes type Amnesty international. L'UE sera obligée, a moyen terme, d'accepter de mettre en œuvre des mesures type "Australie", en espérant qu'il ne sera pas trop tard, à ce moment-là, et que tous les dirigeants europeistes qui se seront plantés auront démissionné...
tubixray
- 04/04/2016 - 16:43
Merci pour la photo
Une illustration digne de Libé ou l'Obs .... Vous pouviez aussi ressortir celle d'Aylan .... Rappelons qu'une écrasante majorité des migrants sont des hommes seuls dans la force de l'age alors arrêtons les bons sentiments mal placés .... C'est la sécurité des européens livrés à Schengen qui est en jeu .....
Yves Montenay
- 04/04/2016 - 12:15
En jeter 100 pour éviter un suspect ... qui est déjà là ???
Bien sûr, sur 1 million de personnes il n'y aura pas que des petits saints, et il faut être très sérieux à l'entrée. Mais pour rester sur le plan moral, vous voyez-vous vraiment en train de jeter 100 personnes pour éviter qu'un suspense s'infiltre ?
Et tout cela pour rien, car un terroriste déterminé entrera toujours, réfugiés ou pas, surtout s'il est soutenu par une organisation. Et surtout les attentats nous ont montré qu'il n'a même pas besoin d'entrer : il est déjà là !