En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Premier "flic" de France : le jour où Christophe Castaner est devenu ministre de l’Intérieur

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

"Le Bouquet de tulipes" : la provocation de Jeff Koons face à un marché démesuré de l’art contemporain et un pied de nez à la mairie de Paris

il y a 1 heure 23 min
décryptage > International
Victimes

Syrie : qui peut sauver les populations civiles d’Idlib ?

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Société
Nuances

Tempête sur les César : ces fondamentaux de la nature humaine que ne comprennent pas les guérilleros de la justice morale

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Science
Un jour de plus

29 février : si vous pensez savoir à quoi nous devons les années bissextiles, voilà pourquoi l’explication réelle est plus complexe

il y a 1 heure 23 min
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 15 heures 55 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 17 heures 31 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 20 heures 40 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 22 heures 16 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 22 heures 40 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la crise des Gilets jaunes a conduit Emmanuel Macron à s’appuyer sur le soutien des maires de France et à renouer le dialogue avec les citoyens et les élus à travers le Grand débat national

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le discours de François Fillon au Trocadéro : un des tournants majeurs de la campagne présidentielle de 2017

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Europe
Stratégie de communication

Voiture bélier au carnaval de Volkmarsen : le silence risqué des autorités allemandes

il y a 1 heure 23 min
décryptage > International
Bon côté des choses

Politique, économie, progrès scientifique : la crise du coronavirus va peut être nous rendre intelligents et chasser les sorciers et autres porteurs de fake news

il y a 1 heure 23 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine
il y a 1 heure 23 min
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 16 heures 41 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 18 heures 57 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 22 heures 24 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 22 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Cachez ce conservatisme que je ne saurais voir : pourquoi le plus grand tort de la droite a été d’abandonner le thème de la nation

Publié le 27 mars 2016
Le conservateur, en France, est comme l’enfer : c’est l’autre, et plus encore, un autre qui suscite l’incrédulité, provoque la dérision et soulève le cœur. Autant son contraire, le progressiste, est auréolé de toutes les vertus, autant lui est suspecté de tous les vices. Pourquoi cette réduction obligée du conservatisme à un méli-mélo contradictoire de réaction politique, d’ordre moral et de libéralisme économique ? Extrait de "Vous avez dit conservateur ?" de Laetitia Strauch-Bonart éditions du Cerf 2/2
Laetitia Strauch-Bonart est essayiste et chercheur en histoire. ​Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure d'Ulm et de Sciences-Po Paris, actuellement en PhD en histoire à la Queen Mary University de Londres, elle est également contributrice...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laetitia Strauch-Bonart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laetitia Strauch-Bonart est essayiste et chercheur en histoire. ​Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure d'Ulm et de Sciences-Po Paris, actuellement en PhD en histoire à la Queen Mary University de Londres, elle est également contributrice...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le conservateur, en France, est comme l’enfer : c’est l’autre, et plus encore, un autre qui suscite l’incrédulité, provoque la dérision et soulève le cœur. Autant son contraire, le progressiste, est auréolé de toutes les vertus, autant lui est suspecté de tous les vices. Pourquoi cette réduction obligée du conservatisme à un méli-mélo contradictoire de réaction politique, d’ordre moral et de libéralisme économique ? Extrait de "Vous avez dit conservateur ?" de Laetitia Strauch-Bonart éditions du Cerf 2/2

Le lieu conservateur par excellence est le lieu politique –  la vie en communauté. Tout projet conservateur, en France, doit être d’abord politique. Mais il ne peut se contenter de la grande politique – les idées, les partis et les gouvernements  – et doit savoir être politique de façon plus large, en incluant une ambition qui touche aux institutions du pays. Or ces institutions ne sont pas seulement étatiques ou publiques. Plusieurs thèmes, de l’éducation à la famille en passant par la culture, peuvent donner lieu à des réflexions conservatrices dont la traduction peut être concrète.

Le sujet conservateur sans doute le plus incontournable, dont la droite a fait par le passé son cheval de bataille, est celui de la nation. Comme l’explique Paul Thibaud, la droite a commis l’erreur d’abandonner ce thème et n’a trouvé que le projet européen comme support de sa vision raisonnable et post-traditionaliste. Ceci a sans doute mis la droite française dans une position suicidaire. L’Europe en effet rend la vie facile à un gouvernement de droite mais il rend aussi la droite inutile pour freiner les excès démagogiques de la gauche. Et qui plus est, il l’oblige à mettre sous le boisseau la référence, essentielle, à la nation. […] On pourrait attendre que les champions de la droite changent de représentation de la nation sans la rejeter ou l’ignorer, qu’ils lui donnent la forme d’un programme et non d’un héritage. Mais il faudrait pour cela qu’ils aient non seulement un sentiment mais une pensée de la France, qu’ils réfléchissent à ce que peut produire l’histoire si originale de cette nation. […] L’Europe telle qu’on la pratique est fondée sur une erreur conceptuelle. On présuppose que pour s’unir il faut être semblables. Il ne s’agit donc pas d’agir ensemble, mais de se rapprocher dans une intégration " de plus en plus étroite ". C’est absurde. L’Europe est depuis toujours un ensemble de nations. On nous dira que cette Europe (l’Europe historique) a fait la guerre, et donc que les nations ne peuvent qu’entraîner la guerre, mais on oublie que cinq ou six grandes cultures nationales ont sur un espace très réduit, vécu côte à côte et échangé pendant des siècles sans penser à se détruire –  jusqu’à Hitler, ce représentant de l’anti-Europe. C’est une merveille ! Ce qu’a produit l’Europe, c’est une circulation culturelle et intellectuelle extraordinaire, où tous connaissent les contes et récits fondateurs des autres, où les écrivains symboliques des grandes cultures sont presque toujours tributaires d’une ou de plusieurs cultures voisines. Si c’est cela l’Europe, son uniformisation ne pourrait être que sa destruction. Sur un autre plan, la contradiction entre le projet et la mise en œuvre n’est pas moins flagrante : l’Europe est une grande ambition, mais pour l’atteindre on nous éduque à renoncer à toute ambition. Injonction contradictoire ! Quel homme de droite aura le courage d’affronter la question de l’Europe ?

Bien sûr, les critiques de l’Union européenne abondent, à droite comme à gauche, mais c’est le Front national qui en tient le flambeau politique, pas la droite modérée, celle qui devrait être conservatrice.

En revanche, l’existence de causes conservatrices explicites ne garantit en aucune façon l’existence d’un parti politique nommément conservateur et converti à ce courant. Pour Philippe Bénéton, "il […] paraît difficile, en France, qu’un parti se nomme " parti conservateur ". Je crois plus largement qu’il faudrait plaider pour un libéralisme conservateur, une attitude qui ne rejette pas l’entièreté du monde moderne mais essaie de séparer le bon grain de l’ivraie. C’est dans le cadre du libéralisme que l’on peut développer certaines vertus conservatrices ou certains principes conservateurs […]".

Pour Philippe Raynaud, le projet semble tout aussi impossible, l’idée que l’on va reconstruire la politique autour d’un tel axe étant "une véritable chimère […] parce que les affects conservateurs sont présents à droite dans deux familles politiques qu’il est très difficile d’accorder. […] Vous trouvez des affects conservateurs chez les souverainistes […] ; vous en trouverez aussi chez des européistes traditionnels, c’est-à-dire des personnes qui croient encore au projet de Robert Schuman et de Jean Monnet d’une Europe atlantique à base culturelle chrétienne, qui exclurait la Turquie. Simplement l’une de ces familles est étatiste, l’autre libérale, et surtout elles ne peuvent s’accorder sur leurs fondamentaux de politique étrangère. […]. Je pense donc que l’unification de ces familles n’est pas possible."

La constitution du RPR puis de l’UMP répondait bien à cette ambition de réunir les uns et les autres. Ce grand parti de droite existe bel et bien, mais il ne réunit pas l’entièreté des libéraux, ni celle des conservateurs. Le succès du FN en est la preuve, puisque ce parti a réussi à capter des électeurs modérés mais dont l’attachement envers la nation ne trouve pas satisfaction dans la droite gaulliste. Inversement, le Parti conservateur britannique a toujours réussi à mettre d’accord, non sans remous, les deux familles de la droite, libérale et conservatrice.

Si l’on était moins ambitieux, on se contenterait d’espérer qu’un jour les hommes politiques de droite se convertissent à quelques thèmes conservateurs. Comme le fait remarquer Philippe Raynaud, ils sont " anticonservateurs et un petit peu poujadistes ; je crois que s’ils apprenaient à faire l’inverse cela irait beaucoup mieux".  Pour ce faire, "ce qui me paraît important, poursuit Raynaud, c’est un travail intellectuel pour expliquer discrètement aux hommes politiques qu’il ne faut pas heurter les sensibilités conservatrices et qu’il faut traiter les gens avec délicatesse. […] Dans la droite française par exemple, on observe un mépris direct de ces sensibilités, considérées comme des passions de beaufs sans intérêt."

Mais il faudrait aussi " que les courants de droite osent […] parler par eux-mêmes et pas seulement avec les mots de la gauche, en répétant ce que la gauche permet de dire ", ajoute Chantal Delsol.

 

Extrait de Vous avez dit conservateur ? de Laetitia Strauch-Bonart, publié aux éditions du Cerf, mars 2016. Pour acheter ce livre cliquez ici

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

02.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

03.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

04.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

05.

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
marie06
- 29/03/2016 - 11:44
@Anguerrand resuite
Je vous conseille de lire l'excellente analyse sur ce site intitulé :"Après le Brexit, la Frantie (ou la sortance…?) : le sondage qui révèle comment les Français sont devenus les champions d’Europe de l’euroscepticisme" Sur le plan économique tout est dit pour comprendre pourquoi nous en sommes là, mais quant aux méthodes préconisées pour changer la donne je n'y crois pas.
marie06
- 29/03/2016 - 00:40
@Anguerrand suite
Je me permets une derniére remarque : vous reprenez les phrases toutes faites par ceux qui bourrent le crâne en semant la peur pour ne pas perdre le pouvoir. Vous devriez prendre du recul. J'ai 70 ans aussi croyez en mon expérience. De plus mon mari était banquier en actvité dans les année 80 et lors de la mise en circulation de l'euro il était convaicu que nous connaitrions de graves problèmes monétaires du fait de décisions innapropriées .Jusque là il ne s'est pas trompé.
marie06
- 29/03/2016 - 00:11
Je suis très informée sur l
Je suis très informée sur l'économie et la crise monétaire inévitable qui adviendra à cause de nos incompétents qui nous gouvernent et qui ont préféré abdiquer devant la finance. J'ai connu la naissance du nouveau franc et les dévaluations qui ont suivies. Vous êtes naïf de croire que nous rembourserons la dette. Quant aux programmes politiques ils sont morts nés compte tenu de ce que sera le désastre.