En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 5 heures 19 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 44 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 57 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 heures 34 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 12 heures 33 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 13 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 48 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 14 heures 12 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 47 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 8 heures 8 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 10 heures 9 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 13 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 13 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 48 min
© Yuriko Nakao / Reuters
Des Japonnais âgés s'exercent avec des cloches en bois, dans un temple de Tokyo, lors du "Jour du respect envers les personnes âgées".
© Yuriko Nakao / Reuters
Des Japonnais âgés s'exercent avec des cloches en bois, dans un temple de Tokyo, lors du "Jour du respect envers les personnes âgées".
Banzai ?

Le Japon est il un vaste système à la Madoff sur le point d'imploser ?

Publié le 15 janvier 2012
La crise va-t-elle mener le Japon à sa perte ? Sa démographie vieillissante et sa dette considérable posent en effet question...
Claude Meyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Meyer a conduit une double carrière de banquier international et d'universitaire spécialisé sur l'Asie. Actuellement conseiller au Centre Asie de l'IFRI, il enseigne l’économie et les relations internationales à Sciences Po.Il est l&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise va-t-elle mener le Japon à sa perte ? Sa démographie vieillissante et sa dette considérable posent en effet question...

Atlantico : L’économiste américain Kyle Bass prédit que l’effondrement de l’euro va accélérer la chute de l’économie japonaise. En cause, selon lui, un vaste système à la Madoff puisque la dette japonaise serait insolvable en raison de la démographie déclinante de l’archipel. Partagez-vous cette analyse ?

Claude Meyer : Selon cet économiste, nous serions dans un schéma à la Madoff dans lequel l’argent des nouveaux investisseurs est censé permettre le paiement des intérêts et le remboursement des anciens. Cela revient à dire pour le Japon que sa dette est énorme et que la population diminuant, les souscripteurs de la dette japonaise vont s’amenuiser. Kyle Bass annonce ainsi l'écroulement du système au cours des prochains mois.

Cependant, il mélange deux temps assez différents. Il confond le temps court de la finance et le temps long de la démographie. Certes, la population japonaise a déjà commencé à décroître. Après un pic de 128 millions en 2004, la population japonaise devrait tomber à 117 millions de Japonais en 2030 et 102 millions en 2050. Il y aura une baisse de la population active en parallèle. Encore plus dramatique, puisqu’elle passera de 82 millions en 2010 à 69 millions en 2030 et 52 millions en 2050 ! C’est une évolution unique au monde. Cette diminution de la population s’accompagne d’un vieillissement accéléré qui va faire passer les seniors à 31% de la population en 2030. Phénomène qui aura un impact à la fois sur la population active et sur les budgets sociaux.

Tout le monde est d’accord sur deux points au sujet du Japon. Premièrement, il y a un déclin démographique en raison d’une natalité très faible due sans doute à un manque d’optimisme des japonais pour l’avenir et un refus culturel de l’immigration. Deuxièmement, sa dette est excessive, estimée à 230 % du PIB. Cependant, il faut distinguer dette brute et dette nette. Ainsi, pour comparer avec des pays européens, en retraitant ces chiffres selon les critères de Maastricht, la dette japonaise plafonne à 160 ou 170% du PIB.

 

Ce qui correspond en ordre de grandeur à peu près à l’endettement de la Grèce…

Oui, en pourcentage du PIB. A ceci près que la Grèce dépend des investisseurs étrangers tandis que la dette japonaise est financée à 95% par des investisseurs domestiques. C’est d’ailleurs la faiblesse de raisonnement de Kyle Bass car même s’il rappelle que la baisse de la population de l’archipel va freiner le remboursement de la dette, il confond le temps de la bourse et celui de la démographie.

Il reste que la dette du Japon est insoutenable car les intérêts représentent déjà près de 25% du budget alors que le taux d’intérêt moyen n’est que de 1%. Si le Japon n’avait pas cette politique d’intérêts très faibles et que ceux-ci passaient à 2 ou 3%, le budget exploserait.

Kyle Bass ignore également les réformes fiscales qui vont être décidées dans les mois qui viennent et qui seront mises en œuvre durant les prochaines années.

 

Quelles sont-elles ?

Le Japon s’achemine vers une hausse d’impôts « temporaire » de dix ans rendue d’autant plus nécessaire que la reconstruction après le drame de Fukushima va coûter entre 200 et 250 milliards de dollars. La réforme fiscale instituerait donc une hausse de l’impôt sur le revenu pendant 10 ans, de la taxe d’habitation pendant 5 ans, une surtaxe pour l’impôt sur les sociétés pendant 3 ans ainsi que la vente d’actifs. Pour financer les budgets sociaux, on prévoit l’augmentation de l’équivalent de la TVA (actuellement de 5%), qui serait doublée –par des hausses étalées – sur les cinq prochaines années.


Vous soulignez dans votre analyse le fait que le Japon, malgré sa dette, réussit à obtenir de l’argent à un taux d’intérêt faible de 1%. Peut-on craindre qu’en raison de la crise, ses taux d’emprunt s’envolent comme c’est le cas dans la plupart des pays d’Europe ? Le Japon serait-il un pays à part ?

Le Japon n’est ni l’Europe ni les Etats-Unis. Il ne dépend pas comme eux des investisseurs étrangers. Une partie des investisseurs japonais qui souscrivent aux obligations japonaises sont des personnes physiques qui, la plupart du temps, mettent leur épargne dans des livrets bancaires et des assurances-vie. Mais l’essentiel des investisseurs sont des institutionnels. Ces derniers peuvent rechercher à l’étranger des rendements plus élevés et font donc certains arbitrages. Ils en ont fait dans le passé qui leur ont coûté assez cher en termes de pertes de changes. Or si vous couvrez le risque de change, le coût de la couverture peut pratiquement couvrir le différentiel de taux d’intérêt. Certes, nous sommes dans une finance mondialisée, mais le Japon reste un pays « risk adverse », c’est-à-dire très prudent. Ne serait-ce que parce dans les années 1980, ses investisseurs ont un peu fait n’importe quoi… et qu’ils ne s’en sont toujours pas remis aujourd’hui. L’essentiel de la dette japonaise est donc souscrite par les banques, les compagnies d’assurance, mais aussi par la Banque centrale, qui à l’instar de la Grande-Bretagne ou des Etats-Unis et contrairement à la BCE, peut soutenir l’Etat et -dans une certaine mesure- monétiser sa dette.

Propos recueillis par Antoine de Tournemire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alankin
- 16/01/2012 - 11:16
on assistera à une crise monétaire mondiale, inévitablement(2)
on fait vivre un système en poussant les monnaies dans ses limites de gestion. masquer les problèmes par des relances si énormes ne peut qu'amener à un chaos à moyen terme. Il n'y a que l'Euro qui échappe, pour l'instant, à cette dérive monétaire. Peut être bien que l'Euro redeviendra la meilleure monnaie mondiale, avec une politique adéquate. On pourrait dire : rira bien qui rira le dernier.
alankin
- 16/01/2012 - 11:08
on assistera à une crise monétaire mondiale, inévitablement...
les cours des monnaies sont dévoyés par une trop grande masse de réserves de change. qu'une monnaie faible ait un cours élevé (le cas de l'Euro) montre que tout marche sur la tête..
Aux USA, on a la dette privée et publique qui a atteint son paroxysme... on se demande tous où nous allons.
sam84
- 16/01/2012 - 10:58
Il géne le japon ,comme anti modele de la mondialisation
Le japon est le modèle qui remet en cause notre propre système de répartition sociale lequel est effectivement un système pyramidale puisque pour payer les retraites il faut toujours plus d'entrant Et ce pays qui refusent l'immigration est le contre modèle de la mondialisation et le multiculturalisme que l'on nous présente comme incontournable et nécessaire