En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Une femme yézidie ayant trouvé refuge dans une maison abandonnée, en Irak.
Lire entre les lignes
L’Etat islamique génocidaire contre les Chrétiens, les Yézidis et les Chiites : John Kerry annonce-t-il sans le dire un plus grand interventionnisme américain ?
Publié le 20 mars 2016
En qualifiant les crimes de l'Etat islamique de "génocides", les Etats-Unis cherchent à rappeler au monde entier qui est l'ennemi prioritaire et opère ainsi une graduation dans les cibles à frapper en Syrie. Néanmoins, du fait des élections présidentielles américaines, il est peu probable que l'administration d'Obama intensifie les frappes contre Daech.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En qualifiant les crimes de l'Etat islamique de "génocides", les Etats-Unis cherchent à rappeler au monde entier qui est l'ennemi prioritaire et opère ainsi une graduation dans les cibles à frapper en Syrie. Néanmoins, du fait des élections présidentielles américaines, il est peu probable que l'administration d'Obama intensifie les frappes contre Daech.

Atlantico : Les Etats-Unis, par la voix du secrétaire d’Etat John Kerry, ont déclaré jeudi 17 mars que les massacres perpétrés par le groupe Etat islamique contre les minorités chrétienne, yézidie et chiite étaient des génocides. Pourquoi cette qualification des actes commis par l’EI intervient-elle à ce moment précis et à quels motifs répond cette prise de position des Etats-Unis ?

Alain Rodier : Cela intervient au début des négociations de Genève accompagnées du retrait "partiel" des forces russes de Syrie. Il s'agit de rappeler au monde entier quel est l'ennemi principal laissant un peu de côté le Front Al-Nosra, le bras armé d'Al-Qaida "canal historique". Il est vrai que ce mouvement, malgré tous les crimes qu'il a commis (11 septembre 2001, Madrid 2004, Londres 2005, Charlie Hebdo 2015 pour les plus connus), n'est pas accusé de génocide mais de meurtres de masse.

Il semble donc que Washington tient à établir une "graduation" dans les ennemis à frapper en Syrie. Pour mémoire, les Russes ont beaucoup plus tapé sur le Front Al-Nosra obligeant même les groupes parallèles à se définir par rapport à ce dernier (soit vous êtes avec, et vous êtes bombardés, soit vous êtes indépendants et nous vous épargnons).

Le mot d'ordre est désormais clairement "tous contre Daech". C'est peut-être un discret rappel à l'ordre des gouvernants qui laissent encore passer des soutiens, particulièrement financiers, vers cette organisation. Si des preuves sont trouvées, des individus, des organisations ou même des gouvernants pourraient être accusés de complicité.  

A l’instar du mot "terrorisme", la définition du "génocide" pose problème et est parfois contestée pour des raisons politiques. En quoi les massacres commis par l’EI s’apparentent-ils véritablement à un (ou des) génocide(s) ? 

Un "génocide" est le massacre d'une communauté dans son ensemble pour des raisons politiques, ethniques, religieuses ou autres. L'exemple de l'extermination des Juifs par les Nazis est le plus parlant.

En ce qui concerne Daech, les Chrétiens et les Juifs ne font pas l'objet d'une "volonté de génocide" sur le plan strictement juridique. En effet, en tant que membres du "Livre" (le Coran), Daech a l'immense bonté de les laisser vivre s'ils payent une taxe spéciale ou, mieux encore, s'ils se convertissent à l'islam. Il faut toutefois remarquer que quelques "savants de la foi" de Daech contestent cette vision des choses en disant que les textes y faisant référence ont été promulgués alors que l'islam était encore "faible" et qu'il devait donc composer avec les Juifs et les Chrétiens. Pour ces "savants de la foi", cela ne serait plus valable aujourd'hui...

Par contre, il est certain que TOUS les autres, Yézidis, Chiites, athées, Bouddhistes, etc. sont voués à l'extermination ou, au mieux, à l'esclavage.

Plus globalement, si l'on reprend les discours de Daech, leurs ennemis sont tous ceux qui n'adhèrent pas à la vision salafiste-djihadiste de l'islam.   

Cette gradation dans la qualification des crimes de l’EI laisse-t-elle entrevoir une intensification des actions américaines contre le groupe terroriste ? Sous quelle forme ?  

Je ne pense pas que le président Obama va intensifier considérablement la guerre contre Daech alors que les Etats-Unis sont en pleine campagne électorale. Son objectif est surtout intérieur : faire gagner les Démocrates. Je me risque à un pronostic : sauf accident, Mme Clinton devrait parvenir à la fonction suprême. Ce sera ensuite à elle de définir la suite des évènements. Sachant qu'elle est une néocon non assumée officiellement (il y en a beaucoup dans le camp démocrate même s'ils sont surtout présents chez les Républicains), ce ne sera qu'à partir de son investiture que les choses pourraient considérablement bouger. Même si ce sont les Républicains qui l'emportent, ce sera la même chose.

Sur le plan international, on va certainement reparler de traîner en justice les responsables du Groupe Etat Islamique (GEI) sous l'inculpation de génocide, de crimes contre l'Humanité et de crimes de guerre. Ils le méritent bien poussant l'horreur de leurs assassinats médiatisés jusqu'à l'extrême : décapitations, noyades, fusillades, etc. Ils ont même systématiquement cherché à innover dans les procédés pour assassiner leurs prochains, certes pour impressionner leurs multiples adversaires mais aussi par jouissance des exécutants. Il suffit de voir leurs sourires quand ils commettent les pires abominations allant jusqu'à faire exécuter des malheureux par de jeunes enfants. A ce propos, il convient de souligner qu'ils sont en totale contradiction avec les textes sacrés auxquels ils font doctement référence en permanence. En effet, les enfants non pubères ne doivent pas être engagés dans les combats et ne peuvent donc pas l'être dans des exécutions.

Cela dit, je ne pense pas que cela impressionne vraiment les différents responsables de Daech qui préfèreront mourir en martyrs que de se rendre. Si par miracle, ils sont pris vivants et traduits devant un tribunal international, ils essayeront de s'en servir comme "tribune" pour encourager au Djihad. 

Propos recueillis par Emilia Capitaine

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
06.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
07.
Notre-Dame et Gilets jaunes : le week-end à hauts risques d'Emmanuel Macron
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires