En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 7 heures 24 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 8 heures 11 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 10 heures 56 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 13 heures 33 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 14 heures 17 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 15 heures 44 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 16 heures 18 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 16 heures 39 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 7 heures 52 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 8 heures 27 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 10 heures 6 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 11 heures 4 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 16 heures 26 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Cachez ce conservatisme que je ne saurais voir : pourquoi le plus grand tort de la droite a été d’abandonner le thème de la nation

Publié le 27 mars 2016
Le conservateur, en France, est comme l’enfer : c’est l’autre, et plus encore, un autre qui suscite l’incrédulité, provoque la dérision et soulève le cœur. Autant son contraire, le progressiste, est auréolé de toutes les vertus, autant lui est suspecté de tous les vices. Pourquoi cette réduction obligée du conservatisme à un méli-mélo contradictoire de réaction politique, d’ordre moral et de libéralisme économique ? Extrait de "Vous avez dit conservateur ?" de Laetitia Strauch-Bonart éditions du Cerf 2/2
Laetitia Strauch-Bonart est essayiste et chercheur en histoire. ​Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure d'Ulm et de Sciences-Po Paris, actuellement en PhD en histoire à la Queen Mary University de Londres, elle est également contributrice...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laetitia Strauch-Bonart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laetitia Strauch-Bonart est essayiste et chercheur en histoire. ​Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure d'Ulm et de Sciences-Po Paris, actuellement en PhD en histoire à la Queen Mary University de Londres, elle est également contributrice...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le conservateur, en France, est comme l’enfer : c’est l’autre, et plus encore, un autre qui suscite l’incrédulité, provoque la dérision et soulève le cœur. Autant son contraire, le progressiste, est auréolé de toutes les vertus, autant lui est suspecté de tous les vices. Pourquoi cette réduction obligée du conservatisme à un méli-mélo contradictoire de réaction politique, d’ordre moral et de libéralisme économique ? Extrait de "Vous avez dit conservateur ?" de Laetitia Strauch-Bonart éditions du Cerf 2/2

Le lieu conservateur par excellence est le lieu politique –  la vie en communauté. Tout projet conservateur, en France, doit être d’abord politique. Mais il ne peut se contenter de la grande politique – les idées, les partis et les gouvernements  – et doit savoir être politique de façon plus large, en incluant une ambition qui touche aux institutions du pays. Or ces institutions ne sont pas seulement étatiques ou publiques. Plusieurs thèmes, de l’éducation à la famille en passant par la culture, peuvent donner lieu à des réflexions conservatrices dont la traduction peut être concrète.

Le sujet conservateur sans doute le plus incontournable, dont la droite a fait par le passé son cheval de bataille, est celui de la nation. Comme l’explique Paul Thibaud, la droite a commis l’erreur d’abandonner ce thème et n’a trouvé que le projet européen comme support de sa vision raisonnable et post-traditionaliste. Ceci a sans doute mis la droite française dans une position suicidaire. L’Europe en effet rend la vie facile à un gouvernement de droite mais il rend aussi la droite inutile pour freiner les excès démagogiques de la gauche. Et qui plus est, il l’oblige à mettre sous le boisseau la référence, essentielle, à la nation. […] On pourrait attendre que les champions de la droite changent de représentation de la nation sans la rejeter ou l’ignorer, qu’ils lui donnent la forme d’un programme et non d’un héritage. Mais il faudrait pour cela qu’ils aient non seulement un sentiment mais une pensée de la France, qu’ils réfléchissent à ce que peut produire l’histoire si originale de cette nation. […] L’Europe telle qu’on la pratique est fondée sur une erreur conceptuelle. On présuppose que pour s’unir il faut être semblables. Il ne s’agit donc pas d’agir ensemble, mais de se rapprocher dans une intégration " de plus en plus étroite ". C’est absurde. L’Europe est depuis toujours un ensemble de nations. On nous dira que cette Europe (l’Europe historique) a fait la guerre, et donc que les nations ne peuvent qu’entraîner la guerre, mais on oublie que cinq ou six grandes cultures nationales ont sur un espace très réduit, vécu côte à côte et échangé pendant des siècles sans penser à se détruire –  jusqu’à Hitler, ce représentant de l’anti-Europe. C’est une merveille ! Ce qu’a produit l’Europe, c’est une circulation culturelle et intellectuelle extraordinaire, où tous connaissent les contes et récits fondateurs des autres, où les écrivains symboliques des grandes cultures sont presque toujours tributaires d’une ou de plusieurs cultures voisines. Si c’est cela l’Europe, son uniformisation ne pourrait être que sa destruction. Sur un autre plan, la contradiction entre le projet et la mise en œuvre n’est pas moins flagrante : l’Europe est une grande ambition, mais pour l’atteindre on nous éduque à renoncer à toute ambition. Injonction contradictoire ! Quel homme de droite aura le courage d’affronter la question de l’Europe ?

Bien sûr, les critiques de l’Union européenne abondent, à droite comme à gauche, mais c’est le Front national qui en tient le flambeau politique, pas la droite modérée, celle qui devrait être conservatrice.

En revanche, l’existence de causes conservatrices explicites ne garantit en aucune façon l’existence d’un parti politique nommément conservateur et converti à ce courant. Pour Philippe Bénéton, "il […] paraît difficile, en France, qu’un parti se nomme " parti conservateur ". Je crois plus largement qu’il faudrait plaider pour un libéralisme conservateur, une attitude qui ne rejette pas l’entièreté du monde moderne mais essaie de séparer le bon grain de l’ivraie. C’est dans le cadre du libéralisme que l’on peut développer certaines vertus conservatrices ou certains principes conservateurs […]".

Pour Philippe Raynaud, le projet semble tout aussi impossible, l’idée que l’on va reconstruire la politique autour d’un tel axe étant "une véritable chimère […] parce que les affects conservateurs sont présents à droite dans deux familles politiques qu’il est très difficile d’accorder. […] Vous trouvez des affects conservateurs chez les souverainistes […] ; vous en trouverez aussi chez des européistes traditionnels, c’est-à-dire des personnes qui croient encore au projet de Robert Schuman et de Jean Monnet d’une Europe atlantique à base culturelle chrétienne, qui exclurait la Turquie. Simplement l’une de ces familles est étatiste, l’autre libérale, et surtout elles ne peuvent s’accorder sur leurs fondamentaux de politique étrangère. […]. Je pense donc que l’unification de ces familles n’est pas possible."

La constitution du RPR puis de l’UMP répondait bien à cette ambition de réunir les uns et les autres. Ce grand parti de droite existe bel et bien, mais il ne réunit pas l’entièreté des libéraux, ni celle des conservateurs. Le succès du FN en est la preuve, puisque ce parti a réussi à capter des électeurs modérés mais dont l’attachement envers la nation ne trouve pas satisfaction dans la droite gaulliste. Inversement, le Parti conservateur britannique a toujours réussi à mettre d’accord, non sans remous, les deux familles de la droite, libérale et conservatrice.

Si l’on était moins ambitieux, on se contenterait d’espérer qu’un jour les hommes politiques de droite se convertissent à quelques thèmes conservateurs. Comme le fait remarquer Philippe Raynaud, ils sont " anticonservateurs et un petit peu poujadistes ; je crois que s’ils apprenaient à faire l’inverse cela irait beaucoup mieux".  Pour ce faire, "ce qui me paraît important, poursuit Raynaud, c’est un travail intellectuel pour expliquer discrètement aux hommes politiques qu’il ne faut pas heurter les sensibilités conservatrices et qu’il faut traiter les gens avec délicatesse. […] Dans la droite française par exemple, on observe un mépris direct de ces sensibilités, considérées comme des passions de beaufs sans intérêt."

Mais il faudrait aussi " que les courants de droite osent […] parler par eux-mêmes et pas seulement avec les mots de la gauche, en répétant ce que la gauche permet de dire ", ajoute Chantal Delsol.

 

Extrait de Vous avez dit conservateur ? de Laetitia Strauch-Bonart, publié aux éditions du Cerf, mars 2016. Pour acheter ce livre cliquez ici

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
marie06
- 29/03/2016 - 11:44
@Anguerrand resuite
Je vous conseille de lire l'excellente analyse sur ce site intitulé :"Après le Brexit, la Frantie (ou la sortance…?) : le sondage qui révèle comment les Français sont devenus les champions d’Europe de l’euroscepticisme" Sur le plan économique tout est dit pour comprendre pourquoi nous en sommes là, mais quant aux méthodes préconisées pour changer la donne je n'y crois pas.
marie06
- 29/03/2016 - 00:40
@Anguerrand suite
Je me permets une derniére remarque : vous reprenez les phrases toutes faites par ceux qui bourrent le crâne en semant la peur pour ne pas perdre le pouvoir. Vous devriez prendre du recul. J'ai 70 ans aussi croyez en mon expérience. De plus mon mari était banquier en actvité dans les année 80 et lors de la mise en circulation de l'euro il était convaicu que nous connaitrions de graves problèmes monétaires du fait de décisions innapropriées .Jusque là il ne s'est pas trompé.
marie06
- 29/03/2016 - 00:11
Je suis très informée sur l
Je suis très informée sur l'économie et la crise monétaire inévitable qui adviendra à cause de nos incompétents qui nous gouvernent et qui ont préféré abdiquer devant la finance. J'ai connu la naissance du nouveau franc et les dévaluations qui ont suivies. Vous êtes naïf de croire que nous rembourserons la dette. Quant aux programmes politiques ils sont morts nés compte tenu de ce que sera le désastre.