En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 10 heures 2 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 11 heures 40 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 14 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 15 heures 28 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 16 heures 35 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 17 heures 39 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 18 heures 32 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 19 heures 36 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 20 heures 30 sec
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 10 heures 33 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 16 heures 14 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 50 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 18 heures 19 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 18 heures 46 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 53 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 20 heures 1 min
Tobin or not Tobin ?

Taxe Tobin : la France doit essayer de fédérer une coalition européenne contre le Royaume-Uni

Publié le 09 janvier 2012
Nicolas Sarkozy s'est dit favorable à l'instauration d'une taxation sur les transactions financières... avec ou sans l'accord de nos partenaires européens bien tièdes sur le sujet, même si l'Italie s'est dite être prête à y réfléchir dans un cadre européen. Le Président français réussira-t-il à convaincre la chancelière allemande Angela Merkel ce lundi ?
Robin Rivaton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton est chargé de mission d'un groupe dans le domaine des infrastructures. Il a connu plusieurs expériences en conseil financier, juridique et stratégique à Paris et à Londres.Impliqué dans vie des idées, il écrit régulièrement dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy s'est dit favorable à l'instauration d'une taxation sur les transactions financières... avec ou sans l'accord de nos partenaires européens bien tièdes sur le sujet, même si l'Italie s'est dite être prête à y réfléchir dans un cadre européen. Le Président français réussira-t-il à convaincre la chancelière allemande Angela Merkel ce lundi ?

A lire sur le même sujet :
"Taxe Tobin" : quand la morale se heurte à la réalité du marché

Vendredi, nous apprenions que Nicolas Sarkozy envisagerait de faire adopter une loi sur les transactions financières d’ici la fin de son mandat, quitte à laisser de côté ses partenaires européens, et notamment la chancelière allemande Angela Merkel. Que de chemin parcouru depuis ce rapport de Bercy en 2000 par lequel un ministre socialiste de l’économie et des finances, Laurent Fabius, décidait que cette taxe était inapplicable et l’enterrait sine die. Si le volontarisme politique du Président sur le sujet doit être salué, la taxe sur les transactions financières est une mesure économique et ne saurait se prêter aux calculs politiques.

De la poubelle de Bercy aux recommandations du G20

L’idée d’une taxe sur les transactions financières a été suggérée par le prix Nobel d'économie James Tobin, afin de freiner les comportements spéculatifs sur les monnaies. Plus de vingt ans d’anonymat et elle est redécouverte par les milieux altermondialistes qui y voient la clé du financement du développement du tiers monde. Las, elle est raillée, déclarée irréalisable et enterrée sous les promesses de la finance des années 2000. En 2010, nos dirigeants se réveillent et constatent que Taïwan, l'Inde, la Suisse, l'Afrique du Sud, la Corée du Sud et même le Royaume-Uni, une quinzaine de pays en tout, ont créé leur propre taxe sur les transactions financières. Il est temps d’agir. Désormais la taxe est à la mode, de Bill Gates au FMI, tout le monde y est favorable.

La France, du chantre de la gouvernance mondiale…

En France, l’Assemblée nationale a adopté dès juin 2011 une résolution appelant à cette taxe et le Président français la met à l’ordre du G20 de Cannes de novembre dernier et parvient à rallier l’Allemagne à son projet. Prompt à assurer le suivi de la réforme, dans ses vœux aux Français, Nicolas Sarkozy rappelle "qu’il faut faire participer la finance à la réparation des dégâts qu'elle a provoqués. C'est une question d'efficacité. C'est une question de justice. C'est une question de morale".

La taxe sur les transactions financières pourrait même figurer dans le projet de loi de finances rectificative prévu début février. Pourquoi un tel empressement, quitte à bousculer le calendrier présenté mi-décembre par François Baroin, qui annonçait une contribution franco-allemande le 23 janvier, visant à être opérationnelle en 2013.

…au splendide isolement

Si les choses s’accélèrent c’est que la France est redevenue terre de campagne. Le Président Sarkozy veut défendre un bilan, d’ailleurs indéniable, en matière de régulation financière, et le fait que 61% des Français sont favorables à la taxe sur les transactions financières n’a pas échappé à ses conseillers. "La France est prête à donner l'exemple sur ce sujet, comme elle l'a donné pour les bonus des traders et un certain nombre de réglementations en matière financière", ajoute Henri Guaino.

En outre, il semblerait que les revenus attendus d’une telle taxe aient aiguisé l’appétit d’un Etat en panne sèche de liquidités. Un rapport commandé par UNITAID - organisme qui collecte une taxe sur les billets d’avions pour financer l’achat de médicaments dans les pays en développement, dirigé par Philippe Douste-Blazy – montre que mettre en œuvre une telle taxe en France pourrait rapporter jusqu’à 12,5 milliards par an.

La démarche suicidaire du cavalier solitaire

Pourtant, il convient de ne pas faire preuve de précipitation. Jouer cavalier solitaire serait la pire des solutions car elle conduirait assurément à l’échec de cette mesure. Avant d’être une mesure destinée à flatter l’opinion publique en montrant la punition des banquiers ou un nouvel impôt, cette taxe répond en effet à un véritable enjeu économique, à savoir réduire les comportements spéculatifs.

Il s’agit de rendre non rentable les opérations d’achat et de revente de produits financiers qui sont réalisées en quelques secondes avec une marge très faible mais répétées plusieurs dizaines de fois par jour. Mais si la taxe sur les transactions financières n’est appliquée qu’en France, il y a un risque certain que les activités ciblées ne soient délocalisées vers d'autres places financières. Les équipes des activités de marché sont en effet très mobiles et la spéculation se poursuivra alors ailleurs.

L’avenir de la taxe et de la régulation financière passera par Bruxelles

Un consensus se dessine en Europe pour une telle taxe, il s’agit d’en tirer parti. La Commission a révélé fin septembre, sa proposition qui s'appliquerait à l'Union européenne à partir de 2014, avec un taux de 0,1% sur les actions et obligations et 0,01% sur les autres produits financiers. Cette réforme sur la taxe doit également servir de base pour cimenter les autres réformes en cours et notamment la réglementation des produits dérivés (EMIR), préalable nécessaire à cette taxe. Les divers avertissements adressés ces derniers mois au Royaume-Uni, qui tente de bloquer toute évolution de la régulation financière en Europe, témoignent d’une volonté commune des Allemands et des Français.

Enfin, le produit de cette taxe, 55 milliards selon Bruxelles, ne doit pas être un bouche-trou supplémentaire pour les finances publiques. Il doit pousser jusqu’au bout la logique de correctif économique que représente cette taxe. Si des agents économiques spéculent, cela signifie que l’argent utilisé ne sert pas à financer l’économie, il y a donc des besoins de financement non pourvus. Cela est notamment vrai pour les investissements à très long-terme et il me paraît judicieux que le produit de cette taxe abonde un fond commun destiné au déploiement des grandes infrastructures de transport en Europe.

A lire sur le même sujet :
"Taxe Tobin" : quand la morale se heurte à la réalité du marché

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zoom
- 14/01/2012 - 19:54
taxation punitive
s'imposer cette taxation punitive est stupide. Encore une taxe de gauche pour masquer mauvaise gestion, dépenses excessives et manque de courage politique. Le secteur financier déjà sur-réglementé est indispensable à l'économie et imposer cette taxe ruinerait pour de bon les centres financiers européens. La haine de l'anglais libéral aveugle le français jacobin toujours aussi complexé par l'argent
Rhytton
- 10/01/2012 - 12:48
La Huitieme Coalition... pour la France!
Renversons le cours de l'Histoire avec une enieme Coalition, cette fois a notre avantage! Il faut federer l'Europe (et meme le Monde) autour d'une idee afin de ne pas nous marginaliser, comme avec les 35h du PS. Parions sur la diplomatie francaise pour faire evoluer ce systeme keynesien, mais ne soyons pas dupes: cette taxe (encore minime) augmentera pour financer en premier les deficits publics.
Rhytton
- 10/01/2012 - 11:51
Carthago delenda est (il faut detruire la Perfide Albion)
Depuis Henri VIII, l'Angleterre se vautre dans la dissidence et l'activisme contre Rome (avec le Praemunire). Avec la conquete de l'Amerique, la Guerre de l'Opium, les Guerres Coloniales et la creation de la Banque d'Angleterre en 1694 (due a notre victoire sur eux a la bataille de Beveziers), les Anglais ont etabli LEUR vision de la Finance. Corrigeons ces Hooligans tant qu'on le peut encore.