En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

07.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 1 heure 26 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 2 heures 46 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 4 heures 21 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Politique
Idiots utiles

L'instrumentalisation des extrêmes gauches : une astuce des partis de droite pour gagner les élections ?

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Société
« Il nous faut une nouvelle nuit du 4 août ! »

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Insolite
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Economie
Liberté chérie

Joseph Macé-Scaron : "Face à la montée des totalitarismes, se passer du libéralisme est plus qu’un crime, c’est une faute"

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Media
Censure

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

il y a 8 heures 35 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 2 heures 25 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 3 heures 50 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 4 heures 51 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Santé
Pouvoir du marketing

C’est établi, l’idéologie biaise nos perceptions de ce qui est sain ou pas en matière d’alimentation

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Terrorisme
Discrétion

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

il y a 7 heures 7 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sport et la marche : ces outils précieux pour aider et guérir certains jeunes en souffrance à l'adolescence

il y a 8 heures 31 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

il y a 8 heures 33 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ces 5 tendances planétaires qui définissent notre futur climatique
il y a 8 heures 35 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Pourquoi l’Occident ne devrait pas avoir peur de la Chine

il y a 8 heures 36 min
© Flickr LaurPhil/Toprural/Charlie Dave/axelouuu
© Flickr LaurPhil/Toprural/Charlie Dave/axelouuu
France, qu’as-tu fait de ton baptême ?

"Hauts-de-France", "Acalie", "Nouvelle Austrasie"... derrière les nouveaux noms de région aux allures de gadget médiatique, un prisme idéologique ravageur

Publié le 18 mars 2016
Ce lundi 14 mars marquait le début de la consultation des habitants d'Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine sur le changement de nom de leur région, tandis que les élus du Nord-Pas-de-Calais-Picardie se réunissaient en séance plénière pour statuer sur le nouveau nom de la région. Des changements qui traduisent la volonté du pouvoir d'écrire une autre histoire de France, davantage tournée vers les logiques productivistes et européennes.
Laurent Avezou est historien, professeur en classes préparatoires, auteur de Raconter la France : histoire d’une histoire, Paris, Armand Colin, 2e éd. 2013, et de 100 questions sur les mythes de l’histoire de France, Paris, La Boétie, 2013.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Avezou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Avezou est historien, professeur en classes préparatoires, auteur de Raconter la France : histoire d’une histoire, Paris, Armand Colin, 2e éd. 2013, et de 100 questions sur les mythes de l’histoire de France, Paris, La Boétie, 2013.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce lundi 14 mars marquait le début de la consultation des habitants d'Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine sur le changement de nom de leur région, tandis que les élus du Nord-Pas-de-Calais-Picardie se réunissaient en séance plénière pour statuer sur le nouveau nom de la région. Des changements qui traduisent la volonté du pouvoir d'écrire une autre histoire de France, davantage tournée vers les logiques productivistes et européennes.

Atlantico : Après la fusion des régions se pose maintenant la question de leur changement d'appellation : "Hauts-de-France", "Terres-du-Nord" et "Nord-de-France" pour le Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Même chose en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, dont les habitants doivent choisir entre "Acalie", "Nouvelle Austrasie" et "Rhin-Champagne". Les idées proposées n'évoquent-elles pas davantage des noms de centres commerciaux plutôt que l'histoire de nos territoires ? 

Laurent Avezou : Il est vrai que ces dénominations peuvent choquer par leur caractère composite, fait de bric et de broc. Mais c’était déjà le cas des 22 régions de 1956, conçues, non en fonction de l’héritage culturel, mais de leurs métropoles, auxquelles il fallait donner un bassin d’emploi : la région Bretagne n’était pas la région bretonne, mais la région de Rennes, de même que la région Pays de la Loire était celle de Nantes, une ville pourtant incontestablement bretonne de culture.

Mais je suis davantage gêné par l’anthropocentrisme que véhicule l’appellation "Hauts-de-France" finalement retenue pour Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Comme si la France était une personne avec ses parties hautes et ses parties basses, l’idée étant bien sûr ici de valoriser ce qui est en haut – exactement comme, dans le cas des départements, le Haut-Rhin, les Hautes-Pyrénées et la Haute-Loire n’ont pas vu de problème à garder ce nom, alors que Basses-Pyrénées, Charente-Inférieure, Loire-Inférieure, Basse-Seine et Basses-Alpes, se sentant minimisées, ont obtenu d’être rebaptisées, de manière jugée plus "noble", Pyrénées-Atlantiques, Charente-Maritime, Loire-Atlantique, Seine-Maritime et Alpes-de-Haute-Provence. Seul le Bas-Rhin est resté, avec sagesse, à mon sens, le Bas-Rhin. Mais, pour en revenir aux Hauts-de-France, l’appellation prête à rire, quand on songe aux altitudes moyennes de cette région : qui a bien pu décréter que le nord était en haut et le sud en bas ? !

Les anciennes appellations de ces régions traduisent une certaine idée de l'histoire de France, si l'on se réfère aux dates de création, par exemple de la Picardie créée au Moyen Age, du Pas-de-Calais après la Révolution française, sans parler de ce que représentent l'Alsace et la Lorraine dans notre identité nationale. Vouloir supprimer ces noms ne traduit-il pas une volonté de gommer cette histoire de France, ou bien d'en raconter une autre, si l'on se réfère à l'appellation Austrasie ? 

Il faut désacraliser les appellations régionales traditionnelles. Un retour sur le passé nous apprend qu’elles n’ont rien d’intangible et que leur adoption doit beaucoup au hasard, en tout cas à des causes accidentelles. Prenons l’exemple de la région Languedoc-Roussillon, que Georges Frêche proposait déjà de rebaptiser Septimanie,  une appellation médiévale due au simple fait que la légion Septima (la VIIe légion) y avait stationné à l’époque romaine. Mais on la dénommait tout aussi bien Gothie, du fait qu’elle était restée entre les mains des Wisigoths, tandis que le reste de la Gaule était soumis aux Francs. Enfin, la dénomination Languedoc n’est apparue qu’au XIIIe siècle, lors du rattachement du comté de Toulouse au domaine royal : c’était une désignation linguistique par défaut, imposée par les Français du nord, qui, eux, parlaient la langue d’oïl. Or, ça n’a pas empêché le développement d’un véritable attachement culturel local à l’étiquette Languedoc, alors qu’elle avait été imposée à la province depuis l’extérieur

Idem pour la Picardie, qui ne désigne un territoire que très tardivement, en 1483. Et, là encore, c’est une appellation linguistique par défaut : la Picardie, c’est la province du parler picard (un des dialectes de la langue d’oïl). Avant cela, il existait à la Sorbonne une "nation" picarde, c’est-à-dire un regroupement d’étudiants parlant cette langue. Quand la région Picardie est créée en 1956, elle ne recoupe cet ancien territoire que pour moitié, et des trois départements qu’elle comportait, seule la Somme, autour d’Amiens, a une identité nettement picarde. En quoi ces deux Picardie, celle du Moyen Age et celles des anciennes régions, sont-elles historiquement plus justifiées que les Hauts-de-France qui viennent de naître ? Seul l’usage coutumier fait ici la différence.

Quant à l’Austrasie, c’est une appellation qui retient par sa charge historique : il s’agissait d’un des royaumes francs hérités de Clovis. Pourtant, Austrasie signifie simplement "pays de l’Est" (par opposition, à l’ouest de la Meuse, à la Neustrie, le "nouveau pays", nouveau pour un peuple venu de l’est) : ce n’est pas plus poétique que "Nord-de-France", et pourtant, avec le travail du temps, ça fait davantage rêver. Il plairait à mon cœur d’historien que soit retenue cette appellation, alors que je sais parfaitement qu’elle n’est pas pleinement satisfaisante : jamais la Champagne n’a fait partie de l’Austrasie, et celle-ci s’étendait également à une part de la Belgique et de l’Allemagne actuelles, jusqu’au Rhin. Ce n’est pas pour autant que je préconise de les annexer ! Et puis n’oublions pas que ces étiquettes géographiques sont mouvantes : les deux Bourgogne (Bourgogne et Franche-Comté, respectivement anciens duché et comté de Bourgogne) sont désormais réunifiées dans une même région. Soit. Mais, par fondamentalisme historique, on pourrait rappeler qu’elles faisaient l’une et l’autre partie d’un grand royaume burgonde (qui leur a légué son nom) qui allait jusqu’à la Méditerranée : ce n’est pas pour autant que les Provençaux se sentent burgondes ou bourguignons, si vous voulez mon avis. En la matière, il n’y a pas de vérité historique absolue du territoire. Il n’y a pas de pré carré à défendre.

Quelles réalités sont censées incarner ces nouveaux noms ? Est-ce vraiment le moment de remettre en cause de tels repères, au risque d'alimenter une "insécurité culturelle" ? La société française n'aspire-t-elle pas plus que jamais à une forme de stabilité, respectueuse de ses racines ? 

Ces régions ont été conçues pour mieux répondre aux critères européens. Que l’on choisisse "Nouvelle Austrasie" ou "Champagne-Rhin" pour la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, c’est bien dans ce sens que l’on va : dans le premier cas, c’est réactiver une entité historique qui, jadis, était à cheval sur la France et l’Allemagne, à une époque où ces deux pays étaient dominés par les Francs, dans le second, c’est insister sur le Rhin comme trait d’union, et peut-être, en fait, flouter la référence à l’Alsace-Lorraine, trop connotée au passé conflictuel des deux pays, de 1870 à 1945. Dans les deux cas, c’est faire du neuf avec du vieux, et on peut rappeler que l’ancienne Austrasie participe désormais de la dorsale européenne, zone d’activité la plus intense du continent, de Londres à Milan. Le chauvinisme géographique me semble ici sans objet. Nous avons de nombreuses racines à disposition, mais c’est toujours à nous de choisir sur lesquelles nous appuyer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

07.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 16/03/2016 - 14:10
Isabelle
l'adjectif grand est plein de mystère , le grand Nord, le grand Sud, les grands fond, la grand bleue, pourquoi ne pas laisser" l'Alsace et la Lorraine" la consonance est jolie et l'évocation aussi ("vous n'aurez pas, tralala, l'Alsace et la Lorraine "....)
ISABLEUE
- 16/03/2016 - 11:46
Cloette
L'Austrasie est le berceau des carolingiens, à cheval sur cette fichue frontière d'où nos chers voisins nous ont envahis tant et tant de fois. Mais cela fait aussi partie de notre histoire.. qui n'est pas celle du champenois.. Alors Grand Est, pourquoi pas...

cloette
- 15/03/2016 - 18:10
marseillais
bien sûr !