En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 1 heure 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 5 heures 9 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 6 heures 38 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 8 heures 17 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 9 heures 35 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 11 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 4 heures 47 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 5 heures 40 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 7 heures 44 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 8 heures 40 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 14 heures 6 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 16 heures 5 min
© Reuters
© Reuters
Nouvelle économie

Uber, Airbnb, Amazon... Quand le modèle économique des grandes plateformes Internet s’inspire des foires françaises du XIIe siècle

Publié le 31 mars 2016
Les foires médiévales ont construit les échanges entre vendeurs et acheteurs. Uber, Airbnb, WeWork, ou Amazon n'ont fait que les copier.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les foires médiévales ont construit les échanges entre vendeurs et acheteurs. Uber, Airbnb, WeWork, ou Amazon n'ont fait que les copier.

Les investisseurs en capital-risque se sont fortement amourachés du marché des plateformes, ces services qui au lieu de fournir directement des biens ou services, mettent en relation acheteurs et vendeurs, comme Uber, Airbnb, WeWork, ou eBay à son époque. Ces business models sont très attirants pour les investisseurs parce qu'ils sont à forte marge (en tant qu'intermédiaires, les plateformes n'ont pas à prendre les coûts de production) et monopolistiques (plus une plate-forme a d'acheteurs et de vendeurs, plus elle en attire, ce qui crée un monopole naturel). Cette vogue actuelle pourrait nous laisser penser que ces plateformes sont une innovation technologique du XXIe siècle. Raté. Les plateformes entre acheteurs et vendeurs existent depuis des siècles et il est nécessaire de se pencher sur l'Histoire pour en comprendre les fondamentaux, comme le décrivent Ray Fisman et Tim Sullivan dans la Harvard Business Review.

Les plateformes existent depuis le XIIème siècle

Comme la plupart des institutions sociales, les marchés ont besoin d'amour et d'attention pour prospérer. Les cartes de crédit, Facebook, notre iPhone sont tous, chacun à leur façon, des marchés qui rassemblent divers éléments pour pouvoir effectuer des transactions : Facebook et les membres de son réseau social, l'iPhone et les concepteurs d'applications iOS, etc. Les plateformes sont devenues omniprésentes avec l'arrivée d'Internet et la montée en puissance des téléphones intelligents.

Mais les plateformes existent depuis longtemps. Au moins depuis les foires de Champagne au XIIème siècle en France.

Les foires de Champagne

Autour de 1180, le comté de Champagne, situé dans le nord de la France et indépendant du roi de France, a commencé à accueillir une série de foires commerciales qui ont attiré les commerçants et les financiers de toute l'Europe, jusqu'à devenir le pivot du commerce européen. Ces foires se déplaçaient de ville en ville, six au total, pendant l'année. Elles avaient une durée de huit jours et étaient spécialisées dans le tissu, le cuir, la vente d'épices, etc. Les quatre derniers jours, les marchands soldaient les comptes. Mais inévitablement, d'autres échanges surgissaient autour de ces foires : les tavernes et les maisons closes, par exemple, réalisaient de confortables bénéfices.

Un petit pourcentage seulement

Le comte de Champagne était un pionnier, en avance sur son temps, dans la gestion de ces foires. Il jouait un rôle central en définissant les règles du jeu, en sélectionnant les participants, en punissant les indésirables, en assurant la sécurité dans une Europe médiévale assez turbulente. En retour, le comte prenait un petit pourcentage sur chaque transaction, établissant ainsi sa fortune. Juste ce petit pourcentage qui rend aujourd'hui les plateformes si séduisantes aux yeux des investisseurs...

Ces foires de Champagne ont prospéré pendant près d'un siècle, en grande partie grâce aux choix judicieux effectués dans la conception de cette plateforme médiévale.

Avoir de bonnes règles du jeu pour attirer les joueurs

Intuitivement, le comte savait comment gérer cette plateforme, et a ainsi évité de vendre ses privilèges à des groupes d'intérêts. Au lieu de cela, il a donné des garanties institutionnelles généralisées à tout le monde. Il a établi une loi impartiale et l'a appliquée à de multiples niveaux. En 1170, il a établi quatre niveaux de juridiction au sein de la foire pour résoudre les différends et faire en sorte que les contrats soient appliqués. Les prêts étaient garantis et il a offert quelques concessions sur les frais de marché pour impliquer d'autres groupes, comme l'Église, à la manière des centres commerciaux qui offrent des rabais pour attirer de nouveaux magasins et créer ainsi plus de trafic. Il a également encouragé les opérateurs à régler leurs dettes et leurs crédits par le truchement de factures validées par des notaires pour que les marchands puissent voyager sans emporter de fortes sommes d'argent.

Ne pas avoir de vue à court terme

Mais finalement les guerres eurent raison de ce système économique et conduirent à l'inévitable désagrégation de cette plateforme. Et le roi de France, lorsqu'il a voulu consolider son pouvoir, a préféré soutirer rapidement de l'argent aux marchands plutôt que d'investir à long terme sur ces foires. Puis la guerre de Cent ans a mis un terme définitif à cette expérience en déplaçant les routes commerciales.

La leçon à en tirer pour les plateformes modernes c'est qu'il ne faut pas avoir une vue à court terme vis-à-vis des marchands, comme l'a eue le roi de France. Une fois que vous êtes en position de force entre l'acheteur et le vendeur, vous avez la tentation presque inévitable d'en tirer profit.

Ansi, Uber a été accusé de rogner sur les profits de ses chauffeurs en baissant le tarif des courses... après les avoir convaincus d'acquérir une nouvelle voiture et après les avoir attirés sur sa plateforme.

Une plateforme peut être très juteuse…si on la gère bien. C'est un équilibre et celui-ci peut vite s'effondrer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires