En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

04.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

05.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

06.

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

07.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 6 heures 47 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 7 heures 34 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 9 heures 1 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 13 heures 46 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 14 heures 32 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 17 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 6 heures 59 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 8 heures 2 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 9 heures 52 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 12 heures 8 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 13 heures 27 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 14 heures 54 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 17 heures 26 min
© www.flickr.com/photos/mkhmarketing/8527527570
L’Etat islamique gangrène les réseaux sociaux.
© www.flickr.com/photos/mkhmarketing/8527527570
L’Etat islamique gangrène les réseaux sociaux.
Daech vainqueur sur Internet ?

Bombarder l’Etat islamique en Syrie ne suffira pas, il faudra aussi le faire reculer sur un autre territoire où il est solidement implanté : les réseaux sociaux

Publié le 06 avril 2016
Contrairement à son aîné Al-Qaïda, L'EI a très bien compris l'intérêt des réseaux sociaux pour rallier une partie de la jeunesse, notamment occidentale. Il se pourrait même que l'Etat islamique soit d'ores et déjà en passe de gagner le conflit sur ce terrain.
Christian Harbulot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Harbulot est directeur de l’Ecole de Guerre Economique et directeur associé du cabinet Spin Partners. Son dernier ouvrage :Les fabricants d’intox, la guerre mondialisée des propagandes, est paru en mars 2016 chez Lemieux éditeur.Il est l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à son aîné Al-Qaïda, L'EI a très bien compris l'intérêt des réseaux sociaux pour rallier une partie de la jeunesse, notamment occidentale. Il se pourrait même que l'Etat islamique soit d'ores et déjà en passe de gagner le conflit sur ce terrain.

Atlantico : Est-il possible de considérer que l'Etat Islamique a gagné la guerre des réseaux sociaux ? Quelles sont ses forces en ce domaine ? En quoi les capacités d'innovation de l'Etat islamique, en ce domaine, ont permis cette situation ? Comment l'expliquer ?

Christian Harbulot : Contrairement aux démocraties qui le combattent, l'Etat islamique n'a à rendre de compte à personne. Il n'est pas enfermé dans un cadre constitutionnel contraignant, n'a pas à craindre des retombées médiatiques contreproductives dans son propre camp puisqu'il contrôle l'information, et n'est enfermé dans aucun carcan juridique contraignant dans la mesure où il fonctionne comme l'embryon d'un Etat totalitaire. Ce dernier se permet toutes les dérives notamment  celle de banaliser par le biais de sa propagande les crimes contre l'humanité commis contre des populations civiles sous sa coupe. Sur ce terrain de la folie criminelle, il va plus loin que les nazis qui ont cherché jusqu'au dernier moment leur politique d'extermination commis sur le front de l'Est et dans les camps de concentration. 

L'Etat islamique se croit indestructible en filmant la décapitation ou l'exécution par balles de femmes et d'enfants. Ce type de délire peut séduire un public précis sur les réseaux sociaux. En revanche, son effet est dévastateur dans la plupart des pays du monde. Cette idéologie du faible devenu fort, "légitimée" sous la bannière de l'islam ne trompe pas grand monde. Les innovations "esthétiques" de la propagande mise en ligne par l'Etat Islamique peuvent séduire des esprits faibles dans un premier temps. Il y eut aussi une esthétique nazie innovante ou copiant déjà celle d'Hollywood dans les films valorisant les grands moments du Troisième Reich. Au début de la seconde guerre mondiale, la propagande de guerre mise en valeur dans les colonnes du magazine Signal impressionna par le sentiment de puissance qui se dégageait de ses messages. Les défaites militaires subies à partir de 1942 par la Wehrmacht firent passer très vite au second plan cette force de l'information manipulée. Il en va de même pour l'Etat Islamique. 

Depuis que cette mouvance politico-terroriste subit des défaites importantes en Syrie et en Irak, la portée de sa propagande a perdu de sa superbe. Les actions spectaculaires de terrorisme de masse menées par l'Etat Islamique en Europe font penser aux tentatives nazies de monter le degré de terreur avec les "armes nouvelles" mises en œuvre durant la période d'agonie du Troisième Reich.  Les V1 puis les V2 ont déjà utilisées à cette époque comme des actes terroristes de masse puisqu'il était très difficile à l'armée allemande de cibler des objectifs précis. Ils ne modifièrent pas l'issue du conflit. L'Etat Islamique est en situation de repli. Quelque soient les opérations de fuite en avant qu'il cherchera à initier pour masquer ses défaites sur le  terrain  militaire, sa propagande ne pourra masquer bien longtemps cette réalité.

 

Le magazine américain Wired estime qu'avec son magazine numérique, Dabiq, et sa forte présence sur les réseaux sociaux, L'EI se comporte autant comme un conglomérat médiatique que comme une force de combat. Comment expliquer que les puissances ennemies, européennes et américaines, soient en retrait dans un domaine, qui, pourtant, devrait lui être favorable ? 

La constatation de Wired est somme toute assez banale. Comme j'ai essayé de le démontrer dans mon dernier ouvrage Fabricants d'intox, l'Etat Islamique et plus particulièrement les anciens officiers de Saddam qui en constituent la colonne vertébrale opérationnelle, ont construit un modèle de propagande adapté à leur approche de la situation locale. Pour conquérir un espace territorial, ils ont utilisé les moyens les plus classiques (infiltration des villes cibles, noyautage des mosquées, alliance tissée avec des tributs sunnites en révolte contre le gouvernement à majorité chiite de Bagdad. Pour stabiliser leur pouvoir dans les territoires, ils ont appliqué une propagande axée sur l'intimidation et la terreur. Pour attirer de nouvelles forces, ils ont construit un espace informationnel autonome adapté aux différents contextes culturels des pays où ils cherchaient des recrues. Cette capacité de diversifier leur discours s'est appuyé sur un certain mode de production de connaissances que d'aucuns considèrent comme une innovation. Mais notons au passage que le Hezbollah qui intervient dans un tout autre contexte a lui aussi été très créatif dans ce domaine et a élaboré des moyens plus consistants (en particulier une chaîne de télévision). L'Etat Islamique aussi usé de la provocation pour tenter d'affoler et de diviser les opinions publiques de l'ennemi. Sur ce dernier point, c'est un échec assez flagrant.  

En quoi le combat sur les réseaux sociaux est-il  essentiel ? Comment les Etats européens pourraient lutter efficacement dans ce domaine ? Quels sont les manquements observés ?

Le combat sur les réseaux sociaux n'a de sens que s'il est offensif car la guerre de l'information, contrairement à la guerre militaire, est une guerre où celui qui attaque a l'initiative. Mais ce qui est vérifié dans le domaine géoéconomique ne l'est pas forcement dans le cas de figure de l'Etat Islamique. A partir du moment où la genèse même de cette mouvance terroriste soulève de nombreux débats, cet attaquant est vulnérable. Un attaquant est d'autant plus fort si sa raison d'être, son identité politique et son autonomie d'action sont incontestables. Ce n'est pas le cas de l'Etat islamique qui est sorti de nulle part dans un nuage de contradictions, d'incertitudes, de laissez faire et de compromissions diverses et variées. Ce flou est difficilement gérable sur le long terme même dans un monde virtuel comme Internet.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires