En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 2 heures 9 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 3 heures 47 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 6 heures 40 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 9 heures 1 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 10 heures 43 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 10 heures 51 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 2 heures 48 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 8 heures 6 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 8 heures 38 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 10 heures 27 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 11 heures 17 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Cathos, cessez d’attendre un nouveau messie ! A l’échelon local, la politique peut encore être pratiquée comme un service

Publié le 03 avril 2016
Dans une France sécularisée, devenue terre de mission, l'abbé Grosjean invite les catholiques, en particulier les jeunes générations, à repousser toute tentation de dilution ou de repli sur soi. Il les appelle à vivre un catholicisme décomplexé, assumé et engagé au service de la société. Extrait de "Catholiques, engageons-nous !" de l'abbé Pierre-Hervé Grosjean, aux éditions Artège 2/2
Pierre-Hervé Grosjean
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Hervé Grosjean est prêtre du diocèse de Versailles, curé de la paroisse de Saint-Cyr-l'École. Il est aussi Secrétaire Général de la Commission Éthique & Politique de son diocèse. Il a fondé́ les universités d'été́ Acteurs d'Avenir....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une France sécularisée, devenue terre de mission, l'abbé Grosjean invite les catholiques, en particulier les jeunes générations, à repousser toute tentation de dilution ou de repli sur soi. Il les appelle à vivre un catholicisme décomplexé, assumé et engagé au service de la société. Extrait de "Catholiques, engageons-nous !" de l'abbé Pierre-Hervé Grosjean, aux éditions Artège 2/2

Le discrédit jeté sur la classe politique dans son ensemble n’est pas juste et les chrétiens ne peuvent l’alimenter. Si certaines grandes figures nationales ont scandalisé les Français par leur attitude, leurs reniements et leurs mensonges, on ne doit pas oublier tous ces élus locaux qui sont pour beaucoup de " bons et fidèles serviteurs». La politique locale est un vrai lieu de service que les chrétiens peuvent et doivent investir en force. Sur le terrain, on ne fait pas semblant : l’action porte du fruit, on touche à la vie concrète des personnes, on est à leur contact. C’est un engagement qui est à la portée de beaucoup et qui reste une belle façon de servir, aux côtés de nos frères et soeurs croyants ou non, en apprenant travailler ensemble pour un bien qui nous est commun. Autre intuition : cessons de rêver à une classe politique qui serait parfaite. Elle aussi est à l’image de notre société. Les cathos sont souvent très durs avec les politiques. Peu trouvent grâce à leurs yeux, car beaucoup ne semblent pas avoir des convictions très solides. Ce qui m’étonne, pour ma part, c’est qu’on perde encore du temps à s’en étonner ! Une fois que le constat de la fragilité des convictions de nos politiques est posé, que fait-on ?

Il y a trois solutions. La première est d’attendre le " Messie ". Or, il est déjà venu. Nous cesserons d’être déçus de nos politiques quand nous cesserons d’attendre d’eux la perfection qu’on ne peut attendre que du Messie lui-même ! À entendre certains, le candidat idéal qui pourrait mériter leur vote devrait pourtant en avoir toutes les qualités. Il devrait être le sauveur ! Ne nous trompons pas de sauveur… sous peine d’être éternellement déçus,après avoir idolâtré tel ou tel. Nos politiques sont des hommes et des femmes comme nous, bien pêcheurs. Ils ont toutes nos faiblesses. Et le milieu dans lequel ils évoluent n’est pas réputé pour les atténuer !

Arrêtons ce regard immature qui rêve d’un monde politique parfait, exempt de toutes les médiocrités humaines qu’on retrouve partout ailleurs. Cela ne veut pas dire qu’il faille renoncer à exiger une certaine exemplarité de nos élus. Mais ayons aussi un peu de bienveillance et de miséricorde pour ces hommes et ces femmes qui ont souvent beaucoup sacrifié pour exercer leurs fonctions– tant au niveau personnel que familial – et qui sont dans un environnement d’une violence impressionnante.Soyons simplement lucides et admettons qu’il leur faudrait un certain héroïsme pour se montrer toujours à la hauteur, surtout sans avoir toujours la foi ni des convictions ancrées profondément. Or il est rarement facile d’être un héros ! Restons exigeants avec eux, mais aussi encourageants.

Nous sommes très forts pour critiquer, pétitionner, dénoncer. Avons-nous déjà une seule fois écrit pour remercier notre député, quelle que soit sa couleur politique ? Pour l’encourager sur tel vote ? Pour le féliciter d’une prise de position courageuse ? Ne croyez pas que nos élus soient insensibles à tout cela. Ils passent leur temps à être vilipendés par la presse, ils sont en permanence sous pression, ils ne gèrent bien souvent que des rapports de force, ils sont confrontés à la colère ou au désespoir de leurs administrés… Des encouragements,des remerciements, des propositions de service ne laissent personne insensible. Nous n’imaginons pas le poids que nous pouvons ainsi avoir. Un député qui reçoit dix lettres pour l’encourager sur un sujet y sera attentif. Cela peut même devenir le sujet de sa semaine. Il en parlera à Paris lors de la réunion de son groupe parlementaire.

Voter à contre-courant, prendre la parole dans les médias pour défendre courageusement une position minoritaire, porter nos convictions sur la place publique : tout cela demande beaucoup de force, tant la pression médiatique peut être violente et le prix à payer très cher. Montrons à nos élus que nous restons certes exigeants avec eux, mais que nous savons aussi les encourager et les remercier quand ils se montrent à la hauteur de leur fonction. Ils seront d’autant plus solides s’ils se sentent portés et soutenus. Ne sommes-nous pas tous un peu comme cela ?

La deuxième solution est d’investir leur entourage. La faiblesse des convictions de beaucoup de responsables politiques de premier plan nous fait prendre conscience de l’importance du rôle de ceux qui les entourent. C’est bien souvent ceux-là qui vont exercer une influence majeure sur l’orientation du candidat, du ministre ou de l’élu. En grande partie, le vrai pouvoir se trouve là. Les cabinets ministériels, les attachés parlementaires, les équipes de campagne travaillent le fond, quand les têtes d’affiche n’en ont guère le temps. Il y a donc là un vrai lieu à investir, pour y servir. Loin des projecteurs, mais proche de ceux qui décident.

Encore une fois, il n’est pas question de faire du communautarisme. Nous n’y allons pas pour servir nos intérêts particuliers de catholiques. S’il y en avait, j’aimerais bien d’ailleurs savoir lesquels ! Nous y allons pour servir notre pays, en servant le bien commun, éclairés par l’anthropologie qui est la nôtre et les convictions qui nous animent. C’est là que se préparent les lois, là que se font les nominations, là qu’on fixe le cap pour les années qui viennent, là qu’on cherche des solutions aux difficultés de notre pays. C’est aussi là qu’on accompagne le ministre, le maire, le député, le candidat et qu’à défaut de le rêver parfait, on peut essayer de le convaincre du bienfait de telle ou telle proposition. Bien-sûr, dans cette situation, vous ne remporterez pas tous les arbitrages. Bien-sûr, vous devrez parfois avaler des couleuvres et frémir en entendant votre président de région, votre ministre,votre sénateur ou député,  votre maire défendre une idée loin de ce que vous aviez préconisé, ou dire parfois des énormités. Mais je suis toujours heureux de savoir que dans l’entourage de telle ou telle figure de premier plan il y a des chrétiens solides, construits, capables de penser et d’influer. Partout où se trouve un chrétien engagé, il y a la possibilité pour nos convictions de rayonner. Et je crois que cela se fera pour le bien de tous.

Extrait de Catholiques, engageons-nous ! de l'Abbé Pierre-Hervé Grosjean, aux éditions Artège, avril 2016. Pour acheter ce livre cliquez ici

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 05/04/2016 - 00:45
Nul ne connaît ni le temps ni l'heure
Les croyances... jusqu'à un certain point ! Si le Messie revient, c'est pour le jugement dernier maintenant. Quant à sa date, dixit le Messie, seul le Père la connaît ! L'an 6000, ni vous ni moi n'y serons, mais il ne se passera absolument rien, comme d'hab ! Ah ! La magie des comptes ronds !
Marie Esther
- 04/04/2016 - 21:55
@le Gorille et Cloette
Ariel Sharon est mort le 11 janvier 2014.
Par ailleurs pour les juifs religieux les temps messianiques approchent pour ne pas dire que c'est commencé.
Chacun ses croyances et j'y crois !
Non seulement on l'attend mais il faut être prêt pour son arrivée
Précision : dans le calendrier juif nous sommes en 5776 et la fin du monde actuel sera autour de 6000 pour les courants traditionnels, la fin du monde n'étant pas la fin de l'Histoire...
Le gorille
- 04/04/2016 - 00:38
Messiah
Admettons, Marie-E, que vous soyez juive. Car il n'y a que les juifs pour attendre le Messiah. Peut-être ne l'êtes-vous pas, et vous vous en faites l'avocate. Le problème, le hic, la montagne ou le précipice (choisissez) à franchir intellectuellement est gigantesque ! Le livre de Daniel a situé précisément le temps de sa venue, et les juifs de l'époque du Christ le savaient bien, avec précision qui plus est... Maintenant ce temps est dépassé depuis 2000 ans. Alors, s'il n'est pas venu au temps prédit, il n'y a aucune raison pour qu'il vienne... maintenant. Faut être logique ! En pratique, il est bien venu, mais il n'a pas été reconnu : il n'avait ni glaive ni couronne pour chasser les Romains... Alors, dans l'esprit des Juifs, ce ne pouvait être Lui ! Quand Ariel Sharon sortira du coma, selon ce vous dites Cloette, pour l'éternité, personne ne viendra non plus... et pour cause !