En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© www.flickr.com/photos/mkhmarketing/8527527570
L’Etat islamique gangrène les réseaux sociaux.
Daech vainqueur sur Internet ?
Bombarder l’Etat islamique en Syrie ne suffira pas, il faudra aussi le faire reculer sur un autre territoire où il est solidement implanté : les réseaux sociaux
Publié le 06 avril 2016
Contrairement à son aîné Al-Qaïda, L'EI a très bien compris l'intérêt des réseaux sociaux pour rallier une partie de la jeunesse, notamment occidentale. Il se pourrait même que l'Etat islamique soit d'ores et déjà en passe de gagner le conflit sur ce terrain.
Christian Harbulot est directeur de l’Ecole de Guerre Economique et directeur associé du cabinet Spin Partners. Son dernier ouvrage :Les fabricants d’intox, la guerre mondialisée des propagandes, est paru en mars 2016 chez Lemieux éditeur.Il est l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Harbulot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Harbulot est directeur de l’Ecole de Guerre Economique et directeur associé du cabinet Spin Partners. Son dernier ouvrage :Les fabricants d’intox, la guerre mondialisée des propagandes, est paru en mars 2016 chez Lemieux éditeur.Il est l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à son aîné Al-Qaïda, L'EI a très bien compris l'intérêt des réseaux sociaux pour rallier une partie de la jeunesse, notamment occidentale. Il se pourrait même que l'Etat islamique soit d'ores et déjà en passe de gagner le conflit sur ce terrain.

Atlantico : Est-il possible de considérer que l'Etat Islamique a gagné la guerre des réseaux sociaux ? Quelles sont ses forces en ce domaine ? En quoi les capacités d'innovation de l'Etat islamique, en ce domaine, ont permis cette situation ? Comment l'expliquer ?

Christian Harbulot : Contrairement aux démocraties qui le combattent, l'Etat islamique n'a à rendre de compte à personne. Il n'est pas enfermé dans un cadre constitutionnel contraignant, n'a pas à craindre des retombées médiatiques contreproductives dans son propre camp puisqu'il contrôle l'information, et n'est enfermé dans aucun carcan juridique contraignant dans la mesure où il fonctionne comme l'embryon d'un Etat totalitaire. Ce dernier se permet toutes les dérives notamment  celle de banaliser par le biais de sa propagande les crimes contre l'humanité commis contre des populations civiles sous sa coupe. Sur ce terrain de la folie criminelle, il va plus loin que les nazis qui ont cherché jusqu'au dernier moment leur politique d'extermination commis sur le front de l'Est et dans les camps de concentration. 

L'Etat islamique se croit indestructible en filmant la décapitation ou l'exécution par balles de femmes et d'enfants. Ce type de délire peut séduire un public précis sur les réseaux sociaux. En revanche, son effet est dévastateur dans la plupart des pays du monde. Cette idéologie du faible devenu fort, "légitimée" sous la bannière de l'islam ne trompe pas grand monde. Les innovations "esthétiques" de la propagande mise en ligne par l'Etat Islamique peuvent séduire des esprits faibles dans un premier temps. Il y eut aussi une esthétique nazie innovante ou copiant déjà celle d'Hollywood dans les films valorisant les grands moments du Troisième Reich. Au début de la seconde guerre mondiale, la propagande de guerre mise en valeur dans les colonnes du magazine Signal impressionna par le sentiment de puissance qui se dégageait de ses messages. Les défaites militaires subies à partir de 1942 par la Wehrmacht firent passer très vite au second plan cette force de l'information manipulée. Il en va de même pour l'Etat Islamique. 

Depuis que cette mouvance politico-terroriste subit des défaites importantes en Syrie et en Irak, la portée de sa propagande a perdu de sa superbe. Les actions spectaculaires de terrorisme de masse menées par l'Etat Islamique en Europe font penser aux tentatives nazies de monter le degré de terreur avec les "armes nouvelles" mises en œuvre durant la période d'agonie du Troisième Reich.  Les V1 puis les V2 ont déjà utilisées à cette époque comme des actes terroristes de masse puisqu'il était très difficile à l'armée allemande de cibler des objectifs précis. Ils ne modifièrent pas l'issue du conflit. L'Etat Islamique est en situation de repli. Quelque soient les opérations de fuite en avant qu'il cherchera à initier pour masquer ses défaites sur le  terrain  militaire, sa propagande ne pourra masquer bien longtemps cette réalité.

 

Atlantico : Est-il possible de considérer que l'Etat Islamique a gagné la guerre des réseaux sociaux ? Quelles sont ses forces en ce domaine ? En quoi les capacités d'innovation de l'Etat islamique, en ce domaine, ont permis cette situation ? Comment l'expliquer ?

Christian Harbulot : Contrairement aux démocraties qui le combattent, l'Etat islamique n'a à rendre de compte à personne. Il n'est pas enfermé dans un cadre constitutionnel contraignant, n'a pas à craindre des retombées médiatiques contreproductives dans son propre camp puisqu'il contrôle l'information, et n'est enfermé dans aucun carcan juridique contraignant dans la mesure où il fonctionne comme l'embryon d'un Etat totalitaire. Ce dernier se permet toutes les dérives notamment  celle de banaliser par le biais de sa propagande les crimes contre l'humanité commis contre des populations civiles sous sa coupe. Sur ce terrain de la folie criminelle, il va plus loin que les nazis qui ont cherché jusqu'au dernier moment leur politique d'extermination commis sur le front de l'Est et dans les camps de concentration. 

L'Etat islamique se croit indestructible en filmant la décapitation ou l'exécution par balles de femmes et d'enfants. Ce type de délire peut séduire un public précis sur les réseaux sociaux. En revanche, son effet est dévastateur dans la plupart des pays du monde. Cette idéologie du faible devenu fort, "légitimée" sous la bannière de l'islam ne trompe pas grand monde. Les innovations "esthétiques" de la propagande mise en ligne par l'Etat Islamique peuvent séduire des esprits faibles dans un premier temps. Il y eut aussi une esthétique nazie innovante ou copiant déjà celle d'Hollywood dans les films valorisant les grands moments du Troisième Reich. Au début de la seconde guerre mondiale, la propagande de guerre mise en valeur dans les colonnes du magazine Signal impressionna par le sentiment de puissance qui se dégageait de ses messages. Les défaites militaires subies à partir de 1942 par la Wehrmacht firent passer très vite au second plan cette force de l'information manipulée. Il en va de même pour l'Etat Islamique. 

Depuis que cette mouvance politico-terroriste subit des défaites importantes en Syrie et en Irak, la portée de sa propagande a perdu de sa superbe. Les actions spectaculaires de terrorisme de masse menées par l'Etat Islamique en Europe font penser aux tentatives nazies de monter le degré de terreur avec les "armes nouvelles" mises en œuvre durant la période d'agonie du Troisième Reich.  Les V1 puis les V2 ont déjà utilisées à cette époque comme des actes terroristes de masse puisqu'il était très difficile à l'armée allemande de cibler des objectifs précis. Ils ne modifièrent pas l'issue du conflit. L'Etat Islamique est en situation de repli. Quelque soient les opérations de fuite en avant qu'il cherchera à initier pour masquer ses défaites sur le  terrain  militaire, sa propagande ne pourra masquer bien longtemps cette réalité.

 

Atlantico : Est-il possible de considérer que l'Etat Islamique a gagné la guerre des réseaux sociaux ? Quelles sont ses forces en ce domaine ? En quoi les capacités d'innovation de l'Etat islamique, en ce domaine, ont permis cette situation ? Comment l'expliquer ?

Christian Harbulot : Contrairement aux démocraties qui le combattent, l'Etat islamique n'a à rendre de compte à personne. Il n'est pas enfermé dans un cadre constitutionnel contraignant, n'a pas à craindre des retombées médiatiques contreproductives dans son propre camp puisqu'il contrôle l'information, et n'est enfermé dans aucun carcan juridique contraignant dans la mesure où il fonctionne comme l'embryon d'un Etat totalitaire. Ce dernier se permet toutes les dérives notamment  celle de banaliser par le biais de sa propagande les crimes contre l'humanité commis contre des populations civiles sous sa coupe. Sur ce terrain de la folie criminelle, il va plus loin que les nazis qui ont cherché jusqu'au dernier moment leur politique d'extermination commis sur le front de l'Est et dans les camps de concentration. 

L'Etat islamique se croit indestructible en filmant la décapitation ou l'exécution par balles de femmes et d'enfants. Ce type de délire peut séduire un public précis sur les réseaux sociaux. En revanche, son effet est dévastateur dans la plupart des pays du monde. Cette idéologie du faible devenu fort, "légitimée" sous la bannière de l'islam ne trompe pas grand monde. Les innovations "esthétiques" de la propagande mise en ligne par l'Etat Islamique peuvent séduire des esprits faibles dans un premier temps. Il y eut aussi une esthétique nazie innovante ou copiant déjà celle d'Hollywood dans les films valorisant les grands moments du Troisième Reich. Au début de la seconde guerre mondiale, la propagande de guerre mise en valeur dans les colonnes du magazine Signal impressionna par le sentiment de puissance qui se dégageait de ses messages. Les défaites militaires subies à partir de 1942 par la Wehrmacht firent passer très vite au second plan cette force de l'information manipulée. Il en va de même pour l'Etat Islamique. 

Depuis que cette mouvance politico-terroriste subit des défaites importantes en Syrie et en Irak, la portée de sa propagande a perdu de sa superbe. Les actions spectaculaires de terrorisme de masse menées par l'Etat Islamique en Europe font penser aux tentatives nazies de monter le degré de terreur avec les "armes nouvelles" mises en œuvre durant la période d'agonie du Troisième Reich.  Les V1 puis les V2 ont déjà utilisées à cette époque comme des actes terroristes de masse puisqu'il était très difficile à l'armée allemande de cibler des objectifs précis. Ils ne modifièrent pas l'issue du conflit. L'Etat Islamique est en situation de repli. Quelque soient les opérations de fuite en avant qu'il cherchera à initier pour masquer ses défaites sur le  terrain  militaire, sa propagande ne pourra masquer bien longtemps cette réalité.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
02.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Libéraux en peau de lapin : pourquoi la polémique autour de François-Xavier Bellamy en dit long sur le raidissement des soit-disant « modérés »
06.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
07.
Mort du Comte de Paris : et la porte du placard de l’Histoire se ferma sur les Orléans
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires